21 juin 2010

Labellisation des initiatives universités/entreprises en SHS

pcassuto | 15 juin, 2010 13:46

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau04.jpgValérie Pécresse s’est rendue à l'université de Lille 3 sur le thème de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en Sciences Humaines et Sociales (S.H.S.). À cette occasion elle a présenté le Comité Phénix 2 qui vise à labelliser les meilleures initiatives universités/entreprises en matière d’insertion professionnelles des étudiants issus de la filière S.H.S.
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, s’est rendue à Lille en présence de Serge Villepelet, président de PricewaterhouseCoopers et président du «Comité Phénix 2, sur le thème de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en sciences humaines et sociales (S.H.S.). A cette occasion, elle a annoncé que le Comité Phénix allait labelliser dès l’automne 2010 les meilleures initiatives univeristés/enreprises en matière d’insertion professionnelle des étudiants issus de ces filières. Le label se déclinera en une, deux ou trois étoiles en fonction de critères bien définis : recrutement en contrat à durée indéterminée, au niveau cadre, avec une formation initiale.
Le projet Phénix, initiée par Serge Villepelet, est en expérimentation depuis trois ans en Ile-de-France avec des entreprises prestigieuses telles que Axa, Coca Cola Entreprise, Danone, HSBS, Renault ou encore L’Oréal, et avec le soutien du MEDEF et de la Conférence des Présidents d’Universités. Cette initiative a rapproché fortement les entreprises et les sciences humaines et sociales. A ce jour, ce sont ainsi près de cent étudiants titulaires d’un master 2 Recherche en Sciences humaines et en Lettres qui ont été recrutés en contrat à durée indéterminée, au niveau cadre, à des postes traditionnellement réservés à des diplômés d’écoles de commerce ou d’ingénieur.
L’extension de cette opération prouve qu’avec l’enseignement et la recherche, l’administration et les services publics, une troisième voie est possible, celle de l’entreprise, pour les étudiants en sciences humaines et sociales qui représentent aujourd’hui, toutes disciplines confondues, 59% des étudiants à l’université. Le lancement de cette nouvelle étape s’inscrit dans le cadre de la troisième mission de l’université qu’est l’insertion professionnelle, fixée par la loi sur l’autonomie des universités. Cette enquête sur l’insertion professionnelle, lancée en décembre 2009, porte sur le suivi des étudiants 30 mois après l’obtention de leur diplôme. Elle concerne tous les étudiants titulaires d’un diplôme universitaire de technologie, d’une licence professionnelle ou d’un master. Valérie Pécresse a dégagé  750 000 euros pour accompagner les universités dans cette démarche. Les résultats seront connus en octobre 2010.
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau04.jpgValerie Pecresse visited the University of Lille 3 on the theme of employability of young graduates in Humanities and Social Sciences (SHS).On that occasion she presented the Phoenix Committee 2 which aims to label the best initiatives, universities and industry in terms of professional integration of students from the SHS sector. The Minister of Higher Education and Research, visited Lille in the presence of Serge Villepelet, Chairman of PricewaterhouseCoopers and president of the Phoenix Committee 2 on the theme of employability of young graduates in the humanities and Social Sciences (SHS). On this occasion, she announced that the Committee would qualify it as the Phoenix autumn 2010 the best initiatives Universe / enreprises on employability of students from these courses. The label will come in one, two or three stars according to defined criteria: recruiting permanent contract, in part, with an initial training. More...

