25 mars 2016

Les fusions d’universités et la documentation dans le Rapport annuel de l'Inspection générale des bibliothèques 2015

En 2015, dans le cadre de son programme fixé par lettre de mission des ministres de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et de la culture et de la communication, l'Inspection générale des bibliothèques (IGB) a exercé sa mission d'évaluation et de contrôle auprès de 7 sites ou établissements d' enseignement supérieur, de 18 bibliothèques de collectivités territoriales. Rapport de l'Inspection générale des bibliothèques.

Rapport coordonné par Pierre Carbone avec le concours de Dominique Arot, Joëlle Claud, Jean-Luc Gautier- Gentès, Hélène Richard, Yves Alix, Thierry Grognet et Charles Micol
Le rapport est consultable à l’adresse : http://cache.media.enseignementsuprecherche. gouv.fr/file/2015/72/0/Les_fusions_d_universites_et_la_documentation_201506018_444720.pdf
Les évolutions de l’enseignement supérieur et de la recherche depuis une dizaine d’années ont conduit les services communs de la documentation (SCD) à coopérer plus fortement, au niveau national comme à l’échelle des sites. Ce travail en commun prend une dimension nouvelle dans le cas d’une fusion d’universités, qui modifie profondément l’organisation et le fonctionnement même de ces services et constitue une démarche globale, engageant tous les personnels et toutes les activités des universités concernées. Il ne s’agit pas ici d’isoler la fonction documentaire dans ce mouvement, mais de voir de quelle façon elle peut l’accompagner (voire la préfigurer) pour améliorer les services rendus aux publics.
Même si des disparités de tous ordres (historique, taille des établissements, champs disciplinaires, nombre de sites, etc.) distinguent les différentes situations, on peut tirer des fusions déjà réalisées à Aix-Marseille, Bordeaux, en Lorraine et à Strasbourg de premières conclusions, qui soient utiles tant pour la suite du processus dans ces universités que pour celles qui s’engagent dans cette démarche. On distingue d’ailleurs deux étapes dans la fusion, la première étant la préparation et la mise en place de la nouvelle structure, et la seconde étant une période de consolidation du processus se poursuivant sur plusieurs années.
La préparation de la fusion a conduit partout à mettre en place des comités de pilotage et des groupes de travail fonctionnels ou thématiques, auxquels les SCD ont été associés de façon inégale selon les cas, sur la base d’un mandat clair ou de façon plus informelle, parfois sous la forme de groupes de travail spécifiques. De façon générale, que des groupes de travail dédiés soient mis en place ou non, il convient de veiller au pilotage politique de la documentation, d’articuler politique et technique, et de lier la question de la fusion des services de documentation aux orientations stratégiques en matière de formation et de recherche. En effet, avant de mettre au premier plan la question des organigrammes et des regroupements de services, il s’agit d’impulser, y compris au niveau documentaire, une démarche de projet : la fusion des services de documentation doit être guidée par un projet stratégique à l’échelle des universités en voie de regroupement, et les processus administratifs ou techniques engagés en matière de documentation doivent avoir pour perspective l’amélioration des services rendus à la communauté universitaire.
Au plan statutaire, deux modèles ont été adoptés dans les universités fusionnées, celui de SCD et celui de direction de la documentation (éventuellement élargie à d’autres fonctions, telle l’édition). Les avantages du statut de SCD, qui devrait être le modèle préférentiel et conforme à la réglementation, tiennent notamment au fait que lui est clairement reconnue une mission de coordination de l’ensemble des ressources documentaires, ainsi qu’au pilotage par un conseil documentaire associant les enseignants-chercheurs et les étudiants. Dans le cas où l'option choisie est celle d'une direction de la documentation, il convient de la doter d'un texte réglementaire précisant ses missions, en particulier à l'égard des bibliothèques ne relevant pas de son autorité directe (c'est-à-dire les bibliothèques dites associées dans le cas d'un SCD).
