14 août 2013

La flexicurité à l’aune de l’approche par les capacités

http://www.cereq.fr/var/plain_site/storage/images/collections/formation-emploi/916-15-fre-FR/Formation-Emploi_large.pngLa flexicurité à l’aune de l’approche par les capacités. Formation Emploi, n° 113, 2011, 130 p.
Sommaire du n° 113
Jean-Frédéric Vergnies
Flexicurité sans capacité n’est que ruine de l’homme
Edito
Joan Miquel Verd et Josiane Vero
Pourquoi la flexicurité mérite-telle qu’on en débatte à partir de l’approche par les capacités ?
Introduction
Jean-Michel Bonvin, Eric Moachon, Josiane Vero
Déchiffrer deux indicateurs européens de flexicurité à l’aune de l’approche par les capacités
Comment certains indicateurs de flexicurité privilégient flexibilité et employabilité, plutôt que liberté réelle et développement professionnel des travailleurs.
Pascal Caillaud et Bénédicte Zimmermann
Sécurisation des parcours et liberté professionnelle : de la « flexicurité » aux capacités
Afin que la formation devienne un réel droit individuel du salarié, la capacité à saisir ses dispositifs et à les transformer en facteurs de sécurisation des parcours est décisive.
Bernard Conter et Jean-François Orianne
La flexicurité et la formation des demandeurs d’emploi : les politiques wallonnes à l’aune de l’approche par les capacités
Le développement de l’employabilité individuelle aurait peu d’effets sur les capacités des chômeurs, en l’absence de création massive d’emplois.
Marti Lopez-Andreu et Joan Miquel Verd
Les effets de la formation diffèrent selon les parcours sur le marché du travail : l’exemple catalan
Dans de nombreux cas, la « logique » du parcours professionnel annule les effets de la formation.
Corina Rodriguez-Enriquez
Les parcours individuels et la capacité à l’emploi sur les marchés du travail informels : les enseignements de la flexibilité du marché du travail argentin
L’expérience du travail, pour certains groupes de population en France et en Europe, n’est pas si éloignée de la situation argentine, caractérisée par un important marché informel.
Dominique Méda
Postface
Commande à adresser à : La Documentation française, 124 rue Henri Barbusse 93308 Aubervilliers Cedex - Tél. 01 40 15 70 00 - Fax. 01 40 15 68 00.

Posté par pcassuto à 04:53 - - Permalien [#]
Tags :


04 juillet 2011

Corriger les lacunes de la formation pour une véritable flexicurité

http://press.manpower.com/wp-content/uploads/2011/03/inc_standard_stacked_rgb.jpgAprès avoir analysé les limites essentielles de la flexicurité en France, l’Atelier de l’Emploi vous livre certaines pistes d’amélioration.
Comme l’indiquent les auteurs du rapport « Crise et Croissance » du Conseil d’analyse économique (CAE) qui vient de paraître : « sur le plan structurel (…) il est urgent de s’attaquer au volet sécurité de la flexisécurité ». Jean-Frédéric Vergnies considère qu’il est difficile de tirer un véritable bilan de la flexicurité sur une durée aussi courte. Par ailleurs, il estime que la situation économique ne se prêtait pas à de fortes créations d’emploi. Or « en l’absence de forte création d’emplois, le développement de l’employabilité par la formation aurait peu d’effet sur les capacités des chômeurs. Ainsi, le rôle de la formation est notamment limité par la conjoncture et les conditions macro-économiques ». Alors que la reprise s’engage et que des emplois se créent de nouveau, cette limite ne paraît pas de nature à constituer une incitation à l’abandon pur et simple de la flexicurité que semblait recommander Dominique Méda après l’analyse des insuffisances de sa mise en œuvre, il est nécessaire d’avancer des solutions. Il s’agit donc avant tout de corriger les lacunes de la formation, identifiée comme le levier essentiel du volet « sécurité » de la flexicurité.

Développer une formation tout au long de la vie moins court-termiste

C’est la conséquence logique des critiques émises par Dominique Méda, citée dans le billet précédent.

