01 avril 2018

Signaler une dérive sectaire

MiviludesVous-même, un proche ou une connaissance avez été victime d'une dérive susceptible d'être qualifiée de sectaire.
Vous souhaitez informer la Miviludes afin qu'une aide vous soit apportée ou pour vous orienter dans vos démarches.
Signaler une dérive sectaire. Plus...

Posté par pcassuto à 16:29 - - Permalien [#]


Miviludes - FAQ - Existe-t-il des indices de perception du risque ?

MiviludesOui.
Les indices de perception du risque sectaire élaborés par les commissions d’enquête parlementaires de 1995 et de 1999 ont été aménagés et reformulés à la lumière de l’expérience acquise par la MIVILUDES. Il convient de rappeler qu’un seul critère ne suffit pas pour caractériser l’existence d’un risque de dérive sectaire et tous les critères n’ont pas la même valeur. Le premier critère (déstabilisation mentale) est toutefois toujours présent dans les cas de dérives sectaires. C’est de la combinaison de plusieurs critères que naît la concrétisation d’un risque sectaire.

En voici la liste, adaptée au contexte particulier de la vie économique :

la déstabilisation mentale

Il s’agit d’un facteur de modification des comportements et en même temps le point de départ incontournable de l’emprise sectaire.
Les indices résident dans l’éventail des situations objectives qui pourront être appréciées comme étant constitutives de pressions graves et réitérées ou de techniques propres à altérer le jugement d’une personne (par exemple des attitudes d’agressivité ou de repli sur soi, la manifestation d’un stress aigu, l’apparition de troubles psychosociaux, le repérage d’un prosélytisme agressif de la part d’un salarié).        

la rupture avec l’environnement d’origine

Le changement de comportement d’un salarié doit amener les membres de l’entreprise ou la structure professionnelle dans laquelle il se trouve à se poser des questions sur une éventuelle appartenance à un mouvement à caractère sectaire ou sur une relation forte avec une entité pouvant générer des dérives sectaires.

C’est notamment le fait de certains prestataires de services intervenant dans l’entreprise principalement dans le cadre de la formation professionnelle. C’est aussi le cas lorsqu’un dirigeant ou un salarié manifeste progressivement un intérêt nouveau pour un schéma de modes de vie surprenants.

Ces interrogations se manifestent généralement lorsque la personne concernée :

  • change brutalement de comportement (agressivité, désintérêt pour sa fonction, ses objectifs professionnels) ;
  • fait preuve d’un prosélytisme agressif et non maîtrisé envers son entourage (collègues, famille…) ;
  • consacre la majorité de son temps et de son énergie à son nouveau groupe « d’amis » ;
  • rejette le monde extérieur, qu’il considère comme néfaste et inapte à comprendre ses « options » ;
  • multiplie les absences au travail, conséquence d’une modification profonde de son rythme de vie.

les exigences financières exorbitantes

La contribution financière aux besoins du mouvement et de son maître se traduit principalement :

Pour la personne physique par :

  • des dons faits à l’organisation ou au gourou ;
  • la facturation de cours ;
  • la facturation de stages ;
  • la facturation de documents et / ou de livres ;
  • l’acquisition de matériels le cas échéant.

Pour la personne morale par :

  • l’insistance à obtenir des contrats manifestée par des prestataires affiliés ou juridiquement liés à des réseaux sectaires ;
  • l’accaparement de salariés en dehors du lieu de travail dans le prolongement d’une prestation  réalisée au sein  de l’entreprise ;
  • un manque de visibilité dans la détermination des tarifs de formations d’un catalogue de prestations, notamment entre formations de base et formations contingentes ;
  • une progression des coûts dans un enchainement de formations ou prestations découlant les unes des autres.

l’infiltration des pouvoirs publics et des milieux économiques

Les mouvements à caractère sectaire sont connus depuis plusieurs années pour privilégier trois modes d’infiltration, qui concernent, d’une façon générale les fournisseurs de services :

