11 août 2011

Universités et territoires n° 77

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifLe numéro 77 de la Newsletter "Universités & territoires" est consacré au colloque de l’association des villes universitaires de France (AVUF) qui a eu lieu le Jeudi 19 mai 2011 au Scarabée co-organisé par Grand Roanne et l’AVUF sur le thème "enseignement supérieur et développement quelles coopérations entre universités et collectivités locales". Télécharger Universités & territoires n° 77. La vidéo du colloque est sur Dailymotion.
Quelques passages
Hélène Mandroux, Présidente de l’AVUF:

La lecture de la synthèse de ces échanges ne fait que conforter ce que nous pensons à l’AVUF : l’enseignement supérieur est une source de dynamiques pour les territoires sur lesquels il est implanté. Et avoir organisé ce rendez-vous dans l’agglomération roannaise n’est pas anodin, comme l’a rappelé Christian Avocat, Président de Grand Roanne Agglomération : « l’enseignement supérieur est un levier ». Pour lui, comme pour l’ensemble des membres de l’AVUF, c’est une richesse inestimable.
Si développer des formations d’excellence et proposer des conditions de vie optimales aux étudiants est une certitude, le fait que chaque territoire possède sa propre réalité et son contexte en est une autre. Et une initiative développée ici n’est pas forcément transposable là-bas. « Personne n’a la bonne recette, a expliqué Michel Lussault, le Président du PRES Lyon Université. Chaque région a sa propre réponse. Il faut l’admettre, c’est une évidence. » Sans vouloir reproduire à l’identique, certaines innovations méritent d’être valorisées et doivent être sources d’inspiration.
C’est précisément la raison pour laquelle nous souhaitons multiplier ce type de rencontres, pour se parler, échanger et créer ensemble des espaces de coopération. Car enseignement supérieur et collectivités locales partagent le même intérêt: la réussite des étudiants. C’est un facteur d’attractivité, aussi bien pour le territoire que pour les formations elles-mêmes.
Créer des liens

A Roanne comme ailleurs, la présence de l’enseignement supérieur est un atout considérable du développement territorial. Pour les agglomérations de taille moyenne, la vie étudiante constitue un facteur d’attractivité d’autant plus important. Mais offrir des conditions d’accueil optimales, qui participent à la réussite des étudiants, passe par la concertation et un dialogue permanent entre acteurs. La Région Rhône-Alpes a ainsi créé une Agence régionale de développement et d’innovation, pour faire le lien entre l’enseignement supérieur, la recherche et le monde économique...
(Se) réinventer

A l’heure de l’autonomie, les universités doivent réinventer leurs territoires. Ces derniers doivent s’envisager comme des systèmes et non pas comme des ensembles figés. Chaque région possède sa propre réalité et ses spécificités: il n’existe pas de modèles transposables de gouvernance régissant les rapports enseignement supérieur – collectivités. Des relations complexes, dont les modalités de coopération sont essentielles...
Le rapport au territoire

Les différences entre territoires peuvent se transformer en complémentarités. D’où la nécessité de posséder différents niveaux de lecture, qui permettent de coordonner des dynamiques, bien qu’ « il n’existe pas d’échelle pertinente ».
Daniel Filâtre, Président de l’université Toulouse II, précise que la question du territoire, - « un problème pour l’Université » à l’heure de
l’autonomie -, se pose d’abord en termes de dynamiques, donc de « territorialité ». Car « la territorialité fait le territoire ». Il ajoute qu’il faut plutôt parler « d’enseignement supérieur » que « d’Université », précisant que « seul un jeune sur deux accède à une licence universitaire ».
CONSTRUIRE LES INTERDÉPENDANCES
« Le territoire est marqué par la différenciation », selon Daniel Filâtre qui rappelle que la région parisienne concentre un quart des étudiants français. « Il ne faut pas l’envisager dans une logique bilatérale. Il faut le considérer comme un système avec une approche dynamique ». Cela implique des « politiques différenciées selon les singularités ». Selon le Président de l’université Toulouse II, « il faut renforcer les liens entre les territoires centraux et les autres, construire les interdépendances ». Cela nécessite d’accepter que les dynamiques soient mises en perspective au niveau régional et plus: échanger. Apprendre à travailler ensemble pour être capables de faire bloc et accepter ce rôle. Il faut construire une coordination, passer de logiques verticales à des logiques combinées d’apprentissage.
LE TERRITOIRE ACTEUR

« On doit rapprocher nos visions et nos incompatibilités, définir ensemble des référentiels et accepter les mises en réseau », poursuit Daniel Filâtre, qui souhaite que le territoire devienne « acteur ». « Ici, nous avons convoqué l’ensemble des acteurs du territoire. J’en suis très heureux et cela faisait 20 ans que je le souhaitais (…). C’est un défi politique et nous devons traduire cette consubstantialité en agissant de manière systémique et collective. Coopérer n’est pas conspirer. Ce sont les modalités de la coopération qui sont importantes. Nous devons nous intégrer tous ensemble dans une intention de développement. »
Pour Michel Lussault, Président du PRES Université de Lyon, « l’enseignement supérieur est confronté de plain-pied à l’achèvement de l’urbanisation en France », où « 97 % de la population est urbanisée ». « Cela impacte le territoire en complexifiant les enjeux », d’autant que les « dispositifs territoriaux sont complexes ». Il estime que « la Région Rhône-Alpes est l’une des régions qui a le mieux compris, et le plus tôt, cette dynamique ».
RICHESSES OU CONTRAINTES ?

