30 décembre 2012

Pour les générations les plus récentes, les difficultés des adultes diminuent à l’écrit, mais augmentent en calcul

http://www.insee.fr/fr/ppp/publications/img/ip.gifPar Nicolas Jonas, division Emploi, Insee. Pour les générations les plus récentes, les difficultés des adultes diminuent à l’écrit, mais augmentent en calcul. Télécharger la Version imprimable.
Résumé

En 2011, 16% des personnes de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine éprouvent des difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit, et pour 11% ces difficultés sont graves ou fortes. Parmi celles qui ont été scolarisées en France, 7% sont dans ce cas et peuvent donc être considérées en situation d’illettrisme, contre 9% en 2004. Les personnes âgées de 18 à 29 ans ont de meilleurs résultats que les générations plus âgées en lecture et en compréhension orale.
Dans le domaine du calcul, la part des personnes très à l’aise baisse par rapport à 2004. Les performances en calcul se dégradent avec l’âge et l’amélioration globalement enregistrée au fil des générations n’est plus de mise chez les plus jeunes. Les femmes ont plus souvent que les hommes des difficultés en calcul, mais c’est l’inverse face à l’écrit.
Sommaire

http://www.insee.fr/fr/ppp/publications/img/ip.gif By Nicolas Jonas Division Employment, Insee. For the most recent generations, the difficulties of adults decreased in writing, but increase in computation. More...

Posté par pcassuto à 21:07 - - Permalien [#]


29 décembre 2012

Les portraits statistiques de métiers 1982-2011

Abonnez-vous aux avis de parution de la DaresSynthèse Dares 2012-02 - Les portraits statistiques de métiers 1982-2011
Cette publication dresse un portrait statistique des métiers sur la période 1982-2011 sous différentes dimensions: dynamique de l’emploi, caractéristiques des personnes en emploi, qualité de l’emploi, caractéristiques des employeurs, mobilité, marché du travail. 85 regroupements de métiers, constitués à partir de la nomenclature des familles professionnelles (Fap 2009), sont ainsi décrits sous la forme de tableaux, cartes et graphiques, assortis d’un bref commentaire.
La nomenclature des familles professionnelles (Fap) a été constituée par la Dares pour les besoins d’analyse de l’emploi et du marché du travail par métiers. Cette nomenclature permet d’analyser simultanément les données de l’emploi et les données du marché du travail par métier, en opérant un rapprochement entre le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (Rome), utilisé par Pôle emploi pour classer les offres et demandes d’emploi, et les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), nomenclature utilisée par l’Insee dans ses enquêtes. Les données mobilisées pour dresser le portrait statistique de chaque regroupement de métiers sont issues de plusieurs sources: les enquêtes Emploi et le recensement de la population de l’Insee, la déclaration mensuelle des mouvements de main-d’oeuvre et l’enquête trimestrielle sur les mouvements de main-d’oeuvre (DMMO-EMMO) de la Dares, et les données de Pôle emploi sur les offres et les demandes d’emploi. Après avoir présenté ces sources et défini les concepts et indicateurs utilisés pour ces portraits statistiques, cette publication donne accès aux différentes fiches par domaine professionnel et par métiers. Des tableaux synthétiques caractérisant l’ensemble des métiers par grandes thématiques (dynamique de l’emploi, caractéristiques des personnes en emploi, qualité de l’emploi, caractéristiques des employeurs, mobilité, marché du travail) sont accessibles sur le site Internet de la Dares. Télécharger Portraits statistiques des métiers 1982-2011.
Subscribe to the notice of the publication of Dares Synthesis Dares 2012-02 - Portraits trade statistics 1982-2011
This publication provides a statistical portrait of trades over the period 1982-2011 in different dimensions: employment dynamics, characteristics of employment, job quality, employer characteristics, mobility, labor market. 85 combinations of trades made from the nomenclature of professional families (FAP 2009), and are described in the form of tables, charts and graphs, accompanied by a brief commentary. More...

Posté par pcassuto à 01:43 - - Permalien [#]

Emploi et chômage des 15-29 ans en 2011 - 14,7% ni en emploi, ni en formation

Abonnez-vous aux avis de parution de la DaresPar Claude Minni, Patrick Pommier (Dares Analyses-Dares Indicateurs 2012-090). Emploi et chômage des 15-29 ans en 2011 - 14,7% ni en emploi, ni en formation - Youth neither in employment nor education and training (NEET).
54,8% des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont sur le marché du travail en 2011: 45,5% occupent un emploi et 9,3 % sont au chômage. Au cours de l’année 2011, le taux d’activité des jeunes a reculé de 0,8 point: le taux d’emploi a baissé de 1 point et la part des jeunes au chômage a augmenté de 0,2 point. Le taux de chômage des 15-29 ans s’établit à 17% en 2011, en hausse de 0,8 point sur un an. Depuis 2008, le taux de chômage des jeunes est supérieur de près de 8 points à celui de l’ensemble des actifs, soit l’écart le plus élevé depuis 1975. En 2011, 14,7% des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont sans emploi et ne suivent pas une formation, qu’elle soit initiale ou continue. Entre 15 et 24 ans, les taux d’activité et d’emploi des jeunes sont nettement inférieurs en France à la moyenne des autres pays européens, en raison notamment d’une scolarité relativement longue et d’une faible proportion de jeunes qui travaillent pendant leurs études. Depuis début 2008, les évolutions du taux de chômage des 15-24 ans en Europe ont été très variables selon les pays avec, en France, une augmentation un peu inférieure à la moyenne de l’Union.
14,7% des jeunes de 15-29 ans ne sont ni en emploi, ni en formation en 2011

