22 décembre 2012

Living longer, working better - active ageing in Europe

ageing bannerResource Pack
Europe's coming of age: Europeans are now living longer than ever before with significant implications for the sustainability of pensions, economic growth and the future labour supply. The increased lifespan, on average 8-9 years more than in 1960, is great news  - particularly if accompanied by more years in good health - but also poses many questions for individuals, their families and social systems. How long do I need to work? Can I even afford to retire? Does society recognise my contribution in providing care and volunteering?
Conditions at work - what needs to change in the workplace to keep older workers
For most people work is not only a source of income but also an important aspect of their personal identity and their social life. When workers grow older, the positive elements of work often retain their importance, but for many it becomes more difficult to do their jobs. The latest findings from the European Working Conditions Survey (EWCS 2010) provide some good news in this respect: they show that the percentage of workers in the EU27 that think they will be able to do their current job at the age of 60 has risen marginally from 57% in 2000 to 59% in 2010.
Working after retirement - a growing phenomenon
Over the past five years employment rates among workers aged 65 to 74 years increased by 15% in the EU27 (Eurostat, 2011). Most people in this age group are pensioners, demonstrating that it has become more common for pensioners to take on paid employment. There are two reasons why pensioners are increasingly involved in paid work. First, many want to work. This group sees work as a way to contribute to society, to be in contact with others, and to keep active. Improved health among pensioners has contributed to the growth of this group. Second, many pensioners need to work. For them, income after retirement from state pensions, occupational pensions, accumulated savings and other sources is just too low.
Impact of the recession - older workers are less affected
Keeping older employees in the workforce for longer has been at the heart of national and European policies since the late 1990s. These policies have had an impact. Employment rates for older workers aged 55 to 64 have increased considerably over the last ten years, from 38% to 47% (Eurostat, 2000–2010). Recessions tend to hit younger workers especially hard, and this recession has been no exception. However, Eurofound research reveals that employment of older workers in the EU has increased in all types of jobs, and especially in the health, education and social work sectors.
Demographic change - its impact on Europe
Europeans are living longer than ever before, nearly ten years more than in 1960. The increased lifespan is great news but also poses many questions for individuals, their families and social systems. Other demographic developments reinforce the challenges: fewer children are being born, which means fewer people are paying into state pension and healthcare systems, and there is a smaller pool of potential carers. Europe's population growth is still fuelled mainly by immigration. Non-EU citizens have been joining EU countries at a rate of one to two million per year and intra-EU mobility has also increased. By 2060 the proportion of migrants and their descendants will have doubled (Eurostat, 2011).

Posté par pcassuto à 19:14 - - Permalien [#]


19 décembre 2012

Actifs seniors, facilitez-vous la vie avec les réseaux sociaux numériques

http://www.portail-formation-ouest.fr/carousel/rejoignez-nous-au-cafe-des-actifs-nantes-st-nazaire/imageLe café des ACTIFS (+45 ans) aura lieu le 10 janvier 2013. S'inscrire.
«Simplifiez vous la vie, goûtez l’art de la simplicité, changez durablement »: tel est le thème de l’intervention de Véronique COQUET. Après avoir vécu aux Etats Unis d’Amérique et occupé un poste de haut niveau dans le secteur bancaire, Véronique COQUET a  travaillé un processus de développement personnel qui permet d’évaluer ses véritables besoins pour vivre… sereinement.  Une intervention à ne pas manquer.
Votre avenir est-il sur les réseaux sociaux numériques?
Viadeo, Linkdin…vous qui cherchez un travail, vous connaissez? Ils font
partie de ces nouveaux réseaux sociaux numériques qui servent, entre autres, à mettre en lien chercheurs et demandeurs d’emploi. Quelle est leur réelle portée ? Sont-ils vraiment utiles?  C’est à ces questions que Floriane RESMOND, utilisatrice experte, tentera de répondre avec la participation des participants. Un moment  d’échange où il faut, c’est certain, être présent.
Lors de votre venue, n'oubliez pas d'apporter votre cv et de le déposer: nous le transmettrons à nos partenaires. De même, vous pourrez, si vous êtes prestataire ou consultant présenter votre offre (gratuitement).
Restaurant "la Fantasia de Marrakech", 332 boulevard Marcel Paul, 44880 ST HERBLAIN----GRATUIT. S'inscrire.
Τα περιουσιακά στοιχεία του καφέ (45 ετών) θα πραγματοποιηθεί 10η Ιανουαρίου του 2013. Εγγραφή.
"Απλοποιήστε τη ζωή σας, να απολαύσετε την τέχνη της απλότητας, τη βιώσιμη αλλαγή» είναι το θέμα της παρέμβασης Véronique PRETTY.
Μετά που ζουν στις Ηνωμένες Πολιτείες της Αμερικής και κατέχει εξέχουσα θέση στον τραπεζικό τομέα, Véronique εργάστηκε COQUET μια διαδικασία προσωπικής ανάπτυξης που δίνει τη δυνατότητα να αξιολογήσει τις πραγματικές ανάγκες της ... να ζήσουν ειρηνικά. Παρέμβαση δεν πρέπει να χάσετε. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 16:33 - - Permalien [#]

17 décembre 2012

Seniors: faut-il les exclure du travail? Comment?