D’une manière générale, à l'occasion des fusions, les structures documentaires se sont quelque peu éloignées du politique et du scientifique pour se rapprocher de l’administratif et du technique. Le lien avec le politique et le scientifique étant vital pour la fonction documentaire, il convient de le garantir en prévoyant d’inviter à titre permanent le directeur au conseil académique, à la commission de la recherche et à la commission de la formation et de la vie universitaire, en invitant le directeur à présenter une fois par an au conseil d’administration un rapport sur la politique documentaire, et en désignant auprès du président un interlocuteur pour la documentation (vice-président ou chargé de mission).
Concernant les évolutions d’organigramme, les fusions ont conduit, mais de manière encore modeste, à organiser le fonctionnement des comités de direction (essentiellement avec un périmètre élargi) et à développer des fonctions transversales (parfois dans le cadre d’une organisation matricielle croisant responsabilités transversales et sectorielles). Il est nécessaire de veiller à l’évolution des cadres entre les anciennes structures et la nouvelle après fusion : des directeurs ne le sont plus, des responsables de département peuvent ne plus l’être, les responsabilités peuvent changer pour l’ensemble des cadres. Il faut en particulier être vigilant concernant l’évolution de poste des anciens directeurs, sans pour autant diluer les responsabilités du nouveau directeur. S’il s’agit de redéfinir les compétences en portant toute l’attention méritée au facteur humain, l’organigramme ne peut être durable que s’il est commandé par une logique fonctionnelle.
En dehors des fonctions administratives et comptables, la rationalisation de la gestion documentaire proprement dite est encore à l’état de la réflexion ou du projet, ce qui nécessite d’engager une deuxième étape de consolidation de la fusion, allant au-delà de simples ajustements. En effet, une des démarches à engager très tôt - dans l’idéal, avant la fusion - consiste à analyser les emplois et à redéfinir les fonctions et les métiers dans le cadre nouveau, à identifier et développer les fonctions transversales et scientifiques (telles le numérique, les archives ouvertes, la bibliométrie…) nécessitant des compétences de haut niveau regroupées à l’échelon central. Il s’avère que l’harmonisation des pratiques et la mise en place de nouveaux processus communs à la nouvelle structure ne peuvent se faire qu’en encourageant les échanges au sein du SCD et le brassage avec les autres services de l’université fusionnée, en développant une culture commune qui renforce le sentiment d’appartenance chez tous les personnels.
Un des axes majeurs pour permettre cette harmonisation des pratiques est d’adopter une démarche orientée usagers, et d’avoir pour objectif principal l’amélioration des services aux publics. Au premier chef, il s’agit d’harmoniser et élargir les horaires d’ouverture, en envisageant cette question de manière concertée très en amont de la fusion, en ayant pour objectif pour les sites les plus importants d’avoir au moins une bibliothèque ouverte tard le soir et le dimanche, en tentant des expériences limitées dans le temps et en se donnant les moyens de les évaluer. Cela demande de tenir compte des rythmes d’activité de l’université (préparation des partiels, examens, période estivale) et de ne pas négliger la coordination avec les bibliothèques territoriales. De même, il est utile de développer les outils de communication pour faire connaître les nouveaux services mutualisés et de s’inspirer des réussites des bibliothèques des collectivités territoriales (communication, signalétique urbaine, automatisation du prêt, boîtes de retour des documents, etc.). Il est nécessaire également de simplifier les procédures pour les usagers, et autant que possible de donner aux lecteurs les mêmes droits au sein de l’ensemble des bibliothèques de l’université. Par ailleurs, si l’accès à la documentation électronique a été généralement harmonisé, le développement de services nouveaux est souvent à l’état de réflexion.
