LibérationPar Sylvestre Huet. En décernant sa médaille d’or 2014 à l’informaticien Gérard Berry, le CNRS souligne son rôle pionnier dans l’avènement des logiciels aptes à gérer le temps et piloter des machines.
«Il faut faire gaffe aux mots.» Gérard Berry, lorsqu’il se voit soumettre une analogie ou une plongée acrobatique dans le concept de «conscience artificielle», oppose cette réaction de prudence scientifique et langagière. Car, s’ils peuvent simuler de manière parfois troublante les processus du vivant, voire de la pensée, les ordinateurs restent «des objets artificiels».