Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Formation Continue du Supérieur
27 avril 2012

Attractivité et rayonnement des villes universitaires

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifAttractivité et rayonnement des villes universitaires, par Hélène Mandroux, Présidente de l’AVUF et Maire de Montpellier. Télécharger Universités & territoires n°86.
Je souhaite adresser mes remerciements à l’ensemble des parties prenantes de ce colloque sur l’attractivité des villes universitaires (la Conférence des Présidents d’Université, la Caisse des dépôts, Sodexo, Latitude, Universités & Territoires, Sup Conseil,...) et plus particulièrement à Alain Claeys, Maire et Président de l’agglomération de Grand Poitiers, et surtout parlementaire aguerri sur les questions d’enseignement supérieur et de recherche. Je veux le remercier d’avoir accepté d’accueillir un colloque sur le thème de l’attractivité universitaire de nos villes: question devenue essentielle pour les membres de notre association.
Le thème du colloque dont Universités & Territoires publie la synthèse avait été systématiquement évoqué lors de nos derniers colloques, à Aix-en-Provence fin 2009 et Roanne en mai dernier, notamment.
Les rendez-vous des villes universitaires et de leurs partenaires que nous organisons permettent aux élus locaux, aux cadres territoriaux ainsi qu’à leurs interlocuteurs du monde universitaire et des organisations étudiantes d’échanger sur leurs pratiques et surtout de mutualiser leurs expériences. Le but poursuivi est de faire progresser, partout en France, les coopérations entre les universités et leurs territoires d’implantation et de rayonnement.
L’enseignement supérieur et la recherche contribuent en effet au rayonnement de nombreuses villes françaises, qu’elles soient métropoles régionales ou villes moyennes. Mais dans un contexte de mondialisation de l’enseignement supérieur, qui entraîne progressivement comparaisons, classements et mobilité des étudiants ou des chercheurs, la pérennité ou l’accroissement de ce rayonnement suppose aujourd’hui de développer de véritables politiques d’attractivité.
L’attractivité n’est pas un acquis définitif; elle se construit et s’entretient par une multiplicité de facteurs extrêmement variés, comme l’excellence de la recherche, l’amélioration du cadre de vie, la réputation des formations, le potentiel d’emploi local pour les jeunes diplômés, ou encore l’image générale de la ville universitaire, véhiculée notamment à partir d’innovations urbaines ou d’événements scientifiques, sportifs ou culturels.
Nos débats ont été fructueux pour la réflexion, les projets et les actions que chacun de nous doit entreprendre sur ses territoires. La qualité des experts et des élus qui ont apporté leurs critiques, analyses et témoignages a largement contribué à la réussite de nos travaux. Je vous souhaite une excellente lecture.
Attractivité et rayonnement

Les questions d’attractivité et de rayonnement de nos universités sont, à l’évidence, affaires de nos universités; mais comment, en cette période de concurrence internationale et de poursuite d’accroissement des effectifs de diplômés, séparer les politiques universitaires de celles des territoires sur lesquelles elles sont implantées? Les territoires ont leurs spécificités démographiques, géographiques, économiques, sociologiques, et c’est ici que se trouve l’apport essentiel du couple « Université - collectivité locale. »
http://www.colloques-avuf.com/images/logo.gifUnivers... cité - Séance d’ouverture
Selon Alain Claeys, Président de Grand Poitiers, il y a trois défis à relever pour favoriser l’attractivité et le rayonnement de l’enseignement supérieur.
Cela passe tout d’abord par une problématique liée à l’aménagement du territoire où « il n’y a pas d’autonomie durable des universités sans un Etat stratège.» Pour que le développement du supérieur soit soutenable, il faut de forts « contrats de projets » sur lesquels l’ensemble des acteurs s’investissent.
Le second enjeu se trouve dans la montée en puissance des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), mis en place depuis 2006 mais qui restent encore aujourd’hui des « structures assez floues, utiles dans le cadre du Plan Campus pour certaines universités. » Pour le moment, les PRES ont strictement un rôle de coordinateur des territoires de l’enseignement supérieur, agissant à différentes échelles en fonction des entités et des académies.
Enfin, Alain Claeys considère que la question de l’orientation des bacheliers est primordiale, au sens où les régions doivent y jouer un rôle. Le rayonnement des établissements passe aussi par leur adéquation à la vie socio-économique des territoires. Hélène Mandroux, Présidente de l’AVUF, réaffirme le rôle de cette association comme espace de réflexion pour les collectivités.
Créée par Pierre Albertini, elle fêtera ses 20 ans en 2013. Aujourd’hui et avec cette maturité, on y compte 70 villes de tailles diverses: « l’AVUF couvre l’ensemble du territoire français, dans toute sa complexité. » La recherche est une chance pour les territoires et le rayonnement des villes. La convention AVUF-CPU signée en 2010, et la participation de l’AVUF au colloque de la CPU à Marseille en février 2012 témoignent des liens forts entre les collectivités et les universités sur cette thématique. L’influence croissante des classements des établissements (Shanghai, Times Higher Éducation, etc.) font que « du jour au lendemain, on est à l’international. » Tous les acteurs doivent travailler ensemble et de façon complémentaire et convergente.
« La notion d’attractivité pose alors une question réelle : va-t-on vers une logique de concurrence ou de complémentarité pour l’aménagement des territoires? » Les universités sont des pôles essentielles d’attractivité du territoire. Globalement, l’éducation doit rester un secteur prioritaire: « les collectivités ont déjà la responsabilité de la maternelle et du primaire » pour faire de notre jeunesse un vecteur de citoyenneté.
Jean-Pierre Gesson, représentant la CPU, témoigne de la volonté des universités à « faciliter l’élaboration des Schémas Locaux et Régionaux d’Enseignement Supérieur et de Recherche via les accords-cadres. » En France, les situations sont contrastées et inégales, en fonction des pactes locaux, socioéconomiques et culturels des territoires concernés. Le récent colloque annuel de la CPU a participé à l’élaboration de 20 propositions pour l’enseignement supérieur de demain, en s’appuyant sur un souhait central: « l’Université pour la Cité, la Cité pour l’Université. » Le rayonnement national, mais aussi international, est donc au coeur des réflexions des universités.
Interrogations critiques

