http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gifYves Lecointe, président de l'université de Nantes, propos recueillis par Olivier Rollot. Loi sur l'autonomie des universités, plan licence ou maintenant nouveaux financements dans le cadre du Grand emprunt, l'université française n'est plus le parent pauvre de l'enseignement supérieur. Le président d'une grande université pluridisciplinaire, celle de Nantes avec ses 34000 étudiants, nous dresse le portrait d'un monde en pleine mutation.
Cela doit être formidable de diriger une grande université à un moment où elle est en reconquête de son image et de son public ?
Yves Lecointe :
C'est une vraie chance et nous constatons chaque jour des changements, notamment dans nos relations avec les entreprises qui nous comprennent mieux maintenant que nous sommes "autonomes". Et toute l'université est en mouvement. Récemment, nous avons eu un vote quasi unanime pour lancer notre fondation de projets et aller recueillir des fonds. Les entreprises partenaires sont des alliés précieux qui croient en notre excellence et avec lesquels nous co-construisons des projets. Nous venons d'ailleurs de lancer un portail en ligne dédié aux relations université/entreprises : un guichet unique qui leur ouvre toutes les portes de l'université.