Corriger l’inégalité d’accès à la formation pour qu’elle profite à ceux qui en ont le plus besoin

Une récente étude de l’AFPA soulignait l’inégalité d’accès à la formation. Elle est en cela corroborée par les enquêtes Emploi de l’INSEE, qui montrent que les populations les plus fragiles face à l’emploi sont celles qui bénéficient le moins de formations : 51 % des salariés et indépendants de 25 à 34 ans déclarent avoir accédé à une formation au moins au cours des 12 mois précédents contre 34 % des salariés de 50 à 64 ans ; de la même manière, seuls 36 % des salariés à temps partiel contraint ont eu accès à une formation contre 45 % des salariés à temps plein.
En conséquence, indique le rapport du CAE, « des outils simples de sécurisation des parcours peuvent être mis en place comme le développement de la formation générale des actifs en emploi ou en recherche d’emploi, mais aussi des travailleurs dont le maintien ou le développement du capital humain n’est pas jugé prioritaire par les employeurs comme les plus de 50 ans ou les salariés en contrat temporaires.
Adapter la formation et l’accompagnement aux contextes
Dominique Méda considère qu’il faut assouplir et individualiser la formation: « les pouvoirs publics ou les entreprises ont encore à développer l’ingénierie qui permettra aux personnes de se saisir réellement de ces mesures », en mettant en place un système de formation tout au long de la vie souple et adapté tant aux circonstances particulières qu’aux individus eux-mêmes puisque, selon Joan Miquel Verd « des moyens semblables produisent des effets différents en fonction de facteurs (structure du marché du travail, politiques d’embauche des entreprises…) difficilement contrôlables par les individus ».
C’est la même logique d’individualisation qui inspire les recommandations du rapport du Centre d’analyse stratégique sur l’accompagnement des demandeurs d’emploi :
- Différencier davantage la nature et l’intensité de l’offre de services (suivi mensuel personnalisé plus souple, e-services et “budget de placement” à la disposition des conseillers) pour renforcer la personnalisation de l’accompagnement.
- Pour aller au bout de la logique de personnalisation, expérimenter l’abandon des “parcours types” d’accompagnement des demandeurs d’emploi au profit d’un principe d’autonomie des conseillers.
- Créer une véritable qualification professionnelle consacrée à l’accompagnement.
- Renforcer le management par la performance au sein de Pôle emploi, sur la base d’indicateurs d’impact et non d’activité.
- Optimiser le recours aux opérateurs externes en articulant mieux sous-traitance de capacité et sous-traitance de spécialité et en en distinguant les modalités (notamment, s’agissant de la sous-traitance de spécialité, en insistant sur la rémunération aux résultats plutôt que sur les moyens à mettre en œuvre).
Le groupe de travail de l’UIMM présidé par Pierre Cahuc allait dans le même sens en proposant de:
- rassembler au sein de Pôle emploi les acteurs qui participent de près ou de loin au retour à l’emploi des chômeurs, dont la formation professionnelle.
- aller plus loin dans la politique déjà mise en place de recours aux opérateurs privés de placement. Il y a là aussi beaucoup de progrès à faire « en termes de professionnalisation des pratiques, d’élaboration des appels d’offres et surtout de définition d’objectifs tournés vers un retour à l’emploi et non pas vers des cahiers des charges tatillons qui jouent peu sur la performance »

L’intérim, tremplin vers la formation

Le bilan 2010 des agences d’emploi publié le 28 juin par le Prisme montre bien que l’intérim est un élément essentiel de la sécurisation des parcours professionnels – des jeunes et des seniors en particulier- et une forme privilégiée d’accès à la formation. Rappelons notamment que, selon l’étude « Regards croisés sur l’intérim »83% des intérimaires de moins de 25 ans (dont 38% d’étudiants et 45% de demandeurs d’emploi) étaient en dehors du marché de l’emploi lors de leur première expérience d’intérim en 2010. Ils sont, un an plus tard, 62% à travailler (dont 30% en intérim, 17% en contrat de travail à durée indéterminée, 14% en contrat à durée déterminée), et 23% d’entre eux ont pu bénéficier d’une formation qui leur a permis d’être rapidement opérationnels en entreprise. Les solutions présentées ici constituent des éléments de réponse aux insuffisances du système de formation, déterminant de la réussite d’une véritable flexicurité en France. Celle-ci ne pourra néanmoins prendre forme que si l’ensemble des acteurs et experts de l’emploi veillent à esquisser ensemble des solutions globales.

