Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Formation Continue du Supérieur
30 novembre 2011

Budgets: la réponse de Wauquiez aux présidents d'université inquiets

Les EchosPar Isabelle Ficek. Le ton est monté d'un cran hier au sujet de l'autonomie des universités et de leur budget, après l'annonce par le ministère de l'Enseignement supérieur d'une mise sous gestion rectorale de sept établissements en raison de deux exercices déficitaires successifs (« Les Echos » d'hier). D'autant que toute remise en cause de la réforme de l'autonomie, avancée par l'exécutif comme la réforme phare du quinquennat, porte atteinte à son bilan.

A l'Assemblée, le député PS Alain Claeys, chargé de l'enseignement supérieur dans l'équipe de François Hollande, a interpellé le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, assurant que le déficit total en 2010 pour les 83 universités était de 37 millions d'euros. « Demain, combien d'entre elles seront placées sous tutelle? Quelles seront les variables d'ajustement? », a-t-il demandé.
9 milliards investis

« Depuis quatre ans, des moyens sans précédent ont été donnés à l'enseignement supérieur et à la recherche », a répliqué le ministre, qui défend « un investissement sur le secteur de 9 milliards d'euros », sans compter l'opération Campus ou les investissements d'avenir. « Les moyens transférés aux universités sont supérieurs à ce que l'Etat finançait avant l'autonomie. L'Etat a investi deux fois plus en cinq ans que les dix années précédentes », précise Laurent Wauquiez aux « Echos ». « Le budget des universités a augmenté de 20% en moyenne et jusqu'à plus de 50% pour certaines d'entre elles. » Ceci, alors que les présidents d'université, tout en défendant pour une grande part la réforme de l'autonomie, mettent en garde régulièrement contre des moyens transférés insuffisants eu égard aux nouvelles charges. Hier, le président de l'université de Nantes, Yves Lecointe, l'un des premiers à avoir alerté sur les difficultés budgétaires, a déclaré à l'AFP que « beaucoup d'universités s'inquiètent de la fabrication du budget 2012, si bien que le chiffre des universités en difficulté peut varier de 7 à 40 ou 50 ».
Le ministre de l'Enseignement supérieur, lui, se veut rassurant: « Sur plus de 150 établissements d'enseignement supérieur et universités, seuls 7 sont concernés par une possible procédure d'adoption du budget par les recteurs. Que l'arbre ne cache pas la forêt. D'autant que ces situations s'expliquent très souvent pour des raisons uniquement techniques. » Le comité des pairs mis en place la semaine dernière au ministère est chargé d'étudier ces dossiers. Selon Laurent Wauquiez, des « solutions » ont d'ores et déjà été trouvées pour Paris-XIII et l'Insa de Rouen. Les présidents d'université espèrent, dit Yves Lecointe, « des solutions à long terme. »
Voir aussi L'autonomie révèle la misère des universités.
Les EchosIsabelle Ficek. Toon pügala eile umbes ülikoolide iseseisvus ja eelarve pärast teadet kõrgharidus hallatavate seatud seitse rectorial institutsioonide sest kaotus kahe järjestikuse aasta jooksul ("Les Echos" eile). Eriti kuna iga väljakutse omavalitsuse reformi poolt esitatud kommenteeritud lipulaev reformi viisaastak, rikub tema bilansis. Velle...
30 novembre 2011

France: PM backs tough rules for foreign students

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Jane Marshall. France's Prime Minister François Fillon has defended the controversial tightening up of residence and employment rules for non-European students and graduates in the face of concerns expressed by higher education leaders.
They had articulated anxieties over a circular to control 'professional immigration' that has led to many highly qualified foreigers being refused permission to remain and work in France. In a letter to the heads of the three bodies representing presidents of higher education institutions, Fillon wrote that France was "extremely attached" to its tradition of receiving foreign students and that he had ordered reexamination of some cases, most of which had been - or were about to be - settled.
Minister for Higher Education and Research Laurent Wauquiez and Interior Minister Claude Guéant, principal proponent of the contentious circular, have also sought to clarify the government's policy towards foreign students. The circular, issued in May by the ministries of the interior and of health, ordered préfectures to examine "rigorously" requests for work permits from students, and to carry out extensive control of non-European foreigners applying to change their status from that of student to employee.
Many foreigners who had graduated from French higher education found themselves refused permission to stay in the country when they were offered a first job with a French company. Students organised protests against the circular, and leaders in the higher education community voiced alarm. In his letter to the organisations representing university presidents (CPU), the grandes écoles (CGE) and engineering schools (CDEFI), together with the Association Française des Entreprises Privées, Fillon wrote: "France is extremely attached to its tradition of welcoming foreign students, who represent an important element of the international attractivity of its schools and universities.
"Our objective is to attract the best students in the world, especially in masters and doctorates, to heighten the influence of our higher education and our country. In addition, certain French companies need, for their international development, to acquire the skills of foreign students at the highest level. Fillon said the policy of being attractive and competitive corresponded to the need to control professional immigration better, to take into account the realities of France's employment market and unemployment among young graduates. "It equally takes into account the necessity to fight against abuses and misappropriations that can sometimes be the object[ive] of student mobility."
He said the circular of 31 May combined these three objectives of influence, competititiveness of companies and control of immigration. Recalling the terms of the law, it asked commissioners of police to regulate the flow of professional immigration by adopting sometimes a 'qualitative and selective' approach and in so doing taking the qualifications of the applicant into account. "This circular does not indicate, therefore, a policy of closure," he wrote. "The number of student visas remains stable in 2011 compared with 2010. The number of changes from student to employee status continues to increase. In this context, the circular recalls the objective of excellence we are pursuing."
However, Fillon added, it was apparent some foreign graduates who fitted this strategy had not been granted a residence permit allowing them to stay in France at the end of their studies. "At my request, these cases have been reexamined: most of them have been settled or are about to be." France considered that the talents of the students in whose education it had invested represented an advantage for the country, wrote Fillon. But obvious abuse, disjointed study programmes or 'social dumping' practices would not give the right to a change of status, he wrote.
He said France was very attached to what foreign graduates from developing countries could do to benefit their countries of origin through their skills. These students could ask for provisional authorisation to stay in France to acquire their first professional experience. In a joint statement the CPU, CGE and CDEFI welcomed Fillon's clarification, noting in particular that all foreign students graduating with at least a masters degree could ask for provisional residence authorisation so they could stay for a first professional experience. They understood from a meeting with relevant ministers that the process to review individual situations was under way and had produced important preliminary results.
Wauquiez told a press briefing the so-called 'Guéant circular' was simply a reminder of existing law and had been badly interpreted by préfectures in its application, which had not conformed to the government's policies on foreign students. "I think we have drawn lessons on what was not working. We had some difficulties in its application, and we have corrected them," he said. Corrective instructions had been sent to préfectures and more than half of the 500 cases sent to the ministry by grandes ecoles and universities had been positively reviewed, with the rest due to be dealt with by the deadline at the end of the year, said Wauquiez.
Reasons for refusing a change of status were if there was no connection between the course of studies followed and the job a graduate was applying for; or if the employment was in a sector where the French were themselves having difficulties finding work. But this was not the case in engineering, for example, said Wauquiez: "We need 40,000 engineers, while we only train 30,000 a year; it's absolutely vital to recruit."
In an article in Le Monde, Guéant explained that the circular merely reiterated an existing law of 2006 that gave masters and doctoral graduates the right to a salaried six-month stay "for a first professional experience in an activity corresponding to the education followed", and this right had not changed. He added: "If the applications from foreign nationals correspond to the qualifications or professions in which France has labour shortages, authorisations will be granted. If that is not the case, they are refused."
Guéant also drew attention to the problem of brain drain: "I cannot bring myself cynically to assume the pillaging of brains in the countries of origin which often need to build up a class of managers." It was an approach that was contrary to the government's policy of development solidarity, he wrote.