A l'occasion du débat sur le contrat de génération, notre confrère Marie-François ARROUET, du département philosophie du travail de l'ASSPRO, pose la question, la vrai: faut-il exclure les vieux demandeurs d'emploi, de +45 ans? Il propose d'utiliser la méthode du Service Public de l'Emploi, dite méthode NRF (ne rien faire): c'est tout simple, mais il fallait y penser! Vous êtes invité à vous plaindre en cliquant ici. Mais, sachez que cela ne servira à rien.
Le contrat de génération: pour ou contre?
Pour,  bien sûr! par Marie François ARROUET, rédaction ASSPRO, département philosophie du travail.

En effet comment pourrait-on être contre un projet qui vise à donner de l'emploi à nos jeunes et à maintenir les vieux travailleurs dans le leur?
Mais, mais, cette bonté d'âme de nos élus ne doit pas faire oublier tous ceux qui sont du mauvais côté du guichet à savoir le million de seniors ACTIFS, dans l'esprit, mais au chômage. Pour eux, il n'y a au mieux que la compassion des pouvoirs publics et encore...2013 verra leur nombre, encore une fois, croître (+15%) avec son cortège de douleurs silencieuses. Mais que faire? Que faire? C'est simple et l'Etat a la solution, ou plutôt le Service Public de l'Emploi: Ne Rien Faire (NRF). En effet, comme personne ne dit rien et bien c'est que la méthode est bonne. Et puis, il faut bien leur dire une bonne vérité à ces méchants vieux de plus de 45 ans: vous avez fait votre temps!
Vous êtes invité à vous plaindre en cliquant ici. Mais, sachez que cela ne servira à rien.

Με την ευκαιρία της συζήτησης για την παραγωγή της σύμβασης, ο συνάδελφός μας Marie-François ARROUET, Τμήμα Εργασίας φιλοσοφία ASSPRO θέτει το ερώτημα, η αλήθεια πρέπει να αποκλείει μεγαλύτερα των 45 ατόμων που αναζητούν εργασία χρόνια; Προτείνει τη χρήση της μεθόδου της Δημόσιας Υπηρεσίας Απασχόλησης, η εν λόγω μέθοδος NRF (δεν κάνουν τίποτα) είναι απλή, αλλά σκεφτόταν! Μπορείτε καλούνται να διαμαρτύρονται εδώ. Αλλά γνωρίζουμε ότι αυτό δεν θα βοηθήσει. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 18:31 - - Permalien [#]

Faire de l’emploi des seniors une opportunité

Accéder à la page : Accueil C’est aujourd’hui une problématique bien connue: en France le taux d’activité des seniors (personnes de plus de 55 ans) est l’un des plus faibles d’Europe (39% en 2009). Pour contrer cette tendance, les pouvoirs publics ont mis en place un cadre règlementaire contraignant, il y a 2 ans, et s’apprêtent à le faire évoluer, avec les « contrats de génération », à venir en 2013. Parallèlement, Pôle emploi a développé des programmes d’accompagnement des entreprises afin de non seulement favoriser l’embauche des seniors mais également leur maintien dans l’emploi, dès 45 ans. Ces services aident les employeurs à se conformer aux obligations légales, mais aussi à considérer l’emploi des seniors comme une opportunité en terme de capital humain, de transmission des connaissances et des compétences dans leur entreprise.
Retour sur les dispositifs seniors

