http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/02/bac2.1296825999.jpgEh oui la France est attractive pour les étudiants étrangers. Avec de près de 12% d’étrangers sur ses campus, elle n’est même dépassée dans le monde que par le Royaume-Uni et surtout l’Australie. Cette dernière en reçoit même autant que la France pour trois fois moins d’habitants. Pour autant, ce sont toujours les Etats-Unis qui reçoivent le plus d’étudiants étrangers.
Des handicaps qui perdurent

La Conférence des Grandes écoles vient à ce propos de publier le résumé de son congrès annuel consacré l’année dernière au thème « Quelle réponse au défi de l’international pour l’enseignement supérieur ? » L’occasion de relire ce qui disait Cédric Villani, médaille Fields de mathématiques 2010 (l’équivalent du prix Nobel pour cette discipline) qui fustigeait des « formalités administratives excessivement lourdes, voire parfois scandaleuses » pour les étudiants, et notamment les thésards, qui voulaient venir en France. Et d’insister sur le fait que lors de ses séjours aux Etats-Unis il n’avait « jamais eu ce genre de problèmes »...
Cédric Villani mettait aussi en cause « l’allergie à l’anglais dont fait parfois montre le système français » et qui peut « dissuader certains étudiants de venir étudier en France ». A contrario notre chance étant d’attirer les meilleurs étudiants parlant le français comme le montrent les chiffres ci-dessous. Sans parler de Chinois qui sont en quelques années devenue la deuxième population étrangère dans les universités françaises.
Un bon investissement pour la France

Mais qu'en serait-il si les droits d'inscription étaient plus élevés pour les étrangers dans les universités françaises, à l’image de ce qui se pratique  dans les pays anglo-saxons? Ils seraient bien évidemment beaucoup moins nombreux. Et ce serait très dommageable car, comme le rappelait lors de ce colloque de la CGE Lionel Collet, alors président de la Conférence des présidents d’université (CPU), « une fois de retour (dans son pays) l’étudiant devenu professeur reproduit le modèle qui lui a été inculqué lors de ses études ». En cela insistait-il « se joue rien de moins que le rayonnement de la France ». Et notamment dans les pays du Maghreb dont 67 % des étudiants qui s’expatrient viennent en France selon une note de Campus France, l’organisme chargé de promouvoir l’enseignement supérieur français à l’étranger.
Les USA restent largement leaders
Alors qu’on avait un temps cru que la crise et les mesures de restrictions de visas allaient handicaper les universités américaines, Campus France, constatait au contraire dans un récent dossier une « hausse spectaculaire des candidatures dans les établissements les plus sélectifs. Les chiffres : +13% à Johns Hopkins, +19% à Princeton ou encore +42% à Chicago. Et l’organisme de souligner que ces universités – excellentes - sont d’autant plus demandées qu’elles accordent largement des bourses. En tout les Etats-Unis accueillent chaque année de l’ordre de 260 000 étudiants pour une population étudiante totale de 19 millions (en 2008-2009), soit un taux d'étudiants étrangers finalement très faible de 1,4%.
http://orientation.blog.lemonde.fr/files/2011/02/bac2.1296825999.jpg Yes France is attractive for foreign students. With nearly 12% of foreigners on its campus, it is very outdated in the world than in the UK and especially Australia. The latter receives even as much as France for three times fewer inhabitants. However, it is always the U.S. that receive the most foreign students. More...