Cet exposé introductif présenté par l’économiste Olivier Bouba-Olga et l’urbaniste Christophe Demazière avait pour objet de s’interroger sur les notions d’attractivité et de rayonnement. Ces interrogations critiques à deux voix ont donné du recul à l’ensemble des participants de ce colloque: élus, universitaires, acteurs du monde économique et social, responsables nationaux, etc. Par cette présentation originale, les organisateurs du colloque ont cherché à démontrer qu’il était impossible de penser les relations universités et territoires à travers un seul et même prisme, et qu’une pluralité d’acteurs était nécessaire pour comprendre et agir sur cette problématique.
Olivier Bouba-Olga a introduit son propos en projetant le classement 2011-2012, édité par le magazine L’Etudiant, sur « Les villes où il fait bon étudier. »
L’économiste de l’Université de Poitiers a volontairement présenté cet exemple en particulier pour insister sur le fait qu’on doit avoir un regard critique sur les classements en général. Il pointe en effet le manque d’objectivité d’un classement à « 39 critères regroupés en 4 catégories auxquelles l’application de coefficients n’est pas indiquée. » En effet, on y trouve plusieurs critères dépendant de la taille de la ville universitaire et d’autres plus corrélés entre eux: total des emplois, nombre d’étudiants, nombre de fauteuils de cinéma, etc. Il met également en avant la présence de « critères assez farfelus » au regard du rayonnement des villes, comme la fréquentation des sites touristiques sur les trois dernières années. Enfin, on peut facilement constater des « évolutions radicales en un an pour des éléments structurels », au lieu de prêter une véritable attention aux éléments structurels.
On essaye souvent via les classements de « faire parler les chiffres », au lieu d’identifier les vrais problèmes pour y trouver des réponses politiques. La logique de benchmarking consacre donc ici une pratique théorique où seules les statistiques sont audibles. « Ceux qui râlent sont ceux qui sont mal classés. » Ceux-ci pensent ensuite à tort qu’il « suffira d’imiter les meilleurs pour arriver à leur niveau » ce qui enferme les classements dans une vision toute relative. Or, comme le souligne l’économiste Bouba-Olga, cette « stratégie du pingouin » nous ferait donc importer, en créant passivement une version française, des points de systèmes institutionnels fonctionnant bien à l’étranger comme « le système éducatif finlandais, le système monétaire américain ou encore le système d’emploi du Danemark. » .... Télécharger Universités & territoires n°86.

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifTiltrækningskraft og indflydelse universitetsbyer, af Helen Mandroux, formand for AVUF og borgmester i Montpellier. Hent & Universiteter nr. 86 områder.
Jeg ønsker at udtrykke min tak til alle interessenter i symposium om tiltrækningskraft universitetet byer (konferencen af ​​universitetet præsidenter, deponering, Sodexo, Latitude, universiteter og territorier, Sup Rådet ...) og mere specifikt Alain Claeys, borgmester og formand for større Grand Poitiers, krydret parlamentariker og især på spørgsmål om videregående uddannelse og forskning. Viac...

27 novembre 2011

14e numéro de la revue Formation et Territoire

Formation & TerritoireA l’occasion de la 5ème conférence régionale de l’orientation organisée par la Région Champagne-Ardenne le 22 novembre dernier, l’ARIFOR a lancé sa revue Formation & Territoire sur le thème très actuel de l’orientation: « Projet et orientation tout au long de la vie- Des pratiques régionales en action ».
Fidèle à l’objectif initial de la revue créée en 1997, ce numéro 14 est une nouvelle fois le fruit d’une réflexion collective, conduite avec des professionnels praticiens et/ou chercheurs, sur une thématique d’actualité liée au monde de la formation professionnelle.
Pilotée par l’ARIFOR et coordonnée avec un expert de la problématique, Agnès Heidet pour le Cabinet André Chauvet Conseil, la revue Formation & Territoire vise à repérer les pratiques existantes et les innovations des acteurs sur le territoire champardennais, à éclairer ces pratiques à partir des résultats de recherche ou d’apports théoriques, puis à les valoriser, les partager et les diffuser via une production écrite mutualisée: la revue Formation & Territoire.
Pour ce numéro, 18 textes ont été recueillis: jusqu’alors les praticiens-nes champardennais n’avaient jamais été si nombreux à contribuer! Cette forte mobilisation régionale des milieux de l’orientation, la formation et l’insertion reflète un certain intérêt dans la mise en place du droit à l’orientation pour tous, droit prévu dans la loi relative à l’orientation et à la formation tout au long de la vie de 2009.
Organisée en 3 parties, vous trouverez au sommaire de la revue Formation & Territoire n°14:

- une préface rédigée par l’éminent Jean-Pierre Boutinet;
- la 1ère partie « Orientation: concept invoqué mais indéterminé », articulée autour de points de vue d’acteurs sur l’orientation et la notion de projet;
- La 2nde partie « Objets de l’orientation sur l’orientation en mouvement », mutualisant des récits d’expériences probantes avec certains publics et des expérimentations d’actions en partenariat;
- La 3ème et dernière partie « Perspectives de professionnalisation des acteurs de l’AIO », traitant de la nécessaire approche de la qualité, de l’évaluation et de la professionnalisation des acteurs en matière d’orientation.
Extrait: Mise en oeuvre du service public de l’orientation et place de l’orientation dans l’entreprise

Par Pierre POSSEME et Guillaume MANGEART, respectivement Président et Coordinateur régional de la formation professionnelle, MEDEF Champagne-Ardenne
Quelle place pour les entreprises et le monde professionnel dans la mise en oeuvre du Service Public de l’Orientation?