La Commission européenne a adopté en 2010 un nouvel indicateur concernant l’insertion des jeunes sur le marché du travail. Cet indicateur mesure la part des jeunes qui ont terminé leur scolarité initiale et qui ne sont ni en emploi, ni en formation. En 2011, 14,7 % de l’ensemble des 15-29 ans sont dans cette situation. Cette part est nettement plus faible pour les 15-19 ans (6%), qui sont le plus souvent en formation initiale, que pour les 20-24 ans (18%) et les 25-29 ans (20%). Pour cette dernière tranche d’âge, l’écart entre les hommes (15%) et les femmes (24%) est important car les femmes sont plus souvent inactives que les hommes après la fin de leurs études, à des âges où la présence de jeunes enfants est fréquente.
Parmi les jeunes de 15 à 29 ans faisant partie du groupe des NEET, 57% sont au chômage au sens du BIT, tandis que 43% sont inactifs. Hors jeunes en cours d’études initiales, 4% des chômeurs BIT et 15% des inactifs âgés de 15 à 29 ans ne font pas partie des NEET en 2011, car ils suivent une formation post scolaire.
La part de NEET des 15-29 ans est à un niveau intermédiaire entre la part de chômage et le taux de chômage, plus proche cependant de ce dernier indicateur. Depuis le début 2004, l’évolution de la part de NEET est synchrone avec celle du taux et de la part de chômage des jeunes: baisse de la mi-2006 à la mi-2008 (-1,1 point), hausse rapide de la mi-2008 à la fin 2009 (+2,7 points), puis baisse jusqu’à la mi-2011 (-0,6 point) et retournement à la hausse au cours du 2e semestre 2011 (+0,3 point).
En 2011, le taux de chômage des jeunes, comme les parts de chômage et de « NEET » sont assez proches des moyennes européennes

Les jeunes de 15 à 24 ans ont un taux d’activité plus faible en France que dans la moyenne des pays européens, du fait d’une formation initiale assez longue et d’une faible proportion de jeunes qui travaillent pendant leurs études (formation en alternance, « petits boulots »...). Le taux d’activité des 15-24 ans en France métropolitaine est en 2011 inférieur de 7,6 points à la moyenne de l’Union à 15 pays et de 4,3 points à la moyenne de l’Union à 27 pays avec, en proportion de la population, moins d’emplois (-6,6 points par rapport à l’Union à 15, -3,7 points par rapport à l’Union à 27) et moins de chômeurs (-1,0 point par rapport à l’Union à 15, -0,6 point par rapport à l’Union à 27). Le taux de chômage, en France métropolitaine, pour cette tranche d’âge est supérieur de 1,5 point à la moyenne de l’Union à 15 et de 0,8 point à la moyenne de l’Union à 27.
Entre 25 et 29 ans, âges où peu de jeunes sont encore en formation initiale, le taux d’emploi français est en revanche supérieur de près de 4 points aux moyennes européennes, pour les hommes comme pour les femmes. Le taux de chômage des 25-29 ans en France est proche des moyennes européennes (-0,3 point par rapport à l’Union à 15, 0 point par rapport à l’Union à 27), tandis que la proportion de chômeurs est supérieure de 0,3 et 0,6 point aux moyennes européennes.
Au total, entre 15 et 29 ans, le taux d’activité en France métropolitaine est inférieur de 2,2 points à la moyenne de l’UE à 27 (57,1%) et de 4,4 points à la moyenne de l’UE à 15 (59,3%). Alors que le taux d’emploi des 15-29 ans est sensiblement, inférieur en France aux moyennes européennes (-2 points par rapport à l’UE à 27 ; -3,9 points par
rapport à l’UE à 15), le taux de chômage des 15-29 ans, comme les parts de chômage et de « NEET » sont assez proches des moyennes européennes: +0,2 point pour le taux de chômage (+0,3 point par rapport à l’UE à 15), -0,2 point pour la part de chômage (-0,5 point par rapport à l’UE à 15) et -0,9 point pour la part de « NEET » (-0,5 par rapport à l’UE à 15) (tableau 9). En moyenne, en 2011, 16,8% des jeunes actifs de 15 à 29 ans sont au chômage dans l’UE à 27 (16,7% dans l’UE à 15). Le chômage concerne 9,6% des 15-29 ans (9,9% dans l’UE à 15) tandis que 15,4% d’entre eux ne sont ni en emploi, ni en formation (15% dans l’UE à 15).
En Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas, au Japon et au Luxembourg, le taux de chômage des 15-29 ans est, en 2011, inférieur à 10% et la part de chômage n’excède pas 5%. Dans les trois premiers de ces pays, 60 à 70% des jeunes occupent un emploi. C’est aussi le cas au Danemark, pays où la proportion de chômeurs est proche de celle de la France, tandis que le taux de chômage y est sensiblement inférieur (13% contre 17%) car de nombreux jeunes travaillent pendant leurs études. Dans les pays du sud de l’Europe (Espagne, Portugal, Italie, Grèce), ainsi qu’en Irlande, le taux de chômage des 15-29 ans dépasse les 20% et, hormis l’Italie, plus de 10% de l’ensemble des 15-29 ans sont au chômage (21% en Espagne et 18% en Grèce).
De fortes disparités d’évolution du taux de chômage des 15-24 ans en Europe depuis le début 2008