30 novembre 2011

Le Bilan de Compétences

http://www.leformateur.info/chris/files/2010/11/logo_formaguide.jpgLe bilan de compétences est un « check-up » complet des atouts et des lacunes du salarié. L’employeur peut mesurer ainsi son « employabilité » en mesurant tant ses qualités professionnelles que personnelles. Le salarié a certainement développé des compétences au cours des différentes fonctions occupées au cours de sa carrière. Faire le point permet à l’employeur de savoir s’il peut l’affecter à un autre poste plus adéquat, lui donner davantage d’autonomie, voire de responsabilités.
Le bilan de compétences pour les agents de la fonction publique

Les agents de l'Etat peuvent eux aussi bénéficier du bilan de compétences. La loi de modernisation de la fonction publique datant du 6 février 2007 intègre ainsi la notion de droit, et de congé pour bilan de compétences. Cette initiative s'inscrit dans la continuité de l'instauration du bilan professionnel de 1997. Selon ses dispositions, les fonctionnaires qui ont accompli 10 années de service effectif ont droit à un bilan professionnel en vue d'une évolution géographique ou professionnelle de sa carrière. Réplique exacte du bilan de compétences, il dure en moyenne 20 heures et comporte trois phases : la phase préliminaire qui permet lors d'un entretien de préciser la finalité de la démarche, la phase d'investigation pour analyser les motivations et qui comporte des entretiens, tests, recherches, ou encore des enquêtes, et enfin la phase de conclusion pour construire les étapes de la mise en place du projet. Les résultats sont communiqués à l'agent et là encore les données restent confidentielles. Les modalités de financement sont dépendantes de chaque ministère.
Durée et délai pour le bilan de compétences

La durée est limitée, par bilan, à 24 heures de temps de travail, consécutives ou non. La durée du congé de bilan de compétences ne peut être imputée sur la durée des congés payés. Un salarié ayant bénéficié d'une autorisation d'absence pour effectuer un bilan de compétences ne peut prétendre dans la même entreprise au bénéfice d'une nouvelle autorisation d'absence dans le même but avant l'expiration d'un délai de franchise de 5 ans (sauf en cas de changement d'employeur).
Où réaliser son bilan de compétences?

Il existe 4 grandes catégories de prestataires: - les organismes publics au sein desquels il y a les CIBC (Centres interinstitutionnels de bilan de compétences).
L'employeur peut-il imposer un bilan de compétences?

Un employeur ne peut imposer, ni même "fortement conseiller" à son salarié de faire un bilan de compétence.
Le coût du bilan de compétences

Les salariés doivent adresses une demande de prise en charge à l'organisme financeur, Fongecif ou OPCA dont dépend l'entreprise. Il faut compter environ 45 jours avant d'obtenir une réponse. Si la prise en charge est acceptée, la rémunération du salarié est maintenue pendant la durée du bilan. Elle est versée par l'employeur qui se fait rembourser par l'organisme. Pour les CDD, la rémunération est calculée sur la base d'une moyenne des salaires perçus lors des quatre derniers mois de leur dernier contrat de travail.
Bilan de compétences, mode d'emploi

Procédure: Le salarié doit commencer par choisir l'organisme prestataire qui effectuera le bilan de compétences.
Les salariés concernés par le bilan de compétences

Tous les salariés de toutes les entreprises, peu importe l'effectif, peuvent bénéficier d'un bilan de compétences. Il faut qu'ils justifient néanmoins: - de 5 ans d'ancienneté, consécutifs ou non, en qualité de salarié. - De 12 mois d'ancienneté dans l'entreprise. Les titulaires de CDD doivent justifier de 24 mois en qualité de salarié dans les 5 dernières années dont 4 mois sous CDD au cours des 12 derniers mois. Les intérimaires doivent justifier de 5 ans d'activité en tant que salarié ou de 3 ans d'activité dans l'intérim, dont, pour les deux cas, un an au moins dans l'entreprise de travail temporaire au sein de laquelle il demande à bénéficier d'un bilan de compétences. Les bénéficiaires du CFI (Crédit formation individualisé) doivent avoir une ancienneté de 24 mois en qualité de salarié, dont 12 mois dans l'entreprise (pour les salariés d'entreprises artisanales de moins de 10 salariés, 36 mois en qualité de salarié dont 12 mois dans l'entreprise).
http://www.leformateur.info/chris/files/2010/11/logo_formaguide.jpg The skills assessment is a "check-up" full of strengths and weaknesses of the employee. The employer can thus measure the "employability" by measuring both his professional and personal. The employee has certainly developed skills in the various positions held during his career. Take stock allows the employer to know if it can assign it to another position more appropriate to give more autonomy or responsibility. More...
30 novembre 2011

