07 février 2011

Comment financer sa formation professionnelle ?

http://www.sodevlog.fr/Questionnaire.En.Ligne/UserFiles/emploi_lr_logo.pngEnseignement et formation - LR
Se former est un droit. Encore faut-il pouvoir l’exercer sans se ruiner. De nombreux dispositifs existent qui permettent de financer une formation professionnelle. Zoom sur les principaux selon le statut de la personne concernée...
DEMANDEURS D’EMPLOI
Qu’ils soient indemnisés ou non, les demandeurs d’emploi peuvent trouver des actions de formation financées par le Pôle emploi (actions de formation conventionnées (AFC), actions préalables au recrutement (FPR) ou préparation opérationnelle à l’emploi (POE)), ou par la région.
Dans le cadre des formations prescrites par Pôle emploi, les demandeurs d’emploi indemnisés continuent à percevoir l’allocation de retour à l’emploi-formation (AREF). Quant à ceux qui ne sont pas indemnisés, ils peuvent bénéficier de la rémunération de formation Pôle emploi (RFPE). Enfin, les frais de formation peuvent être pris en charge par Pôle emploi (aide aux frais associés à la formation).
Par ailleurs, le conseil régional du Languedoc-Roussillon a défini un règlement d’intervention de la rémunération applicable aux stagiaires en formation professionnelle dans le cadre :
- du Programme Régional Qualifiant (PRQ) ;
- du Programme d’Action Préparatoire à l’Insertion (API) ;
- du Programme Expérimental Recherche Innovation (ERI) ;
- du Programme de Pré-Apprentissage (PPA).
Pour y prétendre, il faut être demandeur d’emploi inscrit à Pôle emploi, ne pas être indemnisé par Pôle emploi, et avoir été orienté par un prescripteur régional habilité par la Région. Existent également au niveau régional les aides individuelles à la formation, ouvertes aux demandeurs d’emploi ayant élaboré un projet professionnel solide et ne pouvant le mener à bien dans le cadre des programmes de formation de droit commun (API, ERI, PRQ).
INTÉRIMAIRES
Les intérimaires peuvent bénéficier, sous certaines conditions, d’actions de formation professionnelle éventuellement financées par le Fonds d’assurance formation du Travail temporaire.
AGENTS PUBLICS
Les agents publics, titulaires ou non, bénéficient des mêmes droits que les salariés au titre du plan de formation et du DIF. Ils ont en outre accès à un congé de formation professionnelle (CFP) et à des préparations aux concours et examens professionnels de la fonction publique avec maintien de la rémunération si elles sont accomplies durant le temps de service.
TRAVAILLEURS NON SALARIÉS
Les travailleurs non salariés (artisans, commerçants, professions libérales, gérants de sociétés, etc.) ont également droit à des formations financées. Pour en bénéficier, ils doivent s’adresser :
- à l’AGEFICE pour les chefs d’entreprise des secteurs du commerce, de l’industrie et des services ;
- au FIF-PL pour les professions libérales ;
- au Fonds d’assurance formation de la profession médicale pour les médecins ;
- au VIVEA pour les entrepreneurs du vivant (exploitants agricoles, entreprises de travaux forestiers...) ;
- à la Chambre de métiers et de l’artisanat pour le secteur artisanal ;
- au Fonds d’assurance formation des chefs d’entreprises artisanales (FAFCEA - accueil@fafcea.com).
À noter: lorsque les artisans, commerçants et professionnels libéraux se forment, leur entreprise bénéficie d’un avantage fiscal: le crédit d’impôt au titre des dépenses de formation engagées au profit du/des dirigeants.
http://www.sodevlog.fr/Questionnaire.En.Ligne/UserFiles/emploi_lr_logo.png Educació i Formació - LR
La forma és un dret.
Encara ha d'exercir el poder sense trencar el banc. Hi ha molts dispositius que són capaços de finançar la formació professional. Èmfasi en les principals depenent de la situació de la persona en qüestió ...
Cercadors d'Ocupació

Si compensa o no, els cercadors de treball es troben les activitats de formació finançades pel centre d'ocupació ( formació en virtut de l'acord (TLC), les accions abans de la contractació (FPR), o la disposició per al seu ús (POE) ), oa la regió
. Més informació:  http://www.laregion-seformer.fr/ i http://www.cariflr.fr/. Més informació...

