http://www.cariforef-pdl.org/Admin/telechargement_CARIFOREF/ficTelecharge_1/images_carif/COUVTT3.jpgRédaction: Véronique Melquiond. Ce nouveau numéro de Trajectoires et transitions apporte un éclairage sur les stratégies individuelles qui s'exercent dans la gestion d'une phase de transition au coeur du parcours professionnel du demandeur d'emploi. Télécharger Trajectoires et Transitions n°3.
Dans un contexte de persistance du chômage, la formation professionnelle continue des demandeurs d’emploi est une dimension essentielle. Elle est essentielle pour les pouvoirs publics qui renforcent régulièrement l’appui aux personnes en difficulté sur le marché du travail en contribuant à les orienter vers l’emploi via une étape de formation. Les efforts financiers consentis pour la formation des demandeurs d’emploi sont à l’image de cette mobilisation. En 2008, l’État a dépensé 911 millions d’euros (Source Dares: 911 millions d’euros, soit +14% par rapport à 2007) et les conseils régionaux 1332 millions d’euros (Source Dares: 1332 millions d’euros, soit +11,2% par rapport à 2007) pour la formation professionnelle de ce public. C’est une dimension également essentielle pour le demandeur d’emploi dont le besoin d’accompagnement individuel est réel, en particulier pour optimiser ses recherches d’information et d’orientation. Financements accrus et optimisation des ressources d’information sont des éléments clés qui conditionnent la qualité de la transition chômage/formation/emploi.
Ce numéro de Trajectoires et Transitions se présente en deux parties. D’une part, des données de cadrage (toutes régions) et des données locales (région des Pays de la Loire) sur les moyens financiers mis à disposition dans le dispositif de financement de la formation professionnelle continue pour les demandeurs d’emploi. D’autre part, il présente, à partir de la plateforme téléphonique « Région formation à votre écoute » mise en place par le Conseil Régional des Pays de la Loire, les caractéristiques des demandeurs d’emploi en recherche d’information sur la formation et les caractéristiques des demandes recueillies. Cette présentation illustre le rapport moyens/usages des moyens mis à disposition des demandeurs d’emploi et peut apporter un éclairage sur les stratégies individuelles qui s’exercent finalement dans la gestion d’une phase de transition au coeur du parcours professionnel.
La place des demandeurs d’emploi dans le dispositif public de formation professionnelle continue

Le maillage des institutions qui financent la Formation professionnelle continue (FPC) en France est complexe. Trois grands types de contributeurs se distinguent: l’État, les conseils régionaux et les partenaires sociaux. En 2008, plus de la moitié des dépenses de FPC étaient consacrées à la formation continue des demandeurs d’emploi et plus de 90% destinées aux formations pré-qualifiantes, qualifiantes et de professionnalisation. La place des demandeurs d’emploi est en constante progression dans les dépenses. Cette dynamique est impulsée par la progression globale de tous les types de financeurs, tous publics confondus, et les évolutions législatives en cours qui redistribuent les champs de compétence des financeurs historiques. Cette dynamique qui touche l’ensemble du territoire est également portée par les partenaires sociaux. En 2008, dans la région des Pays de la Loire, les dépenses tous financeurs et tous publics ont progressé de plus de 7%. Dans le même temps, la part du financement des partenaires sociaux a progressé de 14%.
Depuis 2003, les Régions prennent une part croissante dans le financement de la formation professionnelle continue des demandeurs d’emploi, avec l’appui des partenaires sociaux.
En 2008, les régions sont les principaux financeurs de la formation des demandeurs d’emploi avec 48% des dépenses (35% pour les partenaires sociaux et 17% pour l’État). Les dépenses de la Région des Pays de la Loire en faveur de ce public s’élèvent à 237 millions d’euros, en progression de près de 10% entre 2007 et 2008. Elles représentent 44% de la dépense de formation en direction des demandeurs d’emplois et placent le Conseil régional au premier rang des financeurs (37% pour les partenaires sociaux et 18% pour l’État).