Formation continue: accès et financements

http://www.leformateur.info/chris/files/2010/11/logo_formaguide.jpgPar Brice Ancelin. Retour sur les fiches thématiques issues de la publication "Formations et emplois", édition 2011, rendues publiques le 15 novembre dernier sur le site de l'Insee*. Au programme: taux d'accès à la formation selon les profils et modes de financements.
Pas facile de se défaire des vieilles habitudes... Selon les dernières fiches thématiques publiées par l'Insee, « 21% des adultes de 25 à 64 ans ont suivi au moins une formation au cours des douze mois ayant précédé l’enquête ». Mais selon l'âge, le niveau de diplôme initial, la taille de l'entreprise ou encore le secteur d'activité, tous les salariés n'ont pas un accès égal à la formation professionnelle continue.
Ainsi, après 45 ans, les probabilités d'avoir suivi une formation décroissent sensiblement, quand à 55 ans et plus, la probabilité devient carrément très faible. Confrontée à plus d'opportunités de formation, la population active se forme plus que la population inactive. Et plus l'entreprise est grande, plus les salariés ont de chances de suivre une formation: selon cette étude, 16% des salariés ont eu accès à la formation dans les entreprises de moins de 20 salariés, contre 34% dans les entreprises de 500 salariés et plus. Les secteurs de l'enseignement, de la santé et de l'administration publique forment également plus que ceux de l'agriculture, de la construction ou encore de l'hôtellerie et de la restauration.Les cadres et techniciens, déjà diplômés de l'enseignement supérieur, ont également plus accès à la formation que les ouvriers non diplômés de l'enseignement supérieur.
Coûts pédagogiques

Côté demandeurs d'emploi, ils sont 555500 à avoir suivi une formation en 2009, soit 5% de moins qu'en 2008. Les coûts pédagogiques sont majoritairement pris en charge par les régions (62%), devant Pôle Emploi (14%), l'Etat (12%) et les autres institutions de type départements, Agefiph ou Opca (12%)... Les auteurs expliquent: « Les entrées dans les dispositifs de formation financés par l’État baissent depuis les années 1990, les compétences en matière de formation professionnelle ayant été progressivement transférées aux régions, notamment à l’occasion de la loi quinquennale pour l’emploi de 1993 et de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales. L’État recentre son action sur la lutte contre l’illettrisme, avec la création en 2009 d’une formation aux compétences fondamentales (le programme « Compétences clés »), et sur la formation des publics spécifiques (travailleurs handicapés, migrants, détenus). »
Rythme de croisière pour la VAE

En 2009, pas moins de 117 000 diplômes ont été délivrés au titre de la formation continue (30% de diplômes de l'enseignement secondaire et 70% de diplômes de l'enseignement supérieur), soit une hausse de 44% depuis 1998.
Le CAP « est le premier diplôme du secondaire obtenu par la voie de la formation continue », précisent les auteurs. Dans l'enseignement supérieur, les deux diplômes professionnels dominants sont la licence professionnelle et le master professionnels, qui devancent un Diplôme d'accès aux études universitaires (DAEU) encore très populaire.
Pour accéder à ces diplômes, certains stagiaires choisissent la Validation des acquis de l'expérience (VAE). Un dispositif qui « semble avoir atteint son rythme de croisière », selon les auteurs. Même si ces derniers identifient « des marges de progression », via certains ministères qui mettent progressivement de nouveaux diplômes sur le marché (Affaires sociales et Santé) ou d'autres qui se sont ouverts tardivement à ce dispositif. Reste qu'en 2009, 32000 candidats ont obtenu une certification ministérielle par la voie de la VAE. « Soit le total le plus élevé depuis la mise en place du dispositif », confient les auteurs. Un dispositif particulièrement utilisé par les femmes et les salariés en poste.
Entreprises: 1ers financeurs

Les entreprises demeurent les principaux contributeurs de la formation professionnelle continue en France. Un effort « très inégalement réparti selon la taille et le secteur d'activité » des organisations. Ainsi, à titre d'exemple, en 2008 les entreprises de 10 à 19 salariés dépensaient en moyenne 1,3% de la masse salariale en formation, contre 3,9% pour les entreprises de plus de 2 000 salariés. Un taux qui peut dépasser les 5% dans les secteurs du transport aérien, de la cokéfaction et du raffinage ou encore de la production et de la distribution d'électricité.
Les auteurs soulignent le (trop) faible recours au DIF : 5,5 % de salariés concernés dans les entreprises de 10 salariés et plus du secteur privé en 2008, pour 23,5 heures par bénéficiaire.
Néanmoins, entre 1974 et 2008, le taux d'accès à la formation des salariés est passé de 17,1% à 43,5%, avec une moyenne de 62 heures de formation par stagiaire en 1974, contre 29,2 heures en 2008. Une formation qui serait donc mieux répartie entre les salariés sur le long terme. Même si, comme le monte l'étude, un certain nombre d'efforts reste à faire.
* Réalisées par la contribution du Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq) et de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative et celle de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail, de l’emploi et de la santé.

Voir aussi Fiches thématiques sur la formation tout au long de la vie - Formations et emploi - Insee Références web - Édition 2011.
http://www.leformateur.info/chris/files/2010/11/logo_formaguide.jpg Brice Ancelin. Powrót do notatek informacyjnych z publikacji "Szkolenia i zatrudnienia" edycji 2011, wydany 15 listopada na terenie INSEE*. W programie: stawek dostępu według profili kształcenia i sposobów finansowania. Więcej...
30 novembre 2011

Faible progression du chiffre d'affaires et formations plus courtes (Jaune Budgetaire 2012)

http://www.ffp.org/img/logo-ffp.jpgLe jaune budgétaire
Annexé au projet de loi de finance (PLF), le jaune budgétaire fait un état des lieux du financement de la formation professionnelle sur deux ans.
Premiers éléments du jaune budgétaire 2012