Favoriser l'emploi des seniors, les entreprises y sont prêtes mais à certaines conditions, que souligne par exemple l'étude sur l’emploi des seniors dans les entreprises rhônalpines: des aides financières et plus de flexibilité (temps partiel, contrats attractifs)… Or des mesures de ce type, ciblées pour les seniors, existent déjà, mais sont souvent mal connues des recruteurs.
Des contrats aidés: pas que pour les jeunes!
Contrairement à une idée trop répandue, ces aides ne se limitent pas à l’embauche des jeunes de moins de 26 ans ou peu qualifiés. Les contrats uniques d’insertion (CUI) permettent en effet l’embauche de salariés de tous âges, assortie d’aides suivant des barèmes régionaux et sous certaines conditions: limités à 24 mois, ils peuvent être allongés jusqu’à 5 ans pour le recrutement de personnes de plus de 50 ans. Le « CDD senior », comme son nom l’indique, est lui par-contre réservé au recrutement de salariés de 57 ans et plus. D’une durée de 18 mois, il peut être prolongé jusqu’à 36 mois.
Des mesures aussi pour faciliter l’intégration et l'adaptation des seniors dans l’entreprise
Là encore, on a tendance à imaginer que les dispositifs encadrant l’adaptation au poste de travail ou l’intégration en entreprise seraient destinés aux jeunes sans expérience professionnelle. Il n’en est rien. Les seniors peuvent accéder à l’Evaluation en milieu de travail préalable au recrutement (jusqu’à 120 heures pour les plus de 50 ans) (faire un lien vers la définition ou présentation du dispositif?) : l’employeur peut ainsi apprécier l’aptitude du candidat, sur le terrain. De même, les demandeurs d’emploi seniors peuvent aussi se former (dans le cadre d’une préparation opérationnelle à l’emploi ou d’une action de formation préalable au recrutement) en interne ou via un organisme extérieur, afin d’acquérir des compétences complémentaires à leur expérience et de répondre aux exigences des recruteurs. Enfin, il ne faut pas oublier les contrats de professionnalisation qui, outre les exonérations, ouvrent droit à une aide forfaitaire lorsqu’ils concernent un salarié de plus de 45 ans. Les employeurs bénéficient d’un accompagnement personnalisé de la part des conseillers Entreprises dans les agences Pôle emploi, pour tout ce qui concerne ces mesures, les aides financières qui y sont associées et leurs conditions de mise en œuvre.
Le recrutement par simulation: un autre moyen de lever les tabous
Enfin, Pôle emploi a développé un outil de promotion du recrutement sans CV, qui permet de repérer les meilleurs candidats sans prêter attention à leur âge ou aux postes occupés précédemment: le recrutement par simulation (MRS) dans lequel les candidats sont sélectionnés sur des tests d’aptitude. Cette mesure permet tout naturellement de lever certains freins à l’embauche de salariés expérimentés, comme des problèmes d’image des seniors, parfois considérés, à tort, comme moins aptes à s’adapter à un poste de travail. Pôle emploi veille également à alimenter la motivation des demandeurs d’emploi de 50 ans et plus, leur capacité à entretenir un réseau et à rester en prise avec le marché du travail, via des Clubs seniors. Découvrez les Clubs seniors Pôle emploi.
Des pistes pour maintenir les plus de 45 ans dans l’emploi
Enfin, la problématique de l’emploi des seniors est très régulièrement abordée au sein des Clubs RH Pôle emploi, qui réunissent, dans les régions, les acteurs de la vie économique. Au cours de réunions thématiques, toutes les difficultés liées à la gestion des carrières, l’adaptation des postes en fonction de la pénibilité, le recrutement des seniors, par exemple, sont abordées. Des directeurs des ressources humaines, des chefs d’entreprises et des représentants de Pôle emploi échangent sur les bonnes pratiques et sur les pistes pour valoriser la présence des seniors dans leurs organisations. La réflexion s’oriente ainsi vers les qualités propres aux salariés seniors (leur expertise technique, leur prise de recul liée à l’expérience) et sur l’importance de la transmission des connaissances au sein de l’entreprise, via le tutorat, par exemple.
Accéder à la page : Accueil It is now a well-known problem: in France the rate of seniors (people over 55) is one of the lowest in Europe (39% in 2009). To counter this, the government has put in place a regulatory framework binding 2 years ago, and getting ready to evolve, with the "generation contract", coming in 2013. Meanwhile, employment center has developed programs to assist businesses to not only promote the hiring of senior but also their continued employment, after 45 years. These services help employers comply with legal obligations, but also to consider the employment of older workers as an opportunity in terms of human capital, transfer of knowledge and skills in their business. More...

Posté par pcassuto à 01:04 - - Permalien [#]

07 décembre 2012

Bilan de la négociation sur l'emploi des salariés âgés

http://www.cor-retraites.fr/images/bandeau_haut.gifDirection générale du travail - Bilan de la négociation sur l’emploi des salariés âgés. Dans le cadre de la préparation des deux rapports que le COR doit rendre prochainement sur un état des lieux du système de retraite (le 22 janvier 2013) et de ses perspectives financières (le 19 décembre 2012), cette séance du 21 novembre 2012 a été consacrée aux questions de la pénibilité, des transitions emploi-retraite et de l'élaboration de carrières types pour les projections.
Document N°14
Bilan de la négociation sur l'emploi des salariés âgés - Direction générale du travail
INTRODUCTION