Dans l’ensemble des pays de l’Union européenne à 15, ainsi qu’aux États-Unis et au Japon, le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans, comme celui de l’ensemble de la population active, a commencé à augmenter dans la période comprise entre le 4e trimestre 2007 et le 3e trimestre 2008. Dans la majorité de ces pays, cette hausse s’est interrompue au cours du 1er semestre 2010 et le taux de chômage des jeunes a baissé jusqu’à la mi-2011, à l’exception des pays du sud de l’Europe et du Danemark. Au cours du 2d semestre 2011, la baisse du taux de chômage des 15-24 ans s’est interrompue, sauf en Allemagne et aux États-Unis, ainsi qu’en Belgique et en Finlande. Dans les pays du sud de l’Europe (Espagne, Italie, Grèce, Portugal), la hausse a été importante, comprise entre 4 et 6 points au 2d semestre 2011.
En France (12), le taux de chômage a un peu moins augmenté depuis le début de la crise qu’en moyenne dans l’Union européenne (+5,0 points contre +7,1 points dans l’UE à 27 et +6,6 points dans l’UE à 15 entre le 1er trimestre 2008 et le 4e trimestre 2011). Parmi les principaux pays industrialisés, l’Espagne, la Grèce et l’Irlande ont connu les évolutions les plus défavorables, avec une hausse du taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans, respectivement de +28, +27 et +20 points entre le début 2008 et la fin 2011, date à laquelle 1 jeune actif de 15-24 ans sur 2 est au chômage en Espagne et en Grèce et près d’1 sur 3 en Irlande. L’Italie (+11 points) ainsi que le Portugal (+15 points) ont également subi une hausse importante du taux de chômage des jeunes: comme en Irlande, dans ces deux pays près d’1 actif de 15-24 ans sur 3 est au chômage fin 2011.
Au Royaume-Uni, le taux de chômage des 15-24 ans a augmenté plus vite qu’en France depuis le début de la crise (+8 points contre +5 points de début 2008 à fin 2011) et atteint fin 2011 un niveau proche du niveau français (23% en France, contre 22% au Royaume Uni). Bien qu’inférieur, le taux de chômage des 15-24 ans a augmenté aussi plus rapidement au Danemark (+7 points) qu’en France. Aux États-Unis, l’augmentation a été proche de celle de la France, tandis qu’au Japon (+2 points) et en Allemagne (-3 points) l’évolution a été plus favorable qu’en France; c’est aussi le cas en Suède (+4 points), en Finlande (+4 points également), aux Pays-Bas (+2 points), en Belgique (+1 point) et en Autriche (+1 point).

Εγγραφή σε ανακοίνωση της δημοσίευσης των τολμά Με Claude Minni, Patrick Pommier (τολμά Ανάλυση τολμά Δείκτες-2012-090). 54,8% των νέων ηλικίας 15 έως 29 ετών στην αγορά εργασίας το 2011: 45,5% απασχολείται και 9,3% είναι άνεργοι. Κατά τη διάρκεια του έτους 2011, το ποσοστό της συμμετοχής των νέων μειώθηκε κατά 0,8 της εκατοστιαίας: το ποσοστό απασχόλησης μειώθηκε κατά 1 πόντο και το ποσοστό των ανέργων νέων αυξήθηκε κατά 0,2 της εκατοστιαίας. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 01:16 - - Permalien [#]

Qualité statistique

Abonnez-vous aux avis de parution de la DaresLe Code de bonnes pratiques de la statistique européenne comporte trois grands objectifs: fournir des produits qui répondent aux besoins des utilisateurs, garantir l’efficacité des procédures statistiques et assurer un environnement institutionnel crédible.
Il se décompose en quinze principes et soixante-dix-sept indicateurs. La présentation de fiches qualité répond à l’indicateur 6 du principe d’accessibilité et de clarté (principe 15), selon lequel les utilisateurs sont tenus informés des aspects méthodologiques relatifs aux procédures statistiques et de la qualité des résultats statistiques par rapport aux critères de qualité du système statistique européen.
Sur le site de l’Insee: Le code des bonnes pratiques de la statistique européenne.
Les fiches qualité des enquêtes de la Dares:

Fiche qualité Enquête Acémo.
Fiche qualité Acémo - PIPA.
Fiche qualité Enquête Acémo - TPE.
Fiche qualité Enquête Acémo trimestrielle.
Fiche qualité EMMO.
Subscribe to the notice of the publication of Dares The Code of Practice of the European Statistics has three main objectives: to provide products that meet user needs, ensuring the effectiveness of statistical procedures and ensure a credible institutional environment. More...