Posté par pcassuto à 17:41 - - Permalien [#]
Tags :


31 janvier 2011

Reduction of administrative burdens of European funding schemes

http://www.sax.nu/Portals/5/images/vsnu%20logo.jpgIn this position paper, suggestions are proposed to improve the European subsidy systems and make suggestions for the simplification of administrative rules. Download the position paper.
The Association of Universities in the Netherlands (VSNU) wishes to contribute to the discussion on the reduction of administrative burdens of European funding schemes. The remarks in this position paper can be deducted from our more detailed paper Reduction of Administrative Burdens and Consequences for Simplification which has been sent to Ms Da Graça Carvalho, reporter of the European Parliament on Reduction of Administrative Burdens, in June 2010.
In that paper we acknowledge the achievements of the European Commission and the European Parliament so far. We believe that the current subsidy system created in the European Union has a variety of success factors. We comment on these successes and put forward our ideas on how things could be further improved. Implementing these ideas would substantially reduce administrative cost without allowing misuse of regulation or public means.
The ideas to reduce administrative burdens and thereby improve the European subsidy system are summarized in the following statements:
1. The VSNU favours subsidy systems based upon high trust. Trust should be translated into regulations, including an ex ante proof of the institutions accounting methodology and processes, low ex ante cost for institutions that use a certified methodology, low ex post controlling cost for institutes that have proven to be trustworthy and intensive ex post control for those that have not.
2. In order to obtain fully financial responsible and sustainable universities, a full costing based subsidy system is needed. Universities have to bear both direct and indirect costs. For both internal and external awareness of costs, full cost based accounting is preferred over direct cost based accounting systems.
3. We promote a uniform framework of administration rules for all different subsidy programmes in Europe. This set can include various ways of subsidizing, but all individual programmes should be based upon those few different possibilities. Such a framework increases the knowledge, employability and productivity of our financial experts and reduces the possibility of mistakes caused by misunderstanding regulation.
4. Allow national accounting practices into the EU subsidy framework as a proper way to give account to expenditures in subsidized programmes. This avoids institutions from having two accounting systems for the same project.
5. Allow for a single information, single audit accounting system. In the Netherlands it is common practice to allow applicants to include subsidies in their annual accounts. Submitting the annual accounts would then be sufficient for intermediate accounting.
6. VSNU favours the use of lump sums, both for elements in a subsidy programme as well as for complete subsidies, as long as those lump sum subsidies are based on full cost calculations. We welcome experiments on result based programmes, as long as result in result based is explained as a scientific report on a certain topic. The report could conclude that the answer to a question cannot be found.
7. The timeline of subsidy schemes from application to final award should be reduced to raise certainty for scientists and the productiveness of employees.
8. Regulation should be clear and stable during the timeframe of a subsidy programme and singularly interpretable only. One of the current problems of universities in the Netherlands is uncertainty on the explanation of financial regulations by different stakeholders.
9. VSNU pleads for the acceptance of smaller consortia. Large consortia often increase the complexity and therefore the organizational costs.
10. Use sophisticated ICT-tools where possible to reduce administrative burdens, including systems that use previously provided information as a basis.
11. The introduction of a European community patent would significantly reduce the administrative burdens on and consequently the costs for businesses and universities. For further information you may contact Mr. Jeroen van Oort: vanoort@vsnu.nl / +31 (0)70 3021430.

