"STRATER"Le projet STRATER a pour objectif de développer une vision territoriale du système d'enseignement supérieur, de recherche et d‘innovation à l'horizon 2020. Il vise donc à mieux articuler les stratégies des acteurs (Etat, collectivités), et des opérateurs (universités et organismes de recherche) au niveau d'un territoire (région, regroupement de régions, bassin économique).
Pour cela, les "éléments de diagnostic STRATER" ont été constitués par grand ensemble régional et présentent, sous l'angle d'une vision globale, un état des lieux de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation (chiffres, tendances, structuration des acteurs, forces et faiblesses). Ce sont des éléments sur lesquels les choix stratégiques en matière d'enseignement supérieur, de recherche et d'innovation s'appuieront. Ils ont vocation à être complétés par les différents acteurs de chaque territoire, et à servir de base à l'élaboration de visions stratégiques à l'horizon 2020, dans le cadre d'une large concertation.

STRATER
PACA
Des effectifs en formation continue dans le supérieur significatifs

En 2009, 15 360 stagiaires sont inscrits en formation continue dans les établissements d’enseignement supérieur publics de la région, hors Cnam, suivant la répartition 80% (académie d’Aix-Marseille) 20% (académie de Nice). Pour un chiffre d’affaires de 20,63 M€ (8,5% du poids national) généré par 4 308 127 heures stagiaires, la région se situe au 4e rang national. Par ailleurs, 1 800 stagiaires sont inscrits au Cnam, pour 242 256 heures stagiaires et 3,03 M€ de chiffre d’affaires (3% du poids national, 6e rang). Ce qui fait au total 11,5% du poids national.
En 2009, les universités de la région ont délivré 3 305 diplômes nationaux dans le cadre de la formation continue, dont 44% de diplômes de niveau II (Licence, Maîtrise) et 246 diplômes délivrés au titre de la validation des acquis de l’expérience (VAE), dont 63% dans l’académie d’Aix-Marseille. La région se positionne respectivement au 3e et au 2e rang national.
3e rang national pour le nombre d’apprentis inscrits dans l’enseignement supérieur avec une forte proportion de niveau III (Bac + 2)
En 2009-2010, la région compte 6 180 apprentis dans l’enseignement supérieur dont plus des 2/3 sont dans l’académie d’Aix-Marseille. Ils représentent 6,1% des effectifs nationaux et placent la région au 3e rang. On constate une proportion plus importante d’apprentis de niveau III (Bac + 2) dans l’académie d’Aix-Marseille (64,4%) que dans l’académie de Nice (54%) et supérieure de 7 points à la moyenne nationale (France 57,5%). À l’inverse, celle des apprentis de niveau I (Bac + 4) est plus élevée dans l’académie de Nice (30,7%, Aix-Marseille 23,7%, France 25,6%) et supérieure de 5 points à la moyenne nationale.
Préface

Le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche connaît de profondes évolutions (autonomie des universités, Opération Campus, rapprochement dans le cadre des PRES), qui ont généré une dynamique importante sur les différents sites, permettant aux universités de multiplier les partenariats avec leur environnement économique et social. Le programme « Investissements d’avenir » montre que, partout sur le territoire, les communautés scientifiques se sont mobilisées pour faire des propositions nombreuses et innovantes qui témoignent de l’extraordinaire capacité de transformation dont fait preuve le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les projets ont vocation à structurer, pour les années à venir, la stratégie scientifique et pédagogique de nos établissements d’enseignement supérieur et de nos organismes de recherche...
3. LES PRINCIPAUX ENJEUX

Un environnement géographique et socio-économique riche et diversifié

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est constituée de territoires géographiques diversifiés et contrastés (mer, campagne, montagne, zones urbaines et zones rurales) et est dotée d’un patrimoine naturel et culturel qui favorise le développement d’activités à la fois spécifiques et globalement variées (industries, tourisme, culture, agriculture, santé...). Elle est composée de deux académies (Aix-Marseille et Nice) aux profils différents.
De nombreux sites de la région bénéficient d’une forte visibilité nationale et internationale dans des secteurs variés : activités marines et portuaires à Marseille et à Toulon, pétrochimie à Fos (Étang de Berre), aéronautique à Marignane, microélectronique et TIC à Aix-en-Provence et Nice Sophia Antipolis, nucléaire à Cadarache, aéroports internationaux de Marseille-Provence et de Nice-Côte d’Azur, festival d’Avignon, etc.
Malgré des progrès, les territoires et les métropoles ne disposent pas encore d’infrastructures de transport qui favorisent les déplacements infra-régionaux au sein même de l’ensemble Aix-en-Provence, Marseille et entre Aix-Marseille et Nice.
Avec un solde migratoire favorable, Paca conforte son classement au troisième rang national pour sa population. L’attractivité n’est pas limitée aux seniors, elle concerne notamment les actifs diplômés dont a besoin l’économie régionale. Cependant, le taux de chômage (11,2% au 4e trimestre 2009) est l’un des plus élevé des régions françaises (3e rang).
La variété et la richesse de l’environnement régional a conduit la quasi-totalité des organismes de recherche à développer d’importantes activités scientifiques en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La présence de 11 pôles de compétitivité bien évalués atteste le dynamisme de la région dans de nombreux secteurs économiques, pérennes et innovants. L’économie régionale, fortement tournée vers les services, est en adéquation avec les évolutions de la société et le développement de ses territoires.
Un effort de visibilité pour mettre en valeur le potentiel de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