Un autre axe majeur est la formalisation d’une politique documentaire dans le cadre nouveau. Elle est en partie liée au caractère pluridisciplinaire ou non de chacune des universités avant la fusion et à l’existence de formations communes. Elle repose sur une connaissance fine des collections, du SCD, de l’université et des bibliothèques proches, partenaires ou non, et sur la mise en oeuvre des axes stratégiques de l’université par rapport à l’enseignement, la recherche et la vie étudiante.
Cette politique unifiée donne une dimension nouvelle au patrimoine documentaire, car l’importance des bibliothèques des universités fusionnées leur confère des possibilités et des responsabilités plus grandes en matière de patrimoine, actuel ou à venir, au sein de la communauté universitaire, tout comme en matière de bibliothèque numérique ou de conservation au sein de leur environnement régional. Elles doivent jouer tout le rôle qui est désormais le leur dans leur région comme à l’échelle nationale ou européenne.
Au plan budgétaire, pour la mise en oeuvre de cette politique documentaire, la fusion des universités a entraîné une réorganisation des circuits d’acquisition. Les marchés d’acquisition d’ouvrages et d’abonnement aux périodiques papier comme les contrats pour la fourniture de la documentation électronique ont dû être renégociés et ce travail peut s’avérer d’une grande ampleur. En tout cas, cela oblige les SCD à réorganiser leurs services transverses, administratifs entre autres. Cette centralisation doit également jouer dans l’indispensable resserrement de la bibliothèque autour de ses fonctions communes. Gestion des crédits documentaires et organisation des circuits de décision concernant les acquisitions constituent donc un élément important du pilotage des nouveaux SCD et de la construction de leur identité partagée.
Par ailleurs, les autres bibliothèques dans l’université ne doivent pas être laissées à l’écart de la démarche, et compte tenu du risque de dispersion au sein d’établissements de cette dimension, la priorité est de mettre en commun et de mettre à jour une carte complète des ressources documentaires de l'université, sous forme de liste mais également sous une forme cartographique. De façon générale, l’ensemble des lieux documentaires est susceptible d’adaptation aux besoins dans le contexte nouveau, et il est judicieux de profiter des opportunités offertes par la fusion pour opérer des regroupements dans le cadre d’une carte des services documentaires en synergie avec la carte des formations et de la recherche.
Pour ce qui est des systèmes d’information documentaire, les situations dépendent étroitement de l’existant, deux des quatre universités fusionnées étant déjà équipées du même système avant la fusion. L’expérience des deux autres universités fusionnées montre qu’il faut anticiper la fusion en adoptant en amont un système unique ou à défaut une solution simple, susceptible de raccourcir les délais de mise en oeuvre d’un système unique, de façon à proposer aux utilisateurs un portail donnant accès de façon simple à l’ensemble des ressources.
La fusion est donc un processus long, qui se poursuit au-delà de la mise en place des nouvelles structures, mais elle peut être facilitée en mettant au premier plan une dynamique de projet dans le souci d’améliorer les services aux usagers. Pour la fonction documentaire, les questions-clés sont : le lien avec les orientations stratégiques de l’établissement en matière de formation et de recherche, la coordination de l’ensemble des ressources documentaires de l’université fusionnée, qu’elles soient ou non gérées directement par le SCD, la redéfinition des métiers et des fonctions dans le cadre nouveau au bénéfice de fonctions transversales et de nouvelles compétences, l’harmonisation et l’amélioration des services aux publics, la formalisation et la mise en oeuvre d’une politique documentaire unifiée ayant un volet patrimonial et s’accompagnant d’une réorganisation des circuits d’acquisition, l’encouragement à des regroupements pertinents par l’adoption d’une nouvelle carte des services documentaires en synergie avec la carte des enseignements et de la recherche, la mise en oeuvre le plus tôt possible d’un système d’information unique et d’un portail. L’avancée de ces chantiers étant forcément inégale au cours du temps, il convient de se doter également des instruments de pilotage et d’évaluation pour garantir leur pleine réalisation. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 00:50 - - Permalien [#]
Tags : ,