Posté par pcassuto à 01:02 - - Permalien [#]
Tags : ,

12 janvier 2011

Les effets redistributifs du financement de l’enseignement supérieur

http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpgDans le cadre des jeudis de la CPU, un séminaire ouvert à tous les acteurs de l’université sur le thème du financement de l’enseignement supérieur et de ses effets redistributifs est organisé à la Maison des universités, le jeudi 20 janvier 2011 de 14h30 à 17h.
Il a semblé particulièrement intéressant à la CPU d’engager une réflexion sur ce sujet qui englobe aussi bien les questions d’égalité des chances en termes d’accessibilité de l’enseignement supérieur que celles d’équité fiscale. Cette réflexion est d’autant plus urgente à mener que plusieurs pays d’Europe (et notamment le Royaume Uni) transforment profondément leur système de financement de l’enseignement supérieur.
Comment est financé l’enseignement supérieur en France? Qui paye? Quels en sont les bénéficiaires? Quel est l’impact des prêts aux étudiants? Quels sont les particularités, les avantages et les inconvénients des systèmes mis en place dans différents pays de l’OCDE, l’impact des prêts aux étudiants? Tels seront quelques-uns des thèmes que traiteront les intervenants de ce séminaire et sur lesquels la CPU souhaite ensuite poursuivre le travail en encourageant les réflexions et recherches universitaires.
Programme
• Ouverture : Anne Fraïsse, vice-présidente de la CPU
• Animateur : Claude Thélot, conseiller maître à la Cour des Comptes, ancien directeur de la DEPP
• Le financement et les aides publiques pour les universités dans les pays de l’OCDE, Eric Charbonnier, analyste à la Direction de l’éducation de l’OCDE
• Dimensions redistributives des prêts aux étudiants, Alain Trannoy, directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’institut d’économie publique
• Les points clefs du rapport « Education et redistribution », Michel Dollé, ancien rapporteur général du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (CERC)
• Débat avec la salle, animé par Claude Thélot, conseiller maître à la Cour des comptes, ancien directeur de la DEPP
• Conclusions et suites du séminaire : Jacques Fontanille, président de l’Université de Limoges
http://www.cpu.fr/fileadmin/img/logo_cpu.jpg CPU perşembe, bir seminer üniversitelerin Evi'nde düzenlenen yüksek öğretim ve dağılım etkileri finansman konulu üniversitenin tüm paydaşlara açık bir parçası olarak, Perşembe, 20 Ocak 2011 14:30 17h için. Özellikle vergi adaleti daha yüksek eğitim erişilebilirlik açısından eşit fırsatlar her iki konuda kavramakta ve bu konuda bir yansıması başlatmak için CPU ilginç geliyor. Bu düşünce daha da derinden yükseköğretim finansmanı kendi sistemini dönüştürmek birçok Avrupa ülkesinde (Birleşik Krallık dahil) yapmak için acil. Program. Daha...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :

10 novembre 2010

La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage

pcassuto | 10 novembre, 2010 23:13

http://www.travail-solidarite.gouv.fr/squelettes/images/header4.jpgLes organismes collecteurs renforcent leur position dans le financement de la formation professionnelle continue
D’un montant de 29,8 milliards d’euros en 2008, la dépense nationale pour la formation professionnelle et l’apprentissage s’accroît de 5,3% par rapport à 2007. L’effort de formation de la Nation reste autour de 1,5% du produit intérieur brut, en légère hausse toutefois en 2008.
Les entreprises restent de loin le principal financeur de la formation professionnelle et de l’apprentissage avec 42% de la dépense globale engagée. Les organismes paritaires collecteurs agréés continuent de gagner en importance: 49% des dépenses des entreprises en direction des actifs occupés du secteur privé passent par leur intermédiaire. L’État est le deuxième contributeur: sa dépense, en hausse de 8% en 2008, représente 16% du total. Les Régions arrivent juste derrière, avec 15% des dépenses totales et une hausse de 4% de leurs crédits.
Les salariés demeurent les principaux bénéficiaires des fonds de la formation continue dans un contexte de début de crise et de retournement de l’emploi. La dépense pour la formation des demandeurs d’emploi repart à la hausse (+8%) et la dépense pour les jeunes est stable. Dares Les dépenses des ménages à seule fin de financer leur propre formation contribuent à hauteur de 4 % à la dépense globale, soit 1,2 milliard d’euros. Ces dépenses sont en hausse de 9 % en raison, notamment, de l’augmentation de leurs achats de formation aux organismes de formation ainsi que des frais de formation en tant que postscolaires.
De leur côté, les trois fonctions publiques (d’État, territoriale, hospitalière) ont dépensé 5,6 milliards d’euros en 2008 pour la formation de leur personnel. Cette dépense représente 19 % de la dépense totale. Elle progresse de 6 %, soit un rythme supérieur à celui de la dépense globale.
Analyses n°73: La dépense nationale pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage, en 2008.
http://www.travail-solidarite.gouv.fr/squelettes/images/header4.jpg The collection agencies are strengthening their position in the financing of continuing vocational training
At a cost of 29.8 billion euros in 2008, national expenditure for vocational training and learning is growing by 5.3% over 2007. The training effort of the nation remains at around 1.5% of gross domestic product, up slightly in 2008, however. Analysis No.73: National expenditure on vocational training and apprenticeship, in 2008. More...