Malgré la crise, les dépenses de formation professionnelle et d’apprentissage ont continué de progresser : 31,3 milliards d’euros en 2009, tous financeurs confondus, selon le “Jaune” budgétaire 2012, annexé au projet de loi de finances. 41% de cette dépense concernent les entreprises. Tour d’horizon des principaux chiffres.
La croissance fut moins soutenue en 2009 qu’entre 2007 et 2008 (+4,1% au lieu +6,2%), pourtant la hausse des dépenses de formation professionnelle continue et d’apprentissage s’est maintenue. En 2009, la dépense globale atteint 31,3 milliards d’euros, selon le Jaune budgétaire 2012. Rapporté au PIB (produit intérieur brut), l’effort de formation de la nation atteint 1,6%, soit 0,1 point de plus qu’en 2008 (1,5%), malgré “une récession sans précédent depuis l’après-guerre”. Ce relatif dynamisme des dépenses de formation serait dû aux diverses mesures d’urgence en faveur des jeunes.
Les entreprises, premier “financeur”

En 2009, les entreprises demeurent de loin le principal financeur de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage avec 41% de la dépense totale (–1 point par rapport à 2008). Leur dépense progresse légèrement (+1,3% en 2009 après +6,5% en 2008) et atteint 13 milliards d’euros. Deux évolutions se dégagent: la baisse de la dépense de formation des entreprises en faveur des jeunes (–9% pour la professionnalisation et –2% pour l’apprentissage) et la hausse de 3% des dépenses pour les salariés. L’effort global des entreprises en faveur de la formation de leurs salariés est stable: 2,9% de leur masse salariale en moyenne en 2009.
La part des dépenses des entreprises en provenance des OPCA continue d’augmenter en 2009 (+ 3 points par rapport à 2008) et, “pour la première fois depuis 1999, dépasse celle des dépenses directes [formations en interne ou achetées à un organisme de formation sans passer par un OPCA], sous le double effet de la baisse des dépenses directes et de la hausse des dépenses des OPCA”.
Autre point notable: lorsqu’elles ne passent pas par un OPCA pour acheter de la formation, les entreprises de plus de 10 salariés organisent davantage en interne les formations (+10%) et réduisent le recours à des prestataires externes (–8%), et ce afin de limiter le coût.
L’État et les régions: la formation des jeunes d’abord

L’État reste le deuxième contributeur avec 16% des dépenses de formation (+4% hors formation de ses propres agents, contre 9% en 2008) et 5 milliards d’euros. La hausse de ses dépenses correspond aux mesures prises dans le cadre du plan d’urgence pour l’emploi des jeunes de 2009 (+19% de dépenses pour les jeunes). En revanche, l’État a réduit ses interventions en faveur des demandeurs d’emploi (–6%) et des actifs occupés (–10%).
Les régions talonnent toujours l’État avec 14 % de la dépense globale et 4,4 milliards d’euros. Leurs crédits consacrés aux différents publics (jeunes, demandeurs d’emploi et actifs occupés) progressent de 4,5%, “soit un rythme deux fois plus soutenu qu’en 2008 (+2%)”. La progression de dépense la plus importante est celle qui est consacrée aux actifs occupés (+10%), suivie de celles en faveur des demandeurs d’emploi (+4%) et des jeunes (+3,5%). La formation des jeunes reste de loin le principal poste de dépense des régions (59%).
Le CIF toujours en hausse

La dépense des particuliers est en baisse de 5%. Elle représente 4% de la dépense globale, soit 1,1 milliard d’euros. Les OPCA gèrent 6,4 milliards d’euros pour le compte des entreprises (50% de leur dépense totale): 5,4 milliards pour le plan de formation, le DIF (droit individuel à la formation), le CIF (congé individuel de formation) et la professionnalisation des adultes, et 1 milliard pour l’alternance des jeunes. Les dépenses des OPCA sont en hausse pour la plupart des dispositifs à l’exception des contrats de professionnalisation.
De leur côté, les périodes de professionnalisation progressent: les OPCA y ont consacré 628 millions d’euros en 2009, soit 17% de plus qu’en 2008 après une hausse de 12% en 2008. Les dépenses pour le CIF sont en hausse de 11%. 80% des bénéficiaires sont des ouvriers ou des employés et 57% sont de niveau VI, V ou IV. Dans 85% des cas, les bénéficiaires d’un CIF visent un diplôme, une certification professionnelle ou une qualification reconnue dans une convention collective. Enfin, le DIF continue de se diffuser lentement. En 2009, 6,2% des salariés en ont bénéficié, contre 5,5% en 2008.
Document(s) associé(s): Jaune budgétaire 2011, Annexe Formation Jaune Budgetaire 2011.
Voir aussi: Jaune budgétaire 2012 pour la Formation professionnelle: mais que fait l’enseignement supérieur? et La FC dans les jaunes "Recherche et Enseignement Supérieur" et "Investissements d'avenir".
http://www.ffp.org/img/logo-ffp.jpg Kollane eelarve
Lisatud eelarve seaduse eelnõu (PLF), kollane eelarve on ülevaade rahastamise kutseõpe kahe aasta jooksul.

Esimest elementi eelarve 2012 kollane

Vaatamata kriisile kulutused koolituse ja õppimise kasv jätkus: 31.3 miljardit eurot 2009 kõik rahastajate koos, vastavalt "Yellow" eelarve 2012, lisatud eelarve seaduse eelnõu.
41% kõnealustest kulutustest seotud äriühingutega. Ülevaade peamisi arvandmeid. Velle...
30 novembre 2011