La diversité et la richesse de la région trouvent leur expression – avec plus ou moins de cohérence – dans l’ensemble du dispositif d’enseignement supérieur et de recherche. Cependant, ses activités scientifiques et de formation souffrent encore d’un manque de visibilité globale, conséquence à la fois de la multiplicité des acteurs, de leur dispersion sur le territoire et d’une insuffisance de coordination de leurs stratégies de développement.
Le potentiel de recherche est important et la qualité des activités scientifiques est très bien reconnue dans la plupart des disciplines (près de 73% des chercheurs produisants sont dans des unités de recherche notées A ou A+).
Avec une qualité internationalement reconnue, Provence-Alpes-Côte d’Azur se distingue en Sciences exactes et en Sciences du vivant dans les sous-disciplines suivantes :« Astronomie, astrophysique », « Microbiologie et virologie, immunologie », « Mathématiques » et « Physique générale ». Par ailleurs, la région dispose d’un potentiel très important en Sciences humaines et sociales, notamment en Droit, sciences économiques et de gestion et en Psychologie ce qui devrait lui permettre de développer des thématiques de recherche transdisciplinaires et innovantes.
Certains sites ont su profiter des caractéristiques de leur environnement pour développer des thématiques de recherche adaptées (technologie marine, culture, agrosciences, énergie, risques…). Le projet Iter représente une opportunité qui pourrait avoir un effet majeur pour le développement de la recherche et de l’innovation régionale.
La région dispose de nombreux outils de coopération entre le monde économique et les opérateurs de la recherche publique, comme le montre le nombre de pôles de compétitivité, de pôles régionaux d’innovation et de développement économique solidaire (Prides) et de structures de transfert et de valorisation. Cependant, l’amélioration de la coordination de ces activités, soutenues par les collectivités territoriales, permettrait de mieux valoriser le potentiel scientifique de la région.
Une meilleure adéquation pourrait être trouvée entre les besoins du monde socio-économique et la
recherche publique en développant les formations d’ingénieurs, sous représentées en région Paca, et
en valorisant l’apport des Sciences humaines et sociales.
Une structuration de la recherche et de l’enseignement supérieur à consolider

La région est constituée de deux académies dont les établissements principaux ont développé des stratégies différentes. Deux projets ont été retenus dans le cadre de l’opération Campus : « Aix-Marseille Université » et « Nice Sophia Antipolis ». Le PRES « Aix-Marseille Université » vise la fusion en 2012 de ses trois universités et le projet de PRES « Université euro-méditerranéenne » oriente Nice et Toulon vers des collaborations internationales (Gênes et Turin).
La fusion des universités d’Aix-Marseille permettra la mise en cohérence des activités de recherche et de formation du site. Cependant, il reste à définir le positionnement des autres universités en tenant compte de leur spécificité : les priorités affichées de l’université d’Avignon, la participation à la préfiguration du PRES transfrontalier de l’université de Toulon et le projet de création d’un PRES local de l’université de Nice avec l’université Sud Toulon-Var, les écoles et les organismes de recherche implantés sur les deux départements de l’académie de Nice. De même, la concertation avec les organismes de recherche et les autres établissements d’enseignement supérieur de l’ensemble de la région serait à renforcer, en incluant des collaborations avec la Corse.
Une réflexion stratégique peut s’engager de manière globale à partir des grands axes thématiques portés par les établissements de la région, visant à promouvoir les complémentarités et à accentuer les spécificités d'excellence des différents sites. Cette structuration mériterait d'être examinée en relation avec les établissements des régions Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes en raison de leur proximité scientifique dans certains domaines...
Dix-neuf territoires ont été analysés, correspondant aux régions de la France métropolitaine et comprenant trois groupements de régions, effectués sur la base de leurs coopérations scientifiques. Alsace, Aquitaine, Auvergne, Basse et Haute Normandie, Bourgogne – Franche-Comté, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Ile de France: disponible courant juin 2011, Languedoc-Roussillon, Limousin – Poitou-Charentes, Lorraine, Midi-Pyrénées, Nord – Pas de Calais, Pays de la Loire, Picardie, PACA, Rhône-Alpes. Les territoires d’Outre‐mer font l’objet d’un exercice spécifique, StraTOM.

"STRATE"Il progetto strategico mira a sviluppare una visione del sistema territoriale di istruzione superiore, ricerca e innovazione nel 2020. Ha lo scopo di articolare meglio le strategie degli attori (statali, locali) e operatori (università, istituti di ricerca) in un territorio (regione, raggruppamento delle regioni, area economica).

STRATER PACA
Uno sforzo visibile per mostrare le potenzialità di istruzione superiore, ricerca e innovazione. Strutturazione della ricerca e dell'istruzione superiore per consolidare. Maggiori informazioni...