Posté par pcassuto à 23:13 - - Permalien [#]

20 août 2010

Forfaitisation des coûts indirects des opérations financées par le FSE

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Une nouvelle instruction va permettre à une grande majorité de porteurs de projets du Programme Opérationnel "Compétitivité régionale et emploi" de déclarer forfaitairement leurs coûts indirects. Sont concernées les opérations financées par le FSE par voie de subvention, d'un montant de dépenses totales inférieur ou égal à 500000 Euros.
La part des dépenses indirectes d'une opération est fixée à 20 % des dépenses directes justifiées, déduction faite des achats de prestations de services externalisées contribuant directement à sa réalisation. Sauf exception, ce régime sera obligatoire à partir du 1er janvier 2011.
Les opérations portées par les PLIE (gestion-animation), l'AFPA, les missions locales et les PAIO ainsi que les OPCA sont exclues de ce régime de forfaitisation. Instruction DGEFP n°2010-20 du 2 août 2010.
Logo ta 'l-Aġenzija Reġjonali tal-Ħajja tagħlim (ARFTLV Poitou-Charentes) A direzzjoni ġdida se tippermetti maġġoranza kbira tal-proġett Programm Operattiv "Kompetittività Reġjonali u Impjiegi" li jiddikjaraw l-ispejjeż indiretti tagħhom fissa. Din tirrigwarda l-operazzjonijiet iffinanzjati mill-ESF permezz ta 'għotjiet, li jammontaw għal total infiq anqas minn jew ugwali għal 500.000 Euro. Aktar...

Posté par pcassuto à 14:30 - - Permalien [#]


12 mars 2010

21 900 000 000 euros pour la recherche et l'enseignement supérieur dans loi de finances rectificatives 2010

Publication de la loi n° 2010-237 du 9 mars 2010 de finances rectificative pour 2010 qui ouvre 35 milliards d'euros de crédits supplémentaires sur le budget général pour financer les « investissements d'avenir » décidés dans le cadre du « grand emprunt ». Le texte prévoit que les établissements de crédit et entreprises d'investissement présents en France acquitteront en 2010 une taxe « exceptionnelle » sur les bonus versés à leurs salariés opérateurs sur les marchés financiers. Il crée une taxe pour les employeurs de salariés détachés par une entreprise non établie en France et instaure un dispositif d'exonération de cotisations patronales en faveur des employeurs agricoles pour les cotisations dues au titre des rémunérations versées à compter du 1er janvier 2010 aux travailleurs occasionnels qu'ils emploient. A noter également, 3 050 000 000 d'euros pour les Projets thématiques d'excellence, 15 350 000 000 d'euros pour les Pôles d'excellence, 500 000 000 d'euros pour les Investissements dans la formation en alternance. Source http://www.legifrance.gouv.fr/.
21 900 000 000 euros for research and higher education in Finance Act 2010 amendment. Publication of Act n ° 2010-237 of March 9, 2010 supplementary budget for 2010 which opens 35 billion euros of additional appropriations from the general budget to fund "future investment" agreed as part of the "great debt" . The text provides that credit institutions and investment firms present in France in 2010 will pay a "windfall" tax on bonuses paid to employees traders in financial markets. Source http://www.legifrance.gouv.fr/. More...