Posté par pcassuto à 00:06 - - Permalien [#]

03 novembre 2012

Statistiques européennes de la mobilité

http://www.lifelonglearning.fr/logos/Agence/logo-statistics-for-all.pngL'agence 2E2F publie sa plateforme statistique européenne, baptisée « statistics for all » (statistiques pour tous).
En coopération avec les agences nationales LLP, cette plateforme met à disposition du public toutes les données du financement du programme EFLTV, répartition régionale, ainsi que les statistiques de la mobilité Erasmus, des partenariats et des mobilités individuelles.
Une cartographie des organismes impliqués dans les projets européens complète le panorama.
9 pays font actuellement partie du projet Statistics for All: France, Italie, Allemagne, Pologne, Pays-Bas, Portugal, Croatie, Chypre, Norvège.
Consultez Statistics for All. Statistics for All sur Facebook.
Agence Europe-Education-Formation FranceBienvenue sur Statistics for All - Statistiques européennes du programme EFTLV
Ce projet est développé par l'agence nationale française: Agence Europe-Education-Formation France, en partenariat avec les Agences Nationales LLP.
Ce site est dédié aux statistiques, cartes et projets subventionnés par le Programme d'Education et de Formation Tout au Long de la Vie depuis 2008.
Statistiques
Naviguez à travers les graphiques, les diagrammes et consultez les chiffres pertinents du Programme d'Education et de Formation Tout au Long de la Vie.
Chiffres du programme d'Education et Formation Tout au Long de la Vie.
Chiffres de la mobilité étudiante Erasmus.
Graphiques dynamiques.
et plus...
Statistiques de la mobilité par destination

Consultez les mobilités vers un pays de destination.
Cartes
Découvrez les destinations Erasmus, les cartes par région et par type de mobilité du programme d'Education et Formation Tout au Long de la Vie.
Répartition régionale du financement.
Mobilité étudiante Erasmus - destinations.
Partenariats - Pays de destination.
et plus...
La carte des projets financés

Souhaitez vous en savoir plus sur les projets derrière les chiffres?
Découvrez dans le détail qui participe au programme d'Education et de Formation Tout au Long de la Vie.
Catalogues de projets
Parcourez les bases de données de projets proposées par la Commission européenne et le réseau des agences nationales.
EST - European Shared Treasure :
Résultats des projets de partenariats Comenius, Grundtvig et Leonardo da Vinci.
ADAM :
Résultats et produits des projets Leonardo da Vinci
EVE : plate-forme électronique pour la diffusion et l'exploitation des résultats des projets soutenus par des programmes gérés par la Commission Européenne dans les domaines de:
Education et Formation.
Jeunesse.
Citoyenneté.
Culture.
http://www.lifelonglearning.fr/logos/Agence/logo-statistics-for-all.png Ο οργανισμός δημοσιεύει πλατφόρμα της 2E2F ευρωπαϊκές στατιστικές, που ονομάζεται " στατιστικά στοιχεία για όλα "(για όλες τις στατιστικές).
Σε συνεργασία με το Εθνικό Υπηρεσίες LLP, η πλατφόρμα παρέχει στο κοινό όλα τα στοιχεία χρηματοδότησης των προγραμμάτων EFLTV, περιφερειακή κατανομή, καθώς και την κινητικότητα των στατιστικών Erasmus, οι εταιρικές σχέσεις και την ατομική κινητικότητα
. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 18:25 - - Permalien [#]


07 octobre 2012

Projections des effectifs dans l'enseignement supérieur pour les rentrées de 2012 à 2021

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/image/Note_d_info/71/3/Note-d_information-Enseignement-sup-Recherche_178713.79.jpgPar Nicolas Bignon, MESR DGESIP DGRI/SIES C1. À la rentrée 2012, selon les projections effectuées à partir des résultats provisoires au baccalauréat et des choix d'orientation observés les années précédentes, les effectifs étudiants augmenteraient de 1,5% dans l'ensemble de l'enseignement supérieur. Les flux d'entrée dans le supérieur seraient plus importants. Cette hausse serait notamment liée à un nouvel afflux de bacheliers professionnels lors de la session 2012 du baccalauréat. À l'horizon 2021, le nombre de bacheliers généraux augmenterait de 12,1% par rapport à 2011, tandis que les effectifs de bacheliers technologiques diminueraient de 9,6%. Les effectifs de bacheliers professionnels connaîtraient un réajustement après le pic conjoncturel de 2012 (-9,5% entre 2012 et 2021), mais resteraient supérieurs aux effectifs de 2011 (+9,7%). Suite à cet afflux de bacheliers généraux, si les tendances en termes d'orientation et de poursuite d'études se prolongeaient, les effectifs étudiants augmenteraient de 11 % à l'université entre 2011 et 2021, 9,5% en C.P.G.E. et 4,5% en I.U.T.. La hausse en S.T.S. serait plus modérée (3,1%).
Entre 2011 et 2021, le nombre de bacheliers serait en forte augmentation (+22 000 bacheliers généraux et technologiques, +15 000 bacheliers professionnels). Ce résultat serait partiellement lié à l’arrivée au baccalauréat des générations particulièrement nombreuses nées en 2000 et 2001, mais surtout à la forte augmentation du nombre de bacheliers professionnels suite à la réforme de cette voie en 2009. Les prévisions tendancielles reposent sur cette hypothèse ainsi que sur les choix d’orientation des bacheliers observés ces dernières années.
Prévisions pour la rentrée 2012

