http://blog.educpros.fr/denis-simon/wp-content/themes/longbeach_denis-simon/images/img01.jpgBlog Educpros de Denis Simon. Ces derniers jours, la question du stage a « re » fait l’objet d’une attention gouvernementale.
Autour de deux grandes idées notamment:
D’une part, il apparaît (enfin) que réaliser un voire plusieurs stages dès les premières années de Licence, à l’Université, et bien…c’est bien pour le jeune!
Sur ce point « pas d’objection votre honneur »!
Les écoles de commerce et d’ingénieurs ont compris l’intérêt d’un tel ancrage professionnel depuis bien longtemps et ma Faculté également. En effet, la réalisation d’un stage est obligatoire dès la première année de Licence, chaque année. Et tous ceux et toutes celles qui doutent de la pertinence d’une telle mesure, arguant du fait qu’un étudiant de L1 ou de L2 n’a aucune « valeur ajoutée » pour une entreprise parce que « techniquement » il ne sait « rien faire », raisonnent mal.
Pourquoi?
Mais parce qu’ils voient le « jeune étudiant » comme un produit fini. Plus exactement ils ne le considèrent que comme un « praticien » de la filière dans laquelle il s’est engagé. Un bon stagiaire en droit, c’est l’étudiant(e) qui est en mesure par exemple de rédiger des clauses contractuelles et en anglais en plus! Certes. Mais là on parle de l’étudiant de master, et plutôt de master 2 même. C’est-à-dire de l’étudiant qui a fini « son droit » ou presque. Et cet étudiant répond effectivement à un type de besoins en « entreprise ».
Sauf qu’il en existe d’autres (des besoins) que l’on peut qualifier de plus « basiques ». Suite de l'article...
http://blog.educpros.fr/denis-simon/wp-content/themes/longbeach_denis-simon/images/img01.jpg Blog Educpros Denis Simon. Recent days, the question of course was "re" is the subject of government attention. More...