Posté par pcassuto à 00:08 - - Permalien [#]
Tags : , ,


12 juin 2010

Difficultés des entreprises à comprendre la réforme

Selon une enquête, conduite par Tendance RH-Opcalia Ile-de-France et réalisée du 15 février au 20 mai 2010 auprès des DRH et responsables formation d'un panel de 195 entreprises, de toutes tailles et de tous secteurs, les entreprises ont mal intégré et mal compris les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle.
Il ressort, en effet, de cette étude que seuls 40% des employeurs interrogés ont correctement intégré dans leur politique de formation les nouveautés injectées par cette réforme votée en novembre 2009. De la même façon, 75% des entreprises ne connaissent pas les fonds d'urgence formation du FUP-FPSPP pour l'aide au reclassement de salariés en voie de licenciement ou de chômage partiel. Plus significatif encore: 7% seulement des entreprises ont eu recours à ces fonds d’urgence pendant la crise. Autre constat: 66% souhaitent que les Opca proposent d'autres services et 53% perçoivent le DIF et la portabilité comme une lourdeur administrative supplémentaire.
1. Le DIF:
• C’est un dispositif intéressant sur le principe, mais mal utilisé, peu demandé par les salariés et très lourd à mettre en oeuvre.
• Il faudrait alléger les formalités administratives et renforcer la communication auprès des salariés.
2. La VAE:
Enquête réalisée par Tendance RH
• Il faudrait simplifier les formalités administratives.
• Il faudrait renforcer l’accompagnement du candidat.
3. Le Bilan d’Etape Professionnel:
• Il faudrait rendre flexible l’utilisation du Bilan d’Etape Professionnel. Les besoins de chacun sont différents selon leur parcours et l’entreprise dans laquelle ils évoluent, on ne peut donc pas figer un tel dispositif.
• Le Bilan d’Etape Professionnel pourrait être demandé dans le cadre du DIF.
• Les entreprises insistent sur la nécessité de l’intervention d’un cabinet extérieur pour les aider à réaliser le Bilan.
Rappelons que les deux dernières réformes de la formation professionnelle (1995 et 2004) ont mis plus de deux ans à être mises en place dans les entreprises… Consulter l'étude du cabinet Tendance RH: Enquête réforme de la formation.
Pagal atlikto tyrimo duomenimis HR Trend Opcalia Ile-de-France ir atliko nuo vasario 15 to 20 Geg 2010 nuo HRD pareigūnų formavimas 195 įmonių iš viso sektorių dydžių plokštės, įmonės kenkia integruotą ir neteisingai suprato profesinio mokymo reformos metmenis. Atminkite, kad per pastaruosius dvejus reformos profesinio mokymo (1995 ir 2004) užtruko ilgiau nei dvejus metus turi būti įgyvendinamas verslo ... Skaityti tyrimų kompanija Trend HR: Tyrimo rengimo reformos. Daugiau...

Posté par pcassuto à 16:52 - - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2010

Budgets formation des entreprises en berne en 2010

Par Lydie Colders. Mal informées, mal outillées et inquiètes quant aux possibilités d’obtenir des financements de leur Opca, alors qu’elles sont mises à contribution pour alimenter le FPSPP, les entreprises redoublent de prudence pour 2010. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le cabinet Tendance RH pour Opcalia Île-de-France (« Comment les entreprises intègrent-elles la réforme dans leurs pratiques de formation ? », juin 2010. Enquête réalisée par Tendance RH pour Opcalia Ile-de-France auprès 195 entreprises de toutes tailles, entre février et mai 2010.).
Por Lydia Colders. Mal informado, mal equipados e inquietos por las perspectivas de obtener financiación para sus OPCA, entonces son objeto de un uso de la facultad de la FPSPP, las compañías de repetir frases de cara al 2010. Esta de acuerdo con una encuesta realizada por la tendencia firme de HR Opcalia Ile de France ("¿Cómo se integran la reforma empresarial en la enseñanza de sus prácticas?", Junio de 2010. Tendencia Encuesta realizada por HR Opcalia Ile-de-France a 195 empresas de todos los tamaños, entre febrero y mayo de 2010.). Más información...

Posté par pcassuto à 00:23 - - Permalien [#]
Tags : ,

20 février 2010

La formation est essentielle pour 70% des entreprises françaises

Posté par pcassuto à 11:58 - - Permalien [#]
Tags :

Sciences humaines, de nouvelles ressources pour l’entreprise

Vignette SHS ColloqueA l’occasion du colloque «Sciences humaines, de nouvelles ressources pour l’entreprise», une étude sur la perception des formations en lettres, langues, sciences humaines et sociales (LLSHS) a été présentée. Elle montre que les sciences économiques, le droit et les langues sont considérées comme les trois filières les plus adaptées à l’entreprise. Pour les recruteurs, ces étudiants disposent de véritables atouts en termes d’aisance à communiquer, de capacités d’analyse et d’adaptabilité. Toutefois, 81 % des recruteurs et 87% des étudiants ont le sentiment que l’accès à l’emploi reste difficile. Principaux enseignements de l'étude.