Pour Daniel Filâtre, la période 1985-1991 constitue la deuxième vague d’accès à l’enseignement supérieur, avec le plan Université 2000. « C’est le début de l’intérêt partagé » entre les collectivités territoriales et l’Etat. Puis les années 90, une « époque de développement » régie par une « logique d’agglomération », virent l’apparition d’une « nouvelle réflexion plus globale sur le territoire et l’enseignement supérieur ». Des années marquées par une baisse des effectifs et des restructurations.
« Depuis 2000, il y a une nouvelle donne: la concurrence. C’est un nouveau rapport au territoire qui devient un principe d’organisation. »
Il faut avoir « une lecture prudente du territoire, car la relation fait problème. Le territoire est une richesse et un effet différentiel. Il est une richesse pour le monde universitaire ». Et le Président de l’université Toulouse II d’expliquer que pour « l’Université, il relève d’une alchimie », envisagé notamment comme « un système de contraintes ». D’autant que « si tous les élèves de seconde, comme le stipule le Traité de Lisbonne, sont amenés à obtenir un diplôme d’enseignement supérieur, cela constitue un continuum avec un impact sur le territoire. »
QUELLE ÉCHELLE ?

« Il n’y a pas de plus grand enjeu pour l’enseignement supérieur que son rapport au territoire, à la territorialité, estime Michel Lussault. Ceux qui pensent qu’il faut simplifier se trompent. Il faut admettre la complexité », car « il n’existe pas d’échelle pertinente ». Il distingue 5 niveaux: intra-métropolitain (« plus les échelles sont petites et plus les conditions de vie ont été pensées »), urbain (« niveau d’action, organisationnel », « pourquoi les lycées n’intègrent-ils pas les PRES ? »), régional (« mise en réseau et coordination », « bon niveau de pertinence et de choix stratégique », « il faut des moyens d’arbitrage »), étatique (« l’Etat doit être un socle de régulation des politiques ») et européen (« ce niveau doit jouer et est trop souvent absent des débats »). Pour le Président du PRES université de Lyon, « personne n’a la bonne recette. Chaque région a sa propre réponse. Il faut admettre cette évidence. »
Stratégies convergentes

Ce premier débat réunissait les signataires de la convention-cadre signée à l’automne dernier entre les associations d’élus (AVUF, AMGVF et FMVM) et la CPU. Petites, moyennes et grandes villes se réjouissent d’accueillir des universités et des antennes universitaires.
Si proposer une offre étoffée de formations est un atout, la répartition des disciplines doit répondre à une logique, et il ne faut pas avoir peur de se confronter à une « logique d’excellence ». Cela impose des « choix stratégiques » qui ne peuvent résulter que d’une coopération. « Comment penser ensemble ce développement, en conjuguant les enjeux et les contraintes ? »
« Au sein de la Conférence des Présidents d’Université (CPU), nous voulions l’autonomie pour la capacité à s’engager », explique Daniel Filâtre, Président de l’université Toulouse II. Cela pour créer un « écosystème d’innovation » et des « formes différenciées d’ancrage territorial ». « La force de la CPU est d’être une communauté malgré nos différences. Comment développer l’attractivité au-delà des collectivités ? Rapprocher nos stratégies est devenu indispensable (...). A côté de la complexité, nous ne parlons pas de la même manière. Une université ne peut pas se développer sans un travail de coopération avec les acteurs territoriaux. »
Atelier n°1: Dans la ville

Il n’existe pas de modèle unique d’insertion urbaine de l’Université. La réponse est différente suivant la ville et les contextes locaux. Selon Pierre Fabre, du Syndicat Mixte de l’enseignement supérieur de Castres-Mazamet, « il faut imaginer une mutualisation et le partage d’équipements. Ces réflexions doivent être intégrées à la politique de la ville. » Comment, alors, l’Université s’inscrit-elle comme un élément de recomposition de la ville ?
Atelier n°2: Confiance

Si les universités et les collectivités utilisent les mêmes mots, elles ne parlent pas toujours le même langage. Pour résoudre ce déficit, Johan Tamain, vice-Président de Grand Roanne Agglomération, plaide pour un « Acte III de la décentralisation » avec, au centre de cette nouvelle dynamique, les relations universités/collectivités locales. Ce second atelier sur « les cadres de politiques locales d’enseignement supérieur » a souligné l’importance de la concertation inter - et intra - universités et collectivités locales. Pour accroître la confiance entre parties prenantes, coconstruire des schémas directeur de l’enseignement supérieur est l’une des pistes retenues.
Atelier n°3: Partager les initiatives

Ce troisième atelier, sur « L’accueil et l’intégration des étudiants dans la Cité », avait pour vocation de donner des exemples concrets d’actions en faveur des étudiants mis en oeuvre sur des territoires très hétérogènes. Deux questions principales y ont été débattues : d’une part celle, centrale, du logement, qui s’est taillée la part du lion dans les échanges, tandis que la problématique de la dématérialisation des guichets d’accueil resurgissait avec insistance.

http://www.universites-territoires.fr/images/logo-ut.gifNumer 77 Newsletter "Uniwersytety i terytoria" poświęcona jest konferencja stowarzyszenia miast uniwersyteckich Francji (AVUF), która odbyła Czwartek, 19 maja 2011 w Scarab współorganizowanych przez Grand Roanne i AVUF temat: "Szkolnictwo wyższe i Rozwoju współpracy między uniwersytetami i społeczności lokalnych." Pobierz i uniwersytety terytoriów nr 77. Wideo konferencji jest na YouTube.
Strategii Konwergencja
Ta pierwsza debata zgromadziła sygnatariuszy umowy ramowej podpisanej jesienią ubiegłego roku, pomiędzy stowarzyszeniami wybranych przedstawicieli (AVUF i AMGVF FMVM) i procesora. Małych, średnich i dużych miast są zadowoleni z gospodarzem uczelni i biur uczelni. Jeśli rozszerzona oferta szkoleń jest atutem dyscypliny alokacja musi spełniać logiczne i nie powinny bać się konfrontacji "logika doskonałości". Więcej...