http://press.manpower.com/wp-content/uploads/2011/03/inc_standard_stacked_rgb.jpg After analyzing the essential limits of flexicurity in France, the Workshop of Employment you book some areas for improvement.
As indicated by the authors of the report, "Crisis and Growth" in Economic Analysis Council (EAC) recently published "structurally (...) it is urgent to address the security aspect of flexicurity". Jean-Frédéric Vergnies considers that it is difficult to make a proper assessment of flexicurity in as short a time. He also believes that the economic situation did not lend itself to strong job creation. But "in the absence of strong job creation, development of employability through training would have little effect on the ability of the unemployed. Thus, the role of training is limited by the particular conditions and macroeconomic conditions. "While the recovery and agrees that jobs are being created again, this limit does not seem likely to be an incentive to 'outright abandonment of flexicurity that seemed recommend Dominique Meda After analyzing the shortcomings of its implementation, it is necessary to advance solutions.
It is therefore primarily to correct the deficiencies in training, identified as the essential lever component "security" of flexicurity. More...

Posté par pcassuto à 17:58 - - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2009

L'essentiel n°3: Flexicurité et sécurisation des parcours

Lien vers le site du GIP Espace CompétencesL'essentiel n°3: Flexicurité et sécurisation des parcours / Mutations économiques et ressources humaines.
L'environnement socio-économique évolue de plus en plus vite et se transforme. Suite à deux conférences organisées par le Carif Espace Compétences, cet Essentiel aborde les questions de flexicurité et de mutations économiques à travers de nombreux témoignages d'experts. Consulter l'essentiel n°3.
Länk till webbplatsen för globala genomförandeplanerna Area FärdigheterMest 3: Flexicurity och säkerhet rangeland / ekonomiska och mänskliga resurser.
Den socio-ekonomiska miljön förändras snabbare och svängar. Efter två konferenser som anordnas av Space CARIF kompetens, detta Viktiga beskrivs flexicurity och ekonomiska förändringar i många sakkunnigbevisning. Se Nr 3 väsentliga.

Posté par pcassuto à 13:44 - - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2009

La « flexicurité » est-elle une réponse à la crise ?

En exerçant des effets rapides et massifs sur l’emploi, la récession conduit pouvoirs publics et partenaires sociaux à prendre des mesures d’urgence alors qu’ils étaient engagés dans une réforme structurelle du marché du travail. La crise remet-elle à ce titre en question le modèle de « flexicurité » ? À s’en tenir aux attendus de la stratégie européenne, la flexibilité de la production et de l’emploi doit être considérée sous ses multiples formes comme un impératif. Mais accroître la mobilité sur le marché du travail exige que celui-ci soit outillé par la qualité de la gestion des ressources humaines interne à l’entreprise, l’appui d’un service public de placement efficace et l’intervention de prestataires de services externes. Évalués sous cet angle, les accords nationaux interprofessionnels récents marquent des avancées, mais il reste du chemin à parcourir sur la voie d’une véritable modernisation du marché du travail, capable d’offrir en toutes circonstances aux salariés l’assurance d’être employables et la possibilité d’être accompagnés dans leurs transitions. C’est à ce prix seulement que de nouveaux progrès vers plus de flexibilité dans la relation salariale pourraient être envisagés.
-La « flexicurité » face aux urgences de la crise
-Négociation interprofessionnelle : un contrat de travail un peu plus flexible
-La sécurité professionnelle des actifs : une avancée à petits pas
-Une nouvelle donne introduite par la jurisprudence récente
-Le « troisième risque » et les moyens d’y parer
La Note de Veille 2009 n°130 du Centre d'analyse stratégique http://www.strategie.gouv.fr/.
Para a realização rápida e maciça efeitos sobre o emprego, a recessão levou o governo e os parceiros sociais a tomarem medidas de emergência, quando eles estavam envolvidos em uma reforma estrutural do mercado de trabalho. A crise apresenta-lo como tal em causa o modelo de "flexigurança"? Nota Watch 2009 No. 130, Center for Strategic http://www.strategie.gouv.fr/. Leia mais...