En France métropolitaine et dans les DOM, avec 2 347 807 étudiants inscrits à la rentrée 2011, les effectifs de l’enseignement supérieur sont en hausse de 1,2%. En prolongeant les tendances du passé, les effectifs dans l’enseignement supérieur seraient globalement en hausse d’environ 34 000 étudiants à la rentrée 2012 (+1,5%). Le nombre d’étudiants devrait augmenter de 0,5% dans les IUT, 1,3% dans les universités (hors IUT), 1,8% dans les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), 2,6% dans les formations d’ingénieurs non universitaires et 2,9% dans les sections de techniciens supérieurs (STS).
Davantage de bacheliers à la session de juin 2012

D’après les résultats provisoires, 717 000 candidats se sont présentés au baccalauréat en France métropolitaine et dans les DOM lors de la session de juin 2012 et 606 000 ont été reçus 1 (294 000 bacheliers généraux, 125 000 bacheliers technologiques et 189 000 bacheliers professionnels). Le taux de réussite global atteint 84,5%, en légère diminution par rapport à celui de la session de juin 2011 (-1,1 point). La session de juin 2012 compte au final environ 40 000 bacheliers de plus par rapport à l’année précédente.
Les évolutions du nombre de bacheliers sont contrastées selon les séries du baccalauréat. Le nombre de bacheliers généraux augmente de 3,6% par rapport à la session de juin 2011, soit 10 100 bacheliers supplémentaires. Le nombre de bacheliers technologiques diminue de 3,3%, soit 4 300 bacheliers en moins. Le nombre de bacheliers professionnels augmente fortement de 22,1%, soit une hausse de 34 000 bacheliers.
Cette forte augmentation du nombre de bacheliers professionnels est liée à l’entrée en vigueur de la réforme de la voie professionnelle. Jusqu’en 2008, le baccalauréat professionnel se préparait en deux années après un BEP, et plus rarement après un CAP. Il fallait donc quatre ans pour l’obtenir, soit une année de plus que pour un baccalauréat général ou technologique. Depuis 2009, les deux années de BEP sont remplacées par une seconde professionnelle dont le contenu est réaménagé sur la base des programmes des BEP. Le baccalauréat professionnel s’obtient désormais en trois ans. Cette réforme a eu pour conséquence une augmentation des effectifs de terminales professionnelles en 2011, puisque les élèves sont incités à continuer jusqu’au baccalauréat. En 2012, les effectifs ont atteint transitoirement un niveau particulièrement élevé en raison de la coexistence entre l’ancien système et le nouveau.
Les bacheliers professionnels sont plus nombreux à poursuivre dans le supérieur

En 2011, la propension des bacheliers généraux et technologiques à s’inscrire dans une des quatre principales filières du supérieur (université, IUT, CPGE ou STS) est en baisse de 0,7 point par rapport à 2010 et s’établit à 81,8%. Cette propension devrait être quasiment stable en 2012.
À l’université, les taux de poursuite des bacheliers généraux et technologiques devraient peu évoluer dans la plupart des filières universitaires. Le retournement à la hausse constaté en 2009 et 2010 pour les taux de poursuite des bacheliers généraux et technologiques dans les filières scientifiques s’est confirmé en 2011 et devrait se poursuivre en 2012 (voir l’encadré « Principales hypothèses retenues pour les prévisions »). En revanche, leur taux de poursuite dans les filières littéraires est en léger retrait en 2011 après deux années de hausse. À ce stade, on reste sur une hypothèse de tendance à la hausse, mais plus faible que dans les filières scientifiques. En 2011, 27% des bacheliers professionnels ont poursuivi leurs études dans le supérieur sous statut scolaire (tableau 2). Cette propension est en hausse depuis plusieurs années, et cette tendance devrait se poursuivre en 2012. Les deux tiers d’entre eux poursuivent en STS, mais ils sont également de plus en plus nombreux à s’inscrire à l’université.
Augmentation des inscriptions en première année à l’université

Les inscriptions en première année à l’université et dans les établissements assimilés, hors IUT, devraient augmenter de 3,2% en 2012, soit 7 600 étudiants de plus. Cette augmentation fait suite à une hausse de 2% en 2011. Elle est principalement due à l’augmentation du nombre de bacheliers généraux lors de la session 2012 du baccalauréat et à celle des bacheliers professionnels. En 2012, les inscriptions en première année devraient augmenter dans toutes les filières: +4% en économie, +3,6% en droit, +3,5% en sciences, +3% en santé et +2,7% en lettres.
Hausse des effectifs étudiants en licence

En 2011, tous cursus confondus, les effectifs dans les universités (hors IUT) et les établissements assimilés ont augmenté de 12 200 étudiants (+0,9%). La hausse est de 8 700 étudiants en licence (+1,1%) et 4 000 en master (+0,7%). En 2012, le nombre d’inscriptions à l’université continuerait d’augmenter avec 18 000 étudiants supplémentaires (+1,3%). Les effectifs en licence augmenteraient de 14 600 étudiants (+1,9%). Les effectifs en master s’accroîtraient de 4 200 étudiants supplémentaires (+0,8%). Les effectifs en doctorat seraient en diminution (-1,2%). Le nombre d’étudiants augmenterait dans les cinq grands groupes disciplinaires.
Augmentation des effectifs en IUT, CPGE et STS

