Aller a la home de France 5Rédigé par Dominique Le Roux. Wit associés, cabinet de conseil RH, a mené une enquête sur la lettre de motivation auprès de 700 professionnels RH. Pour 76% d'entre eux, l'absence de lettre n'est pas un obstacle au recrutement. L'étude conduite par Wit associés est ambivalente : d'un côté l'absence de lettre de motivation n'est plus discriminante pour décrocher un entretien d'embauche ; de l'autre lorsqu'elle existe, elle continue d'être potentiellement un obstacle au recrutement lorsqu'elle est mal rédigée ou truffée de fautes d'orthographe.
Un usage désuet ?

Pour Rafaël Vivier, associé du cabinet Wit, "la lettre de motivation est devenue plus un usage qu'un réel moyen de sélection. Cela tient au fait que le contenu des lettres rédigées par les candidats est de plus en plus aseptisé. Les recruteurs s'attendent de moins en moins à y trouver un intérêt à la lire".
De fait, 76% des recruteurs n'éliminent pas un dossier de candidature qui ne contient pas de lettre de motivation. Mieux même, 46% s'en passent totalement et traitent comme si de rien n'était la candidature ; 30% demandent quand même au candidat de compléter leur dossier par l'envoi d'une lettre.
Par mail ou courrier, peu importe ?

Autre élément qui entre en ligne de compte, le volume des candidatures que reçoivent certaines entreprises. "Les RH n'ont plus toujours les moyens de traiter efficacement les candidatures qu'elles reçoivent et encore moins de lire les lettres", admet Rafaël Vivier. Preuve en est, 37% seulement des recruteurs lisent systématiquement les lettres de motivation et 11% avouent même ne plus les lire du tout. A leur décharge, les réseaux sociaux et la multitude des sites emploi (job board ou site recrutement des entreprises) ont favorisé la multiplication des candidatures. Faut-il y voir une conséquence ? La forme de la lettre importe peu: par mail, courrier, manuscrite ou non, les recruteurs semblent moins formalistes que naguère.
L'orthographe reste rédhibitoire

Néanmoins, lorsque la lettre existe et qu'elle est lue, elle s'avère véritablement éliminatoire pour le candidat lorsqu'elle est mal écrite ou qu'elle comporte des fautes de syntaxe ou d'orthographe. Ces lacunes sont rédhibitoires pour 93% des recruteurs. Pour tester: ActuEL-RH.fr.
Ugrás a hazája Franciaország 5 Írta: Dominique Le Roux. Wit kapcsolódó HR tanácsadó cég, felmérte levelet, 700 HR szakembereknek. A 76%-uk, nem levél nem akadályozzák a munkaerő-felvétel. A tanulmány által Wit részvényesek ambivalens: egyrészt hiányában levél több diszkriminatív, hogy kap egy állásinterjúra, másrészt, ha létezik, akkor azt továbbra is potenciálisan akadálya a felvételi, ha rosszul írt, vagy tele van helyesírási hibák. Még több...