Posté par pcassuto à 23:44 - - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2008

Conseil de l'Union Européenne: Rapport de la Mission Flexicurité

ÉTABLI SOUS L'AUTORITÉ DE M. VLADIMIR ŠPIDLA ET M. GÉRARD LARCHER, CO-PRÉSIDENTS DE LA MISSION POUR LA FLEXICURITÉ, DÉCEMBRE 2008

Document complet : rapport_flexicurite.pdf.

Quelques extraits :
Un degré de flexibilité suffisant sera de plus en plus nécessaire aux entreprises pour améliorer leur capacité d'adaptation, tandis les employés devront pouvoir bénéficier d'une garantie efficace de sécurité dans l'emploi, c'est-à-dire d'un accompagnement efficace lors de toute recherche d’emploi, d'une aide au revenu adéquate lors des transitions et de possibilités de formation afin de s'adapter au changement tout au long de la vie professionnelle...
En référence aux stratégies globales d'apprentissage, les SPE (Services Publics de l'Emploi) ont un rôle d'orientation et de prescription, voire dans certains cas de fournisseurs de la formation nécessaire...
En France, le droit individuel à la formation fait désormais l'objet d'une portabilité et la réforme de la formation professionnelle en cours doit permettre un rééquilibrage sur les publics qui en ont le plus besoin. En Suède, des emplois subventionnés, la validation des formations acquises à l'étranger ainsi que l'organisation de formations spécifiques et cours de langues doivent permettre de mieux intégrer les travailleurs immigrants sur le marché du travail...
En France, un dispositif portant sur la "gestion prévisionnelle des emplois et des compétences" a été introduit au sein des entreprises de plus de 300 employés. La négociation sur la stratégie de l'entreprise et ses besoins futurs en termes d'emplois et de compétences doit permettre de mettre en oeuvre au sein de l’entreprise une meilleure gestion des ressources humaines et de mobiliser en conséquence les outils de la formation professionnelle. En Espagne, l'amélioration des systèmes de formation professionnelle est un objectif clé. Depuis l'inscription dans la loi d'un accord tripartite sur la formation et l'emploi en 2007, les employés ont droit à un congé individuel de formation, tandis que les entreprises peuvent recevoir des aides financières afin de soutenir leurs projets de formation...
Depuis 2005, suite à un dialogue tripartite, la Finlande a développé un modèle de "sécurité face au changement" afin d'accompagner la reconversion des employés licenciés pour motifs économiques. Ceux-ci bénéficient de jours de congé lors de la période de préavis afin d'effectuer leurs recherches d'emploi, ont accès à des indemnisations de licenciement plus élevées et à un programme spécifique de formation et de recherche d'emploi mis en place par les SPE. De tels programmes ont déjà bénéficié d'un soutien financier du Fonds Européen d'ajustement à la Mondialisation, du Fonds Social Européen et du Fonds Européen de Développement Régional...
Un meilleur ciblage des politiques actives du marché du travail, la définition d'un équilibre entre droits et devoirs des demandeurs d'emplois et la recherche d'une efficience accrue des investissements en formation continue sont nécessaires. Les SPE ont ici un rôle crucial à jouer, en fournissant un accompagnement efficace aux demandeurs d'emploi comprenant des services d'orientation et de formation...
Les échanges de la Mission avec les acteurs nationaux ont également montré à quel point une anticipation systématique des besoins de formation, aussi à moyen et long-terme, est nécessaire afin de maintenir l’employabilité des salariés tout au long de leur carrière et d’améliorer la qualité des emplois...
Une anticipation réussie exige un dialogue permanent et approfondi entre les acteurs économiques, les partenaires sociaux et les autres acteurs publics et privés concernés : collectivités locales, services publics et privés de l’emploi, acteurs du système éducatif et de la formation continue.

RADA EVROPSKÉ UNIE: zpráva mise na flexikuritě. Připravený pod vedením Vladimíra Špidly a pan Gerard Larcher, CO-předsedajícími mise na flexikuritě, prosinec 2008. Dokument: rapport_flexicurite.

Posté par pcassuto à 21:58 - - Permalien [#]
Tags :