http://static.lpcdn.ca/lpweb/img/img_appMobiles.pngPar Agnès Gruda. À la veille de l'ouverture du Sommet québécois sur l'enseignement supérieur, voici un coup d'oeil sur des expériences de gratuité universitaire dans le monde. Ce qu'on peut en retenir: la gratuité est possible. Mais... elle a un coût.
Jakob Ruggaard ne sait plus où donner de la tête, ces jours-ci. Lundi, le gouvernement danois a annoncé une série de compressions dans son programme de bourses universitaires.
Depuis, le président de l'Association nationale des étudiants du Danemark court d'une université à l'autre pour mobiliser les troupes. «Les étudiants sont furieux, nous ne laisserons pas passer ça en silence!», clame-t-il, indigné, quand je réussis enfin à l'attraper au téléphone.
Les études universitaires sont gratuites au Danemark. Mieux que ça: tout étudiant reçoit d'office une bourse qui peut atteindre 1000 $ par mois. De quoi assurer sa subsistance.
Cette bourse est renouvelable pendant six ans, soit une année de plus que le temps réglementaire pour décrocher une maîtrise. Les rumeurs voulant que cette aide soit réduite à cinq ans ont soulevé un débat houleux, cet hiver. Le sujet fait la une des journaux. Et l'opinion publique rejette le projet à plus de 80%! Suite de l'article...
http://static.lpcdn.ca/lpweb/img/img_appMobiles.png By Agnès Gruda. On the eve of the opening of the Quebec Summit on Higher Education, here's a look at the experiences of free university in the world. What we can remember: free is possible. But ... it has a cost.
Jakob Ruggaard do not know where to head these days
. More...