92% de ces dépenses concernent des formations préqualifiantes, qualifiantes et de professionnalisation et 8% d’insertion sociale professionnelle. Dans les Pays de la Loire, la majeure partie des dépenses destinées aux demandeurs d’emplois couvrent les dépenses directes comme le coût pédagogique et induites comme la rémunération. En 2008, en France, 610000 demandeurs d’emploi sont entrés en formation et parmi eux 52% sont des femmes, 41% des stagiaires ont moins de 26 ans, 45% entre 26 et 44 ans et 14% ont 45 ans ou plus. Plus de la moitié des stages financés par les Régions sont destinés aux jeunes de moins de 26 ans (Source: Dares 2008).
Dans cette période, l’ensemble des régions ont pris en charge 340 000 demandeurs d’emploi (ce financeur représente à lui seul 56 % du financement des actions de formation) et constituent le principal financeur des coûts pédagogiques. En 2008, en Pays de la Loire, 18 799 demandeurs d’emploi sont entrés en formation avec un financement du Conseil régional.
La recherche de formation, une phase de transition au coeur du parcours professionnel
Une demande d’information croissante

Pour les demandeurs d’emploi, le besoin d’accompagnement dans la recherche d’information est réel. Plusieurs dispositifs d’accompagnement sont à leur disposition et parmi eux, des dispositifs régionaux, comme celui de la plateforme téléphonique de la Région des Pays de la Loire « Région formation à votre écoute » (Depuis 2006, le Conseil régional des Pays de la Loire a mis en place une
plateforme d’information sur la formation professionnelle continue à destination du grand public. Cette plateforme a une double fonction: délivrer un premier niveau d’information et aiguiller vers les relais pertinents). Depuis 2007, le nombre d’appels est croissant, avec + 18% d’appels en 4 ans et + 31% d’appels pour les demandeurs d’emploi. En 2010, 5 680 demandeurs d’emploi ont contacté la plateforme et demandé une information pour un projet de formation professionnelle. Plus de 40 % des appelants sont domiciliés en Loire-Atlantique et 5 % en Mayenne.
Alors que la part des hommes est en constante progression depuis 2007 (37% en 2007 et 40% en 2010, soit 2286 appelants), les femmes sont majoritaires avec 60% des appelants (3387 sur 5670 répondants). À titre de comparaison, dans la région, au 31 janvier 2011, les femmes représentaient 53% des demandeurs d’emploi et 48% des demandeurs d’emplois entrés en formation en 2010 (Sources: Direccte Pays de la Loire « Marché du travail et politiques d’emploi ». Carif-Oref Pays de la Loire « Données région »). Une surreprésentation des femmes dans les appels, qui atteste de leur mobilisation accrue dans la recherche d’information.
Par ailleurs, la tranche des 26 à 44 ans (57%) est la plus représentative et un tiers ont moins de 25 ans (27%). À titre de comparaison, en 2008, les moins de 25 ans représentaient 41% des demandeurs d’emploi en formation au niveau national. Le plus grand nombre de diplômés de niveau V se trouve dans le secteur d’origine Bâtiment second oeuvre et Textile-Habillement-Cuir (57% pour le premier, 65% pour le second). Les secteurs où l’on retrouve la plus grande proportion de diplômés de niveau II et I sont les secteurs Communication et Tertiaire.
Des demandes sexuées
Si les demandeurs d’emploi sont de plus en plus nombreux à appeler la plateforme, les demandes sont différentes selon le sexe. Globalement, la famille d’activité des services est celle vers laquelle convergent le plus de demandes des femmes. Du point de vue des métiers exercés par les appelants, trois domaines d’activité regroupent 65% des femmes: Tertiaire (18%), Commerce distribution (19%) et Santé social (27%). Près de la moitié des demandes de formation des femmes sans emploi convergent vers le domaine Santé social (1483 demandes/3 001 répondants).
Ces demandes viennent en partie de femmes qui exercent déjà dans le Santé Social (43%). Les assistantes maternelles s’orientent vers le métier d’auxiliaire de puériculture et demandent des formations CAP petite enfance. Les agents de service hospitalier s’orientent vers le métier d’aide-soignant et d’aide-médico-psychologique. Les aides à domicile s’orientent vers le métier d’auxiliaire de vie sociale. Les autres demandes vers le domaine Santé Social sont originaires des domaines Commerce distribution et Tertiaire.
