UMPL'UMP vient d'éditer un document intitulé Justice sociale, solidaires et responsables.
D'après l'édito de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, du vendredi 10 juin 2011: dans la même logique d’équilibre des droits et des devoirs, la rénovation de la justice sociale dans notre pays passera par : Des formations tout au long de la vie pour dynamiser les parcours professionnels: l’ascension sociale ne s’arrête pas avec le diplôme! L’UMP propose d’instaurer un compte individuel de formation dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de formation initial. Télécharger Convention justice sociale UMP.
Extraits
Nos propositions s’inscrivent dans une logique de réaffirmation de l’équilibre des droits et des devoirs. Elles s’articulent autour de 5 priorités :
3) Former tout au long de la vie et dynamiser les parcours professionnels : l’ascension sociale ne s’arrête avec le diplôme :
- un compte individuel de formation dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de formation initial
- refonte radicale de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).
Par la formation tout au long de la vie et la redynamisation des parcours professionnels : l’ascension sociale ne s’arrête pas à l’école !
PROPOSITION 21 : créer un compte individuel formation dont le capital de départ serait inversement proportionnel au niveau de la formation initiale

L’objectif est d’aider les moins formés. Ce compte serait la propriété de l’actif. Il lui permettrait d’investir, à travers une démarche individuelle, volontaire ou en liaison avec son entreprise, dans des actions de développement de ses compétences, afin d’assurer son « employabilité ».
PROPOSITION 22 : orienter les choix de formations en fonction des besoins de l’économie

Les salariés ou les demandeurs d’emploi pourraient être incités à choisir des formations en fonction des besoins de l’économie. Une formation recherchée dans le bassin d’emploi coûtera moins cher en crédit formation qu’une formation moins recherchée.
PROPOSITION 23 : prendre en compte l’évolution des salariés dans les différentes instances de l’entreprise – Conseil d’administration, Comité d’entreprise, Délégués du personnel – notamment dans le cadre du Bilan Social annuel et/ou des commissions Formation

L’évolution de carrière doit être au coeur des préoccupations de l’entreprise. La gestion des ressources humaines, ce n’est pas uniquement s’assurer que l’entreprise dispose des compétences nécessaires à son activité. C’est aussi d’aider chaque salarié à réaliser pleinement son potentiel. Un label « Ascension sociale » pourrait récompenser les entreprises qui permettent à leurs salariés de progresser régulièrement.
PROPOSITION 24 : réformer le système de la Validation des acquis de l’expérience (VAE): cibler la communication sur les publics visés, simplifier la procédure et raccourcir les délais
Ce dispositif permet de reconnaître les compétences acquises au cours de sa vie et de les transformer en diplôme en les faisant valider par un jury. La VAE est un outil très important d’évolution professionnelle. Elle permet par exemple à une assistante maternelle de devenir auxiliaire de puériculture ou à un encadrant sportif de devenir moniteur sportif.
Pour que la sanction du diplôme ne soit pas définitive, il faut développer les passerelles qui, tout au long de la vie, permettent aux individus de se réaliser. La VAE, créée en 2002, ne s’est pas encore démocratisé. Elle souffre d’une procédure trop complexe, trop longue et encore méconnue. Beaucoup de postulants se découragent et d’autres ignorent l’existence même de ce dispositif.
La VAE pourrait utilement répondre aux besoins de certification de 6 millions d’actifs, mais les candidatures ne sont pas assez nombreuses. Si 60% des actifs ont entendu parler de ce dispositif, les publics visés en priorité par la VAE, les moins diplômés, ne sont pas ceux qui la connaissent le plus. On estime aujourd’hui à 75 000 le nombre de VAE annuelle alors que 200 000 personnes l’envisagent : la complexité du dispositif et l’accompagnement insuffisant des candidats entrainent de la déperdition.
La réforme de la formation professionnelle (loi du 24 novembre 2009), soutenue par l’ensemble des syndicats, va permettre à 200 000 demandeurs d’emploi et 500 000 salariés peu qualifiés supplémentaires d’accéder, chaque année, à la formation continue :

- Création d’un fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels doté de 1Md d’euros pour 2010, pour la formation professionnelle de ceux qui en ont le plus besoin;
- Développement des contrats en alternance et la création de nouveaux outils comme le droit individuel à la formation pour les demandeurs d’emploi ;
- Amélioration des formations gérées par les Organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) pour un montant de 6 Mds d’euros.
UMPIl-UMP għadha kif ippubblikat dokument intitolat Soċjali Ġustizzja, kura u responsabbli.
Skond l-editorjali minn Jean-Francois Cope, segretarju ġenerali tal-UMP, il-il-ġimgħa 10 Ġunju, 2011: l-istess loġika ta 'bilanċ tad-drittijiet u d-dmirijiet, ir-restawr ta' ġustizzja soċjali fil-pajjiż tagħna permezz ta ': taħriġ matul il-ħajja biex tingħata spinta lill-karrieri: mobilità soċjali ma tiqafx mal-diploma!
Il-UMP tipproponi li tistabbilixxi kont ta 'tagħlim individwali li l-kapital inizjali jkun proporzjonali b'mod invers għal-livell tat-taħriġ inizjali. Download Konvenzjoni UMP ġustizzja soċjali. More...