Posté par pcassuto à 01:04 - - Permalien [#]

20 février 2010

11 milliards d'euros pour le supérieur et la formation professionnelle

Sur les 35 milliards d'euros du Grand Emprunt, 11 milliards iront à l’enseignement supérieur et à la formation professionnelle. Sur ces 11 milliards consacrés à l'enseignement supérieur, 7,7 milliards seront alloués aux campus d'excellence. L'opération campus, destinée à rénover le parc immobilier des universités, bénéficiera d'une dotation supplémentaire de 1,3 milliard. Le plateau de Saclay recevra 1 milliard d'euros pour devenir le plus important campus scientifique et technologique européen. Enfin, 500 millions seront consacrés à l'égalité des chances et 500 millions à la formation professionnelle. Après avoir lancé le plan campus et fait voter la loi sur l'autonomie des universités, le Gouvernement a choisi, grâce à l'emprunt national, d'investir massivement dans l'enseignement supérieur et la formation pour en faire un des moteurs de la croissance de demain.
Le grand emprunt permettra de labelliser cinq à dix de ces projets "campus d’excellence". Les dotations en capital d’un montant total de 7,7 milliards d’euros seront accordées sur appel à projets aux campus d'excellence qui se donneront une gouvernance moderne et des instruments de gestion partagés, avec un engagement clair sur des objectifs et des résultats. Un jury international d’experts, constitué notamment d’universitaires et de représentants du monde économique internationalement reconnus, conduira l’évaluation des projets. Leur sélection sera opérée par l’État sur la base de ces évaluations et d’un travail préparatoire coordonné par le commissaire général à l’investissement.Une dotation de 1,3 milliard d’euros, prévue dans le cadre du grand emprunt, complétera les 3,7 milliards d’euros dont l’opération campus est déjà dotée. La répartition de ces 5 milliards d’euros se fera entre dix projets de rénovation de grands campus:

CampusMontants
Aix Marseille 500 millions d'euros
Bordeaux 475 millions d'euros
Campus Condorcet (Paris-Aubervilliers) 450 millions d'euros
Grenoble 400 millions d'euros
Lyon 575 millions d'euros
Montpellier 325 millions d'euros
Paris 700 millions d'euros
Saclay 850 millions d'euros
Strasbourg 375 millions d'euros
Toulouse 350 millions d'euros
Investir dans la formation en alternance : 500 millions d’euros. Créer une filière d'excellence pour l'apprentissage est une priorité du Gouvernement. Cet objectif implique d’investir pour développer et améliorer l’appareil de formation : 250 millions d’euros seront consacrés à la rénovation et à la construction de nouveaux centres de formation, particulièrement dans les secteurs économiques en développement, et par la constitution de pôles d’excellence au niveau régional ou national.

Από τα 35 δισ. ευρώ Μείζονος Δανείου, 11 δις ευρώ θα πάνε στην τριτοβάθμια εκπαίδευση και την επαγγελματική κατάρτιση. 11 δισεκατομμυρίων που δαπανώνται για την τριτοβάθμια εκπαίδευση, 7,7 δισ. ευρώ θα διατεθεί για πανεπιστημιουπόλεις της αριστείας. Η λειτουργία πανεπιστημιούπολη, που προορίζεται για την ανακαίνιση του αποθέματος κατοικιών των πανεπιστημίων, θα λάβουν πρόσθετη χρηματοδότηση ύψους 1,3 δισ. ευρώ. Plateau de Saclay λάβουν 1 δισ. ευρώ για να γίνει η μεγαλύτερη επιστημονική και τεχνολογική πανεπιστημιούπολη Ευρώπη.Τέλος, 500 εκατομμύρια θα είναι αφιερωμένο στην ισότητα ευκαιριών και 500 εκατ. ευρώ για την επαγγελματική κατάρτιση. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 23:24 - - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2010