Rapport annuel de l'Inspection générale des bibliothèques 2015

En 2015, dans le cadre de son programme fixé par lettre de mission des ministres de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et de la culture et de la communication, l'Inspection générale des bibliothèques (IGB) a exercé sa mission d'évaluation et de contrôle auprès de 7 sites ou établissements d' enseignement supérieur, de 18 bibliothèques de collectivités territoriales. Elle a également mené deux missions, auprès de l'Académie de France à Rome et de l'INSEE. Conformément au programme, l'IGB a également publié des rapports sur les thèmes suivants : les fusions d'universités et la documentation ; l'équipement des communes et groupements de communes en bibliothèques, lacunes et inégalités territoriales ; jeu et bibliothèques, pour une conjugaison fertile.

Posté par pcassuto à 00:41 - - Permalien [#]
Tags :

01 juillet 2015

Aix-Marseille Université dans le rapport "Les fusions d'universités et la documentation"

Ce rapport présente de premières conclusions des fusions d'universités réalisées à Aix-Marseille, à Bordeaux, en Lorraine et à Strasbourg. Les fusions d'universités et la documentation. Voir l'article...

1.2. Les associations ou regroupements entre universités avant la fusion à Aix-Marseille, Bordeaux, en Lorraine et à Strasbourg
Aix-Marseille
A Aix-Marseille, le PRES constitué en 2007 avait été décidé « pré-fusionnel » des 3 universités d’Aix-Marseille. Les enseignants et surtout les chercheurs des disciplines scientifiques ont joué un rôle majeur en faveur de la fusion, car leurs disciplines et leurs laboratoires, éclatés entre les 3 universités, perdaient en efficacité et en rayonnement. La fusion a été votée en décembre 2010, pour être effective au 1er janvier 2012. Le contrat quadriennal de 2008-2011 comprenait un volet interuniversitaire. Pour la documentation, il s’agissait de :
- Développer un système informatique de gestion de bibliothèque (SIGB) commun aux 3 universités (piloté par Aix-Marseille 1)
- Mutualiser la documentation électronique (piloté par Aix-Marseille 2)
- Mettre en place le dépôt numérique des thèses (piloté par Aix-Marseille 3)
- Organiser la conservation partagée des périodiques scientifiques (piloté par Aix-Marseille 3)
Chacun des SCD a piloté l’un des chantiers, avec un comité de pilotage où chacun des SCD était représenté.
D’autres chantiers communs avaient été définis pour les 4 années suivantes :
- la Bibliothèque de droit et sciences économiques en construction à Marseille (concernant 2 universités) ;
- la cartographie des collections dans les disciplines communes : sciences (pour les 3 universités) et sciences économiques et gestion (pour 2 d’entre elles) ;
- l’amélioration des services au public (espaces, mais aussi système et règles de gestion, ingénierie documentaire) ;
- la politique documentaire et patrimoniale ;
- l’action culturelle et la valorisation.
En 2011 ont été mis en place 7 groupes de travail communs aux 3 SCD (documentation électronique, fourniture de documents, collections scientifiques, bibliothèque numérique, portail documentaire et SICD, collections de sciences économiques et gestion, bibliothèque de droit et sciences économiques de Marseille).
Par ailleurs, en 2008-2009, a fonctionné un groupe de travail constitué des vice-présidents documentation et des directrices des 3 SCD, afin de prévoir l’organisation générale du SCD, en lien avec l’organisation de l’Université unifiée. Celle-ci a mis en place une analyse des emplois (ORIGAMU).

2. Préparation de la fusion : méthode et calendrier

2.1. Des groupes de travail
De façon générale, sur les 4 sites concernés, les universités ont mis en place des groupes de travail thématiques, selon un calendrier et des modalités diverses.
A Aix-Marseille, dès 2010, des groupes de travail se sont constitué à l’Université de Provence Aix-Marseille 1. Puis deux grands groupes de travail ont été constitués avec les 3 DGS des Universités, l’un pour les composantes, l’autre pour les services communs, chargés de réaliser un état des lieux et d’élaborer de premiers éléments prospectifs.
Dans deux cas, les groupes de travail au niveau des universités ont été accompagnés de groupes de travail entre SCD :
- soit dans le cadre d’un mandat clair : à Aix-Marseille, les SCD ont mis en place des groupes de travail thématiques (portail numérique et numérisation, bibliothèques de sciences, bibliothèques de sciences économiques, documentation électronique, prêt entre bibliothèques - PEB, SIGB). Les SCD ont avancé plus vite dans la fusion que les autres services communs.

2.2. Projet de service ou processus administratif ?
A Aix-Marseille, la priorité a été donnée à la réorganisation administrative et financière de l’université fusionnée. Un groupe de travail spécifique à la documentation a été mis en place avec le DGS et la directrice du SCD fusionné, provenant de la même université. Une étude fonctionnelle, ORIGAMU, a été menée en interne, sans faire appel à un consultant. ORIGAMU a fixé comme échéance la stabilisation du personnel pour fin 2014. Le SCD (unifié) a anticipé et stabilisé les effectifs dès fin 2012. Le projet de service, qui n’a pas été lancé à ce moment-là, reste à faire.
Les directeurs dans les conseils
Seul un des directeurs sur quatre est invité à tous les conseils (Aix-Marseille). Il lui est loisible de demander l’inscription de questions à l’ordre du jour. Il présente le rapport d’activité annuel au conseil d’administration (CA). Il en est de même du plan de formation du SCD.

