08 décembre 2012

Bright future for independent Jisc

HEFCE logoJisc, the body which provides innovative technology, resources, information and advice to support UK higher and further education (HE and FE) and skills, is now registered as an independent charity following a review by HEFCE.
This is a key step in its transition to meet the needs of the many communities it serves for 2013 and beyond. The new Jisc is owned by the Association of Colleges, GuildHE and Universities UK. It will continue to receive funding from HEFCE and all the other UK higher and further education funding bodies as it continues to develop. Jisc is a company limited by guarantee and a charity, owned by UUK, GuildHE and the AoC. This company wholly owns a subsidiary company, Jisc Collections and Janet Ltd, which will continue to provide the network and content services they have successfully provided for many years.
HEFCE welcomes this development, which includes the appointment of trustees to Jisc and the appointment of Martyn Harrow as its first Chief Executive.
Heather Fry, Director for Education, Participation and Students at HEFCE, said:

‘Jisc has been working hard for some time to prepare for its important transition into a separate legal body from 1 December. This announcement recognises that a key milestone has been reached. What is vital is that Jisc continues to provide a high-quality dedicated service to the higher and further education communities, for education and research and focuses its business to meet the needs of all its users including students and academics. HEFCE is confident that Jisc will do this, and we will continue to support Jisc as it develops its role for 2013 and beyond.
'HEFCE is grateful to the dedication and hard work of Jisc staff under the leadership of Malcolm Read over many years and under Martyn Harrow more recently to build Jisc into a world-renowned organisation. We encourage institutions to work with Jisc to fully realise its potential as a contributor to the delivery of their own objectives.’ More about the review process.

Posté par pcassuto à 17:30 - - Permalien [#]


3rd IOCES Conference: Challenging education for future change

GUNi LogoThe 3rd conference of the Indian Ocean Comparative  Education  Society (IOCES) will be held at the Faculty of Education of Khon Kaen University (Thailand) under the theme “Challenging education for future change”.
This event wants to promote the implementation and improvement of programmes of research and studies run by academic institutions in the fields of History, Philosophy, Politics, Economics, Sociology, Psychology, Religion, and Literature of Education. Furthermore, it also wants to encourage organizing scientific meetings, conferences, and congresses at the international level.
More information about this event.

Posté par pcassuto à 10:39 - - Permalien [#]

07 décembre 2012

The Future of Higher Education

Kristen Domonell's blog. With Massive Open Online Courses gaining popularity, and even being considered for college credit, it's pretty clear that online learning is changing the game. But will bricks be replaced with clicks? This infographic explores what higher ed may be like by the year 2020.
The Future of Higher Education

Posté par pcassuto à 23:49 - - Permalien [#]

02 décembre 2012

Debate on future of higher education and research

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Jane Marshall. A vast national consultation to determine the future of French higher education and research has culminated in 121 proposals, distilled from nearly 1,300 written contributions and 20,000 participants who attended more than 500 meetings and debates throughout the country.
The three themes of the Assises Nationales de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, held in Paris on 26 and 27 November, were ensuring success for all students, especially those taking first degrees; giving a fresh boost to research, at all stages and in all fields, and ensuring French influence in Europe and internationally; and improving governance of institutions and organisation of the higher education and research system nationally and regionally.
The exercise was announced by Minister for Higher Education and Research Geneviève Fioraso after the socialist-led government took office in May. President François Hollande had promised priority for youth in his election campaign. Read more...

Posté par pcassuto à 10:12 - - Permalien [#]

25 novembre 2012

College of Future Could Be Come One, Come All

New York TimesBy . Teaching Introduction to Sociology is almost second nature to Mitchell Duneier, a professor at Princeton: he has taught it 30 times, and a textbook he co-wrote is in its eighth edition. But last summer, as he transformed the class into a free online course, he had to grapple with some brand-new questions: Where should he focus his gaze while a camera recorded the lectures? How could the 40,000 students who enrolled online share their ideas? And how would he know what they were learning?
In many ways, the arc of Professor Duneier’s evolution, from professor in a lecture hall to online instructor of tens of thousands, reflects a larger movement, one with the potential to transform higher education. Already, a handful of companies are offering elite college-level instruction — once available to only a select few, on campus, at great cost — free, to anyone with an Internet connection.
Moreover, these massive open online courses, or MOOCs, harness the power of their huge enrollments to teach in new ways, applying crowd-sourcing technology to discussion forums and grading and enabling professors to use online lectures and reserve on-campus class time for interaction with students. More...

Posté par pcassuto à 11:23 - - Permalien [#]


Need to better prepare students for a future world

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Erin Millar. Universities need to do a better job of equipping young people to succeed in the 21st century, Andreas Schleicher, deputy director for education at the OECD, argued at the recent World Innovation Summit for Education, or WISE, in Doha, Qatar.
“More than ever before, skills drive our economies and they transform people’s lives,” he said. “But more education doesn’t automatically translate into better skills and better lives.”
Schleicher’s comments summarised a major theme that arose throughout the summit: how must the fundamentals of education change to address the fast-shifting needs of the globalised world with its daunting, complex problems? More...

Posté par pcassuto à 10:47 - - Permalien [#]

‘Rethinking Education’ calls for more business focus

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Alan Osborn. It’s no longer enough to leave university with a degree – even a masters – at least not in the European Union (EU). Successful graduates of the future must have the skills that equip them for the job market of the modern age, says a European Commission strategy paper released last Tuesday.
That may mean entrepreneurial talents, a sense of initiative and a good grasp of other languages on top of all else.
The European Commission claims its new strategy paper, Rethinking Education, represents “a fundamental shift in education”, with more focus on learning outcomes. More...