Posté par pcassuto à 02:30 - - Permalien [#]
Tags :


Le rôle des Villes dans la construction de l'Europe Universitaire

http://www.colloques-avuf.com/images/logo.gifAttention le prochain colloque national se déroulera à Montpellier les 1er et 2 décembre sur le thème "Le rôle des Villes dans la construction de l'Europe Universitaire".
Avant ce colloque, l'AVUF soutient le séminaire qui déroulera à Agen le vendredi 7 octobre, sur le thème: SCHÉMAS LOCAUX D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE, Intérêts, objectifs, méthodes.
L'Association des Villes Universitaires de France, l'Institut National du Développement Local, les Cabinets Latitude et Sup' Conseil, et la Lettre "Universités et Territoires" organisent le 7 octobre à AGEN un séminaire destiné essentiellement aux fonctionnaires territoriaux et aux responsables des établissements d'enseignement supérieur sur le thème des Schémas locaux d'enseignement supérieur et de recherche.
Objectifs :
- Appréhender le concept de schéma local d'enseignement supérieur et de recherche
- S'initier aux principaux éléments de méthodologie
Programme
Ouverture du séminaire par Jean-François PIN - Directeur général de l'Institut National du Développement Local.
Exposé introductif: Politiques nationales, régionales et locales: interactions, complémentarités ou divergences.
Suivi d'un débat court:
* Qu'est-ce qu'un schéma local d'enseignement supérieur et de recherche ?
* Quel est le champ d'enseignement concerné ?
* Pour quelle dimension de collectivité locale ?
Atelier 1 : Portées et limites
| Démarche stratégique et/ou démarche de projet
| Partenariats et acteurs
| Processus décisionnel
Atelier 2 : Méthodologie
| Critères fonctionnels
| Schéma "in vitro" ou schéma maïeutique
| Approche fonctionnelle : formation, recherche et développement, vie étudiante
Atelier 3 : Finalisation et opérationnalité
| Émergence et formalisation de démarche et de projets
| Faisabilité et moyens nécesaires
| Hiérarchisation des projets
Atelier 4 : Évaluation et adaptation
Frais d'inscription: 250 euros HT, 30% de réduction pour les membres de l'AVUF, 100% de majoration pour les sociétés privées.
Contenu scientifique du séminaire assuré par le Cabinet Sup Conseil. Renseignements par mail à supconseil@yahoo.fr.

http://www.colloques-avuf.com/images/logo.gif Hoiduge järgmise riiklik konverents toimub Montpellier on December 1 ja 2 "Linnade ehitamisel Euroopa ülikooli."
Enne konverentsi, AVUF toetab seminari Agen reede, oktoober 7, teemal: TÖÖMALLID LOCAL kõrghariduse ja teadusuuringute, huvidele, eesmärkidele, meetoditele.
Linnade Liit Universitaires de Prantsusmaa, National Institute of kohalikuks arenguks, Latitude ja Kapid sup "Nõukogu ja kiri" Ülikoolid ja territooriumid "organiseeritud 7. oktoober AGEN et seminar ametnike eest vastutavad peamiselt territoriaalseid ja kõrgkoolide teemal kohalikke kavasid kõrghariduse ja teaduse.
Eesmärgid:
- Mõista kontseptsiooni kohalike schema kõrghariduse ja teadustöö
- Tutvustada õpilastele põhielemendid metoodika. Veel...

Posté par pcassuto à 02:11 - - Permalien [#]
Tags :

Enseignement supérieur et développement des territoires: quelles coopérations entre universités et collectivités locales?

http://www.avuf.net/dotclear2/themes/sterenn/img/logo.pngDans le prolongement de la convention cadre nationale signée en novembre dernier avec la CPU, la FMVM et l’AMGVF, l’AVUF organise le 19 mai à Roanne un colloque national sur le thème: “Enseignement supérieur et développement des territoires : quelles coopérations entre universités et collectivités locales?”
Au cours de cette journée seront abordées les questions d'urbanisme, de développement économique, de guichets uniques de rentrée, de schémas locaux d'enseignement supérieur...
La recomposition actuelle du paysage universitaire français avec la généralisation de l'autonomie des établissements , le regroupement des universités dans les grandes métropoles régionales et les financements majeurs mis en oeuvre dans le cadre du Plan Campus puis des Initiatives d'avenir, bouleversent la relation entre l'Etat, les Conseils régionaux, les collectivités locales et les partenariats avec les acteurs socio-économiques.
Dans ce cadre, les trois associations d'élus locaux que sont l'Association des Maires des Grandes Villes de France, la Fédération des Maires des Villes Moyennes, et l'Association des Villes Universitaires de France, ont conclu, le 17 novembre 2010, avec la Conférence des Présidents d'Université, une convention-cadre de coopération conceptuelle et opérationnelle. Le colloque "Enseignement....etc... " organisé en commun à Roanne le 19 mai s'inscrit dans cette démarche et vise à identifier les principaux domaines de coopération actuels et potentiels entre les universités , les villes et les communautés d'agglomération.
Logiques de sites par rapport aux logiques de territoires, impact des réformes des universités sur les politiques urbaines, champs institutionnels de réflexion et d'action seront abordés, dans ce Xème colloque organisé par l'Association des Villes Universitaires de France depuis 5 ans, à partir des questions d'urbanisme , de services aux étudiants, et des cadres locaux de partenariat, au premier rang desquels les schémas locaux d'enseignement supérieur et de recherche.
Deux séances plénières, trois ateliers, constitueront l'organisation de la journée qui suivra le Conseil d'administration de l’AVUF organisé la veille le mercredi 18 à 19h. Dans l'après-midi, une grande table ronde réunit Maires et Présidents d'Université pour débattre du "Campus du futur".
http://www.avuf.net/dotclear2/themes/sterenn/img/logo.png In line with the national framework agreement signed last November with the CPU, and FMVM AMGVF the AVUF organizes May 19 Roanne to a national symposium on the theme: "Higher education and regional development: what cooperation between universities and local governments? "In this day will be addressing issues of urban planning, economic development, one-stop re-entry patterns of local higher education. In this context, the three associations of local elected officials such as the Association of Mayors of Large Cities in France, the Federation of Mayors of towns, and the Association of Cities Universitaires de France, concluded on 17 November 2010 with the Conference of University Presidents, a framework cooperation agreement conceptual and operational. More...