Dans le cas d’Aix-Marseille, ont été créés cinq départements documentaires correspondant aux cinq composantes de l’Université (Droit, Economie et gestion, Lettres et sciences humaines, Santé, Sciences et techniques) qui regroupent les 20 BU. Il n’y a pas de changement pour celles-ci, car elles restent sur place. Il n’y a pas de centralisation du fonctionnement mais une rationalisation progressive pour la politique documentaire et les commandes, le désherbage…. La direction de la BU est installée à Marseille, avec l’administration (RH et finances) et les services transverses. Seul le département de l’ingénierie documentaire est partagé entre Aix et Marseille. Avec son organisation par secteurs documentaires, le SCD se plie mal à la logique de campus qui prévaut pour l’organisation administrative et financière de l’université et la gestion de proximité. Seule la santé regroupée sur un seul campus se trouve à l’aise dans cette organisation.
4.2. Une rationalisation du travail interne ?
A Aix-Marseille, la rationalisation est entrée dans les faits pour les procédures administratives (avec dématérialisation). Elle est en cours et menée de façon progressive pour le travail interne. En effet, si la fusion est réalisée administrativement, les évolutions en terme d’organisation et de rationalisation ne sont qu’ébauchées. C’est une procédure de longue haleine.
4.3. Le comité de direction
Il existe dans chaque cas, et se réunit régulièrement. Sa composition varie selon les universités.
A Aix-Marseille, il réunit tous les 15 jours le directeur, le directeur adjoint, le responsable administratif, les adjoints de direction, les responsables de fonctions transverses et les chefs de départements (soit 12 personnes).
4.4. L’évolution des emplois et des compétences après la fusion
De façon générale, la fusion a eu peu d’effet sur la structure des emplois.
A Aix-Marseille, la fonction administrative a été la plus concernée. Les BU ont été peu touchées, mais les missions transversales ont été mieux définies. Dès la fusion, il y a eu des mouvements internes, puis (en 2013) des recrutements directs. Le SCD a vu 3 de ses postes intégrés à la Direction opérationnelle des systèmes d’information - DOSI (les BU s’adressent au support DOSI de leur campus) et un conservateur général partir au service culturel de l’université.
4.5. L’harmonisation du régime de travail et de congés
Aix-Marseille l’harmonisation a été mise en oeuvre au niveau de l’université, et les spécificités du SCD ont été reconnues (amplitudes horaires, ouverture le samedi après-midi, nécessité de compter les congés en heures,…).
4.6. Le sentiment d’appartenance à la nouvelle structure
A Aix-Marseille, ce qui a renforcé le sentiment d’appartenance tient en premier lieu aux dispositifs mis en place par l’université (la nouvelle organisation – ORIGAMU -, la communication interne, la charte graphique, les visites du Président, le Noël du personnel..). Plus spécifiquement au niveau du SCD, les éléments fédérateurs sont multiples : le SIGB, le site web 2.0, un logo déclinant celui de l’AMU, l’Intranet, une lettre d’information publiée tous les 2 mois, des listes de diffusions différenciées, des formulaires communs, des groupes de travail ou des commissions transverses (communication par exemple), une journée des personnels, un plan de formation commun, un vade-mecum du nouvel arrivant, des formations au management. L’apport d’un consultant extérieur aurait toutefois été utile. Par ailleurs, le SCD (sauf les services administratifs) est resté « avec le SCD », ce qui est regrettable alors qu’il est nécessaire de développer plus le sentiment d’appartenance à la nouvelle université.
5.3. Règlementation et tarification
A Aix-Marseille, les questions réglementaires et tarifaires ont été étudiées très en amont par les trois services communs de documentation appelés à fusionner. La décision a été prise d’harmoniser et d’unifier règlements intérieurs et tarifications diverses. La fusion a même permis d’assouplir et d’élargir les règles de prêt des documents, ainsi que d’établir une typologie homogène des catégories de lecteurs.
6.3. Les autres bibliothèques au sein de l’université
A l’Université d’Aix-Marseille, l’intégration des diverses bibliothèques connaissait une situation différente selon les disciplines et les universités. Le secteur juridique, qui en connaissait le nombre le plus grand, avait fait l’objet d’un inventaire et d’une politique incitative avant la fusion. Depuis, ce travail de repérage, d’inventaire et de rationalisation a progressé. Un rapport sur les bibliothèques hors SCD a été réalisé dès 2013, juste un an après la fusion. Pour les sciences humaines, la construction d’une nouvelle bibliothèque, celle des Fenouillères à Aix, permet l’intégration de plusieurs bibliothèques.
La bibliothèque de l’Université d’Aix-Marseille s’est, pour sa part, investie dans le pôle associé régional de la Bibliothèque nationale de France. Elle a également participé à la constitution du corpus des sources sur le droit coutumier.
7. Système de gestion documentaire et portail unique, un atout en cas de fusion
A Aix-Marseille, la mutualisation d’outils documentaires avait été envisagée au début des années 2000, bien avant la fusion des universités, alors qu’un rapprochement des bibliothèques sur certains sites était à l’ordre du jour. Dès la décision prise en 2007 d’acquérir un système commun et de confier le pilotage du dossier à l’Université de Provence, un comité de pilotage a été constitué, des groupes de travail ont été mis en place : le choix d’un logiciel libre (Koha) est intervenu en 2008 et la mise en service du système a été effective dès la rentrée 2010. Toutefois, si l’utilisation d’un intranet commun a suivi de peu la fusion, il a fallu attendre la rentrée 2013 pour l’ouverture d’un portail public unique.