Entre 1975 et 2000, la proportion de travailleurs de 55 à 64 ans en emploi a chuté. Dès le début des années 2000, la tendance a commencé à s’inverser. Le retournement a précisément commencé en 2002 et s'est accéléré en 2007‐2008. En 2008, le taux d’emploi des seniors était de 38,2%. L’emploi des personnes âgées de 55 à 64 ans est considéré comme un levier privilégié pour limiter l’exclusion de ces personnes du marché du travail et maîtriser les dépenses de retraite. L’objectif de l’Union Européenne inscrit dans la stratégie de Lisbonne était d’atteindre un taux d’emploi de 50% en 2010. Cet objectif n’a pas été atteint à ce jour, étant précisé que la nouvelle stratégie européenne « Europe 2020 » lancée le 3 mars 2010 par la Commission européenne prévoit désormais, au nombre de ses cinq grands objectifs, celui d’atteindre un taux de 75% de la population âgée de 20 à 64 ans ayant un emploi.
Egal à 41,5% en 2011, même si en constante augmentation, le taux d'emploi des seniors en France (nombre de personnes en emploi rapporté à la population totale de la classe d’âge) reste inférieur à la moyenne européenne (46,3%). Le taux d’activité des 55‐64 ans (nombre d’actifs – occupés et chômeurs – rapporté à la population totale de la classe d’âge) s’est pour sa part accru de 3,8 points en six ans, passant à 44,4%. Pour les 60‐64 ans, la progression a même été plus importante puisque le taux d’activité a pris six points pour atteindre 19,8%. Celui des 65‐69 ans a presque doublé, à 5,2%.
Cette progression trouve son origine tout d’abord dans les réformes des retraites de 1993 et 2003 qui ont eu pour effet de repousser l’âge de départ en retraite à taux plein (hausse de la durée de cotisation, dispositif de surcote…) mais aussi l’abandon progressif des dispositifs publics de cessation anticipée d’activité et des dispenses de recherche d’emploi. Par ailleurs, en 2008, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 est venue compléter la panoplie des mesures: possibilité de reporter de 65 à 70 ans l'âge auquel l'employeur peut d'office rompre le contrat de travail d'un salarié senior, avec une procédure de consultation obligatoire du salarié, obligation de déclarer à l'Urssaf tout départ de seniors de l'entreprise, mesures facilitant la reprise d'un emploi à temps limité en modifiant les limites de cumul d'une rémunération avec la pension reçue. C’est cette même loi qui a mis en place une pénalité pour les entreprises et groupes d’entreprises de cinquante salariés et plus non couverts par un accord ou plan d’action en faveur de l’emploi des salariés âgés, le « 1% seniors ».
Cette mesure, issue de la concertation avec les partenaires sociaux et faisant suite à l’accord national interprofessionnel du 9 mars 2006 relatif à l’emploi des seniors en vue de promouvoir leur maintien et leur retour à l’emploi, constitue la première des sanctions financières assises sur la masse salariale visant à inciter les entreprises et les branches professionnelles à négocier sur des thèmes d’intérêt général. En effet, à la pénalité « 1% seniors » sont venus s’ajouter par la suite le dispositif visant à favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes et celui visant à prévenir la pénibilité au travail issus de la loi n° 2010‐1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites. Le dispositif en faveur de l’emploi des salariés âgés mis en place prévoit plus précisément l’obligation pour les entreprises d’au moins 50 salariés et celles appartenant à un groupe de plus de 50 salariés d’être couvertes, à compter du 1er janvier 2010, par un accord de branche ou d’entreprise, ou à défaut, par un plan d’action unilatéral en faveur de l’emploi des seniors (obligation reportée de trois mois pour les entreprises ou groupes d’entreprises ayant un effectif de 50 à 300 salariés par circulaire du 14 décembre 2009). Les entreprises de plus de 300 salariés, qu’elles appartiennent ou pas à une branche ayant conclu un accord en faveur de l’emploi des seniors, doivent négocier à leur niveau un accord d’entreprise ou être couvertes par un plan d’action unilatéral. En revanche, les entreprises de 50 à 300 salariés peuvent être couvertes en faisant application de l’accord conclu par la branche professionnelle à laquelle elles sont rattachées. La durée maximale des accords et plans d’action étant de trois ans, la grande majorité d’entre eux arrive à échéance d’ici fin 2012.
A travers ce dispositif nouveau, la volonté recherchée a été de trouver un équilibre entre autonomie de la négociation d’une part, et exercice du pouvoir régalien de l’Etat d’autre part, sur un thème de priorité nationale. Le « 1% seniors » s’inscrit dans le cadre d’une politique d’intérêt général qui vise un triple objectif: économique, budgétaire et de cohésion sociale. L’esprit de cette pénalité n’est certainement pas le rendement financier. Elle a pour objectif premier de rendre les partenaires sociaux responsables du thème et de les inciter à s’en emparer au niveau des branches professionnelles et des entreprises...
La pénalité