L’instauration d’un Service Public de l’Orientation par la loi du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie constitue assurément une avancée sociale considérable. Elle a d’ailleurs été perçue très favorablement par les milieux professionnels dans un environnement économique en perpétuelle mutation, avec des métiers qui évoluent à une vitesse extrêmement rapide. La mise en oeuvre d’un Service Public de l’Orientation est donc une occasion extraordinaire de rendre ce système plus accessible et plus efficace pour l’ensemble des français, des plus jeunes jusqu’aux séniors, en particulier les jeunes en formation initiale, les salariés en activité, les salariés souhaitant une mobilité externe et les demandeurs d’emploi. Dans ces quatre situations, les bénéficiaires d’orientation ont besoin de quelqu’un qui leur donne, en effet miroir, une bonne appréciation de ce qu’ils sont et de leur potentiel et qui les aide à bâtir leur projet, ainsi que d’un système d’information pertinent.
L’un des constats du MEDEF Champagne-Ardenne sur la structuration et la lisibilité du système actuel d’orientation est qu’il existe une multiplicité d’acteurs aux pratiques extrêmement diverses, s’adressant chacun à un public bien défini avec des outils spécifiques, le tout sans aucune coordination. C’est sur la base de ce constat que le Conseil régional de Champagne-Ardenne a d’ailleurs décidé, en 2007, la mise en place des Espaces métiers dans les bassins d’emploi de la région ainsi que l’instauration d’une conférence annuelle régionale réunissant les acteurs de l’orientation, amorçant ainsi la coordination des acteurs de l’orientation sur les territoires.
Aujourd’hui, la loi du 24 novembre 2009 doit permettre d’accélérer cette dynamique, en obligeant l’ensemble des acteurs à se coordonner pour constituer un véritable service public. Cependant, la structuration de ce service public par l’attribution d’un label ne constitue, à nos yeux, qu’un élément, certes important, mais pas suffisant, pour rendre le système plus efficient. Il nous semble en effet qu’un aspect fondamental a été ignoré par le législateur et par les textes d’application: notamment le lien puissant et permanent qui doit exister entre les entreprises, le monde professionnel et les acteurs de l’orientation.
A Comment informer, promouvoir les métiers et organiser l’orientation tout au long de la vie?

Mettre en oeuvre le Service Public de l’Orientation sans intégrer l’enjeu du renforcement d’un lien permanent avec le monde professionnel reviendrait un peu à construire une très belle mécanique sans se poser la question de savoir comment elle sera alimentée en énergie pour fonctionner correctement.
C’est pourquoi le MEDEF préconise de renforcer les partenariats entre les acteurs de l’orientation et les organisations professionnelles et interprofessionnelles. La mise en place du Service Public de l’Orientation est une formidable opportunité pour avancer sur cette question, grâce à la mise en réseau et à la coordination des acteurs. Un certain nombre de propositions sur ce sujet ont d’ailleurs été formulées par le MEDEF à l’occasion des travaux d’élaboration du Contrat de Plan Régional des Formations Professionnelles (CRPDFP) conclu le 15 juin 2011 pour une durée de 5 ans.
Renforcer le lien permanent entre les entreprises et les acteurs de l’orientation

- En premier lieu, profiter de la coordination des acteurs au sein du Service Public de l’Orientation pour ouvrir fortement les structures labellisées en direction des acteurs économiques. Cette ouverture pourrait notamment se matérialiser par la participation active des entreprises, par le biais des organisations professionnelles et interprofessionnelles, à la professionnalisation de l’ensemble des personnes ayant fonction de conseil en orientation. L’objectif est fondamental: il s’agit, par la participation de représentants professionnels au programme de formation, ainsi que par l’organisation de visites et de stages en entreprise, d’actualiser en permanence les connaissances des « orienteurs » sur l’évolution des métiers et des secteurs d’activité.
Notre projet serait, avec nos branches professionnelles adhérentes et en partenariat avec les autres organisations patronales interprofessionnelles, de travailler à la structuration et à l’animation d’un réseau de professionnels disponibles et compétents pour faire découvrir et informer sur leurs métiers. Ce réseau d’ « ambassadeurs métiers » pourrait être mobilisé à deux niveaux: à la fois à l’occasion d’évènements et de rencontres ayant pour objet la découverte et l’information sur les métiers, mais également au niveau du programme de professionnalisation des acteurs de l’orientation.
- Soutenir la réalisation d’études sectorielles ainsi que leur actualisation en confiant à l’Observatoire Permanent des Emplois et des Qualifications (OPEQ) un rôle de compilation et de vulgarisation de l’ensemble des données statistiques et prospectives disponibles au niveau régional concernant les métiers et leurs évolutions (observatoires de branches et des territoires, BMO, pôles de compétitivité, etc.). L’objectif est de doter les acteurs du Service Public de l’Orientation d’outils fiables et pertinents pour mettre en oeuvre une orientation dynamique, en phase avec les évolutions techniques et organisationnelles à l’oeuvre au sein des entreprises.
- Outiller les démarches d’orientation active en accompagnant la continuité de la démarche d’orientation « tout au long de la vie » d’un support matériel enregistrant les différentes validations des compétences: le livret de compétences et le passeport orientation et formation sont les outils embryonnaires d’une démarche qui doit être encore développée et diffusée.
- Veiller à utiliser des supports de communication plus en phase avec les nouveaux usages et outils qui se diffusent largement chez les jeunes et les actifs; bien sûr Internet, mais également les réseaux sociaux pour compléter les actions plus classiques de type rencontres/forums.
- Lutter contre le déterminisme social en expérimentant des actions de sensibilisation en direction des familles. La mise en place d’une communication autour d’exemples régionaux de réussite professionnelle illustrant la diversité et la non-linéarité des parcours constituerait un moyen simple pour encourager les familles à être ambitieuses et moteurs pour l’avenir professionnel de leurs enfants.
Construire un système d’information simple et global au service des publics et des professionnels