Un nouveau catalogue dynamique accessible sur www.cnfpt.fr

http://www.actulogo.fr/wp-content/uploads/2011/02/cnfpt_niou.jpgAfin de permettre à chaque employeur et agent territorial de trouver des réponses en matière de formation, l'accès au catalogue de formation en ligne sur le site internet du CNFPT a été entièrement revu. On peut accéder à l'offre de formation du CNFPT dès la page d'accueil du site www.cnfpt.fr.  L'agent ou la collectivité peut visualiser à partir du critère obligatoire « département », prioritairement les stages organisés au plus près et obtenir la date des sessions de la plus proche à la plus éloignée. La recherche peut ensuite être affinée avec des filtres facilitant ainsi le choix de l'agent. L'internaute peut transformer son « panier » de sélection en pdf lui permettant de conserver ses résultats de recherche ou de le diffuser à d'autres. Certains stages et itinéraires comportent des mentions indiquant qu'il s'agit de formations de base appelées « fondamentaux », de formations d'approfondissement ou de formations d'expertise. De manière générale, les fondamentaux sont programmés dans les délégations régionales, les stages d'approfondissement et d'expertise dans les instituts. Ainsi, c'est l'angle « utilisateur » qui a été privilégié pour accéder à cette offre.
Le CNFPT qui met en oeuvre la formation professionnelle des agents territoriaux est un des plus gros opérateurs du marché de la formation, sur une des filières professionnelles les plus importantes. Son offre est considérable en termes de secteurs couverts et de nombre de sessions proposées.
Pour l'édition 2013, le CNFPT a entrepris une réflexion pour favoriser l'accès électronique des employeurs et des agents territoriaux à l'offre de formation du CNFPT. L'évolution vers ce catalogue électronique fait partie des projets de développement durable de l'établissement.
Le catalogue des formations 2012 du CNFPT vient de paraître
Pour l'année 2012, l'offre du CNFPT est regroupée en un catalogue unique, accessible sur internet et structuré par grands champs de l'action publique territoriale.  Ceux-ci correspondent aux grands domaines suivants: solidarité, cohésion sociale et enfance, santé; citoyenneté, culture et sport; aménagement et développement durable des territoires; services techniques urbains et infrastructures publiques; sécurité et protection des biens et des personnes. S'y ajoutent deux domaines transversaux: repères et outils fondamentaux nécessaires à l'exercice professionnel et management, pilotage et gestion des ressources. Ce catalogue présente l'ensemble des actions de formation, qu'elles soient organisées dans une antenne de proximité, une délégation régionale ou un institut. Les délégations régionales organisent sur leur territoire des rencontres d'information pour présenter aux élus, aux directeurs généraux des services, aux directeurs de ressources humaines et aux responsables de formation l'offre de formation du CNFPT, son évolution et recueillir leurs attentes.
http://www.actulogo.fr/wp-content/uploads/2011/02/cnfpt_niou.jpg To allow each employer and territorial agent to find answers for training, access to online training catalog on the website of CNFPT has been completely revised. You can access the training offer of CNFPT from the home page of the site www.cnfpt.fr. The agent or the community can see from the mandatory requirement "department" courses organized primarily as close and obtaining the dates of meetings of the nearest to farthest. More...

30 novembre 2011

L'autonomie révèle la misère des universités

http://img.scoop.it/_QbL91O-x7S2LDLVgB83ljl72eJkfbmt4t8yenImKBVaiQDB_Rd1H6kmuBWtceBJPar Victoria Gairin. La fac voit rouge. Alors que plusieurs établissements affichent d'importants déficits, le ministère peine à adopter une position claire.
Depuis une dizaine de jours, un désordre sans nom règne sur l'université. À l'heure où les conseils d'administration doivent voter leur budget 2012, certaines facs peinent en effet à présenter des bilans à l'équilibre. Nantes parle d'un déficit de 4 millions, Limoges 3 millions, Pau 2 millions, Bretagne-Sud 1,2 million d'euros... Les chiffres sont alarmants.
Tout commence le 17 novembre avec un communiqué du ministère de l'Enseignement supérieur. Le message de Laurent Wauquiez se veut rassurant: l'université va bien, merci, "la grande majorité des établissements est en bonne santé financière". Petit bémol toutefois, on apprend dans le même communiqué que huit établissements ont des problèmes, et qu'en déficit pour la seconde année consécutive, ce sont les recteurs qui arrêteront désormais leurs budgets. Un "comité des pairs" formé par deux anciens présidents d'université les aidera à remonter la pente. Depuis, c'est la pagaille. N'est-ce pas justement le nerf de l'autonomie - ô combien défendue par le gouvernement - que de pouvoir gérer son budget ?
Huit universités sortent du chapeau

Quels sont les établissements concernés ? On a bien quelques idées, mais, dans un premier temps, la liste reste un mystère. Le ministère refuse de communiquer, les établissements tremblent. Puis, le 23, un second communiqué vient mettre un terme à une semaine de cafouillage. Huit noms sortent du chapeau : l'UMPC (Université Pierre et Marie Curie), Paris XIII-Villetaneuse, Limoges, l'université de Savoie, Nice-Sofia-Antipolis, Bordeaux III, l'Insa de Rouen et l'ENS Cachan. Si certains présidents, comme Jacques Fontanille à Limoges ou Patrice Brun à Bordeaux, reconnaissent de graves problèmes budgétaires, les autres tombent des nues. Et ne tardent pas à contester la liste. Sophia-Nice-Antipolis en effet assure être en excellente santé financière. Quelques heures plus tard, le ministère revient sur ses pas et retire l'université de Méditerranée de la liste. Erreur, "après réexamen des comptes, l'université n'est pas en déficit en 2010"...
En cause, les nouvelles règles comptables instaurées par la loi sur l'autonomie des universités, qui ne tiennent pas compte dans la dotation de l'État pour rémunérer les fonctionnaires des évolutions de carrière, et donc des augmentations de salaire liées à l'ancienneté ou à la promotion. Résultat: la masse salariale augmente, mais... pas les budgets alloués à l'Enseignement supérieur ! Mi-novembre, Laurent Wauquiez évoquait une rallonge de 14,5 millions d'euros d'ici fin 2011. Mais selon la Conférence des présidents d'université (CPU), il manquerait "entre 15 et 20 millions pour compenser l'augmentation des salaires due à la pyramide des âges".
À quoi joue le ministère ?

À quoi joue donc le ministère ? C'est la question que se posent plusieurs établissements, pris de cours par la décision de mise sous tutelle. L'UPMC, première université française dans le classement de Shanghaï jusqu'en 2010, confie à l'AFP qu'à aucun moment le fonctionnement normal de l'université n'a été mis en danger. "La situation financière, déjà régulée en 2011, sera maîtrisée en 2012 par une diminution des investissements conduisant à l'équilibre budgétaire", indique la présidence. Même combat pour l'université de Savoie. Cette fois-ci, ce sont les deux années de déficit consécutives qui sont contestées : "Si les comptes de l'exercice 2009 font apparaître un déficit de 1 771 599 euros, en revanche, ceux de l'exercice 2010 dégagent un excédent de 1 415 341 euros. Il n'y a donc pas deux exercices successifs négatifs", s'indigne le président Gilbert Angéneux.
Jean-Yves Mérindol, le directeur de l'ENS Cachan, dénonce, quant à lui, le "manque de responsabilité" du ministère. "À ce jour, personne ne nous a tenus informés de cette décision. Nous l'avons apprise par communiqué et par les médias." À Cachan, les difficultés financières ne datent pas d'hier. Depuis 2004, l'école tire la sonnette d'alarme. En 2010, une inspection confirme les dégâts et un dialogue se met en place pour tenter de redresser la situation. Mais l'école rame pour obtenir des moyens de la part du ministère. Aujourd'hui, Jean-Yves Mérindol invalide la décision de mise sous tutelle. Pour une raison simple : son établissement, dépendant du rectorat et non du ministère, n'est pas concerné par la mise en place du comité des pairs. Une question se pose toutefois. Le passage au RCE (responsabilités et compétences élargies) est-il la cause des difficultés de certains établissements ? Pour le président de Cachan, il est encore trop tôt pour se prononcer. Mais une chose est sûre, les problèmes de déficit et les dysfonctionnements se révèlent à l'occasion de ce passage. Un exemple ? "L'université délivre doctorats et diplômes, mais doit demander une autorisation pour attribuer la licence. Cela n'a aucun sens !" s'insurge-t-il.
"L'État n'a pas assumé ses compétences" (Cour des comptes)

