http://www.coe.gouv.fr/IMG/png/banniere21juin_arrondie.pngColloque « Mondialisation et emploi » du mardi 21 juin 2011 en partenariat avec les Echos, France 2 et France 3, Maison de la Chimie – Grand Amphithéâtre.
Synthèse des débats
Ouverture
par la présidente du Conseil d’orientation pour l’emploi, Marie-Claire CARRERE-GEE.
Mesdames, messieurs,
Bienvenue à la Maison de la Chimie, pour notre colloque annuel consacré à la mondialisation et à l’emploi, organisé en partenariat avec le journal Les Echos, France 2 et France 3, que je remercie vivement de nous accompagner... Je remercie l’ensemble des intervenants qui ont bien voulu partager avec nous leur expertise, ainsi que Leïla de Comarmond, du journal Les Echos, Patricia Loison, de France 3, et Béatrice Taupin, ancienne journaliste et membre du COE, qui ont accepté d’animer et d’orienter nos débats...
Jean-François Cirelli

Bien sûr. On ne peut pas s’extraire du monde. Une entreprise est faite pour croître. Si on veut croître, il faut bien aller là où est la croissance. La crise récente a accéléré une différenciation entre l’ancien monde et le nouveau monde. Les pays que l’on dit émergents ont en fait déjà émergé. Il faut que nous allions au contact de ces zones de croissance. Mais cela n’empêche pas que nous sommes très contents de faire du « business » en France et en Europe. Alors oui, nous avons une responsabilité sociale. Il importe à un chef d’entreprise de savoir qui sont ses employés, quelles sont leurs formations, comment ils peuvent progresser. C’est même essentiel...
Philippe Crouzet

Voilà pourquoi la transmission de ce savoir-faire, ici, en Europe, est un enjeu clé. Jean-François Cirelli l’a dit tout-à-l’heure: nous avons dix ans devant nous. Saurons-nous le faire ? Même si les processus de formation ont évolué, la plus large part de ce savoir-faire et des gestes est transmise de façon orale, « sur le tas ». C’est la responsabilité du chef d’entreprise que je suis de m’en assurer. Car on est avec ce sujet au cœur de l’entreprise...
Gilles de Robien

Notre destin n’est pas de nous effaroucher de l’émergence de la Chine ou de l’Inde. Tout est dans notre capacité à réagir par la formation, par la recherche, par l’innovation et par l’audace de créer et de construire...
Martin Hirsch

Il ne faut pas en effet rater une opportunité: le consensus des économistes a changé. Avant c’était la croissance et le niveau de vie d’abord; la protection ensuite. Parce que la protection était un frein à la croissance, nous disait-on. Mais la crise a renversé ce discours dominant: une protection sociale peut désormais se construire sans faire baisser la croissance, disent les économistes en solo ou en réunion collégiale. Merci au Brésil qui en fait la démonstration. Mais construire la protection sociale c’est archi-compliqué. Si l’on parle de santé, il faut avoir des leviers: il faut des professionnels, il faut des médecins, il faut donc travailler sur la formation et les conditions d’exercice des professions médicales, sans parler des infrastructures hospitalières… Au niveau international, c’est gigantesque mais pas impossible...
Laurent Cohen-Tanugi

Dans ce dernier domaine, un objectif quantitatif – porter le taux d’emploi à 70% - et une orientation plus qualitative et stratégique: élever le niveau des compétences par l’éducation, l’enseignement supérieur et la formation tout au long de la vie. Lisbonne a connu un succès relatif sur le taux d’emploi, mais au détriment de la productivité ; la stratégie a en revanche échoué sur le second objectif...
Yves-Thibault de Silguy

Concernant l’innovation, trois idées. La première : développer les filières scientifiques et techniques. Dans l’agronomie, dont je m’occupe, un pôle de formation et de recherche consacré aux sciences de la vie verra le jour sur le futur site de Saclay. D’ici à trois ans, il sera dans le top 5 mondial. Il peut augurer d’une manière efficace d’avancer...
Jean-François Dehecq

Tout doit revenir à l’adéquation entre les besoins et la formation. Le maire d’une ville qui se bat en France pour créer des emplois est aussi important que M. Barroso au niveau de l’Europe. Je vous prie d’excuser mon langage direct mais il faut, je crois, arrêter « les trucs d’intellos ». Il faut bouger. Le citoyen a le sentiment que cette économie qu’on lui dit être à plat, il sait que ce n’est pas lui qui l’a foutue par terre. Alors, l’innovation, oui. Mais depuis combien de temps parle-t-on d’innovation ? Elle a pris un sacré coup de vieux, cette innovation tant évoquée...
Jozef Niemiec

La stratégie de Lisbonne était clairement de freiner le financement en faveur de ces industries en passant de 2,6 à 1,6 de contribution. De plus les mesures d’austérité pèsent négativement sur les financements alloués à la formation...
Jean-François Dehecq

L’Allemagne a une énorme capacité d’innovation, mais elle n’a pas de CNRS. La culture de l’innovation se fait là-bas jusqu’au fin fond des usines. L’Allemagne est sur des métiers qu’elle avait déjà en 1924 ; elle les a développés et défendus. La Chine aussi a sa propre culture de formation à l’innovation. Elle dispose d’un « gisement » de potentiel humain considérable qui sera présent et opérationnel dans les dix ou quinze prochaines années. Sachons-le et ne l’oublions pas.
http://www.coe.gouv.fr/IMG/png/banniere21juin_arrondie.png Sümpoosion "Globaliseerumine ja töötamise eesmärgil" teisipäev, 21. juuni, 2011 koostöös Les Echos, Prantsusmaa 2 ja 3, Maison de la Chimie - Grand Amphitheatre.
Peetud arutelude kokkuvõte
Avamine presidendi nõuandev tööhõive, Marie-Claire Carrère-GEE.

Daamid ja härrad,

Tere tulemast Maison de la Chimie, meie iga-aastasel konverentsil globaliseerumise ja tööhõive koostöös ajalehe Les Echos, Prantsusmaa 2 ja 3, et olen väga tänulik, et meiega liituda...
Ma tänan kõiki huvigruppe, kes olid valmis jagama meiega oma kogemusi ja Leila de Comarmond ajaleht Les Echos, Patricia Loison, Prantsusmaal 3 ja Béatrice Taupin, endine ajakirjanik ja liige WCC on kokku leppinud animeerida ja suunata meie arutelud.
Laurent Cohen-Tanugi
Viimati nimetatud valdkonnas, kvantitatiivse eesmärgi - suurendada tööhõive määra 70% - ja enam kvalitatiivseid ja poliitika: oskuste taseme tõstmine hariduse, kõrghariduse ja koolituse kogu elu. Lissabonis on suhteline edu tööhõive määr, kuid kulul tootlikkuse strateegia on siiski ebaõnnestus teine eesmärk. Veel...