Posté par pcassuto à 01:57 - - Permalien [#]
Tags :

Actes de la réunion-débat sur les IUT en villes moyennes

http://www.villesmoyennes.asso.fr/images/_2009/logo_fmvm.pngPublication des actes de la réunion-débat sur les IUT en villes moyennes. Télécharger le document.
Le 8 novembre 2010, la FMVM a organisé, avec la ville de Haguenau, une réunion-débat intitulée :
IUT en villes moyennes : Promouvoir une filière d'insertion, de promotion sociale et de développement territorial.
Les villes moyennes et leurs intercommunalités, qui accueillent 36,6% des effectifs d'étudiants en IUT, sont particulièrement soucieuses du devenir des Instituts universitaires de technologie qui constituent une filière technologique gage de réussite et d’insertion pour les jeunes, de même qu’un outil performant de promotion sociale et de développement territorial. La proximité territoriale des IUT facilite l’accès aux études supérieures.
La réunion-débat été l’occasion de dresser un panorama des IUT en villes moyennes, d’une part, d’échanger sur les spécificités et les atouts de cette filière technologique, d’autre part, et, enfin, de débattre de l’avenir des IUT dans les villes moyennes.
Les actes font état des interventions et des échanges, complétés par de nombreux éléments comme les chiffres clés des IUT en villes moyennes.
Extraits
La Fédération des maires des villes moyennes (FMVM) a organisé, avec la ville de Haguenau, une réunion débat, le 8 novembre 2010, sur les Instituts universitaires de technologie (IUT) en villes moyennes, à l’occasion de l’inauguration des nouveaux locaux de l’IUT de Haguenau. Cette réunion a été l’occasion d’une part, de dresser un panorama des IUT en villes moyennes, d’autre part, d’échanger sur les spécificités et les atouts de cette filière technologique, et, enfin, de débattre de l’avenir des IUT dans les villes moyennes.
Les villes moyennes et leurs intercommunalités, qui accueillent 36,6 % des effectifs IUT, sont particulièrement soucieuses du devenir de cette filière technologique gage de réussite et d’insertion pour les jeunes, et qui constitue un outil performant de promotion sociale et de développement territorial. La proximité territoriale des IUT facilite l’accès aux études supérieures et contribue à la démocratisation des formations post-bac.
Selon les études menées par l’Assemblée des directeurs d’IUT (ADIUT), le taux de boursiers parmi les inscrits dépasse 40 % en 2009, et témoigne de ce rôle social fondamental des IUT. Le développement territorial des IUT résulte d’une politique volontariste d’aménagement du territoire et de démocratisation des études supérieures. Deux principes auxquels tiennent particulièrement les adhérents, villes et intercommunalités, de la FMVM.
À ces missions originelles, il convient d’ajouter la lutte contre l’échec en licence générale et des préoccupations accrues en matière d’aménagement du territoire. En particulier, les IUT dans les villes moyennes et petites sont de véritables acteurs du développement économique local à travers l’innovation et le transfert technologique en liaison avec la recherche universitaire pour trouver un équilibre économie/formation/innovation/recherche...
Enfin, les IUT se sont engagés activement dans le processus de « formation tout au long de la vie » en développant tout un éventail de pratiques : démarche de Projet Personnel et Professionnel dans les cursus menant au DUT ; formation en alternance notamment avec les filières offrant des formations aux DUT et/ou aux licences professionnelles par la voie de l'apprentissage, Validation des Acquis de l'Expérience (VAE)…
La Conférence des présidents d’université (CPU) axe sa réflexion sur le rôle et les missions de l’université. Nous pensons qu’il est nécessaire d’articuler national et local, d’où la signature de conventions avec l’Association des régions de France (ARF), et aussi avec l’Association des villes universitaires de France (AVUF), l’Association des maires de grandes villes de France (AMGVF) et la Fédération des maires des villes moyennes (FMVM). D’ici peu, la CPU passera une convention avec les syndicats patronaux et de personnels, dans l’objectif de renforcer l’ancrage territorial, et la fluidité des parcours. L’université a la volonté de travailler sur l’insertion professionnelle...
Monsieur Patrick HETZEL, directeur pour l’Enseignement supérieur et l’Insertion professionnelle
L’une des richesses des IUT réside dans leurs liens avec le monde économique. L’Union nationale des présidents d’IUT, l’Assemblée des directeurs d’IUT, et les différentes associations constituent également une force.
Beaucoup d’ingrédients font le succès des IUT. L’une de leurs spécificités tient à la place des acteurs économiques au sein des IUT. Ils ont un rôle considérable dans les relations avec le monde économique, dans l’irrigation du territoire, le maillage territorial, et aussi en matière d’accès à l’enseignement supérieur.
Il existe un équilibre entre « attirer dans les métropoles » et « attirer vers l’extérieur ». Tout cela fait système. Les caractéristiques des IUT sont des gages de réussite.
Les universitaires ont rêvé de la LRU. C’est l’occasion de définir une stratégie, de s’investir dans l’économie de la connaissance. Tous les acteurs doivent être mobilisés, les dispositifs IUT sont essentiels pour atteindre les objectifs stratégiques de l’université. Un nouvel équilibre est donc à trouver dans les relations IUT—Université, il est normal que le réseau IUT ait des inquiétudes. Pour que la place des IUT soit être pleine et entière, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a souhaité mettre en place des garde-fous.
Il faut aussi garder à l’esprit le contexte de compétition internationale. Une entité-ombrelle comme
l’université prend tout son sens, et les IUT ne doivent pas sortir de celle-ci. Il faut également prendre en compte l’opportunité que représente la poursuite d’études des étudiants en IUT. Les IUT ont sans conteste un rôle à jouer dans le développement des études supérieures et ont toute leur place dans le système universitaire.
Actuellement 37 % des jeunes sont diplômés de l’enseignement supérieur, l’objectif fixé par l’Union européenne est d’atteindre 50 % d’une classe d’âge diplômés de l’enseignement supérieur.
Il faut construire un système d’enseignement supérieur qui permette d’atteindre cet objectif. La construction de ce système doit mobiliser tous les acteurs : universités, IUT, entreprises, collectivités locales…
Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche souhaite que les IUT puissent poursuivre leur évolution. L’État doit donc jouer un rôle de régulateur dans la recherche d’un nouvel équilibre universités-IUT. À ce sujet, il est important de rappeler que certains articles du code de l’éducation — qui concernent entre autres les IUT — n’ont pas été abrogés, tels que l’article L713-9 du code de l’Éducation (voir page suivante), et restent donc en vigueur. Un nouvel équilibre doit être trouvé entre la LRU et les dispositifs maintenus.
Pour finir, je veux souligner que je n’ai jamais cessé d’oeuvrer pour les IUT et pour la place qui leur est naturellement dévolue.
http://www.villesmoyennes.asso.fr/images/_2009/logo_fmvm.png
Publikacja postępowania z dyskusji panelowej na temat IUT w miastach. Pobierz dokument.
Patrick Hetzel, dyrektor ds. Szkolnictwa Wyższego i pracowników