Comme pour les femmes, c’est la famille d’activité des Services qui regroupe le plus de demandes. Pour les métiers exercés, deux domaines d’activité regroupent un tiers des hommes: le Transport (18%) et le Commerce distribution (15%). Les demandes de formation de l’ensemble des hommes sans emploi convergent principalement vers trois domaines (42% des demandes): Transport (17%), Santé social (14%) et Tertiaire (11%).
Pour ceux qui exercent dans le Transport, les demandes se répartissent ainsi : un tiers des demandes des conducteurs de poids lourds (20% du Transport) concernent une formation sur les permis de conduire et 13% s’orientent vers le métier d’ambulancier. Les chauffeurs livreurs (17%) s’orientent vers la conduite poids lourds et le métier d’ambulancier. Les manutentionnaires (16%) s’orientent vers le métier de moniteur d’auto-école ou de conducteur poids lourds.
La grande majorité (56%) de ceux qui exercent dans le domaine Commerce distribution sont commerciaux ou vendeurs. Leurs demandes s’orientent vers une grande diversité de métiers avec 16% dans le domaine Santé social et 15% dans le même domaine Commerce distribution.
Les domaines vers lesquels s’orientent les demandes de formation: souhaits de mobilités intra et extra-sectorielles

L’analyse des demandes formulées lors des appels téléphoniques émis auprès de la plateforme Région, apporte un éclairage sur les stratégies individuelles de souhait de mobilité. En croisant le domaine où est exercé le métier d’origine au moment de la demande et le domaine demandé, on observe les souhaits de mobilité interne, ainsi que leur type. Par exemple, lorsque le dernier métier exercé est dans la famille d’activité Construction et que le projet de formation s’oriente vers un métier de la même famille, ce type de demande intra-sectorielle peut être qualifié de « conforme ».
Pour conclure

Dans une période de persistance du chômage, que ce soit au niveau national ou régional, la progression des moyens mis à disposition atteste d’une volonté des pouvoirs publics d’utiliser la formation continue des demandeurs d’emploi comme un levier vers l’emploi. La demande d’information sur la formation de ce public, également en hausse, témoigne d’un besoin de réponse individuelle pour gérer au mieux la transition chômage/formation/emploi , en particulier pour les femmes. Globalement, la famille d’activité des Services est celle vers laquelle convergent le plus de demandes de formation et le plus souvent, vers le domaine Santé social. Du point de vue des souhaits de mobilité, ils diffèrent selon le domaine d’origine avec des souhaits de mobilité extra-sectorielle importants comme pour la famille de l’Agriculture et pêche ou de mobilité intra-sectorielle quasi exclusivifs pour la famille des Services. Télécharger Trajectoires et Transitions n°3.
http://www.cariforef-pdl.org/Admin/telechargement_CARIFOREF/ficTelecharge_1/images_carif/COUVTT3.jpg Wydawca: Véronique Melquiond. To wydanie trajektorii i przejść rzuca światło na indywidualne strategie wywierane w zarządzaniu fazie przejściowej w sercu zawodowej osób poszukujących pracy. Pobierz Trajektorie i Nr Transitions 3.
W kontekście utrzymującego się bezrobocia, ustawicznego szkolenia zawodowego dla osób poszukujących pracy jest niezbędne. Istotne jest dla rządów, które obsługują regularne wsparcie dla osób w trudnej sytuacji na rynku pracy, przyczyniając się do bezpośredniego ich zatrudnienia przez etap formacji.
Wysiłków finansowych na szkolenie bezrobotnych na obraz tej mobilizacji. W 2008 r. rząd wydał 911 milionów euro (Źródło Dares: 911 mln euro, lub 14% w porównaniu do 2007) i regionalnych rad 1332000000 euro (Źródło Dares: 1332000000 lub 11,2% w 2007) dla szkolenia publicznego. Jest to również wymiar niezbędne dla osób poszukujących pracy z konieczności indywidualne wsparcie jest realne, szczególnie w celu optymalizacji jego informacji dotyczących badań i poradnictwa. Zwiększenie finansowania i optymalizacji zasobów informacji to kluczowe elementy, które decydują o jakości przejściowe bezrobocie/szkolenia/pracy. Więcej...