  • la formation : en créant leurs propres organismes de formation, les mouvements à caractère sectaire disposent d’un efficace subterfuge pour approcher les entreprises. Ainsi, ils créent une parfaite diversion sur leurs réelles intentions;
  • le recrutement : une personne appartenant à un mouvement à caractère sectaire se fait embaucher dans une entreprise et devient, de ce fait, un indicateur précieux pour le groupe;
  • l’informatique : des mouvements à caractère sectaire sont en lien juridique ou personnel avec des sociétés informatiques et interviennent dans les entreprises sur tout le champ des prestations de cette nature. C’est là l’occasion, pour l’organisation sectaire, de disposer d’un accès privilégié à la gestion des données au sein de l’entreprise, que ces dernières soit d’ordre commercial, stratégique ou encore relatives aux ressources humaines.

le discours anti-social

Les mouvements à caractère sectaire et leurs adeptes vivent dans une sorte de «microsphère ». Tout ce qui se déroule ou se dit à l’extérieur du groupe n’a, au mieux, aucune valeur à leurs yeux et sera, au pire, considéré comme dangereux, pernicieux et néfaste.
Dans le discours tenu par l’organisation à ses adeptes, le monde extérieur est systématiquement diabolisé. Les personnes extérieures, et donc non adhérentes au mouvement, sont réputées comme négatives et elles sont automatiquement rejetées.

On voit donc :

  • l’apparition de « neo-langages » laissant entrevoir un détournement du sens des termes de référence des textes juridiques encadrant la vie professionnelle ;
  • une réinterprétation des notions juridiques du droit du travail destinée à contredire tant les textes que la jurisprudence ;
  • des références confuses aux notions de « liberté de conscience », de « liberté religieuse, de « liberté spirituelle », de « liberté thérapeutique » et de «  connaissance spirituelle et énergétique ».

l’existence de démêlés judiciaires

Les organisations sectaires peuvent être naturellement assignées en justice du fait des actes dommageables et répréhensibles. Bien qu’encore timides, les plaintes deviennent un facteur déterminant dans l’ouverture de procédures judiciaires et le déclenchement d’investigations administratives. S’il est vrai que jusqu’à présent peu de procédures sont arrivées à leur terme, la vigilance s’exerce de mieux en mieux, et ce en particulier dans le cadre d’activités économiques des entreprises.
De leur côté, les mouvements saisissent la justice contre tous ceux qui les critiquent invoquant des propos diffamatoires ou une atteinte à leur image. Une situation de conflit entre les structures à caractère sectaire et les pouvoirs publics ou les personnes victimes d’un préjudice est en train de se dessiner et elle permettra certainement de clarifier un état de fait qui donne trop souvent aux victimes le sentiment d’une lutte entre le pot de terre et le pot de fer. En effet, la mouvance sectaire est solidement entourée, à la fois de groupes d’influence, de cabinets d’avocats et de pseudo-experts revendiqués par celle-ci, mais dans la réalité, à sa solde.

le trouble à l’ordre public

Toutes ces actions entraînant une atteinte, qu’elle soit physique ou morale, à l’intégrité d’une personne peuvent être observées comme un risque de trouble à l’ordre public.

Ces illégalités peuvent être de différente nature :

  • l’escroquerie : c’est sur cette pratique basique, faite de fausses promesses et de mensonges, que repose en partie le mécanisme sectaire;
  • l’abus de prosélytisme : l’adhésion au groupe induit progressivement une implication visible sur le terrain social dans le but de recruter de nouveaux adeptes alors même que la loi, dans certains cas, l’interdit expressément;
  • le danger pour l’être humain : il peut s’agir de violences ou de pressions exercées de la part du mouvement d’adhésion, qui ont pour prolongement une extériorisation de comportements agressifs à l’égard du corps social;
  • le refus de soins à l’égard des mineurs;
  • les violences physiques de tous ordres, avec ou sans connotation sexuelle (brimades;  coups et blessures; séquestrations/mises à l’écart; non-assistance à personne en danger; exercice illégal de la médecine; agressions sexuelles)

les critères spécifiques à la sphère économique

Les mouvements et les réseaux sont susceptibles de commettre diverses infractions :

  • le travail clandestin;
  • le blanchiment d’argent;
  • l’escroquerie;
  • les fraudes à la consommation;
  • le non-respect des règles de concurrence.