Entre la rentrée 2011 et la rentrée 2012, les effectifs devraient augmenter de 1,8% en CPGE (+ 1 500 élèves) et de 0,5% en IUT (+ 500), suite aux hausses successives du nombre de bacheliers généraux en 2011 (+ 3 300) et en 2012 (+ 10 000). Ces filières ne durant que deux ans, l’évolution des effectifs totaux est en effet fortement déterminée par les deux dernières générations des bacheliers les plus représentés dans leurs effectifs, à savoir les bacheliers généraux. En STS, les effectifs augmenteraient fortement de 7 300 étudiants en 2012 après une hausse déjà importante en 2010 et en 2011. Comme en 2011, cette augmentation est liée à la réforme du baccalauréat professionnel et à l’afflux de bacheliers professionnels qui en résulte.
Prévisions à l’horizon 2021

En 2021, 2 533 400 étudiants seraient inscrits dans l’enseignement supérieur français, soit 185 500 étudiants de plus qu’en 2011. Le scénario décrit ici repose sur la prolongation des tendances en matière de taux de poursuite des bacheliers dans les différentes filières de l’enseignement supérieur. Il s’appuie également sur les projections d’effectifs de terminales, très largement conditionnées par la démographie.
Plus de bacheliers généraux et professionnels, moins de bacheliers technologiques

Entre 2011 et 2021, les effectifs de bacheliers généraux augmenteraient de 12,1%, tandis que le nombre de lauréats au baccalauréat technologique diminuerait de 9,6%. Au total, le nombre de bacheliers généraux ou technologiques augmenterait de 5,4 %. Cette hausse, essentiellement concentrée en 2017 et 2018, est liée à l’arrivée au baccalauréat des classes d’âge particulièrement nombreuses nées en 2000 et 2001.
Le nombre de bacheliers professionnels devrait passer de 155 000 à 170 000 entre 2011 et 2021. Les effectifs de bacheliers professionnels ont atteint un pic en 2012 à 188 000 lauréats en raison de la coexistence entre l’ancien système et le nouveau. Ils devraient ensuite retrouver en 2013 un niveau proche de celui de 2011 (157 000 bacheliers) avant une nouvelle hausse liée à la démographie, comme pour les bacheliers généraux et technologiques.
24 000 entrées supplémentaires dans les quatre principales filières du supérieur

En 2021, le nombre de nouveaux entrants à l’université serait supérieur de 8,5% à celui de la rentrée 2011 et le nombre de nouveaux entrants en CPGE supérieur de 5,7%. Dans ces filières, la hausse s’explique principalement par celle des bacheliers généraux.
Les flux d’entrée devraient augmenter plus légèrement dans les IUT (+4,3% par rapport à 2011). Dans cette filière, les taux de poursuite seraient en baisse et la hausse serait par conséquent inférieure à celle des bacheliers généraux et technologiques sur la période (+5,4%).
Les inscriptions en première année de STS seraient stables entre 2011 et 2021, la hausse du nombre de bacheliers professionnels étant compensée par une moindre propension des bacheliers généraux et technologiques à s’orienter vers cette filière.
Sur l’ensemble des quatre principales filières de l’enseignement supérieur, les flux d’entrée en 2021 seraient supérieurs de 5,4% à ceux de 2011, soit 24 000 nouveaux entrants supplémentaires.
139 000 étudiants de plus à l’université

En dix ans, l’université gagnerait 139 000 étudiants, soit une hausse de 11%. Elle serait similaire dans le cursus licence (+11,8%) et le cursus master (+11,7%), suite aux nombreuses entrées supplémentaires sur la période et à l’allongement de la durée des études. Si les tendances actuelles de poursuite en doctorat se prolongeaient, les effectifs de doctorants seraient en revanche en diminution (-3,4%).
La hausse des effectifs concernerait la plupart des filières universitaires. Ils devraient augmenter de 16,8% en sciences, 10,6% en droit, 9,4% en lettres, 7,7% en santé et 2,7% en économie.
185 000 étudiants de plus dans l’ensemble de l’enseignement supérieur

Dans l’ensemble de l’enseignement supérieur, on compterait 2 533 400 étudiants en 2021, soit 185 500 de plus qu’en 2011 (+7,9%). Pour les quatre principales filières, la hausse serait de 9,4%, soit 152 400 étudiants supplémentaires. L’augmentation la plus importante concernerait les universités (+11%), puis viendraient les formations d’ingénieurs non universitaires (+9,9%) et les CPGE (+9,5%).

Με Nicolas Bignon, MESR DGESIP DGRI/Sies C1. Στις αρχές του 2012, σύμφωνα με τις προβλέψεις από τα προσωρινά αποτελέσματα σε προπτυχιακό και πολιτικές επιλογές που παρατηρήθηκαν κατά τα προηγούμενα έτη, φοιτητής αύξηση των εγγραφών σε 1,5% το όλη την τριτοβάθμια εκπαίδευση. Η εισροή στην υψηλότερη θα είναι μεγαλύτερη. Η αύξηση αυτή οφείλεται κυρίως σε μια νέα εισροή της επαγγελματικής baccalauréat κατά τη σύνοδο του 2012 του απολυτηρίου. Το 2021, ο αριθμός των πτυχιούχων συνολική αύξηση της τάξης του 12,1% σε σύγκριση με το 2011, ενώ ο αριθμός των τεχνολογικών baccalauréat μείωση του 9,6%. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:42 - - Permalien [#]
Tags :