Table ronde n° 1 : Quand les entreprises croient aux filières des sciences humaines
Depuis quelques années, les dispositifs qui facilitent l'insertion professionnelle des jeunes diplômés en lettres, langues et sciences humaines et sociales (LLSHS) se multiplient.
L'objet de cette table ronde est de présenter quelques actions phares, par exemple Phénix ou Elsa, et de décrypter les conditions de réussite de ces dispositifs. Il s'agit de valoriser les expériences existantes et de mettre en avant les bonnes pratiques des universités et des entreprises. A noter que 94 % des diplômés titulaires d'un master en lettres ou sciences humaines ont un emploi trois ans après leur sortie du système éducatif, c'est-à-dire seulement 1 % de moins que l'ensemble des masters (Centre d'étude et de recherche sur les qualifications - CEREQ).
Table ronde n° 2 : Comment passer la vitesse supérieure ?

Les étudiants en lettres, langues et sciences humaines et sociales font preuve de capacités d'analyse, de synthèse et d'argumentation, d'aisance à communiquer, d'autonomie et d'adaptabilité. Pourtant, des blocages persistent encore au niveau des entreprises qui évaluent mal le potentiel de ces jeunes qu'ils soient titulaires d'une licence, d'un master ou d'un doctorat. Cette table ronde réunit des responsables des ressources humaines de grandes entreprises et des présidents d'université. Objectif : déterminer de nouvelles pistes pour améliorer l'insertion des jeunes diplômés en LLSHS. Au centre des réflexions : comment les universités peuvent-elles promouvoir leurs étudiants? Les entreprises peuvent-elles être plus volontaristes ? Comment améliorer la communication entre ces deux acteurs majeurs de l'insertion?
Par Romain Parlier. Université : quand les entreprises tournent autour des littéraires
Réconcilier les filières littéraires avec le monde de l’entreprise, et redorer le blason des sciences humaines auprès des recruteurs privés : voilà une tâche qui s'annonce ardue, tant les deux mondes semblent s’opposer. Pour autant, la frontière n’est pas infranchissable, et les étudiants en sciences humaines comme les entrepreneurs auraient tout à gagner à ce rapprochement. C’est la thèse qu'ont défendu les universitaires et les chefs d’entreprises présents lors d'un colloque qui s’est tenu jeudi 18 février au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Objectif : lever les stéréotypes. "Nous ne sommes pas le diable!", a martelé Serge Villepelet, président-directeur général du cabinet d’audit et de conseil Price Waterhouse Coopers (PWC) France. "Les littéraires ne sont pas des rêveurs", a rétorqué Geno Marine, titulaire d’un master de philosophie et aujourd’hui cadre financier...
Ces qualités propres aux humanités, certaines entreprises semblent en avoir mesuré l'intérêt. En témoigne l’opération Phénix, qui met en relation des étudiants en master 2 recherche en SHS de neuf universités parisiennes avec de grandes sociétés. Elle aurait permis à une centaine de diplômés de trouver un emploi. Une opération "stratégique" pour Serge Villepelet de PWC, membre du dispositif, qui déclare vouloir embaucher jusqu’à 10 % de diplômés issus de ces filières...
Vignette Simposio SHSEn el simposio "Ciencias Sociales, nuevos recursos para la empresa," un estudio sobre la percepción de la formación en las artes, se presentó idiomas, humanidades y ciencias sociales (LLSH). Esto demuestra que la economía, el derecho y las lenguas se consideran como los tres sectores más adaptado a la empresa. Para los reclutadores, los estudiantes tienen ventajas reales en términos de facilidad para comunicarse, capacidad analítica y capacidad de adaptación. Sin embargo, el 81% de los reclutadores y el 87% de los estudiantes consideraron que el acceso al empleo es difícil. Principales conclusiones del estudio.