- Ce système inclurait la connaissance des métiers, les formations à suivre pour y accéder, les formations existantes, leur financement, la façon dont se déroule l’insertion à l’issue d’un parcours de formation, l’évolution du marché du travail…
- Concernant la formation, il serait nécessaire de favoriser le développement d’une offre souple, réactive et individualisée, répondant aux diverses situations de formation rencontrées sur le terrain (pour monter en compétences et en qualification, pour construire un parcours de professionnalisation, pour favoriser une mobilité professionnelle ou une reconversion).
- En ce qui concerne spécifiquement l’orientation des salariés et des demandeurs d’emploi, la maîtrise des dispositifs de formation existants et leurs modalités d’accessibilité et de financement est fondamentale. Il importe que les possibilités offertes de formation tout au long de la vie par les accords et les lois, soient bien connues des publics et de ceux qui les aident.
Sécuriser les parcours professionnels dès l’initial et favoriser l’employabilité des personnes tout au long de la vie

- Dès la formation initiale, il est envisageable de permettre aux jeunes de devenir acteurs de leur orientation et espérez par la suite, d’être acteurs de leur parcours professionnel. En amont de la vie active des jeunes, il est donc nécessaire de développer les relations Education-Entreprise afin que les orienteurs disposent d’une bonne connaissance de l’économie et des entreprises, connaissance indispensable dans tout processus d’orientation. En région, s’il existe de nombreuses conventions cadre de partenariat, il reste une stratégie régionale entre grands acteurs concernés pour améliorer la cohérence et l’efficacité des interventions en faveur de la découverte des métiers dès le plus jeune âge afin d’éveiller la curiosité des jeunes pour leur orientation.
- Durant la vie active, accompagner les (futures) mobilités et transitions professionnelles:
par exemple en concevant l’accès à une première qualification ou à une qualification supérieure comme un parcours à étapes ; en encourageant les démarches de VAE et en renforçant l’accompagnement des personnes, en particulier celles qui sont engagées dans des démarches collectives d’entreprise; en réduisant le délai entre la demande de formation des demandeurs d’emploi et leur réalisation effective; ou encore en renforçant les savoirs et compétences de base qui favorisent l’adaptation des personnes aux évolutions continues du contexte socio-économique.
De leurs côtés, les entreprises sont prêtes à s’investir toujours davantage pour participer à la promotion collective de leurs métiers, pour prendre le temps de les faire découvrir, de donner envie, de conseiller… Cette nécessité a été comprise il y a bien longtemps par les organisations professionnelles et interprofessionnelles qui se sont organisées dans ce sens et mobilisent fortement leurs adhérents pour qu’ils consacrent du temps à cette véritable mission d’intérêt général qu’est l’orientation tout au long de la vie.
La mise en réseau de l’ensemble des acteurs dans le cadre du Service Public de l’Orientation doit permettre de s’assurer que toute l’information nécessaire est disponible dans les délais voulus, accessible à tous, immédiatement, aisément et sans contrainte, et structurée dans l’esprit de l’utilisateur et non sous forme d’une simple publication. Le portail national de l’orientation, financé par les entreprises via le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP), devrait notamment y contribuer.

Training & Territory On the occasion of the 5th Regional Conference of the orientation organized by the Region Champagne-Ardenne on 22 November, the magazine launched its ARIFOR Training & Territory on the highly topical orientation "Draft Guidance and all long-life practices in regional action."
True to the original purpose of the magazine founded in 1997, that number 14 is again the result of collective thinking, driving professional practitioners and / or research on a topical theme related to the world of training professional.
Organized in three parts, you will find the summary of the journal Education & Territory No. 14:
- A preface by the eminent Jean-Pierre Boutinet;
- Part 1 "Orientation: concept invoked but undetermined", which focuses on the views of stakeholders on the direction and the concept of the project;
- The 2nd section "Objects of guidance on the direction in motion", shared stories of some successful experiences with public actions and experiments in partnership;
- The third and final part of "Perspectives of professionalisation of the IOA," dealing with the necessary approach to quality, assessment and professional actors for guidance. More...

