11 avril 2017

Rapport sur la VAE - 3.8 La question de la garantie reste centrale dans la certification et dans la tenue des jurys

Lancée en décembre 2015, l’évaluation de la VAE a été confiée à une mission composée de membres de l’IGAS, de l’IGEN et de l’IGAENR. Ce rapport évalue la VAE, au titre de la modernisation de l’action publique (MAP).
3.8 La question de la garantie reste centrale dans la certification et dans la tenue des jurys mais pourrait être appréhendée différemment
Le système de certification repose sur la qualité même du processus de certification. C’est l’un des points que surveillent tout particulièrement les organismes certificateurs afin que la confiance des usagers soit maintenue, que ces usagers soient les candidats ou ceux qui les emploient.
Dans le cas des mises en situation professionnelle, tout comme dans le cas d’une présentation à une épreuve d’examen, la vérification de l’identité du candidat fait partie du processus normal. Le candidat est systématiquement présent.
Dans le cas de la production d’un écrit réflexif, le jury a la possibilité de se prononcer sur pièces ce qui est tout à fait dans la logique de la validation des acquis. Il n’y a donc pas dans ce cas nécessité de faire subir une épreuve particulière au candidat, ni même un entretien. Néanmoins apparaît souvent un doute quant à la réalité de la production de l’écrit : qui l’a rédigé ? Quelle est la part que peut jouer un accompagnement ? Lorsque qu’un écrivain public est requis pour transcrire les dires du candidat, quel est son niveau d’engagement ?
Autant d’éléments qui incitent le jury à organiser une audition même lorsque cela n’est pas obligatoire.
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]