Por Romain Parlier. Universidad: cuando las empresas de la vuelta literaria. Conciliación de temas literarios con el mundo empresarial, y restaurar el prestigio de las humanidades con las agencias privadas: se trata de una tarea que es de enormes proporciones, ya que los dos mundos parecen oponerse. Sin embargo, la frontera no es insuperable, y los estudiantes en las humanidades como empresarios se beneficiarán de esta aproximación. Más información...

Posté par pcassuto à 00:24 - - Permalien [#]
Tags :


24 décembre 2009

Le doctorat trop peu reconnu par les entreprises

http://www.cereq.fr/images/logoducereq.jpgLes docteurs éprouvent plus de difficultés à s'insérer sur le marché du travail que les détenteurs de titres de niveau bac+5 ou de grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs. En 2007, le taux de chômage des docteurs trois ans après la fin de leurs études est de 10 %, contre 4 % pour les ingénieurs. Le marché du travail des docteurs demeure spécifique puisque plus de 40 % d'entre eux s'insèrent dans la recherche publique ; cependant, leur part dans le secteur privé s’accroît régulièrement.
Depuis la loi de 2006 relative à la formation doctorale, les pouvoirs publics ont confié aux écoles doctorales une responsabilité d'insertion. L’objectif est d'améliorer la position des docteurs sur le marché du travail privé, permettant ainsi une meilleure diffusion des technologies et un transfert des connaissances entre secteur académique et entreprises. Malgré cette volonté de rapprocher écoles doctorales et entreprises, les jeunes docteurs souffrent de la concurrence historique des diplômés de grandes écoles sur ce segment du marché du travail. L'étude menée par le Céreq sur l'insertion des docteurs dans la branche de l’ingénierie, de l'informatique, des études et du conseil (IIEC) illustre ces difficultés.
Le recrutement de docteurs par les entreprises privées, notamment celles de la branche IIEC, constitue donc un enjeu fort pour l’une et l’autre partie. En effet, tandis que le secteur doit élargir son vivier de recrutement du fait de la croissance continue de l’emploi hautement qualifié, les titulaires de doctorat doivent pour leur part faire face à une restriction des emplois disponibles dans la recherche publique.
Un développement de l’emploi privé des docteurs dans ce secteur est clairement possible, dès lors que seront levés certains freins et préjugés qu’alimente la méconnaissance réciproque des formations doctorales et des entreprises privées. Le développement programmé de dispositifs d’interface entre ces deux univers va clairement dans ce sens : les conventions CIFRE mais également le dispositif des doctorants-conseils ou l’organisation de Doctoriales, séminaires de rencontre entre doctorants et acteurs économiques. Mais au-delà de l’information et de la communication, le meilleur vecteur du lien université-entreprise semble se situer dans l’établissement de partenariats durables, noués à l’échelle des territoires pertinents de la recherche, de l’innovation et de la technologie. Alexandra d’Agostino, Julien Calmand, Nathalie Moncel, Emmanuel Sulzer (Céreq), Françoise Lozier (université Paris Dauphine). Bref 268.
http://www.cereq.fr/images/logoducereq.jpgThe doctors have more difficulty entering the labor market than the holders of baccalaureate level 5 or large schools of business and engineering. In 2007, the unemployment rate for doctors three years after graduation is 10%, against 4% for engineers. The labor market remains specific doctors with more than 40% of them fit in public research, but their share in the private sector is steadily growing. More...

Posté par pcassuto à 18:20 - - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2009

La VAE en entreprise : une démarche collective qui soutient des projets individuels

http://www.fafiec.fr/design/wzfafiec/images/logo.png"La VAE en entreprise : une démarche collective qui soutient des projets individuels" - Interview de Chantal Labruyère,chargée de mission au CEREQ.
Ce mois-ci, dans l’émission Destination Compétences, Thomas Clipet reçoit Chantal Labruyère, socioloque, chargée de mission au CEREQ… un pôle public d’expertise.