Ces délits sont susceptibles d’être commis dans un cadre sectaire incluant une supposée « emprise mentale », c’est-à-dire plus précisément dans le cadre de la commission de pressions graves et réitérées ou de techniques pouvant altérer le jugement d’un dirigeant ou d’un salarié d’entreprise, ce qui peut conduire ces derniers à la commission ou à l’abstention d’un acte qui sera gravement préjudiciable à l’entreprise.

L’utilisation appropriée des critères économiques d’appréciation du risque est donc déterminante, avec une approche à trois niveaux :

  • les dépendances juridiques d’un prestataire vis-à-vis d’un réseau;
  • les comportements insistants de la part d’un prestataire en vue de créer une dépendance économique, financière et psychologique;
  • les risques de fraudes fondés sur les pratiques des relais économiques de mouvements à caractère sectaire. Plus...

Posté par pcassuto à 16:27 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - Quels sont les « termes » qui doivent faire réagir ?

MiviludesL’intrusion des mouvements ou réseaux à caractère sectaire au sein de la vie professionnelle requiert de leur part une mise en scène soignée et l’utilisation d’un vocabulaire parfaitement étudié visant à éviter l’attention des analystes de la menace. C’est précisément là que se cache un risque. Et c’est là également que ceux qui sont chargés de protéger le milieu professionnel face à ce risque doivent disposer d’éléments d’appréciation objectifs.
Par l’emploi de certains termes, l’émetteur (membre du mouvement ou réseau à caractère sectaire) va véhiculer sa doctrine au moyen d’un message orienté et éloigné de l’acception première du terme utilisé. Cette manœuvre va induire le récepteur en erreur et créer une confusion dans son esprit, laquelle est susceptible de dégénérer à terme en un état permanent de confusion mentale.
La liste ci-dessous, non exhaustive, recense des termes ou des mots qui doivent déclencher une interrogation immédiate de la part des responsables des entreprises ou des entités publiques ou associatives.
Cette liste ne reprend pas la multitude des mots qui sans être en  sensibles, suscitent, lorsqu’ils sont juxtaposés à d’autres termes du même type, questions et inquiétudes de la part d’acteurs publics ou privés qui se sont manifestés auprès de la Miviludes. Elle  se limite à quelques exemples de termes qui se rattachent à des méthodes et à des pratiques plus ou moins nouvelles et sensibles dans les domaines du management, des ressources humaines, du développement personnel, de l’accompagnement des mutations stratégiques et professionnelles :

  • Accomplissement de soi
  • Atmosphère d’enthousiasme
  • Bien-être
  • Capital Savoir
  • Coaching
  • Confiance
  • Connaissance de soi
  • Conscience de la respiration
  • Contrôle mental
  • Conviction totale
  • Désintéressement
  • Développement personnel
  • Dévouement
  • Enrichissement
  • Epanouissement
  • Estime de soi
  • Evitement des conflits
  • Evolution sociale
  • Gestion de la vie relationnelle
  • Hérédité psychique
  • Impeccabilité énergétique
  • Knowledge Management
  • Libération du corps et de l’esprit
  • Maîtrise émotionnelle
  • Management des situations professionnelles
  • Partage des informations
  • Points faibles – points forts
  • Pouvoir d’infléchir les évènements
  • Processus de révélation
  • Profil personnel
  • Prosélytisme
  • Purification de l’âme
  • Quête de sens
  • Santé globale
  • Savoir-être
  • Sens du partage
  • Stratégie de résolutions de problèmes
  • Thérapie méditative
  • Valorisation de soi
  • Vide intérieur. Plus...