D’après les remontées de l’ACOSS, la pénalité de 1 % a donné lieu à des recouvrements d’un peu plus de 7 millions d’euros (7.032.556 €) en 2010, et d’environ 2,4 millions d’euros (2.392.998 €) en 2011. Pour le 1er semestre 2012, ce sont 883.222 € qui ont été perçus (chiffres DSS). Mais, bien sûr, la finalité d’une telle pénalité est de faire évoluer les comportements et non de remplir un objectif budgétaire... Télécharger le Document N°14 - Bilan de la négociation sur l’emploi des salariés âgés.

http://www.cor-retraites.fr/images/bandeau_haut.gif Υποκατάστημα Εργασίας - Τα αποτελέσματα των διαπραγματεύσεων σχετικά με την απασχόληση των εργαζομένων μεγαλύτερης ηλικίας. Ως μέρος της προετοιμασίας των δύο εκθέσεων ότι η NRC θα πρέπει να κάνει σε μια μελλοντική κατάσταση του συνταξιοδοτικού συστήματος (22 Ιανουαρίου 2013) και του δημοσιονομικές προοπτικές (19 Δεκεμβρίου του 2012), η συνάντηση της 21ης ​​Νοεμβρίου το 2012 αφιερώθηκε σε ερωτήσεις των κακουχίες, την απασχόληση και συνταξιοδότηση μεταβάσεις και την εξέλιξη της σταδιοδρομίας τους τύπους για τις προβλέψεις. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:34 - - Permalien [#]


01 décembre 2012

Le site de la compétence Senior

Chômage et emploi des seniors ACTIFS (+45 ans)ASSPRO Réseau solidaire gratuit pour l'emploi des ACTIFS seniors (+45 ans)
Bienvenue sur le site de la compétence. Vous pouvez copier-coller votre CV  sur le site et, si vous avez une activité professionnelle (consultant, auto-entrepreneur, portage...)  vous pouvez présenter votre offre et mettre votre logo. Notre dispositif est très bien référencé sur le Net. Nos actions sont gratuites. 
Le prochain café des ACTIFS (+45 ans) qui aura lieu le 06 décembre à 15h30, au restaurant " la Fantasia de Marrakech" 332 bld Marcel Paul 44880 ST HERBLAIN, aura pour thème: ETRE RECRUTE, les conseils d'un pro.

Jean Michel CATHALA est "recruteur" et vient de publier, un livre: "Etre recruté, réflexions et conseils d'un expert en recrutement" (Ed GERESO). Fort de son expérience et après des milliers d'entretiens vécus du côté « consultant en recrutement », Jean Michel CATHALA vous  prodiguera quelques conseils. A ne pas manquer...
Le CV EFFICACE
Nancy FREYERMUTH
est graphologue. Elle accompagne les entreprises dans leurs recrutements et les chercheurs d'emploi dans leurs démarches. Expérimentée, ouverte à l'usage des réseaux sociaux numériques, Nancy FREYERMUTH saura vous présenter le CV  efficace, celui qui fait la différence.
Lors de votre venue, n'oubliez pas d'apporter votre cv et de le déposer: nous le transmettrons à nos partenaires. De même, vous pourrez, si vous êtes prestataire ou consultant présenter votre offre (gratuitement).
Gratuit: pas de frais, pas d'engagement, inscription recommandée.

Η ανεργία και την απασχόληση των μεγαλύτερων σε ηλικία ΕΝΕΡΓΗΤΙΚΟ (45 ετών) ASSPRO Δίκτυο Αλληλεγγύης δωρεάν ΕΝΕΡΓΗΤΙΚΟ απασχόλησης ηλικιωμένων (45 ετών)
Καλώς ήρθατε στη δικαιοδοσία. Μπορείτε να αντιγράψετε και να επικολλήσετε το βιογραφικό σας στην ιστοσελίδα και αν έχετε ένα επάγγελμα (σύμβουλος, επιχειρηματίας, portage ...) μπορείτε να υποβάλλετε την προσφορά σας και βάλτε το λογότυπο σας. Συσκευή μας είναι καλά-που αναφέρεται στο Διαδίκτυο. Οι ενέργειές μας είναι δωρεάν. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 10:05 - - Permalien [#]