Ensemble ils aborderont la question de la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) et des bénéfices qu’elle peut apporter à la fois aux salariés et aux entreprises...
Pour en savoir plus: Entreprise : Comment réussir sa démarche de VAE?, Portail officiel de la Validation des Acquis de l'Expérience, Ensemble de l'étude. Les PLUS du FAFIEC en matière de VAE: 2100 € de financement pour 3 jours d’accompagnement pour une certification inscrite au RNCP. La possibilité de faire financer tout ou partie des formations complémentaires requises dans le cadre de la démarche. Voir aussi sur le blog la VAE en entreprise.

Insieme si affronterà la questione della VAE (Convalida di esperienza acquisiti) ei benefici che essa può portare ad entrambi i dipendenti e le imprese ...
Per ulteriori informazioni: Azienda: Come una VAE successo approccio?, Portale ufficiale per la convalida di esperienza professionale, Tutte le studio.
Inoltre la società blog VAE. Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 01:01 - - Permalien [#]
Tags :

19 octobre 2009

Les entreprises commencent à s'intéresser aux étudiants en lettres

http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gifLes chiffres, les littéraires aiment surtout les faire mentir. Alors que la filière lettres était traditionnellement assimilée à une usine à chômeurs, la voilà presque en modèle d'insertion.
Trois ans après la fin d'une licence de lettres, 5 % des jeunes sont au chômage, alors que ce pourcentage monte à 7 % pour la moyenne des licenciés, selon une note emploi- formation du Centre d'études et de recherches sur les qualifications (Céreq), à paraître le 19 octobre et intitulée De l'enseignement supérieur à l'emploi : voies rapides et chemins de traverse. Cette donnée remet en perspective l'annonce présidentielle de rénovation de la filière littéraire du lycée, qui ne forme plus en 2009 qu'un bachelier général sur cinq...
Les universités ont aussi développé ces dernières années un nombre important de licences pro, rendant les jeunes immédiatement opérationnels... Pour les étudiants qui continuent au niveau master, "il faut faire la différence entre ceux qui optent pour un master pro (formation elle aussi pensée en terme de débouchés), qui auront 6 % de risques de se retrouver au chômage, et ceux qui préfèrent la voie de la recherche. 13 % des titulaires d'un master de recherche seront encore au chômage trois ans après la fin de leurs études en lettres ou sciences humaines, alors que le taux moyen est de 10 % à l'issue de ce type de formation, toutes disciplines confondues", rappelle M. Calmand...
De leur côté, les entreprises commencent à mesurer que les littéraires "se singularisent des étudiants des grandes écoles, et présentent une polyvalence intéressante", rappelle Jacques Migozzi, président de la Conférence des doyens et directeurs d'UFR lettres et sciences humaines. Certaines grandes entreprises ont mis en place des filières d'embauche d'étudiants issus de l'université, qu'elles recrutent à des postes d'ordinaire réservés aux diplômés des écoles supérieures de commerce ou de management... Aussi, plusieurs opérations font la jonction entre ces deux mondes. Phénix réunit huit universités parisiennes et neuf entreprises, dont Coca-Cola, PriceWaterHouseCoopers, L'Oréal, Danone. Chacune sélectionne elle-même ses candidats, mais Phénix (soutenu par le Medef) leur offre une formation générale de base de 350 heures afin de les rendre opérationnels. Les taux d'échec sont équivalents aux modes classiques de recrutement... Maryline Baumard et Christian Bonrepaux
http://medias.lemonde.fr/mmpub/img/lgo/lemondefr_pet.gifSiffrorna, särskilt den litterära älskar att ljuga. Medan kedjebrev behandlades traditionellt som en arbetslös fabrik, här är det nästan en modell för integration. Tre år efter utgången av en viss litteratur, 5% av den unga är arbetslösa, medan denna andel stiger till 7% för den genomsnittliga ogillas, enligt en anteckning företagande Training Center för studier och forskning kvalifikationer (Céreq), som visas 19 oktober och rätt från högre utbildning till sysselsättning: motorvägar och vägar. Dessa data ger perspektiv på tillkännagivande om renoveringen av skolans litterära sektorn, som utgör under 2009 mer än en allmän ungkarl fem. Mer...