Posté par pcassuto à 16:25 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - En dehors de la gestion des ressources humaines, quels sont les « secteurs à risque » ?

MiviludesLa première étape de mise en œuvre d’une vigilance face au risque sectaire au sein d’un organigramme professionnel consiste à déterminer les secteurs exposés, en listant de la manière la plus complète possible les fonctions, les tâches et les processus de gestion, de direction ou de management les plus sensibles :

  • passation de contrats entre prestataires;
  • constitution de nouveaux fichiers informatiques ou maintenance des fichiers préexistants;
  • sécurisation des installations et des processus décisionnels;
  • achat d’audits, d’études;
  • développement des modes de gestion informatisés.

A côté de la gestion des ressources humaines entendue au sens large (management et formation professionnelle), on trouve donc au titre des « secteurs » exposés :

  • la gestion des données sensibles,
  • les systèmes informatiques
  • et l’utilisation détournée des règles de la propriété intellectuelle. Plus...

Posté par pcassuto à 16:24 - - Permalien [#]

Quel est le domaine de la vie professionnelle le plus particulièrement ciblé par les organisations à caractère sectaire ?

MiviludesC’est sans conteste celui de la formation professionnelle. La formation professionnelle, moteur de la « Gestion des  Ressources Humaines » et de l’optimisation des compétences est devenue un vecteur privilégié de pénétration et d’influence des mouvements à caractère sectaire.
Trois enjeux sont à la clef :

  • l’acquisition de ressources financières en vue d’un enrichissement des structures composant l’organisation à caractère sectaire ;
  • l’intrusion dans la vie professionnelle dans le but de recruter de nouveaux adeptes ;
  • la conquête de « parts d’influence » et, à terme, l’accès à des fonctions de décision dans l’entreprise ou l’institution.

On estime aujourd’hui à 10 % la part des formations dites comportementales dont le contenu est sujet à caution et/ou en lien avec un mouvement d’origine sectaire. L’offre de formation dans le domaine de la santé et des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (PNCAVT) ne cesse de croître également, alliant un jargon pseudo-médical et une promesse de rémunération gratifiante, dont les risques sur les stagiaires, en termes d’emprise mentale, sont réels. Au total, entre 1 200 et 1 500 organismes de formation professionnelle, sur les 60 000 recensés en France, seraient liés à un groupe à caractère sectaire.
La loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a clarifié et a renforcé les moyens donnés aux inspecteurs et contrôleurs du travail spécialisés dans le contrôle de la formation professionnelle.
Compte tenu des enjeux en présence, la Miviludes a édité un guide « savoir déceler les dérives sectaires dans la formation professionnelle ». Plus...

Posté par pcassuto à 16:21 - - Permalien [#]


Miviludes - FAQ - La vie professionnelle est-elle un lieu de prédilection de l’influence des mouvements sectaires ?

MiviludesOui. Les milieux professionnels (quels qu’ils soient : en entreprise, en administration, en collectivité ou en association, dans le secteur public, privé ou bénévole) sont devenus des cibles des mouvements à caractère sectaire.
Plusieurs raisons à cela :

  • les structures professionnelles sont dotées de budgets convoités par des organismes prestataires de service en lien avec le phénomène ;
  • elles sont des lieux d’influence qui ne laissent pas indifférents les réseaux sectaires ;
  • elles peuvent devenir des terrains d’expérimentation, notamment en matière de management et de gestion ;
  • leur patrimoine d’informations et de données sensibles ou protégées constitue une manne qui suscite l’intérêt de mouvements en quête de progression économique.