Posté par pcassuto à 01:11 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Les fusions d'universités et la documentation

Ce rapport présente de premières conclusions des fusions d'universités réalisées à Aix-Marseille, à Bordeaux, en Lorraine et à Strasbourg sous différents aspects : préparation de la fusion, nouvelle organisation documentaire, évolution des services aux publics et de la politique documentaire, unification des systèmes d'information, immobilier documentaire. Il présente également l'état actuel au plan documentaire des autres fusions d'universités en cours.

Posté par pcassuto à 00:53 - - Permalien [#]
Tags :

09 février 2015

L'évolution du réseau des URFIST - Recommandations du groupe de travail

Ce rapport présente les conclusions d'un groupe de travail présidé par Pierre Carbone, inspecteur général des bibliothèques, sur l'évolution du réseau des Unités régionales de formation à l'information scientifique et technique (URFIST) dans leur dimension nationale mais aussi au niveau régional. La principale recommandation est de constituer un groupement d'intérêt scientifique associant le réseau des URFIST et d'autres partenaires de la recherche et de la formation en I.S.T. au plan national. L'évolution du réseau des URFIST. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 23:46 - - Permalien [#]
Tags :


14 décembre 2014

Clash in the Stacks

HomeBy Carl Straumsheim. Several library directors at liberal arts institutions have lost their jobs as they clash with faculty and administrators over how much -- and how fast -- the academic library should change. Read more...

Posté par pcassuto à 18:33 - - Permalien [#]
Tags :

27 avril 2014

A Public Library of the Humanities? An Interview with Martin Paul Eve

http://chronicle.com/img/photos/biz/profhacker-45.pngBy . This is the tenth interview in a series, Digital Challenges to Academic Publishing, by Adeline Koh. Each article in this series features an interview with an academic publisher, press or journal editor on how their organization is changing in response to the digital world. The series has featured interviews with Duke University Press, Anvil Academic, NYU Press, MIT Press and the Penn State University Press.
In this interview I speak with Martin Paul Eve (@martin_eve, Lecturer in English at the University of Lincoln, UK and co-founder of the Open Library of Humanities.
AK: Hi Martin, thanks so much for speaking with me today. First of all, could you please tell me more about the history of the Open Library of the Humanities, and what problems in academic publishing it intends to intervene in?
ME: If you will forgive a bit of narrative backstory, I’d like to begin on a personal note that leads into the rationale for the OLH. My first foray into the world of open access came when, as a Ph.D. student, I felt a sense of outrage upon realising that the system of academic publishing was one wherein academics gave their work to publishers (without compensation), then academics performed peer review (without compensation), until finally they proofread the material (without compensation). More...

Posté par pcassuto à 00:09 - - Permalien [#]
Tags :

23 avril 2014

Organismes de préparation aux concours des bibliothèques

Quels sont les organismes pouvant vous aider les candidats dans la préparation aux concours des bibliothèques ?