Pas plus de sens d'ailleurs que la gestion des travaux de désamiantage qui attise la polémique à l'UPMC et son campus de Jussieu. La Cour des comptes dénonce en effet, dans un rapport daté du 17 novembre, "un dérapage financier" qui sera porté devant la Cour de discipline budgétaire. Le vaste chantier de réhabilitation du campus universitaire devait durer trois ans et coûter 183 millions d'euros. Aujourd'hui, quinze ans plus tard, les échafaudages sont toujours là et l'enveloppe budgétaire a été multipliée par dix ! À qui la faute ? Peut-être à l'absence de coordinateur. C'est en tout cas ce que suggère le rapport. La Cour met en cause l'État, coupable d'avoir pris ses décisions au coup par coup. "Il n'a pas assumé ses compétences, il s'est même déjugé", a affirmé le président Didier Migault.
Manque de chance, c'est justement ce moment qu'a choisi l'Association européenne des universités pour publier son classement sur les niveaux d'autonomie. Et la France ne brille pas par ses performances, loin de là... En bas du tableau, elle arrive à la 16e place sur 28 en ce qui concerne l'autonomie administrative, à la 22e en matière d'autonomie financière, et sombre littéralement en 27e et dernière position pour la gestion des ressources humaines et l'autonomie académique.
Le ministère a réagi à ce piètre classement, défendant un "modèle français d'autonomie". En clair une autonomie où les présidents d'université n'ont pas la main sur le nombre d'étudiants, la masse salariale, ou l'entretien de leur bâtiments... Wauquiez assume.
http://img.scoop.it/_QbL91O-x7S2LDLVgB83ljl72eJkfbmt4t8yenImKBVaiQDB_Rd1H6kmuBWtceBJ Przez Victoria Gairin. Kolegium widzi czerwony. Podczas gdy wiele instytucji znaczących deficytów, trudności w przyjmowaniu Departament jasnego stanowiska.
Przez dziesięć dni, nienazwany zaburzenia panuje na uczelni.
W czasie, gdy zarządy muszą głosować swojego budżetu w 2012 roku, niektóre FACS walki wręcz do złożenia budżetu do równowagi. Nantes mówić o deficyt w wysokości 4 milionów, Limoges 3000000, 2000000 Pau, południowej Bretanii 1,2 miliona euro... Liczby są alarmujące.
Wszystko zaczyna się od 17 listopada zwolnienia Ministerstwo Szkolnictwa Wyższego.
Wiadomość z Laurent Wauquiez uspokaja: uniwersytet jest dobrze, dziękuję", zdecydowana większość instytucji w dobrej kondycji finansowej." Mały problem, jednak dowiadujemy się, w tym samym stwierdzenie, że osiem szkół mają problemy, a deficyt na drugi rok z rzędu, są prezydentami, że będzie teraz zatrzymać ich budżetów. Więcej...
30 novembre 2011

Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle?

http://www.agefos-pme.com/fileadmin/img/logos/logo_Nation.gif« Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle ? » 1ère Rencontre nationale par l’AFDET et AGEFOS PME
Dans un passé récent, notamment avec la Loi du 24 novembre 2009 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et celle du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels, le secteur de la formation professionnelle continue a connu de profonds changements.
C’est dans ce contexte que l’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET) et AGEFOS PME, premier organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) de France, organisent, à Paris, leur 1ère Rencontre nationale Emploi-Formation : « Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle ? », les 17 et 18 janvier 2012, au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Ce colloque réunira notamment les grands acteurs du secteur autour des questions majeures sur la formation continue.
17 et 18 janvier 2012: grande Rencontre Emploi-Formation

Lors de ce nouveau rendez-vous de 3 demi-journées, le ministère en charge de l’apprentissage et de la formation professionnelle, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, et le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, interviendront ainsi que de très nombreuses personnalités, représentants de l’État, du secteur de la formation professionnelle continue, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et des partenaires sociaux.
Quatre tables rondes, sur ces 3 demi-journées, aborderont les grands sujets qui traversent le champ de la formation tout au long de la vie:
- Quelles finalités pour la formation continue et quels publics?
- Les conditions de l’efficacité? (Comment optimiser la réponse aux besoins)
- Pratiques d’aujourd’hui et pratiques de demain? (Comment optimiser la réponse aux besoins)
- Comment relever les futurs enjeux de la formation tout au long de la vie?
Les quatre tables rondes réuniront, autour de réflexions et de témoignages, les décideurs, les acteurs et les bénéficiaires de la formation professionnelle continue: l’AFPA, l’ACFCI, l’ARF, le CNAM, la CNCP, le CNFPTLV, la FFP, les GRETA, Pôle emploi…
Mobilisation commune en faveur de l’Emploi et de la Formation professionnelle