Deux facteurs viennent renforcer ce phénomène :  

  • l’accroissement des risques de fragilisation des personnes, en raison des difficultés de la vie et d’aspirations communes au bonheur et à la réussite notamment professionnelle,
  • la pénétration de plus en plus offensive sur les marchés de prestations de service dites « intellectuelles ».

Aujourd’hui, 20% des formations proposées relèvent du comportemental et ont pour ambition d’apporter des méthodes et outils de « savoir être », de « connaissance et affirmation  de soi » et de « prise en charge  par soi-même ». 10 % de ces formations comportementales présenteraient un contenu sujet à caution. Plus...

Posté par pcassuto à 15:49 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - Comment reconnaître un charlatan ou un pseudo-thérapeute sectaire ?

MiviludesQuelques éléments de discours véhiculés par des charlatans de la santé ou des pseudo-thérapeutes, issus de signalements parvenus à la Miviludes, permettent d’alerter sur la dangerosité des méthodes pratiquées et sur l’existence d’un risque de dérive de nature sectaire.
Cette liste n’est pas exhaustive mais correspond aux propos les plus couramment observés. Il convient dès lors d’être particulièrement vigilant dès lors que votre interlocuteur :

  • dénigre la médecine conventionnelle ou les traitements proposés par l’équipe médicale qualifiée qui vous prend en charge ;
  • vous incite à arrêter ces traitements ;
  • vous promet une guérison miracle là où la conventionnelle aurait échoué ;
  • met en valeur des bienfaits impossibles à mesurer, comme « améliorer son karma » ou « la circulation des énergies internes » ;
  • vous demande de vous engager en réglant à l’avance un certain nombre de séances ;
  • vous propose des séances gratuites pour essayer telle ou telle méthode ;
  • vous recommande l’achat d’appareils censés capter les énergies négatives ou de produits présentés comme miraculeux, souvent à des prix exorbitants, non remboursés par la Sécurité sociale ;
  • vous promet une prise en charge globale qui prétend agir par une même technique sur le mental, le physique, voire sur toutes sortes de troubles ;
  • vous présente une nouvelle vision du monde en utilisant des termes tels que : ondes cosmiques, cycles lunaires, dimension vibratoire, purification, énergies, cosmos, conscience…
  • utilise un langage pseudo-scientifique très complexe ou au contraire, prétend avoir découvert un principe d’action extrêmement simple ;
  • vous incite à vous couper de votre famille, de votre médecin, de votre entourage, pour favoriser votre guérison. Plus...

Posté par pcassuto à 15:47 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - Comment peut-on être approché par un gourou thérapeutique ?

MiviludesLe message de l’organisation sectaire ne sera jamais: « Nous sommes une organisation sectaire, mais nous allons vous aider ». Le discours sera fondé sur des moyens d’approche plus subtils qui dissimulent l’appartenance à un mouvement à risque. Très variés, ces discours sont souvent reconnaissables :

  • approche séduisante pour une offre de développement personnel, de spiritualité, de thérapie ;
  • promesse de perfectionnement personnel, de bonheur, d’amitié fraternelle ;
  • réconfort dans l’adversité ;
  • promesse de guérison par des médecines « parallèles » et « indolores »…

Ce n’est jamais le malade qui va vers le mouvement sectaire, mais c’est ce dernier qui vient vers lui, par différents procédés :

  • le bouche-à-oreille ;
  • la présence sur des forums ou des sites Internet ;
  • l’envoi de prospectus à domicile ou leur diffusion dans certains magasins alimentaires ou de bien-être ;
  • des publications invitant à prendre contact avec tel centre de psychothérapie ou de remise en forme ;
  • une publicité ou messages diffusés dans certains forums ou salons de santé et/ou de bien-être.

