Par . Une tribune critiquant la politique menée par l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso, et réclamant “le changement à l’Université et dans la Recherche”, a recueilli plus de 7 000 signatures en cinq jours. Demain elle devrait pourtant être nommée secrétaire d’Etat...
Pour d’autres, la chute est lourde. Geneviève Fioraso mesure cette semaine l’hostilité que son action au ministère de l’Enseignement supérieur et de le Recherche (ESR) a suscitée dans le milieu universitaire. Depuis que Benoît Hamon a laissé entendre, lors de sa prise de fonction, qu’elle pourrait revenir au gouvernement en tant que secrétaire d’Etat (ce qui sera confirmé mercredi 9 avril), et que Le Monde a considéré le 2 avril que sa politique avait été “plutôt consensuelle”, le milieu universitaire est en ébullition.
“Montée de la colère et du découragement”
Plus de 7 000 personnes ont signé une tribune écrite par des universitaires désapprouvant la politique qu’elle a menée, considérée comme le “principal échec de la présidence Hollande”. Voir l'article...