http://www.ozp.fr/local/cache-vignettes/L696xH200/siteon0-cd20e.pngMalgré l’objectif de 30% de boursiers, la proportion d’élèves de milieux modestes stagne à 12% depuis dix ans.
Au début, on n’y croit pas, on pense avoir mal lu. Mais, au détour de la note 12.02 des services statistiques du ministère de l’Enseignement supérieur, le verdict tombe. En une décennie, l’origine sociale des élèves de classes préparatoires n’a pas bougé d’une virgule. Ouverture aux bacheliers de milieux défavorisés: néant. "En 2001, 51% d’élèves en CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) étaient issus d’un milieu favorisé et 12% étaient enfants d’ouvriers, d’inactifs ou de retraités. Dix ans plus tard, la proportion reste inchangée."
[...] depuis 2001, la proportion de boursiers s’est accrue en prépas, mais moins qu’ailleurs, révèle encore la note 12.02 du ministère: +6% contre +8% en moyenne. Encore s’agit-il d’un pur tour de passe-passe comptable sans effet sur l’ouverture sociale. En 2008, Valérie Pécresse, alors ministre de l’Enseignement supérieur, a modifié le barème d’attribution des bourses en créant l’"échelon zéro": Extrait de nouvelobs.com du 28.02.13 : Classes prépas; zéro pointé en ouverture sociale. Voir la grande rubrique sur le site de l’OZP Ouverture sociale (enseign. supérieur et entreprises). Suite de l'article...
http://www.ozp.fr/local/cache-vignettes/L696xH200/siteon0-cd20e.png In ainneoin an sprioc de cothromais 30%, marbhánta líon na mac léinn ó chúlraí measartha ag 12% ar feadh deich mbliana. Ar dtús, ní raibh muid ag chreideann sé, a cheapann tú go bhfuil tú misread. Níos mó...