A la phase d’approche va succéder la phase de séduction où le pseudo-thérapeute va vanter les mérites de sa technique (souvent indolores) par rapport à ceux de la médecine classique.
L’environnement sectaire est présenté comme étant chaleureux, familial, parfois proche de la nature et de considérations « environnementales » permettant « un retour aux sources ».
Vient ensuite la phase de soumission : grâce à son offre de pseudo soin, le thérapeute sectaire va exercer petit à petit une véritable emprise mentale sur son « patient ». Il va progressivement lui demander des sommes de plus en plus exorbitantes, le convaincre de participer à des conférences, séminaires, retraites, cures…, parfois organisées à l’étranger. L’arrêt définitif du traitement conventionnel suit souvent cette phase. En cas de mise en cause de ses méthodes par les proches de la victime, il parviendra même à obtenir la rupture avec le milieu familial, amical ou professionnel de cette dernière.  C’est la dépendance totale. Plus...

Posté par pcassuto à 15:46 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - Quelles sont les situations les plus à risque ?

MiviludesLa nutrition
Certaines organisations peuvent faire de la nutrition une forme d’alternative pour la santé. La quête de la pureté ou du bien-être, récurrente dans la mouvance sectaire, est souvent utilisée comme moyen d’attirer de nouveaux adeptes. Cette quête requiert dans certains groupes et à travers des méthodes non conventionnelles à visée thérapeutique, la mise en oeuvre de pratiques de détoxination alliant exercice physique, frugalité ou encore jeûne.
Ces pratiques, lorsqu’elles comportent des règles alimentaires déséquilibrées, carencées voire extrêmes, associées au discours sectaire, ont révélé leur redoutable efficacité dans les processus d’emprise mentale ayant conduit, dans certains cas, au suicide ou à une mort prématurée d’adeptes atteints de pathologies engageant le pronostic vital, par refus de protocoles thérapeutiques éprouvés.

La prise en charge des troubles de l’enfant
La prise en charge des troubles psychologiques liés à l’enfance est une porte d’entrée de la dérive sectaire. Des pseudo thérapeutes, « des écoles », des mouvements, entraînent les parents d’enfants atteints de troubles hyperactifs, de dyslexie, dyspraxies, d’autisme, de trisomie, etc., à abandonner les techniques et traitements éprouvés scientifiquement pour des méthodes à visée psychothérapeutique dites « alternatives » qui peuvent conduire la famille entière à une situation d’emprise. Ces méthodes font courir un risque à l’enfant du fait d’un manque de recul et d’études sérieuses disponibles pour les évaluer. Là encore, si elles ne mettent pas toujours directement en danger l’enfant, elles induisent néanmoins une perte de chances vis-à-vis de l’amélioration de leur état de santé et des possibilités réelles et durables de guérison.

Les personnes âgées et les personnes handicapées
Les secteurs du handicap et des personnes âgées constituent, compte tenu de la fragilité et de la vulnérabilité de ces populations, un terrain propice à l’infiltration de mouvements sectaires.
Les risques peuvent se manifester en établissement d’accueil ou au domicile des personnes.

Les patients en fin de vie
La fin de vie et la prise en charge du malade en soins palliatifs peuvent constituer un moment  propice à certains mouvements sectaires pour approcher les malades et leur famille. Pour ces organisations il s’agit là d’un moyen d’infiltrer les établissements de santé et certains établissements médico-sociaux.
Ces risques appellent une attention particulière de l’équipe soignante, qui doit  de surcroît faire preuve de discernement.