26 novembre 2012

Forum senior, une chance pour la France

forum_senior_19-20_nov_2012_vbleueLa vie s'allonge et la France vieillit. Ce vieillissement qui est un progrès parce que l'on vit plus longtemps et en meilleure santé va continuer de bouleverser les équilibres économiques et sociaux...
Cet allongement de la durée de la vie, apanage des pays développés, est une nouvelle donne et l'âge réel du vieillissement s'est décalé, imposant un nouveau regard de la part de la société sur celui-ci.
Les seniors sont une véritable chance pour la France car ils constituent en premier lieu une force économique: le CREDOC montre que « les activités commerciales liées aux seniors progressent à un rythme annuel de 1,8% contre 0,3% par an sur les vingt années précédentes. » Ce rythme devrait rester soutenu au cours des dix ans à venir. 
Les seniors sont également une chance pour la France en terme d`emplois, avec la possibilité de développer de nouveaux secteurs, avec l`engagement des seniors dans les collectivités, avec la transmission des savoirs, en autre par le tutorat.
Enfin, ils constituent une chance pour la France et l'Europe, par le jeu des solidarités intergénérationnelles, intra- et infra-familiales.
Cette vision positive et dynamique du vieillissement, est celle soutenue par l'Institut Silverlife et le thème de son premier forum: « Les seniors sont une chance pour la France », qui se tiendra les 19 et 20 novembre 2012 au Palais d'Iéna à Paris.
Ce forum s'inscrit pleinement dans le cadre de l'année européenne du vieillissement en 2012. Il constitue le premier rendez-vous mettant en contact entreprises et seniors actifs.
POUR SUIVRE LES DEBATS EN DIRECT
CONNECTEZ-VOUS sur http://www.acteurspublics.com/tv. PROGAMME DETAILLE disponible ici. Pour plus d'interactivité rejoignez-nous sur le blog du forum.
Table Ronde 1: Quels indicateurs pour mesurer la contribution des seniors?

Les seniors, hors du monde du travail, sont considérés comme une charge du fait que les dépenses de protection sociale sont mesurées comme un prélèvement sur le PIB (32,1% en France en 2012). Des économistes proposent de changer de méthode pour la mesure de la santé des individus, de leurs habitudes de consommation, de leurs revenus, de leur patrimoine ou encore de leur consommation de loisirs. Ainsi les seniors deviennent des contributeurs nets.
Table Ronde 2: Quel rôle pour les seniors dans le monde du travail?

En France, le taux d’emploi des 55-64 ans est notoirement inférieur à celui des autres pays européens (près de 40% sont actifs en emploi contre 46% dans la zone euro). Cette situation résulte pour une grande part de décisions politiques en rapport direct avec le système des retraites en France et la lutte contre le chômage. Comment aujourd’hui aller plus loin en développant les bonnes pratiques allant dans le sens d’un « nouveau contrat de générations » associant les jeunes salariés et les moins jeunes?
Table Ronde 3: Comment financer sa retraite?

L’avenir des retraites en Europe (47,46% des dépenses de protection sociale en France) semble préoccupant et les débats sont souvent vifs: système par répartition ou par capitalisation, durées de cotisation, niveaux des pensions, épargne individuelle et collective... Cependant, des facteurs autres que financiers sont à prendre en compte: la crise, l’individualisation des comportements des Français face à leur retraite, la nécessaire prise en compte d’autres dimensions de la protection sociale (santé au travail, pénibilité, accidents…). Quels sont les choix collectifs à faire après 2013? Comment vont réagir les seniors à la baisse programmée des retraites, et des taux de remplacement? Faut-il revoir l’ensemble du financement de la protection sociale?
Table Ronde 4: Que faire de sa retraite, comment investir la seconde période de sa vie?

Bien préparer sa retraite, aussi bien socialement que financièrement, est l’un des enjeux majeurs pour les seniors. Les retraités français font plus que jamais preuve de dynamisme et s’investissent dans la vie locale (plus d’un million de senior-bénévoles). Ils assurent également le lien indispensable à la vie de famille, à celle du quartier et de la commune. Ils choisissent, parfois, de prolonger partiellement leur activité ou de profiter des dispositifs cumul emploi/retraite pour changer de statut ou d’activité professionnelle. Ils vont même jusqu’à changer de résidence ou de mode de vie. Ils ont donc la même vie, les mêmes comportements de consommation que le reste de la population. En revanche, ils investissent beaucoup dans leur santé. Un domaine où les inégalités sont encore les plus fortes (jusqu’à 7 ans d’écart d’espérance de vie entre un cadre et un ouvrier, un retraité du Nord ou du Sud-Ouest de la France).
Table Ronde 5: Comment réaménager les territoires et l’habitat pour les seniors?

Les seniors sont souvent attachés à leur vie à domicile et dans leur environnement habituel. Cependant, sa réalisation met en jeu une dynamique entre la personne vieillissante et son environnement humain et matériel qui peut favoriser ou contrarier le « bien vieillir », réduire ou augmenter les incapacités, inclure ou exclure de la vie sociale. Plusieurs facteurs sont alors à considérer: l’adaptation du logement, des aménagements urbains et des modes de déplacement, la proximité des services de soins, d’aide et des commerces, l’accès aux technologies de l’information et de la communication, la sécurité et le lien social. Ce choix collectif en faveur du « vivre chez soi », de l’accessibilité et de l’inclusion des personnes âgées dans la cité doit mobiliser l’État et les administrations, mais surtout les acteurs locaux (collectivités locales, agences d’urbanisme, bailleurs sociaux …).
Table Ronde 6: Vieillir n’est pas une maladie
Le « Bien vieillir » est un compromis réussi entre: la personne (ses capacités, ses incapacités, son comportement), la société (notamment la représentation de la vieillesse, la place faite aux seniors) et les Pouvoirs Publics (actions en direction des seniors). Le vieillissement n’est pas une maladie, encore moins une spécialité médicale ou paramédicale. Cependant, le vieillissement massif de la population et, son corollaire, le développement de la chronicité impactent tous les acteurs du système de santé (établissements, professionnels, financeurs …) et obligent à un changement de paradigme (de l’hôpital vers la ville, du cure au care …).
Table Ronde 7: Comment organiser le maintien dans l’autonomie?