Suppression de la subvention de 900000 euros du CG 92 à l'université de Nanterre

http://www.vousnousils.fr/img/v2/logo.jpgLe conseil général du 92 supprime sa subvention à l'université de Nanterre.  Le conseil général des Hauts-de-Seine (CG92), présidé par Patrick Devedjian (UMP) a décidé de supprimer la subvention annuelle de 900000 euros qu'il versait depuis quatre ans à l'université de Nanterre, un choix dénoncé par le PS qui y voit une "priorité donnée au privé". L'aide départementale entrait dans le cadre d'un "contrat d'objectifs pluri-annuel" qui s'est achevé fin 2008 entre le département et l'université, qui compte 32000 étudiants...
Dans un communiqué, les élus socialistes du CG92 "s'insurgent contre ce nouveau désengagement", alors que le "département continue de financer à hauteur de 10 millions d'euros de subvention annuelle le pôle Léonard de Vinci", autrement appelé "fac Pasqua". M. Devedjian a confirmé à l'AFP que le CG92 avait accordé "une petite subvention à Dauphine, 400000 euros annuels, pour les aider à payer le loyer" au pôle Léonard de Vinci. Situé dans le quartier d'affaires de La Défense, ce pôle privé avait été créé en 1985 par Charles Pasqua, qui en est toujours président. Ses trois écoles (management, ingénieurs, multimédia) et ses partenaires, dont l'université Paris-Dauphine, y accueillent environ 6.000 étudiants. Concernant le pôle Léonard de Vinci, il a souligné que la subvention avait "diminué de moitié" depuis son arrivée au CG92, en 2007. Le budget annuel de l'université de Nanterre s'élève, hors salaires, à quelque 60 millions d'euros.

http://www.vousnousils.fr/img/v2/logo.jpgThe General Council of 92 removes its grant to the University of Nanterre. The general council of Hauts-de-Seine (CG92), chaired by Patrick Devedjian (UMP) has decided to remove the annual subsidy of 900,000 euros it paid for four years at the University of Nanterre, a choice denounced by the PS, which sees a "priority given to private. Support county was part of a "performance contract multi-year" which was completed in late 2008 between the department and the university, which has 32,000 students . More...

Posté par pcassuto à 18:13 - - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2010

830 millions d'euros pour la Formation Continue

http://www.vousnousils.fr/img/v2/logo.jpgLe nouveau fonds paritaire national destiné à financer des programmes de formation professionnelle continue, notamment aux chômeurs, devrait disposer de 830 millions d'euros environ en 2010, selon une évaluation CGT.
En 2009, les partenaires sociaux et le gouvernement tablaient sur 900 millions d'euros de ressources et estimaient que la réforme permettrait de former chaque année 200.000 chômeurs de plus et 500.000 salariés peu qualifiés. Reste donc à savoir combien l'Etat mettra au pot, selon une source proche du dossier, et comment seront réparties les ressources.
Selon un accord conclu mardi entre partenaires sociaux, l'argent ira en partie aux programmes de formation engagés par les organismes collecteurs de la formation (Opca) comme les contrats pro, les congés individuels formation, etc, dans le cadre d'un effort de péréquation entre branches professionnelles. Le reste sera ventilé entre des programmes de Conseils régionaux, de l'Etat, ou ira à Pôle emploi pour des actions de formation de chômeurs dans le cadre d'une convention qui reste à rédiger avec l'Etat.
La formation est affichée comme "la priorité 2010" par le gouvernement pour lutter contre l'envolée du chômage avec la crise. Les ressources du fonds (appelé Fup, et bientôt FPSPP comme "fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels") proviennent d'un pourcentage des contributions obligatoires des employeurs à la formation professionnelle, dans la limite annuelle de 13%. Il est géré par les partenaires sociaux.
"Le fonds n'existera probablement qu'au 1er mars, les choses se mettent en place progressivement, il y a encore des décrets nécessaires. Comme la crise est passée par là, la masse salariale a baissé, les cotisations aussi, et nous aurons aux environs de 830 millions d'euros", a précisé mercredi à l'AFP Djamel Teskouk, vice-président CGT du fonds. La présidence est assurée par le Medef. "Ceci dit, il ne faut pas se faire d'illusion, ce n'est pas le fonds qui va résoudre le problème du million de chômeurs arrivant en fin de droits", a souligné M. Teskouk.
Le fonds avait débloqué 200 millions d'euros en urgence en avril dans le cadre d'un accord Etat-Fup avec le gouvernement. Fin novembre, seul un quart des sommes environ étaient engagées, selon un document du Fup. Une partie a servi à des salariés en Convention de reclassement personnalisé (CRP) mais le dispositif commence seulement à monter en charge après avoir piétiné (400500 euros engagés en 2009 sur 70 M EUR provisionnés). Une autre a bénéficié à des salariés exposés à un risque de licenciement (17 millions d'euros sur 76 M EUR). Quant à la formation pour des salariés en chômage partiel, elle a buté des difficultés, notamment à organiser les formations sur le temps chômé (30 millions d'euros engagés sur 54 M EUR prévus). En outre, le Fup a compensé le retrait partiel de l'Etat de l'allocation fin de formation (8 millions d'euros en 2009). La loi portant réforme de la formation professionnelle, qui était jugée pas assez opérante du fait de la complexité de ses financements, a été promulguée le 25 novembre 2009.
http://www.vousnousils.fr/img/v2/logo.jpgEl nuevo fondo nacional para la financiación conjunta de programas de educación profesional continua, incluyendo a los desempleados, debería haber 830 millones de euros en 2010, de acuerdo a una evaluación de la CGT. El fondo ha asignado 200 millones de euros en caso de emergencia en abril como parte de un acuerdo de estado FUP con el gobierno. La Ley de Reforma de la formación profesional, que se consideró lo suficientemente operativa debido a la complejidad de su financiación, se promulgó noviembre 25, 2009. Más información...