Jednym z bogactw IUT leży w ich relacji z biznesem. Krajowy Związek prezydentów IUT, Rada Dyrektorów ITU, i wiele różnych grup są także życie. Wiele składników sprawiają, że sukces IUT. Jednym z ich specyfiki znajduje się w miejscu podmiotów gospodarczych w IUT. Mają one ważną rolę w stosunkach ze światem biznesu, w nawadniania terytorium, zasięg terytorialny, a także w dostępie do szkolnictwa wyższego. Istnieje równowaga pomiędzy "rysunek w Metropolis" i "draw-out". Wszystko systemu. Charakterystyka IUT są gwarancją sukcesu. Naukowcy marzyli o LRU.Jest to okazja do zdefiniowania strategii inwestowania w gospodarkę opartą na wiedzy. Wszyscy uczestnicy muszą być pozyskiwane, urządzenia IUT są niezbędne do osiągnięcia celów strategicznych uczelni. Nowej równowagi znajduje się w IUT-University stosunków, to jest naturalne, że sieć ma IUT obawy. Do roli ITU ma być pełna, Ministra Szkolnictwa Wyższego i Badań chciał wprowadzić zabezpieczenia. Należy także pamiętać, międzynarodowej konkurencji. Podmiot taki jak parasol uniwersytetu ma sens, i IUT nie są z niego.Musimy również wziąć pod uwagę możliwość, że dalsze studentów edukacji IUT. IUT niewątpliwie odgrywają rolę w rozwoju szkolnictwa wyższego i ich miejsce w systemie uniwersyteckim. Obecnie 37% młodych ludzi absolwent szkolnictwa wyższego, cel wyznaczony przez UE ma osiągnąć 50% w wieku absolwentów szkół wyższych. Więcej...

Posté par pcassuto à 01:24 - - Permalien [#]
Tags :

05 juillet 2011

Nos universités de territoire ont des atouts à défendre

http://gklein.blog.lemonde.fr/files/2008/09/le-monde-logo-planete.1222448809.jpgLa loi de programmation sur la recherche, en 2006, la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), en 2007, et le passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE), à partir de 2009, ont bouleversé le paradigme universitaire, bien au-delà de ce qu'on pouvait imaginer.
Parmi les universités françaises, on peut distinguer celles que nous nommerons "universités de territoire". Souvent de créations récentes et pluridisciplinaires, ces universités sont présentes dans des villes de taille moyenne. Au niveau licence, elles offrent un service public de proximité et contribuent, de manière capitale, à la réalisation de l'objectif "50 % d'une classe d'âge titulaire d'un diplôme d'enseignement supérieur". Aux niveaux master et doctorat et par la recherche, elles contribuent à la vitalité des écosystèmes locaux de l'innovation et jouent un rôle clé dans la construction de la société de la connaissance, au sein de leur territoire. Leurs équipes de recherche ont des compétences spécifiques et reconnues. Tout en partageant des valeurs académiques exigeantes, elles contribuent au développement grâce à de très fortes proximités avec les acteurs socioéconomiques. Ces universités sont souvent pionnières dans différents processus : formations professionnalisantes adaptées aux évolutions des métiers, innovations pédagogiques, recherches partenariales…
De fait, nous mettons en œuvre un nouveau modèle d'université, ouverte sur le monde mais fortement ancrée dans le territoire et en phase avec les attentes très concrètes de tous ceux qui entreprennent. Par les valeurs qui les caractérisent, nos universités sont au cœur des enjeux sociaux, culturels et économiques. D'ailleurs, les collectivités territoriales se placent envers nos universités dans une logique d'investissement – et non plus de subventions –, preuve qu'elles les perçoivent comme de véritables acteurs du développement.
Cependant, la réussite de ces universités dépend étroitement du respect des engagements pris en marge de la LRU, notamment dans le domaine financier. Historiquement moins bien dotées que les "grandes" universités, les universités de territoire font pourtant preuve d'une remarquable efficience, très partiellement prise en compte dans la répartition par l'Etat des moyens nécessaires. Le lissage des dotations calculées par le modèle de répartition des moyens Sympa (système de répartition des moyens à la performance et à l'activité) les met parfois dans des situations les contraignant paradoxalement à la décroissance, alors même que les différents indicateurs de leur performance, notamment de recherche, sont à la hausse. Pour plusieurs de ces universités, les augmentations mécaniques de la masse salariale obèrent leurs potentiels de développement, générant un sentiment de frustration qui obscurcit l'horizon. Ces effets, constatés en 2011, ont d'ailleurs été dénoncés, dès 2010, par le comité de suivi de la loi LRU.
En outre, en visant à accroître la visibilité internationale de quelques grands centres métropolitains, le programme "investissement d'avenir" pose la question de la place et du devenir des universités de territoire en ce qui concerne leur rôle légitime dans l'effort de recherche national. Nos équipes de recherche, fussent-elles de taille modeste, participent pourtant activement aux appels à projets en s'insérant dans de plus grands réseaux. Il est donc primordial d'écarter le spectre de leur "paupérisation" pour leur permettre de continuer à jouer pleinement leur triple rôle dans la réflexion sur la construction de la société de la connaissance, dans la réussite des parcours de nos étudiants et dans le développement et la compétitivité des entreprises.
Cette lettre appelle à faire reconnaître les modèles différenciants que nos universités de territoire mettent en œuvre. Nous en appelons à nos élus pour qu'ils les soutiennent, en faisant reconnaître leurs spécificités et leurs atouts dans le paysage universitaire français de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Quatorze Présidents d'Université: Olivier Sire, président de l'université de Bretagne-Sud; Gérard Blanchard, président de l'université de La Rochelle; Alain Brillard, président de l'université de Mulhouse; Jacques Marignan, président de l'université de Nîmes; Jean-Louis Gout, président de l'université de Pau Pays de l'Adour; Jean Benkhelil, président de l'université de Perpignan Via Domitia; Marc Saillard, président de l'université du Sud Toulon-Var; Mohamed Ourak, président de l'université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis; Richard Messina, président de l'université d'Evry; Emmanuel Ethis, président de l'université d'Avignon et des Pays de Vaucluse; Gilbert Angenieux, président de l'université de Savoie; Roger Durand, président de l'université du Littoral Côte d'Opale; Camille Galap, président de l'université du Havre; Christian Morzewski, président de l'université d'Artois.