12 août 2011

Les territoires au coeur du présent et de l’anticipation

http://www.cereq.fr/extension/cereq/design/cereq/images/global/logo_cereq.gifLes territoires au coeur du présent et de l’anticipation. 4e Université d’été « Emploi, compétences et territoires », sous la direction de Stéphane Michun, Cereq, Relief n°35, 2011, 96 p. ISBN 978-2-11-098942-0. 15,00 €. Télécharger la publication. BON DE COMMANDE.
Avant-propos
L’Université d’été « Emploi, compétences et territoires » est née d’un constat : le besoin d’un espace et d’un temps de respiration pour les acteurs du développement territorial et leurs partenaires. Chacun sait combien la vie professionnelle est prégnante, entraînant les uns et les autres dans un tourbillon d’activités marqué par l’urgence, l’accumulation de tâches dont la plupart semblent sans lien entre elles, ne permettant pas de prendre suffisamment le temps de la réflexion, de l’anticipation, et, encore moins, de l’évaluation. Les organisateurs de l’Université d’été se sont donc donnés pour objectif de permettre aux participants de confronter leurs idées et leurs expériences, de partager des méthodes, des outils et des savoir-faire, tout en explorant des problématiques en devenir.
La capacité d’expertise dans le champ de l’emploi, du travail et de la formation est devenue essentielle pour les acteurs locaux et régionaux. Les lieux de ressources, les centres de décision mais aussi les bases de données et les études se sont multipliés sans que le lien soit toujours établi avec les équipes qui oeuvrent au quotidien dans les territoires vécus. C’était l’un des enjeux de la manifestation qui s’est tenue les 25, 26 et 27 août 2010 à Montpellier autour du thème « Les territoires au carrefour du présent et de l’anticipation ».
Outre les présentations en séance plénière portant sur l’intérêt des approches territoriales, la formation tout au long de la vie et la réforme des collectivités, une dizaine d’ateliers ont été organisés, associant chercheurs et acteurs de terrain. Ces ateliers ont permis de repérer des points facilitateurs et des sources de blocage, des solutions et des préconisations utiles à tous ceux qui veulent, au sein de leur territoire, promouvoir les démarches d’anticipation et d’adaptation à destination des entreprises, de leurs salariés et des demandeurs d’emploi.
En 2010, cette manifestation a été le fruit de l’action collective de nombreux acteurs publics, privés ou associatifs: l’Université Montpellier 1 (DIDERIS), la DIRECCTE, la région Languedoc-Roussillon, l’AGEFOSPME, l’APEC, l’ARACT LR, l’Association régionale des missions locales, le centre associé CEREQ de Montpellier, la Chambre régionale de l’économie sociale, la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat, le CIBC, la Conférence régionale du travail, la COPIRE, le MEDEF, OPCALIA, l’OREF, le Pays Corbières Minervois, Pactes locaux, Pôle Emploi, UNIFAF, l’UPA/CAPEB, l’Union régionale des SCOP. Les représentants de ces divers organismes se sont impliqués dans le comité de pilotage et/ou la préparation et l’animation d’ateliers.
Cette publication rend compte des réflexions de chercheurs qui ont accepté de retravailler leur intervention orale en tenant compte autant que possible des débats très riches qui ont ponctué ces deux journées. Qu’ils soient ici remerciés pour la qualité de leur travail et leur disponibilité. Pour le comité de pilotage, Françoise Thuile (Université Montpellier 1 – Dideris), Stéphane Michun (ART-Dev – Centre régional associé Céreq).
Sommaire
Avant-propos, Françoise Thuile et Stéphane Michun
Éditorial, Stéphane Michun
Pourquoi un besoin d’anticipation se développe-t-il au niveau territorial ? Frédéric Bruggeman
La question des ressources humaines dans l’anticipation et l’accompagnement des restructurations d’entreprises, Zeineddine Khelfaoui
La différenciation positive, Emmanuel Négrier
La GTEC au sein des pôles de compétitivité conduit-elle à la sécurisation des parcours professionnels ? Ludivine Calamel, Ingrid Mazzilli
Gestion des compétences à l’échelle d’un territoire : une illustration, Anne Loubes, Isabelle Bories-Azeau, Patrick Faillenet, Nathalie Commeiras
Régulation/Gouvernance en économie sociale et solidaire. Un modèle pour comprendre l’innovation sociale territoriale, Philippe Vaesken
Étude des plans et accords seniors dans la région Bretagne: vers une classification des actions, Natacha Pijoan, Alain Chevance
Ergon, bulletin d’information de la CRT, Yves Jolis
Voir aussi sur le blog: Quand le vieillissement réinterroge l’emploi et le travail, 5ème Université d'été Emploi, compétences et territoires, 4ème Université d’été « Emploi, compétences et territoires », Deuxième Université d’été « Emploi, compétences et territoires ».

http://www.cereq.fr/extension/cereq/design/cereq/images/global/logo_cereq.gif Territooriumide keskmes oleviku ja ettenägelikkus. 4. Summer University "tööhõive, oskuste ja territooriumid", toimetanud Stéphane Michun, Cereq, Relief 35, 2011, lk 96 ISBN 978-2-11-098942-0. ISBN 978-2-11-098942-0. Download avaldamist.
Eessõna
Summer University "tööhõive, oskuste ja territooriumid" sündis tähelepanekust, et vaja ruumi ja hingamine aeg Piirkondliku arengu ja nende partneritele. Igaüks teab, kuidas tööelu on rase, põhjustades üksteisele tuulepuhang tegevust iseloomustab kiiresti, mida kujutab ülesannete akumuleerimine millest enamik tunduvad üksteisest sõltumatud, mis ei võimalda piisavalt aega peegeldus, ootuses, ning palju vähem hindamine. Korraldajad Suvekool on seetõttu seadnud eesmärgiks, et osalejad jagavad oma ideid ja kogemusi, jagada meetodeid, vahendeid ja oskusi ning samal ajal uurida küsimusi tegemisel. Françoise Thuile (Université Montpellier 1 - Dider), Stéphane Michun (ART-Dev - Associate piirkondliku keskuse Céreq). Vt ka blogi: Kui vananemine uuesti läbi tööhõive ja tööjõud, 5. Suvekool tööhõive, oskuste ja territooriumid, 4. Summer University "tööhõive, oskuste ja territooriumid", Second Summer University "tööhõive, oskuste ja territooriumid". Veel...

25 septembre 2010

Colloque Territoires, développement et formation

http://www.formationauvergne.com/images/bandeauPRO.gifL'Institut International Joseph Jacotot pour la formation professionnelle, porté par le Conseil régional de Bourgogne, organise un colloque sur le thème Territoires, développement et formation les lundi 6 et mardi 7 décembre 2010 à Dijon. Colloque Territoires_Jacotot.
Ce colloque propose d'explorer la richesse de cette articulation entre les notions de territoire, de développement et de formation, au niveau de la réflexion et au niveau des pratiques (économiques, éducatives, sociales...). Il s'agit donc d'une rencontre entre chercheurs et praticiens destinée à informer et à valoriser les réalisations mais également à mettre en débat les conceptions et les actions menées dans le domaine.
Les apports seront pluridisciplinaires ; les réalisations viendront d'opérateurs de terrain français et étrangers qui s'efforcent de renouveler la réflexion et d'inventer des démarches nouvelles. La perspective proprement politique ne sera pas oubliée. Les membres des Conseils régionaux et généraux, ceux des agences, organismes, administrations, services de l'emploi, des réseaux éducatifs, de formation, d'insertion, de développement, sont directement concernés par la thématique territoriale. Plus d'infos: Véronique Briet, Institut International Joseph Jacotot pour la formation professionnelle, 15 place Grangier, 21 000 Dijon, 03 80 54 14 14, v.briet@institut-jacotot.eu.
http://www.formationauvergne.com/images/bandeauPRO.gif Joseph Jacotot Het Internationaal Instituut voor de beroepsopleiding, ondersteund door de Bourgogne Regionale Raad, is het organiseren van een symposium over gebieden, ontwikkeling en training op maandag 6 en dinsdag de 07 december 2010 in Dijon. Symposium Territoires_Jacotot. Meer...
2 août 2010

La revue en ligne "Territoires 2040, aménager le changement", N°1

http://territoires2040.datar.gouv.fr/IMG/siteon0.jpg?1278860100Ce premier numéro réunit les articles des protagonistes de Territoires 2040 autour de la présentation de la démarche et de premières controverses prospectives.
Avant-propos / Introduction