La « psy-thérapie »
La manipulation mentale constitue l’outil privilégié utilisé par les mouvements sectaires. Cette approche utilise diverses techniques présentées comme des moyens de psychothérapie, ou de relation d’aide alors qu’elle ne vise qu’à supprimer tout esprit critique permettant ainsi l’emprise mentale.
De nombreux mouvements et pseudo thérapeutes utilisent divers titres, parmi lesquels celui de psychothérapeute.
Ce titre a permis, grâce à la confiance qu’il suscite la prise en charge de nombreux patients qui furent alors victimes de dérives sectaires. Face à ce risque, le législateur a strictement encadre l’usage de cette qualité en la réservant à des professionnels régulièrement inscrits sur une liste départementale après avoir suivi une formation théorique et pratique de plusieurs mois.
Les établissements de prise en charge de patients confrontés à de troubles psychiatriques sont par ailleurs régulièrement sollicités par certaines organisations qui cherchent à intervenir activement dans le domaine de la psychiatrie afin de dénoncer voire de perturber la mise en œuvre des traitements conventionnels. Il en est de même pour les établissements de soins et de prévention en addictologie. Il convient d’être particulièrement vigilant face à ce type de discours bien rodé mais facilement identifiable.
En savoir plus

Les malades du cancer
Les malades du cancer sont devenus une cible de prédilection pour les mouvements sectaires. Il s’agit d’une maladie très particulière qui pose questionnement : « pourquoi moi ? ». Les traitements conventionnels sont lourds et difficiles, les résultats sont incertains même si d’immenses progrès ont été réalisés. La médecine classique n’a probablement pas suffisamment pris en compte le traitement de la douleur. Dès lors, certains malades peuvent être tentés de recourir à des médecines complémentaires ou alternatives : 75 % des français ont eu recours au moins une fois à des traitements complémentaires ; 4 français sur 10 ont recours aux médecines alternatives dont 60 % parmi les malades de cancer.
Parmi les méthodes alternatives, on trouve de nombreuses pratiques porteuses de dérives sectaires. La MIVILUDES a été confrontée à des cas particulièrement douloureux, dont elle a fait état dans son rapport annuel 2010 (pages 127 à 155), de personnes atteintes de cancer finalement décédées par arrêt des traitements conventionnels dans des conditions humainement très difficiles.
Compte tenu de la gravité de ces situations, elle a également lancé en juin 2011, en lien avec l’institut national du cancer, une campagne de sensibilisation pour alerter de ce risque les malades du cancer et leur famille. Plus...

Posté par pcassuto à 15:45 - - Permalien [#]

Miviludes - FAQ - Quelle est la différence entre dérive thérapeutique et dérive sectaire ?

Miviludes Si la maladie est un point d’entrée privilégié pour les mouvements à caractère sectaire, toute dérive thérapeutique n’est pas forcément sectaire.

Les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique sont très différentes les unes des autres, tant par les techniques employées que par les fondements théoriques ou les références idéologiques invoquées. Leur point commun est de ne pas être reconnues, au plan scientifique, par la médecine conventionnelle et donc de ne pas être enseignées au cours de la formation initiale des professionnels de santé.

La dérive thérapeutique devient sectaire lorsqu’elle essaie de faire adhérer le patient à une croyance, à un nouveau mode de pensée. Prétextant l’inutilité des traitements conventionnels, le pseudo-praticien va demander au patient d’avoir toute confiance en lui car lui seul détient la méthode « miracle » apte à le guérir. Le gourou thérapeutique propose non seulement de soigner, mais aussi de vivre autrement. Il se présente comme le détenteur d’une vérité. Tous ceux qui se mettent en travers de son chemin sont accusés soit de retarder la guérison, soit même d’en être à l’origine, d’où la rupture du malade avec ses proches et ses amis. Isolé, ce dernier va se retrouver encore plus facilement sous la coupe du « dérapeute » qui va l’amener progressivement dans un processus d’adhésion inconditionnelle à sa méthode, en lui proposant la vente d’ouvrages, la participation à des stages payants ou à des retraites coûteuses, le plus souvent à l’étranger, voire en l’orientant vers d’autres praticiens déviants.

La dérive thérapeutique à caractère sectaire s’accompagne donc d’un mécanisme d’emprise mentale destiné à ôter toute capacité de discernement au malade et à l’amener à prendre des décisions qu’il n’aurait pas prises autrement. Plus...

Posté par pcassuto à 15:42 - - Permalien [#]