L’AFDET et AGEFOS PME se retrouvent depuis plusieurs années sur des thèmes conjoints et se mobilisent ensemble pour développer la formation. La formation est un levier indispensable pour la compétitivité des entreprises, pour les parcours professionnels et le développement personnel des individus.
L’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET), née en 1902 pour servir l’enseignement technique, est reconnue d’utilité publique depuis 1936, ONG auprès de l’ONU, liée depuis sa création avec le ministère de l’Éducation nationale et association éducative agréée depuis 2002.
L’AFDET a, depuis ses origines, œuvré pour une formation tout au long de la vie offerte à tous et pour la mise en synergie de tous les acteurs, pouvoirs publics et partenaires sociaux.
Fortes de leur expérience mutuelle, l’AFDET et AGEFOS PME sont partenaires pour lancer leur 1ère Rencontre nationale Emploi-Formation: .3 demi-journées de rencontres et d’échanges sur les enjeux et les ambitions du secteur de la formation continue. En savoir plus sur l'AFDET.
Rendez-vous le 17 janvier de 14h à 18h et le 18 janvier de 9h à 17h au Cnam - 292 rue Saint-Martin - 75141 Paris Cedex 03.
En tant qu’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, doté du statut de grand établissement dédié à la formation tout au long de la vie, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseignement supérieur, accueillera cet événement. Découvrez le CNAM.
http://www.agefos-pme.com/fileadmin/img/logos/logo_Nation.gif "What ambitions for adult education in the twenty-first century? "1st National Meeting by AFDET AGEFOS and SME
In the recent past, including the Act of 24 November 2009 on vocational training throughout life and that of July 28, 2011 for the development of alternate and career security, the sector of vocational training still has undergone profound changes.

It is in this context that the French Association for the Development of Vocational Education (AFDET) and SME AGEFOS first joint body approved collector (OPCA) of France, organized in Paris, their first National Meeting Job Training: "What ambitions for adult education in the twenty-first century?
"17 and 18 January 2012 at the Conservatoire National des Arts et Metiers (CNAM). This conference will bring together major players in the area around the major issues on continuing education. More...
29 novembre 2011

Colloque annuel de la CPU: l'université pour l'avenir, avenir des universités

http://www.cpu.fr/fileadmin/fichiers/Colloque_marseille/EXE_05web.jpgPrésentation
Les mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 février 2012 à Marseille

La loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU), dite aussi « loi d’autonomie des universités », en vigueur depuis aout 2007, a marqué l’aboutissement d’une réflexion engagée depuis de nombreuses années par la communauté universitaire, visant à permettre aux universités de disposer de marges de manœuvre pour conduire des politiques propres. Pour la Conférence des Présidents d’Université (CPU), cette réflexion s’est concrétisée, début 2007, par les propositions formulées lors du colloque de Metz « l’Université, une chance pour la France ».
Depuis cette date, le paysage universitaire s’est considérablement transformé, notamment grâce au rapprochement des établissements de leurs partenaires, la CPU consacrant ses colloques successifs aux différentes missions qui incombent aux universités autonomes: la dimension européenne et internationale de leurs politiques d’établissement (2008), leur rôle socio-économique sur un territoire (2009), leurs ambitions pour le doctorat (2010) et la licence (2011), s’emparant ainsi tant de la mission globale d’accroissement des qualifications que de celle de production d’une recherche scientifique d’excellence. La CPU a de plus approfondi sa réflexion au cours de séminaires mensuels, sur des thèmes plus spécifiques: gouvernance et forme juridique des établissements d’enseignement supérieur et de recherche; stratégies territoriales; immobilier; classements mondiaux d’universités; innovation…
Forte de cette expérience d’acquisition de l’autonomie dans tous les domaines qu’elle recouvre, la CPU doit à présent s’interroger et interpeller la nation sur ce que pourrait devenir le dispositif français d’enseignement supérieur et de recherche à échéance de 15 ou 20 ans, une fois que les investissements actuels auront produit leurs effets, sur la durabilité de son modèle économique et sur sa place au niveau international.
Quatre ans après l’entrée en vigueur de la loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU, 2007), cinq ans après l’adoption de la loi portant pacte pour la recherche (2006), alors qu’en 2012 la quasi-totalité des universités renouvelleront leurs équipes de direction sur fond d’élection présidentielle, la Conférence des Présidents d’université souhaite ainsi tirer le bilan politique de la mise en œuvre de l’autonomie acquise par les établissements et avec tous, envisager leur avenir.
Pour répondre à ces questions, et donner leur vision d'ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche dans toutes ses dimensions, y compris socio-économiques, les 127 membres de la CPU – présidents d’université, des instituts nationaux polytechniques, directeurs des écoles normales supérieures et présidents des pôles de recherche et d’enseignement supérieur – se réuniront à Marseille les 8, 9 et 10 février 2012.
Ce colloque présentera des éléments de bilan de la LRU, mais amènera aussi  la CPU à faire des propositions fortes aux différents candidats à la Présidence de la République. Plus globalement, la CPU réunira pour ce colloque les présidents d’université et directeurs d’établissement, les invitant à associer à cette réflexion les membres de  leur équipe de direction (vice- présidents statutaires, directeurs généraux des services), ainsi qu’un grand nombre de représentants de la communauté universitaire, de ses partenaires et interlocuteurs. Le programme mettra en perspective les grandes transformations qui sont en train de façonner l’enseignement supérieur et la recherche en France.
Cette rencontre, enfin, aura une dimension résolument internationale, les universités étant par ailleurs, comme les Etats, de plus en plus scrutées, comparées et notées.
Pré-Programme Colloque annuel de la Conférence des présidents d’université. Contact: colloquecpu2012@cpu.fr.

http://www.cpu.fr/fileadmin/fichiers/Colloque_marseille/EXE_05web.jpg Presentazione
Mercoledì 8, Giovedi 9 e Venerdì 10 Febbraio 2012 a Marsiglia

La legge sui diritti e responsabilità delle Università (LRU), conosciuta anche come la "legge di autonomia universitaria", in vigore dall'agosto 2007, ha segnato il culmine di discussioni avviate da molti anni da parte della comunità accademica, a per consentire alle università di avere margini di manovra per condurre politiche.
Per la Conferenza dei Rettori (CPU), questa riflessione ha preso forma nei primi mesi del 2007 dalla proposte alla conferenza di Metz "Università, la possibilità per la Francia". Più...
29 novembre 2011