Prospective et territoires
Avant-propos par Michel Mercier, Ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire. Personne ne peut savoir avec précision ce que seront les territoires à l’horizon 2040. Mais il est plus que jamais essentiel d’anticiper et de préparer les conditions pour une France plus forte, plus équitable et plus cohérente. C’est ce triple objectif qui inspire la démarche de prospective Territoires 2040, aménager le changement portée par la DATAR. En créant ce rendez-vous entre des acteurs de toutes (...)
Territoires 2040
Introduction par Pierre Dartout, Délégué interministériel à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale. Penser l’avenir de nos territoires fait partie des missions traditionnelles de la DATAR, une tradition à renouveler à l’heure où la DATAR est amenée à se rénover. Cette nouvelle revue Territoires 2040 constitue l’un des vecteurs privi-légiés de la relance de la prospective à la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale et je suis heureux d’en (...)
Les raisons d'une démarche prospective appliquée au territoire national
La DATAR lançait officiellement, le 22 octobre 2009, en présence de Michel Mercier, ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire, et sous la direction de Pierre Dartout, délégué interministériel à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale, une démarche de prospective à l’échelle nationale intitulée Territoires 2040, aménager le changement. Celle-ci s’inscrit dans la tradition presque cinquantenaire de la délégation en la matière tout en s’en dé-marquant : par l’initiation de ce (...)
Le choix d'une prospective

L’époque est dite incertaine mais fait pourtant grand cas de ses capacités paradoxales d’anticipation. Dans un ouvrage devenu de référence, Jean-Pierre Boutinet faisait déjà ce constat : « Disons en première approximation que tout se passe comme si les individus étaient d’autant plus contraints d’inventer leur propre futur qu’aucun système prévisionnel ne peut aujourd’hui leur dire de quoi demain sera fait » (Boutinet 1990). C’est une estimation dans le même ordre d’idées que formulait quelques années plus (...)
Un processus d'apprentissage organisationnel

Territoires 2040 est une démarche de prospective qui se veut pragmatique. Au-delà de l’intérêt de réfléchir aux grandes tendances, aux ruptures, à l’ensemble des ingrédients qui vont dessiner le futur des territoires, il s’agit bien de penser en termes de politiques publiques et d’imaginer les actions qu’il faudra mettre en œuvre pour construire le territoire national que l’on appelle de nos vœux. Les démarches de prospective – et la DATAR possède en la matière une grande expérience puisque depuis sa (...)
Toutes les cartes en main

Les représentations, tout en participant au processus cognitif qui permet d’appréhender le réel, agissent sur lui et contribuent à la création d’un imaginaire individuel et collectif (Debarbieux, 2004). Au sein du large éventail de celles-ci, la cartographie est sans doute le média le plus efficace et le plus pratiqué pour représenter les territoires. Les acteurs de l’aménagement du territoire, politiques, techniciens ou chercheurs, quelles que soient leurs échelles d’analyse et d’intervention, (...)
Une lecture du rapport "une nouvelle ambition pour l’aménagement du territoire"
En septembre 2009, la DIACT, redevenue depuis lors DATAR, faisait paraître un document de vision intitulé « Une nouvelle ambition pour l’aménagement du territoire ». Ce rapport précédait de quelques semaines l’annonce du lancement officiel de la démarche Territoires 2040, aménager le changement et offrait un exemple original d’exercice stratégique de court et moyen termes qui se concluait sur la nécessité d’un prolongement prospectif pour préparer de manière plus efficiente, l’après. Cette conception (...)
La DATAR et la prospective, 50 ans d’histoire
La mission prospective de la DATAR Dès la création de la DATAR en 1963, prospective et aménagement du territoire vont de pair dans la mission de la délégation. La DATAR a été, et demeure, un des foyers de la prospective en France. Jérôme Monod, à la tête de la déléga-tion entre 1968 et 1975, y a introduit cette discipline et a permis d’en expérimenter les premières méthodes. On a parlé d’une école française de la prospective dont le « Scénario de l’inacceptable » de 1971 est un exemple resté célèbre. Par la (...)
Premières controverses prospectives