La perte d’autonomie est au coeur des préoccupations des Pouvoirs Publics, des professionnels et des familles. Les échéances sont connues: l’arrivée progressivement d’ici 2025 à des âges élevés des générations après 1945. Les nouveaux défis s’intitulent Alzheimer, Parkinson, troubles psychiques et accompagnement jusque dans le grand âge. Dans cet environnement, et sous contrainte de finances publiques rares, comment garantir l’efficience du système de prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie? Comment en finir avec la dépendance entre le secteur et l’Etat comme autorité de tutelle? Comment s’appuyer sur le professionnalisme des équipes au niveau local pour industrialiser et fiabiliser les procédures?
Table Ronde 8: Quelle place pour les seniors dans la vie sociale, les réseaux sociaux?

Le départ à la retraite a des conséquences importantes sur la vie des individus qui ne bénéficient plus de l’organisation de la vie quotidienne et relationnelle liée à l’exercice d’une activité professionnelle. Il convient alors de les accompagner au mieux dans les défis de leur nouvelle vie (maintien d’une représentation positive d’eux-mêmes, poursuite d’intérêts et projets personnels, appartenance au réseaux de sociabilité…). Des initiatives existent déjà sur le terrain. Les seniors en sont tout aussi acteurs que bénéficiaires et contribuent ainsi à l’amélioration de la vie de la cité. Il convient dès lors, pour les pouvoirs publics, les collectivités locales, les entreprises, les syndicats de salariés, les associations de mieux les informer, les accueillir, les accompagner et les soutenir, avant et après le départ à la retraite dans la définition d’un « nouveau projet de vie ».

forum_senior_19-20_nov_2012_vbleue Η ζωή μεγαλώνει και τη Γαλλία. Η γήρανση είναι η πρόοδος, επειδή οι ​​άνθρωποι ζουν περισσότερο και με καλύτερη υγεία, θα συνεχίσει να ανατρέψει την οικονομική ισορροπία και την κοινωνική ...
Η επιμήκυνση της ζωής, περιορίζεται στις ανεπτυγμένες χώρες, είναι μια νέα συμφωνία και η πραγματική ηλικία της γήρανσης του πληθυσμού έχει αλλάξει, αναγκάζοντας μια νέα ματιά από την εταιρεία σε αυτό. Seniors είναι μια πραγματική ευκαιρία για τη Γαλλία, επειδή είναι κατά κύριο λόγο μια οικονομική δύναμη: CREDOC δείχνει ότι "εμπορικές δραστηριότητες για τους ηλικιωμένους αυξήθηκε με ετήσιο ρυθμό 1,8% έναντι 0,3% το χρόνο τα επόμενα είκοσι προηγούμενα χρόνια. "Ο ρυθμός αυτός θα πρέπει να παραμείνει ισχυρή τα επόμενα δέκα χρόνια. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 00:42 - - Permalien [#]

25 novembre 2012

La gestion des seniors - entre idées reçues et vraies questions RH

http://www.evenements.cnfpt.fr/mercredisdelinet/images/stories/banniere_sup.jpgLa France est l’un des pays européens dont le taux d’emploi des 55-64 ans est le plus bas.
Glisser vers la soixantaine serait-il un facteur de disqualification professionnelle dans un contexte de recul de l’âge de départ à la retraite?
Y a-t-il un « problème senior » ou un problème chez les seniors? C’est-à-dire des questions spécifiques à certains seniors en fonction de leurs parcours professionnels, de leurs formations, de leur environnement de travail?
Alors que le vieillissement de la population ainsi que la pyramide des âges dans de nombreuses collectivités locales augmentent la proportion des plus de 50 ans, arrêtons-nous pour faire le point sur l’état des réflexions:

  • données démographiques,
  • point rapide les derniers rapports et études,
  • mais aussi nos éventuels préjugés qui biaisent nos analyses et ne nous permettent pas toujours d’envisager les seniors comme un atout.