Posté par pcassuto à 15:25 - - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2010

Financement de l'enseignement à distance

http://www.formasup.education.fr/themes/formasup/tex1003.jpgTable ronde du 18 décembre 2009. Le 18 décembre à La Grande Arche de la Défense a eu lieu une table ronde sur le financement des formations à distance, afin de préciser le cadre législatif et d'offrir un panorama des pratiques. Cette demi-journée riche en informations a permis de rapprocher une grande partie des acteurs de la FOAD.
Afin de préciser le cadre réglementaire du financement de l'EAD et d'offrir un panorama de leurs pratiques, les établissements publics proposant de l'enseignement à distance, le Centre national d'enseignement à distance (le Cned), le Centre national de promotion rurale (le CNPR), les universités (le réseau FIED, Fédération interuniversitaire de l'enseignement à distance et le réseau universitaire de la formation continue) ainsi que le CERIMES pour son portail de formation à distance Formasup ont reçu: - M Jean-Philippe Cépède, Directeur Juridique-Observatoire, Centre Inffo, - Mme Brigitte Brysbaert, en charge de la FOAD au C2RP (CARIF Nord-Pas-de-Calais), - Mme Charlotte Duda, ex-présidente de l'ANDRH, - M Florent Guhl, Chef du bureau de la formation continue (FORMCO), secrétariat général du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, - M Bernard Falck, Directeur de l'éducation et de la formation, MEDEF, - M David Mazurel, Directeur, Fongecif Ile-de-France, - M Frédéric Haeuw, Fédération des particuliers employeurs de France (Fepem), - M Eric de Dreuzy, en charge du développement du e-Learning à Air France et M Jean-François Maynier, Directeur adjoint de Télé 3, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Voir le document.
http://www.formasup.education.fr/themes/formasup/tex1003.jpgMesa Redonda de diciembre 18 de 2009. El 18 de diciembre en La Grande Arche de la Défense celebró una mesa redonda sobre la financiación de la educación a distancia, para aclarar el marco legislativo y proporcionar una visión general de las prácticas. Cette demi-journée riche en informations a permis de rapprocher une grande partie des acteurs de la FOAD. Este medio día la información enfoque ricos ha permitido a muchos de los actores de la educación abierta ya distancia. Más información...

Posté par pcassuto à 12:29 - - Permalien [#]
Tags :