On peut citer les C.R.F.C.B (centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques, du livre et de la documentation), le C.N.E.D. (centre national d'enseignement à distance), qui proposent des formations spécifiques mais également le Centre de Documentation sur les Métiers du Livre (bibliothèque Buffon, Paris) qui met à disposition des candidats tous les documents nécessaires à la préparation des concours des bibliothèques.
Les questions les plus fréquemment posées concernant les concours d'Etat des personnels des bibliothèques. Accès au guide des concours des bibliothèques. Les fiches métiers, quels diplômes pour quels concours des bibliothèques, calendrier des concours des bibliothèques. Les diplômes permettant l'accès aux concours des bibliothèques.

Les centres de formation aux carrières des bibliothèques
Les CRFCB (centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques) remplissent 3 missions fondamentales :
- informer sur les métiers des bibliothèques et de la documentation
- préparer aux concours de recrutement aux emplois des bibliothèques appartenant à la fonction publique
- former en continu les personnes déjà en poste.

Les coordonnées des 12 CRFCB

Médiaquitaine
Bât 10 A, avenue d'Aquitaine,  BP 90 092, 33172 GRADIGNAN.
Tél. : 05 56 94 20 32 ou 05 56 94 20 53  - Fax : 05 56 94 36 68
Région(s) desservie(s) : Aquitaine
site web de mediaquitaine

Média Centre-Ouest

93 avenue du Recteur Pineau, B.P. 605, 86022 Poitiers Cedex
Tél. : 05 49 45 33 73 - Fax : 05 49 45 40 70
Région(s) desservie(s) : Centre, Limousin, Poitou-Charentes
site web de media centre ouest

CRFCB Bretagne - Pays de la Loire

Université de Rennes 2,  19 avenue de la Bataille Flandres-Dunkerque,  35043 Rennes Cedex
Tél : 02 99 14 12 95
Fax : 02 99 14 12 99
Région(s) desservie(s) : Bretagne, Pays de la Loire
Site web du CRFCB Rennes

CRFCB de Caen
Avenue de Lausanne, B.P. 5186, 14032 Caen Cedex
Tél. : 02 31 56 59 55 - Fax : 02-31-56-58-18
Région(s) desservie(s) : Basse Normandie, Haute Normandie
Site web du CRFCB de Caen

Médiadix
11, avenue Pozzo di Borgo, 92210 Saint-Cloud
Tél. : 01 40 97 98 75/76  - Fax : 01-40-97-98-77
Région(s) desservie(s) : Ile-de-France
Site web de Mediadix

MédiaLille
Université Charles de Gaulle - Lille 3 Domaine Universitaire du Pont de Bois, Bâtiment B5 - Forum 2, BP 60149 59653, Villeneuve d'Asq Cedex
Tél. : 03 20 41 67 97  - Fax : 03 20 41 67 31
Région(s) desservie
Site web du CRCFB de MédiaLille

Médial
IUT Nancy-Charlemagne - 2ème étage,  2 ter boulevard Charlemagne - CS 55227, 54052 Nancy Cedex
Tél. : 03 54 50 39 07 -  Fax : 03 54 50 38-01
Région(s) desservie(s) : Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine
Site web du CRCFB de Nancy

Bibliest
Bibliothèque universitaire Droit-Lettres, 4 avenue Alain Savary, 21000 Dijon
Tél. : 03 80 39 51 12 - Fax : 03 80 39 51 87
Région(s) desservie(s) : Bourgogne, Franche-Comté
Site web du CRCFB de Dijon

Médiat Rhône-Alpes - site de Grenoble
Université Pierre-Mendès-France, 71 bis rue des universités, BP 47, 38040 Grenoble Cedex 9
Tél. : 04 76 82 56 28 - Fax : 04 76 82 60 95

Région(s) desservie(s) : Rhône Alpes
Site web du CRCFB de Grenoble

Médiat Rhône-Alpes - site de Lyon
Bibliothèque universitaire Sciences Lyon 1, 20 avenue Gaston Berger,  BP 72215, 69603 Villeurbanne cedex
Tél. : 04 26 23 71 50 - Fax. : 04 26 23 71 51
Région(s) desservie(s) : Rhône-Alpes
Site web du CRCFB de Lyon

CRFCB d'Aix-Marseille

Aix-Marseille Université - CRFCB (case 21)- 3, Place Victor Hugo - 13331
Marseille Cedex 3
Tél.  : 04 13 55 06 02 - Fax : 04 13 55 06 04
Région(s) desservie(s) : Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse
Site web du CRCFB de Marseille

