hceres.fr3 - Le développement de la formation continue, une priorité politique de l’université
L’université s’engage dans le développement de sa formation continue avec l’objectif d’améliorer encore la professionnalisation de son offre de formation, son ancrage dans le territoire et de générer des moyens financiers supplémentaires. La création d’une nouvelle vice-présidence dédiée à la formation continue témoigne de cette priorité politique. Les indicateurs révèlent une augmentation de l’activité au cours du temps à la fois en matière d’effectifs, +15 % en 2 ans (722 étudiants sous statut de formation continue en 2015 / 629 en 2013)32 (et de recettes générées (+20 % environ soit 1,8 M€ en 2015 / 1,5 M€ en 201333). Le volontarisme de l’établissement dans ce domaine produit des résultats très encourageants.
L’offre de formation continue comprend la formation au diplôme d’accès à l’enseignement universitaire (DAEU), qui compte 130 à 150 étudiants inscrits chaque année34 pour une quarantaine de diplômés par an. Des stages courts (de un à deux jours) sont proposés au catalogue ainsi que des formations qualifiantes en cours du soir et des formations diplômantes, comme des diplômes universitaires (DU). On peut s’interroger sur la pertinence de cette offre de DU qui sont au nombre de 1135 au regard de l’effectif total des inscrits (80 en 2014-2015).
L’université dispose d’un service central support pour la formation continue (SFC) qui intègre depuis peu de temps les activités de formation continue de l’IUT de Vannes, mais pas celles de l’IUT de Lorient. En raison de difficultés ressenties comme pénalisantes par l’IUT de Vannes, à la suite de la mutualisation du service, ce dernier envisage de recréer son service spécifique.
Un service Relations Entreprises (SRE) a été créé pendant la période du contrat afin de faciliter les relations avec les partenaires socio-économiques. Des activités de prospection et de guichet d’accueil sont confiées à chacun de ces services sans lien apparent entre eux, ni avec les IUT.
Une attention particulière devra être portée à la validation des acquis de l’expérience (VAE) qui semble peu promue par l’établissement. Le nombre de validations est modeste (32 en 2013) et régresse au cours des années (55 en 2011, 39 en 2012, 32 en 201336, soit une baisse de 42 %). Conjoncturellement dans de nombreux établissements, on peut noter cette même tendance, mais moins marquée.
Afin d’améliorer la lisibilité et l’efficience de l’action, il serait souhaitable de renforcer les collaborations et les synergies entre les services en charge du développement des actions de formation continue (SFC, SRE, service formation continue des IUT).
Télécharger Université de Bretagne-Sud - UBS. Plus...