17 septembre 2012

La BCP, Base Centrale de Pilotage, un entrepôt de données unique

http://www.education.gouv.fr/presentationbcp/css/images/header.jpgPRESENTATION
La BCP, un entrepôt de données unique

La Base Centrale de Pilotage est depuis 20 ans l’entrepôt de données de référence du système éducatif français. Elle est le fruit d’une collecte de statistiques exhaustives, stockées en vue de mettre à disposition un véritable outil d’aide à la décision.
PERFORMANCE
Un outil de pilotage performant

La BCP constitue un outil moderne de pilotage à différents échelons, répondant aux besoins d’information et d’aide à la décision.
Il permet à tous les décideurs du système éducatif :
    de partager une même information, d’utiliser un système de références commun;
    d’avoir une meilleure visibilité dans l’élaboration des projets éducatifs;
    de disposer de données traitées et vérifiées ainsi que d’éléments très précis de comparaison.
QUALITE
Des données de qualité

La Base Centrale de Pilotage a la vocation de répondre à un large panel d’utilisateurs en leur offrant des références partagées. Son contenu doit donc satisfaire à des critères d’excellence. Pour cela elle met à disposition des données:
    historisées;
    exhaustives;
    contrôlées et homogénéisées;
    détaillées ou agrégées.
CONTENU
Un contenu structuré et évolutif
Afin d’optimiser le fonctionnement de la Base Centrale de Pilotage, la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance procède à la validation et à la classification thématique des statistiques qui entrent dans la base;
elle assure l’alimentation et l’enrichissement de la BCP et élabore des dispositifs
DES DONNEES FIABLES

Les données de référence sont contrôlées puis homogénéisées. Elles sont mises à disposition des utilisateurs uniquement lorsqu’un champ est complet.
L’exhaustivité des données permet leur comparabilité.
UN OUTIL PUISSANT

La Base Centrale de Pilotage s’est constituée au fil du temps pour répondre à une large variété de demandes en favorisant l’autonomie de l’utilisateur.
Son contenu satisfait donc à des critères d’excellence dans le but d’offrir un référentiel partagé.
DOMAINES ET THEMES

Les données sont organisées par domaine.
Chacun de ces domaines s’explore par thèmes.
La BCP regroupe des données de référence historisées sur les apprentis, les élèves, les personnels, les résultats aux examens... Pour chacune de ces catégories, les données sont présentées sous forme de documents paramétrés, indicateurs pré-formatés préparés par la DEPP pour répondre à des demandes récurrentes. Ils sont présentés sous une forme standardisée avec un premier onglet qui en explique le contenu. Vous pouvez les personnaliser en fonction de vos besoins (année, académie ...). Cliquez sur une des catégories ci-contre pour obtenir la liste des documents paramétrés.
Catégories des Documents Paramétrés
     1 - L'apprentissage

Effectifs des centres de formation par l'apprentissage, répartition territoriale des apprentis, répartition par niveaux de diplômes et spécialités, organismes gestionnaires des formations. 
    2 - L'enseignement secondaire

Effectifs et caractéristiques sociodémographiques des élèves, taille des collèges et des lycées, carte des formations, séries, options et spécialités.
    3 - L'enseignement supérieur

Effectifs et caractéristiques sociodémographiques des étudiants, répartition selon les filières de formation, poids des cycles universitaires, nouveaux bacheliers étudiants étrangers.
    4 - Les diplômes

Résultats aux examens de l'enseignement secondaire et supérieur: baccalauréat général, technologique et professionnel, diplômes professionnels, brevet de technicien supérieur
    5 - Les personnels

Répartition des enseignants par âge, grade et discipline.
   6 - La formation continue dans l'enseignement supérieur

Données globales sur l'activité de formation continue dans l'enseignement supérieur

    7 - Données transversales

Effectifs d'élèves et d'étudiants, taux de scolarisation.
http://www.education.gouv.fr/presentationbcp/css/images/header.jpg ΠΑΡΟΥΣΙΑΣΗ
BCP, μια ενιαία αποθήκη δεδομένων

Βάση Κεντρική Συντονιστική είναι 20 έτη αποθήκη δεδομένων αναφοράς για το γαλλικό εκπαιδευτικό σύστημα.
Είναι το αποτέλεσμα μιας ολοκληρωμένης συλλογής στατιστικών στοιχείων, αποθηκεύεται ώστε να παρέχουν ένα αποτελεσματικό εργαλείο για την υποστήριξη της λήψης αποφάσεων. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

22 août 2012

Les statistiques d'entreprises - Alysse et Esane

http://www.insee.fr/fr/css/images/logo_insee_pageint.gifStatistiques structurelles d'entreprises
Présentation des résultats des statistiques d'entreprises (ÉSANE)

ÉSANE (Élaboration des Statistiques Annuelles d'Entreprises) propose chaque année une photographie de la population des unités légales (sociétés, entreprises individuelles, parties d'administrations publiques et certaines associations) ou des nouvelles entreprises (définies par le décret 2008-1354 et reposant sur la notion de groupe) composant le système productif.
Présentation et accès aux résultats d'Esane.
Alisse - résultats 2008, 2009, 2010 et 2011