http://gklein.blog.lemonde.fr/files/2008/09/le-monde-logo-planete.1222448809.jpg The planning law on research, in 2006, the Law on Rights and Responsibilities of Universities (LRU), in 2007, and the move to greater powers and responsibilities (NCE), from 2009, have changed the paradigm university well beyond what we could imagine.
Fourteen University Presidents: Sir Olivier , president of the University of South Brittany;
Gérard Blanchard , president of the University of La Rochelle, Alain Brillard , president of the University of Mulhouse, Marignan Jacques , president of the University of Nîmes, Jean-Louis Gout , president of the University of Pau Country of Adour Benkhelil Jean , president of the University of Perpignan Via Domitia, Marc Saillard , president of the University of South Toulon-Var ; Ourak Mohamed , president of the University of Valenciennes and Hainaut-Cambrésis, Richard Messina , president of University of Evry, Emmanuel Ethis , president of the University of Avignon and Pays de Vaucluse , Gilbert Angenieux , president of the University of Savoie, Roger Durand , president of the University of Littoral Côte d'Opale; Camille Galap , president of the University of Le Havre; Morzewski Christian , president of the University of Artois
. More...

Posté par pcassuto à 22:37 - - Permalien [#]
Tags :


12 juin 2011

5ème Université d'été Emploi, compétences et territoires

http://www.univ-ect.org/groups/univ-ect/wiki/welcome/images/0aaef.gifCréativité et innovation dans les terriotoires... une stratégie d'avenir ? Montpellier, 6-8 juillet 2011. S'INSCRIRE. Programme 2011. Plan d'accès.
*Partager des expériences, prendre connaissance des innovations expérimentées en région et hors région,
*S’approprier méthodes et outils,
*Explorer des problématiques en devenir,
*Se mettre en réseau dans un cadre peu formel et sans contraintes institutionnelles liées aux programmations financières.

Ateliers proposés

Atelier 1 :
La « génération Y », des compétences nouvelles ? Une chance à saisir pour les territoires ?
Atelier 2 :
Formation initiale et territoires : quelle expertise et quelles anticipations ?
Atelier 3 :
La compétitivité, point d’articulation des stratégies des TPE et des territoires ?
Atelier 4 :
Gestion de la diversité et territoires.
Atelier 5 : Professions libérales et vitalité des territoires.
Atelier 6 :
Clusters, grappes et groupements d’entreprise,outils de compétitivité des territoires ?
Atelier 7 :
Développement de l’emploi, développement économique, quelles articulations sur les territoires ?
Atelier 8 :
Interbranches, inter pro, branches et territoire : quel intérêt au croisement ?
Atelier 9 :
Production et transformation agricoles au défi du développement durable des territoires.

Prix de l'innovation territoriale

Atelier 10 : Femmes, innovation et territoire.
Atelier 11 :
Prospective et intelligence économique au service des entreprises et des territoires.
Atelier 12 :
L’innovation entrepreneuriale et sociale au service du développement des territoires.
Atelier 13 :
Périmètres intercommunaux et enjeux de développement des territoires.
Atelier 14 :
Conditions de travail, santé et territoire.
Atelier 15 :
Grandes entreprises et territoire : quelles dépendances ? Quels partenariats ?
Atelier 16 :
Les métiers de demain.
Atelier 17 : Atelier en cours de construction autour d'une expérience tunisienne
.
Atelier 18 :
Innovation technologique et compétitivité des territoires.
Voir aussi sur le blog: 4ème Université d’été « Emploi, compétences et territoires » et Deuxième Université d’été « Emploi, compétences et territoires » - Montpellier, 27, 28 et 29 août 2008.

http://www.univ-ect.org/groups/univ-ect/wiki/welcome/images/0aaef.gif La creativitat i la innovació en terriotoires ... una estratègia per al futur? Montpeller, 6-8 de juliol de 2011. UNEIX-TE . Programa l'any 2011 . Ubicació .
* Compartir experiències, aprendre sobre les innovacions experimentades a la regió i fora de la regió
* Per als mètodes i instruments adequats,
* Explorar arribar a ser problemàtic,
* Per a la xarxa en un lloc formal i sense les limitacions institucionals relacionats amb la programació financera.
Els tallers oferts
Taller 1: "Generació Y", les noves habilitats? L'oportunitat per als territoris? Més informació
...