Asia: How to soar up the world university rankings

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBertil Andersson, president of Nanyang Technological University in Singapore, is one of several non-Singaporean university leaders in the city-state. YOJANA SHARMA spoke to him as he headed for the QS-APPLE conference in Manila, on Singapore's attractions as a higher education hub, its willingness to import the best from the West, and whether Asian institutions might eventually overtake the West.
UWN: Why did you move from Europe to Singapore?
Andersson: I had been head of the European Science Foundation in Strasbourg and first came here as provost of Nanyang Technological University (NTU). At the time the media asked why I was leaving a prestigious job in Europe. My answer was: maybe in Europe we talk too much, in Singapore they act. Now I've been here in Singapore almost five years and that statement to a journalist, which then was partly a joke, I now believe is actually true. It's fantastically rewarding to work in the Singapore higher education system because it is doing a quantum leap. If you have ambition to do good academic research and education, you can do it here in Singapore. Unfortunately we cannot do as much in Europe.
UWN: Singapore sees building up its higher education system as a national mission. How do you fit into that mission if you are not Singaporean or even from Asia?
Andersson: Singapore is open for people coming here from all around the world, from other parts of Asia, from Europe and the United States, to contribute to building the knowledge society here. And Singapore is a small country - five million people - but it has such a huge ambition. We know that building academia in the UK, in Sweden or the United States, has been done over hundreds of years in a very systematic and slow way. But Singapore wants to do this very fast and the pace of change is very impressive. I lived in many countries before coming to Singapore: Sweden, UK, France, Australia, Israel, and it has never has it been so easy as to come and work here because the country is so open to international inputs and the culture is very global. We talk a lot about being international but here in Singapore we really feel that this is a global hub.
UWN: You are one of the keynote speakers at the QS-APPLE conference in Manila. What's the message you want to get across?
Andersson: I want to say how fast NTU been able to change in the last five years. Five years ago NTU was not a research-intensive university. Today it is very high ranking in the QS rankings and we made a very big leap this year into 58th position, and we have been emulated by others with evaluation teams coming and saying NTU must be one of the fastest developing universities in the world. What I want to do in Manila is give a picture of how this happened, what have we done in a very systematic way: how we've been able to get a lot of money from the Singapore government, how we have invested that in very interesting research areas, how we've been able to recruit really top-notch scientists from all over the world, how we've been strategising, how we are setting up a new medical school, how we are changing the education for our students, how we work with industry. But I also want to say: are the international university rankings systems really fit for these fast-moving universities? I feel the rankings are very much aligned to the established universities.
UWN: What does it take to move as fast as NTU?
Andersson: You must have governmental support and I think you need determination. I always say you have to walk the talk and change really means change. Even as provost before I became president, and the previous president running NTU, we were determined to change NTU. We knew we had to be a university for the coming century, and not for the past century. And so we have really looked under every stone at the university and said, 'how can we modernise this, how can we change that'? This is what we have been doing and many people who come here are amazed that we could do so much in a short time. But I think if you are determined, and you have the resources, you can do it fast. It is also very encouraging. If you look at Europe you would say academics are so slow, they can never change. On the other hand, we have shown that academia can move fast, it's not only the private sector that can move fast. The public sector and universities can also move fast, so I'm quite proud about that.
UWN: Was there a model you could follow in this modernisation?
Andersson: I don't think we have followed any special university. What partly we have done is we have introduced the best international practice. I have been shopping from the best universities in the UK, the best universities in the US, and also from my Swedish and European experiences. I had experience from all around the world so I had the opportunity to make a synthesis of this and take the best from each system.
UWN: If you bringing in so much talent from the West, are countries like Singapore following something that they can't do better? Is there a major indigenous strength that is not copied from the West?
Andersson: It has to do with culture. In Sweden we say we should do it our way, we know best. But in Singapore they don't say we know best, but what they do is take good examples from everywhere and learn from that and then move fast. That I think is the strength of the system. Not only copying but being inspired by others and then remolding. I'm looking at Malaysia through the window, it's very close [to Singapore]. Malaysia and other countries in the region have not come that far in terms of economy and development as Singapore. But many of these countries, like Malaysia and Vietnam, are doing quite well at the moment and I think that actually they are inspired by Singapore. I've also been invited to give talks in India because many politicians and academics in India are quite inspired by the progress of NTU and they say: 'Look, here is an Asian university that can move very fast, we also want to move fast and learn from these Asian universities in Singapore how to move fast'. I get many invitations to give such talks. I can't accept all of them but this is a trend.
UWN: How can Singapore's education system become great when it is such a small system, compared to much larger countries like China and India?
Andersson: More Singaporeans need to do higher education and go into research, but Singapore is open to recruit top talent that is willing to work here. One should never confuse the issue, that small countries cannot make an impact. The Financial Times recently had a ranking of the three smartest economies in the world. Number one is Switzerland, number two is Singapore and number three is Sweden. These are all countries (with a population) below 10 million. We can make a much bigger impact. Finland may be another country in that category. So we see that small, smart countries can have an impact far bigger than their size.
UWN: Will ASEAN (Association of South East Asian Nations) harmonisation lead to a movement of Asia's talent to Singapore?
Andersson: That has already started. We used to have from the UK a brain drain to the US. But I can see already today how this is changing. We have been looking at a bipartite movement of brains to the US. But what we are seeing today is a tripartite movement or brain circulation between the US, Europe and Asia. One of the success stories for NTU and Singapore as a whole is how we have been able to attract a lot of top researchers from all over the world. When I talk about this at home [in Sweden] they tend to think it's the guys who did not make it in Europe, who did not get tenure, and who cannot do anything else so they go to Singapore. That's absolutely wrong, it's the crème de la crème that comes to Singapore because they see the opportunities.
Maybe scientists who are very ambitious, maybe they went to Europe and the US in the 1970s and 1980s. Today people with the same mindset are going to Singapore and Hong Kong. Instead of moving west, they are moving east. The same with students, so many students want to come to NTU and many governments want to send their students to Singapore because they realise that the future will be Asia-dominant. Many leaders want to send their university students who are going to be the leaders of tomorrow so that from an early age they can build an Asia network like my generation went to the US to create a US network.
UWN: With such rapid change, will we soon see Asian universities overtake Western universities in research?
Andersson: It's only a matter of time. Asia has only been on the research map for 10, maybe 15 years, with the exception of Japan. If you build a Google or Microsoft company it can go very fast in the business world. In the academic world things happen much more slowly and it's an evolution rather than revolution.
That's what I'm saying about NTU. We have jumped up to place 55 in the rankings in just five years and that's an enormous achievement. I would predict in 10 to 15 years we will see several Asian universities in the top 20 ranks. I hope NTU will be one of them.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Newsletter
49 abonnés
Visiteurs
Depuis la création 2 782 140
Formation Continue du Supérieur
Archives