Pour chacun des thèmes proposés, vous pouvez construire vos tableaux en sélectionnant les caractéristiques et secteurs souhaités et télécharger les bases de données.
À partir de 2008, les données sont présentées selon la nomenclature d'activités française NAF, rév. 2.
    Indicateur d'activité (source TVA - 2008, 2009, 2010 et 2011);
    Commerce extérieur (source DGDI - 2008, 2009 et 2010);
    Caractéristiques comptables et financières des entreprises (source Esane - 2008, 2009 et 2010);
    Liaisons financières (source LIFI - 2008 et 2009);
    Recherche et développement (source R&D - 2008 et 2009);
    Emplois et rémunérations (source DADS - 2008 et 2009).
Accéder à cette base.
Fiches sectorielles

En complément à ces données thématiques nous mettons à votre disposition les fiches sectorielles : commerce, services, construction/promotion immobilière, transports et industrie.
Accéder aux fiches sectorielles.
Actualités
Dernière mise en ligne : 16 août 2012 - Historique des nouveautés.
Archives
Alisse - résultats 1996 à 2007: ces données sont présentées selon la nomenclature d'activités française NAF, rév. 1.
Accéder à cette base.

http://www.insee.fr/fr/css/images/logo_insee_pageint.gif Structural business statistics
Presentation of the results of business statistics (ÉSANE)

ÉSANE (Preparation of Annual Business Statistics) provides an annual snapshot of the population of legal units (corporations, sole proprietorships, government and parts of some associations) or new businesses (defined by Decree 2008-1354 and relaxing on the notion of group) component production system.

Presentation and access to the results of Esane
. More...

Posté par pcassuto à 10:19 - - Permalien [#]

27 mai 2012

Statistics for all

http://www.lifelonglearning.fr/logos/Agence/logo-agence-rouge.pngStatistiques du Lifelong Learning Programme. L'agence 2E2F, en partenariat avec les agences nationales européennes en charge du programme EFTLV, publiera en juin 2012 une plateforme web dédiée aux statistiques du programme EFTLV. En savoir plus.
Ce projet est développé par l'agence nationale française: Agence Europe-Education-Formation France, en partenariat avec les Agences Nationales LLP.
Statistiques et graphiques

Programme d'éducation et de formation tout au long de la vie - Statistiques
    Statistiques globales du programme LLP
    Statistiques par action du programme
Mobilité Erasmus - Statistiques
    Mobilité étudiante Erasmus
    Mobilité enseignante Erasmus
    Mobilité des personnels Erasmus.
Cartes européennes et régionales

Programme d'éducation et de formation tout au long de la vie - Répartition régionale du financement
    Programme d'éducation et de formation tout au long de la vie - Répartition régionale du financement
    Action par action - Répartition régionale du financement
Mobilité Erasmus
    Mobilité étudiante Erasmus - Pays de destination
    Mobilité étudiante Erasmus - Régions d'envoi
    Mobilité enseignante Erasmus - Pays de destination
    Mobilité des personnels Erasmus - Pays de destination
Partenariats
    Partenariats - Pays de destination
    Partenariats - Régions d'envoi
La carte des porteurs de projets.

Posté par pcassuto à 23:51 - - Permalien [#]
Tags :

13 mai 2012

La base de données Formation et Apprentissage en Régions (FAR)

http://www.regions-et-formation.fr/squelettes/imgsquelette/titre.gifCette base de données rassemble les principales aides régionales en vigueur en matière de formation professionnelle et d’apprentissage, ainsi que les contrats de projets et d’autres outils de programmation gérés par les Conseils régionaux.
Réalisée par le Centre Inffo en collaboration avec les Conseils régionaux et les CARIF, cette base facilite la lisibilité transversale des politiques régionales de formation.
Deux possibilités de recherche:

- Une recherche libre sur l’ensemble de la base et,
- Une recherche avancée permettant de rechercher soit les aides ou les outils de programmation, soit les deux critères en choisissant la Région qui vous intéresse.

La Recherche avancée permet de choisir la Région, les Bénéficiaires et la nature des documents: Aides Outils.
Il est possible de sélectionner (ou de désélectionner) plusieurs éléments d'une même liste en maintenant la touche Ctrl appuyée.

Voici, par exemple, les résultats obtenus en sélectionnant la Région PROVENCE-ALPES-COTE-D'AZUR, tous les bénéficiaires et les deux natures de documents possibles: Aide et Outils.

Outils (5)

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015.
Plan régional de développement des formations.
Contrats d'objectifs et de moyens Apprentissage 2011-2015.
Contrat de projets Etat-Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.
Délibération de création du SPRF du 09 février 2006.

Aide (5)
Formation des salariés.
Chèque individuel VAE.
Bourses de mobilité internationale.
Programme FAJE (Formation et Accompagnement de Jeunes diplômés en Europe).
Bourses du Sanitaire et Social.

http://www.regions-et-formation.fr/squelettes/imgsquelette/titre.gif Questo database raccoglie chiave di formazione regionale di aiuti applicabile e di apprendistato, ei contratti a progetto e di altri strumenti di programmazione gestite dai Consigli regionali.
Inffo dal Centro in collaborazione con i Consigli Regionali e CARIF, questo database facilita la leggibilità del cross-politiche formative regionali
. Più...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]