Par Yannick Povillon. Lancé mardi depuis l'université des sciences de Montpellier 2 qui le coordonne, Semsem propose de moderniser l'enseignement supérieur et de rapprocher industriels et stagiaires du Maghreb pour lutter contre le fléau du chômage des jeunes diplômés.
L’université Montpellier II (faculté des sciences) participe à sa manière à la construction de l’Euroméditerranée. Mardi, son président Michel Robert a officiellement lancé le projet Semsem. Un acronyme pour “service pour l’employabilité et la mobilité sous forme de stages en entreprises des étudiants du Maghreb”. "Il s’agit de favoriser l’emploi des jeunes diplômés au sud de la Méditerranée", évoque en préambule Michel Robert. Il entend surtout aider à moderniser l’enseignement supérieur dans ces pays et le rapprocher de celui de l’Europe. Suite...