Surtout, efforçons-nous de définir des perspectives concrètes et des pistes d’actions autour des thématiques qui émergeront lors de cette journée de réflexion et qui doivent éclairer nos pratiques tant RH que managériales.
Voir: La synthèse, Le programme, Le dossier documentaire.

http://www.evenements.cnfpt.fr/mercredisdelinet/images/stories/banniere_sup.jpg France is one of the European countries where the employment rate of 55-64 year olds is the lowest. Drag the sixties would be a factor of professional disqualification in the context of raising the age of retirement? Is there a "senior issue" or problem in the elderly? That is to say, the senior-specific issues in terms of their careers, their training, their work environment? More...

Posté par pcassuto à 23:38 - - Permalien [#]

24 novembre 2012

Older people's learning is changing

http://www.niace.org.uk/sites/default/files/imagecache/news/images/book-covers/olderpeopleslearning-newsitem.jpgOlder people's learning is changing: new survey from NIACE
Older people’s learning is showing a big increase in independent and online learning alongside a significant decline in those learning at college or university. This is the headline finding of a major new survey of learning and the over 50s published by NIACE on Monday 19 November.
While the proportion of people aged 50 and over who report that they are engaged in learning has not changed since the last survey in 2005, the numbers learning at college or university have halved, while the numbers learning independently and online have risen.
Other main findings of the report – Older People’s Learning in 2012 - which will be officially launched at a European Conference in Brussels later today, include:
  • A dramatic drop in the proportion of older people learning about ‘computing’, from over 40 per cent in 2005 to just 17 per cent in 2012.
  • A rise in people using computers for learning – 12 per cent of those aged 50 and over are ‘learning online’.
  • Older people are much less likely than younger people to be learning - only one in five over 50s are ‘learners’, compared to two in five of the adult population as a whole. The proportion falls to only 7 per cent of those aged 75 and over.
  • The numbers reporting learning independently have risen dramatically. 16 per cent of people aged 50 and over now report learning, ‘Independently on my own’, and a further 9 per cent ‘Independently with others’. The former figure rises to nearly 30 per cent of learners aged 75 and over (mainly better educated and with internet access), while the latter rises to 14per cent.
  • The proportion studying in further education colleges and universities has halved since 2005 (from 21 per cent to 9 per cent in colleges and from 14 per cent to 8 per cent in universities).
  • More than a quarter of older people say that learning has helped them to pass on skills and knowledge to others. ‘Getting involved in society’ and ‘improving my health’ were also frequently reported (14 per cent and 13 per cent). ‘Getting involved in the digital world’, was a benefit for 10 per cent of respondents, and significant numbers reported that it had helped them to manage caring roles and to cope with life crises.
  • Among the oldest learners (the over 75s) ‘To meet people’, and, ‘Because friends/family/colleagues are also learning’, were cited as the most important reasons for learning.
  • Two-thirds of those who have not learned in the last three years say that it is ‘very unlikely’ that they will do so in the future, and the proportion rises with age. When asked, two-thirds of these ‘non-learners’ said nothing would make learning more attractive.

The report's author, Professor Stephen McNair, Senior Research Fellow at NIACE, said:
“There has been a transformation in older people's learning over the last seven years. This survey shows, for the first time, how complex and important the benefits of learning are for older people. Learning, for them, is not just about pursuing interests. It helps them to stay involved in society, to maintain their health, to manage caring roles and to cope with life crises.”
“However, if older people's learning continues to move out of public institutions and into people's homes and independent groups, we will need to monitor how effective it remains in tackling inequalities in society. Finally, we have seen a major change in older people's access to, and use of, computers. Compared to seven years ago, the over 50s are now much less likely to be learning about computers, and more likely to be using them for learning.”
Download the full report of Older People's Learning 2012
.

Posté par pcassuto à 23:38 - - Permalien [#]

Commission calls for learning boost for older people

European Commission logoThe European Commission has published a statement today calling on authorities and organisations in Member States to do more to promote the benefits of lifelong learning, active ageing and intergenerational solidarity.
Today only 3.6% of older people are involved in learning. Yet studies show that lifelong learning encourages older people to stay in work longer, helps to ensure healthy ageing and active participation in society, and decreases their risk of social exclusion or poverty. It also reduces the 'digital gap': nearly 50% of people aged 55-74 in Europe have never used a computer.
The statement was adopted at the "One Step Up in later life: learning for active ageing and intergenerational solidarity" conference in Brussels, which gathered around 200 participants including government officials, stakeholder organisations, trade union and employer representatives, businesses and beneficiaries of the Commission's Grundtvig programme, which supports adult education.
The event, opened by Androulla Vassiliou, Commissioner for Education, Culture, Multilingualism and Youth, also highlighted the need to modernise education and training systems to reflect the fact that 30% of the European population will be aged over 65 in the coming decades.
More information

Posté par pcassuto à 21:25 - - Permalien [#]