L’urbanisation, horizon du monde

Il ne faut pas cesser de rappeler une banalité, dont pourtant on tend souvent à celer l’importance, actuelle et future : aujourd’hui et pour la première fois depuis que l’être humain a commencé à imprimer sa marque sur la terre, plus de la moitié de la population du globe, c’est-à-dire plus de 3 milliards de personnes, vit dans des ensembles urbains. Ainsi, les espaces urbanisés deviennent tout à la fois l’habitat du plus grand nombre d’humains et la sphère sociale et politique d’échelle globale au sein (...)
Des métropoles ingouvernables aux métropoles oligarchiques
Cette contribution entend discuter une évidence qui constitue aujourd’hui la colonne vertébrale du prêt-à-penser sur les villes, ce que des auteurs britanniques ont qualifié de « new conventional wisdom ». Cette évidence, c’est celle d’un lien logique entre, d’une part, la capacité d’une ville, de ses élus et de ses élites à innover en ma-tière de politiques urbaines, à comprendre les nouveaux défis qui se posent aux villes et à y réagir à coups de stratégies, de mobilisations collectives et de projets, et (...)
Des sociétés et des territoires mobiles
La mobilité, facteur premier de la mondialisation La mobilité est une composante essentielle de l’organisation des espaces par les sociétés. Elle est incontestablement à la base des sociétés modernes. En permettant aux populations de s’affranchir de la distance, la mobilité rapproche les lieux et perturbe les principes de la continuité territoriale. La seconde moitié du XXe siècle marque un tournant majeur dans les déplacements et les échanges internationaux. Les transports aériens et maritimes ont (...)
La localisation des activités de R&D, au cœur d’un nouveau rapport de l’industrie au territoire
Plusieurs éléments sont habituellement avancés pour expliquer la profonde transformation structurelle de l’industrie ces trente dernières années : volatilité des taux de change, du prix du pétrole et des autres matières premières ; montée en puissance des pays émergents à la fois en termes de débouchés de consommation et de concurrents à faibles coûts de production ; construction d’un marché unique en Europe et introduction de l’euro ; poids croissant des contraintes environnementales... Si toutes ces (...)
Et si les choix résidentiels des ménages s’émancipaient des contraintes de localisation liées à l’emploi...
La géographie économique du pays est marquée par des formes historiques de peuplement relativement dispersées qui sont progressivement transformées par des mouvements de regroupement dans des centres urbains de taille croissante. Ce processus général d’urbanisation repose sur la concentration géographique des emplois qui provoque celle des travailleurs et donc des consommateurs, dans un schéma autoentretenu d’agrégation spatiale. Se placer dans une attitude de réflexion prospective consiste ici à (...)
2040 et le post fordisme
En décembre 2008, la General Motors envisage la possibilité d’un dépôt de bilan, soit exactement un siècle après sa création. Le fait, à lui seul, impensable avant que la « Rust belt » ne se développe au sud du lac Michigan, donne à penser sur les virages de la production. Plus encore, cela illustre symboliquement ce que l’on peut assez facilement imaginer comme la fin de l’industrie comme modèle dominant, et surtout la fin d’un modèle productif fondé sur l’individualisation de la productivité et la (...)
Des communautés rurales aux sociétés locales apprenantes
Les politiques publiques d’aménagement en faveur des espaces de faible densité glissent progressivement d’une logique de compensation de handicaps à une logique de soutien aux projets portés par les sociétés locales. Le renforcement des intercommunalités et la généralisation de nouveaux dispositifs d’intervention (type appel à projets) impliquent que les acteurs soient en mesure de concevoir, mettre en œuvre et gérer leur propre projet en adéquation avec les besoins de leurs territoires. Cette capacité (...)
La nature, partenaire des politiques d’aménagement ?
Il est inutile de redire, une fois de plus, combien l’homme est un acteur de son environnement naturel. Pourtant, si l’humanité est généralement considérée comme nuisible au fonctionnement des écosystèmes, à la biodiversité spécifique (variété des espèces) et génétique (diversité du matériel génétique), il n’est pas inutile de préciser qu’en tant que partie prenante des écosystèmes, l’humanité peut être un contributeur considérable à leur enrichissement, leur diversité et leur renouvellement. On peut citer (...)

http://territoires2040.datar.gouv.fr/IMG/siteon0.jpg?1278860100 Ang unang isyu ay naglalaman ng mga artikulo mula sa 2040 darating Territories sa paligid ng mga pagtatanghal ng mga diskarte at unang prospective kontrobersya.
Paunang salita / Panimula
Prospective at teritoryo
Paunang salita sa pamamagitan ng Michel Mercier, Ministro para sa Rural Areas at Regional Planning. Walang sinuman ang alam tiyak kung ano ay ang mga teritoryo sa 2040. Ngunit ito ay mas mahalaga kaysa kailanman upang mahulaan at maghanda ang mga kondisyon para sa France mas malakas, maganda at mas pare-pareho. Ito ay ang triple layunin binibigyang inspirasyon sa mga prospective na diskarte Territories 2040, bumuo ang nasasakupan baguhin sa pamamagitan ng DATAR. Sa pamamagitan ng paglikha na ito pagtatagpo sa pagitan ng mga artista ng lahat ng (...). More...

30 juillet 2010

Territoires, développement et formation

http://www.reseaueval.com/design/news/images/re_logo.jpgColloque organisé par l'Institut international Joseph Jacotot pour la formation professionnelle,en partenariat avec la revue Education permanente,avec le soutien du Conseil régional de Bourgogne et du Fonds social européen. Dijon - 6 et 7 décembre 2010.
En matière économique ou sociale, il est peu de questions qui ne soient aujourd’hui posées en référence à la notion de territoire. Au-delà de la simple désignation d’un espace pertinent pour penser les faits, définir les politiques et agir, le territoire est plein de significations et de pistes originales qui commencent à être explorées par les chercheurs, les responsables politiques et les acteurs de terrain. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de poser, en termes de relation entre finalités et ressources, la question du développement des espaces, des organisations et des personnes, ainsi que le rôle que peut y jouer la formation.
Le colloque explorera la richesse de cette articulation entre les notions de territoire, de développement et de formation, au niveau de la réflexion et au niveau des pratiques (économiques, éducatives, sociales…). Il s’agit donc d’une rencontre entre chercheurs et praticiens destinée à informer et à valoriser les réalisations, mais également à mettre en débat les conceptions et les actions menées dans le domaine.
Les apports seront pluridisciplinaires ; les réalisations viendront d’opérateurs de terrain français et étrangers qui s’efforcent de renouveler la réflexion et d’inventer des démarches nouvelles. La perspective proprement politique ne sera pas oubliée. Les membres des conseils régionaux et généraux, ceux des agences, organismes, administrations, services de l’emploi, des réseaux éducatifs, de formation, d’insertion, de développement, sont directement concernés par la thématique territoriale. Pré-programme: Territoires.
http://www.reseaueval.com/design/news/images/re_logo.jpgSymposium organized by the International Joseph Jacotot Institute for Vocational Training, in partnership with the magazine continuing education, with the support of the Regional Council of Burgundy and the European Social Fund. Dijon - 6 and 7 December 2010.
In economic or social, there are few issues that are raised today in reference to the notion of territory.
Beyond the mere designation of an area relevant to consider the facts, define policies and action, the territory is full of meaning and original tracks that are beginning to be explored by researchers, policymakers and field workers. Pre-program: Territories. More...
13 novembre 2009