Posté par pcassuto à 11:44 - - Permalien [#]
Tags : ,

20 mai 2011

Diagnostic Territoires/Métiers CPRDF 2011

Ce document constitue la synthèse d’une démarche complète d’étude et d’animation, conduite avec les différents acteurs du monde de l’emploi et de la formation durant les deux dernières campagnes de l’outillage PRDF. Le diagnostic ainsi réalisé intègre une capitalisation de la plupart des travaux que le CREFOR Haute-Normandie a mené depuis ces dernières années (études GFE, cahiers sectoriels, portraits de territoire…) qui sont donc implicitement associés à l’analyse. Par ailleurs, des contributions complémentaires issues de productions récemment réalisées au sein du CREFOR dans ses différentes composantes ou par ses partenaires ont été portées à l’analyse lorsque cela présentait une réelle valeur ajoutée. Télécharger la synthèse Diagnostic_CPRDF_2011.

Mae'r ddogfen hon yn grynodeb o ddull cynhwysfawr i astudio ac animeiddio, a gynhelir gyda gwahanol actorion yn y byd gwaith a hyfforddiant yn ystod y ddau dymor diwethaf offeru FDSR. Mae diagnosis a gynhyrchir felly yn cynnwys cyfalafu o'r rhan fwyaf o'r gwaith a CREFOR Haute-Normandie wedi arwain yn y blynyddoedd diwethaf (astudiaethau Geraint filius, llyfrau gwaith maes portreadau sectoraidd...) sydd ymhlyg yn gysylltiedig â'r dadansoddiad. Yn ogystal, mae mewnbwn pellach gan gynhyrchu berfformio yn ddiweddar yn y CREFOR yn ei gydrannau gwahanol neu gan ei bartneriaid eu dwyn at y dadansoddiad pryd y gwerth gwirioneddol. Mwy...

Posté par pcassuto à 16:45 - - Permalien [#]
Tags :

21 janvier 2011

Université et territoires

http://lodel.irevues.inist.fr/accueil/docannexe/image/109/nantes.jpgDates du colloque : du 8 au 9 février 2011, Hôtel de région, 1 rue de la Loire à Nantes.
Les appels à projets lancés par l'Etat dans le cadre du Plan Campus et, plus récemment, du Grand Emprunt ont relancé la réflexion sur les relations entre les universités et leur environnement local et régional, en particulier sur les différentes formes de leur ancrage territorial et les effets sur l'enseignement et la recherche de leurs relations avec les collectivités territoriales.
Aujourd'hui, par exemple, sous l'impulsion des collectivités territoriales et en lien avec les PRES breton et ligérien, les universités de Nantes et de Rennes amorcent un rapprochement pour figurer parmi les pôles universitaires d'excellence que veut faire émerger l'Etat.
Organisé sous forme de conférences et communications en séances plénières et de tables rondes, ce colloque a pour objectif de contribuer à la réflexion sur les questions suivantes, qui ne sont pas exhaustives :
* en quoi et pour quelles raisons les collectivités territoriales se sont-elles engagées dans la voie du soutien direct à l'enseignement supérieur ?
* quelles sont les retombées de cette aide en termes de recherche, de dynamisme économique, d'attractivité, d'image ?
* existe-t-il des échelles territoriales particulièrement pertinentes pour stimuler la recherche ? Varient-elles selon les domaines (par exemple, la santé et les sciences humaines) ?
* de ce point de vue, comment prendre en considération la concurrence entre les villes, entre les régions ?
* quelles sont les conditions de l'innovation scientifique à l'échelle locale ou régionale ?
* quelles relations entre université et grandes écoles ?
Une demi-journée sera consacrée à des travaux de comparaison internationale.
En raison des questions traitées, ce colloque s'adresse à un public large de chercheurs, d'acteurs et de responsables économiques et politiques, ainsi que du monde associatif. Il est co-organisé par la Maison des Sciences de l'Homme Ange Guépin, de Nantes, la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne et la revue Place publique, éditions de Nantes et de Rennes.
Coordinatrice scientifique : Martine Mespoulet (université de Nantes).
http://lodel.irevues.inist.fr/accueil/docannexe/image/109/nantes.jpgKonferencia időpontok: 8-tól február 9, 2011, Hotel de Region, 1 rue de la Loire Nantes.
Kéri, hogy elindított alapján az állam a Campus terv, és újabban a Big Hitel újjáéledt a vita közötti kapcsolatok az egyetemek és a helyi és regionális környezet, különösen a különböző formái a területi zár és hatása az oktatási és kutatási kapcsolatok a helyi hatóságokkal.

Ma például, vezetése alatt a helyi hatóságok és ezzel összefüggésben az ELN és Bretagne Loire, az egyetemek a Nantes és Rennes, hogy megkezdi a közötti megbékélésre egyetemi kiválósági központok, hogy hozza ki az állam
. Még több...

Posté par pcassuto à 23:36 - - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2010