CRFCB de Clermond-Ferrand

Université Blaise Pascal, 29 boulevard Gergovia,  69037 Clermont-Ferrand
Tél. : 04 73 34 66 86 
Région(s) desservie(s) : Auvergne
Site web du CRFCB de Clermont-Ferrand

CRFCB de Toulouse
Université de Toulouse / CRFCB, Maison de la Recherche et de la Valorisation, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse Cedex 9
 Tél : 05.62.25.00.80
Site web du CRFCB de Toulouse

Formation à distance aux concours des bibliothèques avec le CNED

Formation à distance : CNED (centre national de l'enseignement à distance) :
Site du centre national d'enseignement à distance (CNED)

Pour les préparations aux concours de conservateur et de bibliothécaire :
le CNED de Rouen
3, rue Marconi
76137 MONT-SAINT-AIGNAN cedex
Tél. : 02 35 59 55 97 ou 02 35 59 55 95

Formations universitaires diplomantes

Formations universitaires diplômantes
Formations tous niveaux en information et documentation (Masters, Licences professionnelles, DEUST, DUT).
Liste des formations universitaires

Le CDML (centre de documentation sur les métiers du livre)

Situé à Paris dans le 5ème arrondissement, au sein de la Bibliothèque Buffon au 15 bis rue Buffon, le CDML met à votre disposition tous les documents nécessaires à la préparation des concours des bibliothèques.
Vous pourrez notamment :

  • poser vos questions ;
  • consulter et emprunter toute la documentation disponible ;
  • travailler sur place.

Le CDML est accessible à tous et fait partie du réseau des bibliothèques et fonds spécialisés de la Ville de Paris.
Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter le blog du CDML.

L'ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques)

Vous trouverez des informations complémentaires et de nombreuses ressources documentaires sur le site de l'ENSSIB :
Site de l'ENSSIB (école nationale des sciences de l'information et des bibliothèques)
L'ENSSIB donne accès à de nombreuses ressources documentaires concernant les concours des personnels des bibliothèques : bibliothèque numérique, revues électroniques, bases de données et classiques de la bibliothéconomie : Les ressources de l'ENSSIB.

Posté par pcassuto à 14:49 - - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2014

BNF : mécénat historique d’un million d’euros

Enssib - École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des BibliothèquesPar Sophie Pichet. Le président de la BnF, Bruno Racine, ne peut que se réjouir de l’un des plus importants dons de l’histoire de la Bibliothèque nationale de France (BnF) : un million d’euros effectué par le mécène américain Mark Pigott.
La somme offerte servira à financer un programme pour la recherche et la conservation avec trois projets d’envergure :

  • la recherche : deux bourses annuelles (de 10 000 € actuellement) seront accessibles à des chercheurs de toute nationalité, pour soutenir des travaux sur les thèmes de l’histoire, de l’art et de l’histoire de l’art, de l’innovation et de la technologie.
  • la restauration : des boiseries finement sculptées du XVIII° siècle et du parquet de la salle de lecture du département des manuscrits, qui abrite un ensemble exceptionnel de 250 000 manuscrits rares.
  • la conservation : un microscope vidéo 3D haute définition, permettant d’étudier la composition des documents anciens, sera attribué au laboratoire de conservation de la bibliothèque, qui réalise la restauration des documents patrimoniaux majeurs.

Lire la suite : Un mécène américain offre un million d’euros à la Bibliothèque Nationale de France, Guillemette de la Borie, La Croix, 5 mars 2014. Voir l'article...

Posté par pcassuto à 09:30 - - Permalien [#]
Tags :

15 décembre 2013

http://lj.libraryjournal.com/wp-content/uploads/2012/01/LJ-Header.jpgBy Ian Chant. Since LJ first covered massive open online courses (MOOC)s in May’s “Massive Open Opportunity,” they have expanded in several directions in academic, public, and LIS spaces. Below, LJ checks in with an academic library offering its own MOOCs instead of just supporting faculty and a public library using a MOOC as the foundation for its adult summer reading program and updates new developments at the intersection of MOOC and librarianship, including the results of two MOOCs that addressed the LIS audience. The following is an update to a story that ran in the print version of LJ‘s December issue in truncated form. More...

Posté par pcassuto à 10:51 - - Permalien [#]
Tags :