Posté par pcassuto à 23:35 - - Permalien [#]
Tags :

11 août 2009

Union des industries chimiques: développer les actions collectives de VAE

Logo de 'UIC'L’Union des industries chimiques signe un accord cadre national pour l’emploi et les compétences des salariés des industries chimiques. Le 23 juillet 2009, Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’emploi, a signé avec Bernard Chambon, Président de l’UIC, un accord cadre national pour l’emploi et les compétences des salariés des industries chimiques pour la période 2009-2011. Cette signature est un acte fort qui témoigne de la mobilisation de l’UIC en faveur de l’emploi et des compétences des salariés de la branche.
Sur 3 ans, ce sont plus de 27 millions d’euros dont 9 millions de fonds d’Etat qui seront consacrés à: développer les actions collectives de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) notamment pour les salariés des premiers niveaux de qualification pour reconnaître les compétences et les qualifications acquises au cours de leur vie professionnelle, accompagner les PME/TPE dans leurs démarches d’anticipation et la mise en place des procédures RH nécessaires au développement des compétences de leurs salariés : entretien annuel d’évaluation, entretien professionnel, passeport formation, plan de formation, former les salariés les plus fragilisés au regard de l’emploi afin de développer leur employabilité, dont ceux indemnisés au titre du chômage partiel.
UIC Logo ''European Chemical Industry ha firmato un accordo quadro nazionale per l'occupazione e le competenze dei lavoratori nelle industrie chimiche. On July 23, 2009, Laurent Wauquiez, ministro di Stato per l'occupazione, firmato con Bernard Chambon, presidente della UIC, un accordo quadro nazionale per l'occupazione e le competenze dei lavoratori nell'industria chimica per il 2009-2011. Oltre 3 anni, più di 27 milioni di euro, con 9 milioni di euro di fondi statali da destinare alla d Evelop le azioni collettive di Accreditamento of Prior Learning (APL). Maggiori informazioni...

Posté par pcassuto à 18:26 - - Permalien [#]
Tags :

08 août 2009

Sensibiliser 12 000 entreprises lorraines aux enjeux de la VAE

Logos FOAD et InffolorUne lettre pour sensibiliser 12 000 entreprises lorraines aux enjeux de la VAE
À l’initiative de l’État/DRTEFP et de la Région Lorraine, les entreprises lorraines de plus de 5 salariés ont été destinatrices de supports de communication visant à mieux faire connaître et à faciliter les utilisations de la VAE en entreprise.
Deux supports leur ont été transmis : * Un tabloïd présentant divers témoignages lorrains d’employeurs de salariés engagés dans des actions collectives de VAE, ainsi que les informations de base pour une compréhension du dispositif, * Une fiche pratique présentant la plate-forme de services VAE aux entreprises.
Inscrite dans le plan d’action régional pour la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), une «plate-forme de services VAE aux entreprises» est constituée en Lorraine depuis fin 2008. L’objectif, pour l'État et la Région Lorraine, en concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre de la Commission VAE du CCREFP, est faire de la VAE une démarche intégrée dans les politiques de gestion des ressources humaines et de qualification d’un plus grand nombre d’entreprises, mais aussi de branches professionnelles et de territoires. Les actions développées à travers la plate-forme de services doivent permettre de mieux faire connaître la VAE aux entreprises et surtout de leur simplifier et de leur faciliter l’accès, en leur proposant un point d’entrée unique et une réponse «sur mesure» adaptée à leur problématique. Consulter la lettre. Consulter la fiche "Plate-forme de services VAE aux entreprises".
Logotyper och Inffolor FOADEn skrivelse att höja 12 000 Lorraine till de utmaningar som VAE
På initiativ av staten / DRTEFP och regionen Lorraine, Lorraine företag med fler än 5 anställda var avsedda för kommunikation för att öka medvetenheten och underlätta användningen av APL i näringslivet.
Två medier har lagts fram: * En tabloid berättelser lorrains med olika arbetsgivare för anställda som deltar i gemensamma åtgärder av VAE samt grundläggande information för förståelsen av enhet * Ett faktablad som beskriver serviceplattform VAE företag. Se brev. Consult kortet plattform tjänster till företag VAE. Mer...

Posté par pcassuto à 06:10 - - Permalien [#]
Tags : ,