L'université façonne l'ADN territorial selon le rapport Boutin

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gifDe la mondialisation à l'universalisation: une ambition sociale - Rapport intermédiaire au Président de la République, Christine BOUTIN , décembre 2010, 357 pages.
Christine Boutin, ancien ministre, a été chargée par le Président de la République d'étudier les bases d'une nouvelle régulation sociale de la mondialisation. Inscrivant sa réflexion dans le cadre de la Présidence française du G20, l'auteur propose de passer de la globalisation, source de crises, d'inégalités et de standardisation, à une nouvelle étape de la mondialisation qu'est l'universalisation. Selon le rapport, l'universalisation s'appuie sur le partage des valeurs et la coexistence pacifique universelle, en reconnaissant le principe de "commune humanité". Sur cette base, un certain nombre de propositions, avis, recommandations sont avancés, autour de deux aspects : reconnaître la nécessité d'assurer à toute personne les conditions matérielles d'existence de base, proportionnées à la condition générale de son pays ou de sa région; poser dans chaque pays, la question des écarts de richesse tolérables et définir le seuil au-delà duquel ces écarts fragilisent la cohésion sociale. Le rapport propose dans ce cadre ainsi défini, quatre champs de propositions: reconnaître le travail comme un point d'entrée obligé et élever le "travail décent" au statut de bien public mondial; renforcer et encadrer les expériences de responsabilité sociale des entreprises; "réoxygéner" le monde économique et social en favorisant un nouveau modèle entrepreneurial: le "social business"; promouvoir une autorité politique mondiale renouvelée en permettant aux pays pauvres d'y prendre toute leur part.
Extraits citant l'université
Quel avenir pour nos économies et nos territoires... ?
Nos paysages, nos savoir-faire, nos universités, nos cultures, nos valeurs façonnent cet « ADN territorial » à partir duquel notre économie s’est développée. Notre compétitivité passe nécessairement par la régénération de cet ADN...
Le luxe n’existerait pas sans notre patrimoine et notre culture artisanale, l’agroalimentaire français n’aurait pas ce rayonnement sans nos traditions gastronomiques et notre agriculture, l’exception culturelle française n’existe que grâce à la richesse de notre histoire et à la qualité de nos universités, la filière touristique n’est puissante que grâce à la qualité de nos paysages et de notre patrimoine, etc. p.230
Le capital humain
Les premières sources de capital humain sont l’éducation, produite par la famille ou l’environnement humain, et l’enseignement, produite par l’école et l’université, mais le monde du travail y contribue directement par la formation professionnelle et les politiques qui s’y rattachent, ainsi que par l’expérience et les compétences développées par l’activité professionnelle. Ces dernières peuvent être consacrées par des dispositifs de valorisation des acquis de l’expérience (VAE). p.334
Quel moteur fondamental aux règles sociales internationales ?
Il nous semble que la nécessité d’accroître les compétences, les qualifications et l’efficacité des salariés constitue une exigence suffisamment partagée au plan mondial pour constituer un moteur effi cace pour le développement social. C’est pourquoi le développement des compétences devrait être le premier domaine de coopération internationale en la matière. Il contribuerait directement à une meilleure application des règles sociales que la communauté internationale s’est données. La conception et le financement des systèmes de formation professionnelle, le développement des échanges entre universités, sont ainsi des domaines prioritaires. p.216
Nouvelle vision
Chaque loi, chaque taxe, chaque université, chaque ministère, chaque fonction publique sont en concurrence avec toutes les autres. L’isolement des administrations est fini, elles doivent être jugées comparées aux performances et aux pratiques de leurs collègues ou rivales et réformées en conséquence. p.197
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gifFrom globalization to universalization: a social ambition - Interim Report to the President of the Republic, Christine Boutin, December 2010, 357 pages.
Excerpts mentioning University
What future for our economies and our territories... ?
Our landscapes, our expertise, our universities, our cultures, our values shape this "territorial DNA" from which our economy has developed. Our competitiveness is necessarily the regeneration of this DNA...
Not exist without the luxury of our heritage and our culture artisanal French food would not have this radiation without our gastronomic traditions and our agriculture, the French cultural exception is that with our rich history and the quality of our universities, the tourism industry is strong thanks to the quality of our landscape and our heritage, etc.. p.230 p.230
Human capital
The primary sources of human capital are education, produced by the family or the human environment, and education, produced by the school and the university, but the world of work contributes directly through vocational training and related policies, as well as the experience and skills developed by the occupation. These can be spent by the provision of valuation of acquired experience (VAE). p.334 p.334 . More...

Posté par pcassuto à 23:16 - - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2010

Le supérieur et le développement des villes et des espaces régionaux

http://www.oecd.org/dataoecd/img/new/common/logo_fr.gifÉtudes thématiques sur l’enseignement supérieur et le développement des villes et des espaces régionaux 2008-10. La seconde série d’études thématiques de 2008-10 se concentre sur de nouvelles zones géographiques dans les pays de l’OCDE mais aussi dans les pays à économie émergente. Les études seront réalisées en collaboration avec des partenaires tels que la Banque Mondiale et les Directions et Programmes de l’OCDE.
Ces études thématiques abordent les interactions entre les établissements d’enseignement supérieur (EES) et leurs villes et espaces régionaux. Les participants sont les EES, les villes et les régions, et les pouvoirs publics responsables du développement régional et de l’enseignement supérieur au niveau régional et national. L’accent est mis sur l’impact du système d’enseignement supérieur sur le développement régional, et non sur l’impact d’un établissement d’enseignement supérieur en particulier.
Les universités et les établissements d’enseignement supérieur (EES) peuvent jouer un rôle primordial dans le développement du capital humain et des systèmes d’innovation. En ces temps de mondialisation, la croissance et le développement se concentrent autour de régions spécifiques dotées d’infrastructures propres à favoriser l’innovation et qui bénéficient d’une main d’œuvre qualifiée et créative. Les EES peuvent aider les villes et les espaces régionaux auxquels ils appartiennent à devenir plus innovants et mondialement compétitifs. Études thématiques 2004-07. Études thématiques 2008-10. Programme relais d’études thématiques 2011-12.

http://www.oecd.org/dataoecd/img/new/common/logo_fr.gifThematische studies op het hoger onderwijs en de ontwikkeling van steden en regionale gebieden 2008-10. De tweede reeks van thematische studies van 2008-10 richt zich op nieuwe geografische gebieden in de OESO-landen, maar ook in opkomende economieën. De studies zullen worden uitgevoerd in samenwerking met partners zoals de Wereldbank en de directoraten en programma's van de OESO. Thematische studies 2004-07. Thematische studies 2008-10. Brugprogramma thematische studies 2011-12. Meer...

Posté par pcassuto à 17:09 - - Permalien [#]
Tags :