Créer des compétences au niveau d'un territoire

Comment créer des compétences pour les entreprises, l'activité, l'emploi au niveau d'un territoire ?
Avec Marie-Laure Meyer, conseillère régionale Ile-de-France, secrétaire de la Commission Formation professionnelle du Conseil régional d'Ile-de-france et présidente déléguée de la Maison de l'Emploi et de la Formation de Nanterre. Mardi 17 novembre 2009 de 17h45 à 19h45, à AgroParisTech (Site de l'ENGREF: 19, avenue du Maine 75015 PARIS, inscription obligatoire).
La toile de fond de l'intervention de Marie-Laure Meyer est celle de la production des compétences nécessaires pour les entreprises, l'emploi et plus largement pour l'activité au niveau d'un territoire.
Et de la manière dont des politiques peuvent et doivent contribuer à cette production.Trois questions clés, parmi d'autres, seront abordées: -la première question est celle de la gouvernance des décisions. Celle qui conduit à l'élaboration d'une politique de professionnalisation sur un territoire, dont la formation n'est que l'un des volets. Qui doit être partie prenante, quels sont les territoires pertinents pour l'élaboration d'une politique?  -la seconde question est celle de la manière dont les solutions peuvent être dessinées, une fois que le cadre politique est fixé. À savoir comment les solutions peuvent être construites par les parties prenantes : les entreprises et les salariés, le territoire, l'Etat; -la troisième question enfin est celle du devenir des solutions envisagées : comment peuvent-elles être produites et gouvernées jusqu'à leur terme ?
Rudes questions auxquelles s'ajoutent celles relatives à l'anticipation sur un territoire, ainsi que celles relatives à la place des bénéficiaires de la formation dans les processus de décision. Les questions de compétence et de formation professionnelle ne sont pas que des questions de gestion, de fonds, de dispositifs. Ce à quoi elles sont de plus en plus réduites depuis trop longtemps.

How to build capacity for business activity, employment in a territory?
With Marie-Laure Meyer, Regional Adviser Ile-de-France, Commission Secretary Training Regional Council of Ile de France and Deputy Chairman of the House Employment and Training of Nanterre. Tuesday, November 17, 2009 from 17h45 to 19h45, at AgroParisTech (website ENGREF: 19, avenue du Maine 75015 PARIS, registration required).
The background to the intervention of Marie-Laure Meyer is the production skills necessary for business, employment and more broadly for the activity level of a territory. And how policies can and must contribute to this production. More...

22 janvier 2009

L'ARF propose au Medef d'engager des expérimentations pour renforcer le dialogue social territorial sur la formation

Alain Rousset (PS), président de l'ARF (Association des régions de France), président du Conseil régional d'Aquitaine a proposé à la présidente du Medef, Laurence Parisot, lors d'une rencontre qui a eu lieu le mardi 20 janvier 2009, d'"engager dans plusieurs régions des expérimentations visant à renforcer le dialogue social territorial, en particulier sur la question de la formation professionnelle". Source.
ARF MEDEF navrhuje zahájit pokusy posílit územní sociálního dialogu na školení. Alain Rousset (PS), předseda Výboru pro ARF (Association des régions de France), předseda regionální rady Akvitánska navrhla prezidentovi MEDEF, Laurence Parisot, na který se konal v úterý 20. leden 2009, aby "se zapojily do několika regionech experimentů zaměřených na posílení územní sociálního dialogu, zejména v otázce odborné přípravy." Zdroj.

12 novembre 2008

La relation formation emploi dans les territoires

Par Georgie Simon-Zarca, chargée de mission (dans Brèves du Céreq). Les travaux qui mobilisent le territoire pour analyser les questions d'emploi et de formation se sont largement développés ces dernières années au Céreq. Conduits tout d'abord dans le cadre de l'évaluation de la loi quinquennale, puis des différentes instances associant le Céreq aux travaux du Conseil national pour la formation professionnelle tout au long de la vie (CNFPTLV), ils ont permis de développer des démarches comparatives et des méthodologies innovantes appliquées aux territoires régionaux et infra-régionaux.
Les centres associés au
Céreq, qui ont un ancrage régional dans des laboratoires de recherche, ont été amenés à s'emparer assez naturellement de questions que les différentes phases de la décentralisation et de la déconcentration ont suscitées. Ils l'ont fait en mobilisant des approches disciplinaires comme l'économie, la géographie, les sciences politiques... Cette originalité du réseau des centres associés : proximité de la demande sociale régionale, pluridisciplinarités, a permis de produire une mosaïque de résultats qui ont été capitalisés et synthétisés dans des numéros spéciaux de la revue Formation Emploi et par des contributions dans des ouvrages collectifs. Ces travaux montrent, s'il était nécessaire, que le territoire est dépositaire d'une véritable plus value pour l'analyse de la relation formation emploi.
Avec la montée des besoins d'éclairage et d'expertise dans le champ de la formation et de l'emploi, les échanges et les collaborations entre différents producteurs de données et d'analyse en région se développent. Les travaux du groupe ORAFE que le
Céreq a coordonné illustrent cette tendance. Ce besoin de coopération et d'échanges entre structures se traduit également de plus en plus par des rencontres interrégionales auxquelles le Céreq contribue régulièrement.
Enfin, la question territoriale reste pour le
Céreq une question d'avenir. Un groupe de travail rassemblant plusieurs membres du Céreq et de ses centres associés s'est donné comme objectif, dans le cadre des nouvelles orientations à moyen terme, d'utiliser différentes clefs d'entrée comme les mobilités spatiales, les ressources humaines, l'action publique, pour éclairer les dynamiques territoriales. Le dernier Bref publié par le Céreq en témoigne également.
Cliquez ici pour lire notre selection bibliographique sur le territoire dans les Brèves de novembre 2008 .

13 avril 2008

Quelles formations dans les collectivités territoriales ?

La loi du 19 février 2007 relative à la fonction publique territoriale donne une large place à la formation. Comment mesurer l'effort consacré par les collectivités à la formation de leurs agents ? Deux publications de l'Observatoire livrent quelques éléments de réponse.
19 일 공무원 2007년 2월에 대한 교육을 위해 좋은 장소를 제공하는 법률. 요원 훈련을 위해 어떻게 노력을 지역 사회에 의해 자신의 지출을 측정하는? 전망대의 두 출판물 어떤 대답을 제공합니다. 더많은...

<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 75 76
Newsletter
49 abonnés
Visiteurs
Depuis la création 2 787 817
Formation Continue du Supérieur
Archives