Posté par pcassuto à 10:46 - - Permalien [#]

24 novembre 2012

Beyond 2012: The Future We Want “To Create”

http://www.guninetwork.org/resources/bibliography/beyond-2012-the-future-we-want-201cto-create201d/image_miniPUNTENNEY, P., LYNGDOH, B., BALLHORN D., PADUA, S. (eds.) 2012. Beyond 2012: The Future We Want “To Create”. Rio de Janerio: UN CSD Education Caucus, 2012.
This publication is the United Nations Commission on Sustainable Development (CSD) Education Caucus' summary Report for Rio+20, where various team members and partners shared their observations and insights.
The primary objective of the Education Caucus is to work within the United Nations system to promote policies that support education and sustainable development. Education for sustainable development engages stakeholders on three levels: the learning individual, the learning organization, and the learning society. For more information follow this link.
Beyond 2012: The Future We Want “To Create”
The fourteen Peoples’ Sustainability Treaties, evolved through a consultative process with hundreds of civil society organizations, converged at the Rio+20 to launch a Manifesto on the final day of the summit. They have declared that another world is possible after Rio+20 and pledged their commitment to a transition toward increasingly sustainable futures on earth.
• Environmental Education for Sustainable Societies and Global Responsibility (draft for Rio+20)
• Sustainability Treaty on Higher Education (draft for Rio+20)
6. UN Higher Education Sustainability Initiative (HESI) & Declaration for Rio+20:

On the occasion of the UN Conference on Sustainable Development in 2012, the leaders of the international academic community are called upon to commit to the development of sustainable practices for Higher Education Institutions.
Since Higher Education Institutions educate and train decision makers, they play a key role in building more sustainable societies and creating new paradigms. As educational institutions, they have the mission to promote development through both research and teaching, disseminating new knowledge and insight to their students and building their capabilities. Given the objectives of Rio+20, Higher Education Institutions have a special responsibility to provide leadership on education for sustainable development.
Education for sustainable development aims at enabling everyone to acquire the values, competencies, skills and knowledge necessary to contribute to building a more sustainable society. This implies revising teaching content to respond to global and local challenges. It should also promote teaching methods that enable students to acquire skills such as interdisciplinary thinking, integrated planning, understanding complexity, cooperating with others in decision-making processes, and participating in local, national and global processes towards sustainable development.
7. Global Universities Partnership on Environment and Sustainability (GUPES) Launch
The Global Universities Partnership on Environment and Sustainability (GUPES) is a flagship project of UNEP’s Environmental Education and Training Unit (EETU). GUPES aims to promote the integration of environmental and sustainability concerns in higher education through teaching, research, community engagement and infrastructure as well as enhance student engagement and participation.
United Nations Conference on Sustainable Development, Rio+20
The United Nations Conference on Sustainable Development - or Rio+20 - took place in Rio de Janeiro, Brazil on 20-22 June 2012. It resulted in a focused political outcome document which contains clear and practical measures for implementing sustainable development.
In Rio, Member States decided to launch a process to develop a set of Sustainable Development Goals (SDGs), which will build upon the Millennium Development Goals and converge with the post 2015 development agenda.
Governments also agreed to strengthen the United Nations Environment Programme (UNEP) on several fronts with action to be taken during the 67th session of the General Assembly.
See also A/RES/66/288 - The Future We Want [Arabic] [Chinese] [English] [French] [Russian] [Spanish].

Posté par pcassuto à 17:04 - - Permalien [#]

20 novembre 2012

Ce que seront les universités à l’horizon 2020

http://www.la-croix.com/extension/lacroix_design/design/lacroix/images/contenu/logo_lacroix.gifPar Denis Peiron. La Conférence des présidents d’université (CPU) organise le vendredi 16 novembre à Paris un colloque consacré à la recherche européenne, alors que les institutions communautaires commencent à se pencher sur le programme 2014-2020.
A l’occasion de cette rencontre, intitulée « Les Universités européennes à l’horizon 2020: la diversité des excellences », Louis Vogel, le président de la CPU, analyse quelques uns des défis que devra relever l’enseignement supérieur français. Suite de l'article...
http://www.la-croix.com/extension/lacroix_design/design/lacroix/images/contenu/logo_lacroix.gif By Denis Peiron. Conference of University Presidents (CPU) organizes Friday, November 16 in Paris, a conference devoted to European research, so that the Community institutions are beginning to focus on the program from 2014 to 2020. More...

Posté par pcassuto à 14:28 - - Permalien [#]

18 novembre 2012

Les universités européennes à l’horizon 2020 - la diversité des excellences

Intervention au colloque de la C.P.U.Geneviève Fioraso s'est exprimée à l'occasion du colloque de la C.P.U. sur le thème: "Les universités européennes à l’horizon 2020: la diversité des excellences".
L'Europe est désormais pour nous tous la mesure de toutes choses
: la mesure de nos réussites scientifiques, la mesure de nos capacités de formations supérieures, la mesure de notre investissement dans l'enseignement supérieur et la recherche, et la mesure de notre capacité à relever les grands défis du 21e siècle.
L'Europe est par conséquent le tremplin qui nous permettra d'être visibles et présents à l'international
, qui permettra à la France de jouer un rôle dans le concert des grandes nations de la connaissance et de la croissance. Nous serons européens parce que nous voulons compter dans le monde, nous jouerons la carte européenne pour avoir une place internationale. Nous sommes tous ici convaincus que l'enseignement supérieur et la recherche représentent un atout décisif pour la croissance, le développement, et la compétitivité par la qualité. Et ainsi motivés nous sommes donc prêts à relever le défi de la compétition internationale. Mais comment mieux y parvenir? Je vous propose de partager quelques orientations et pistes d'actions.
En premier lieu, pour être visible à l'international, notre système d'enseignement supérieur et de recherche doit être lisible et compréhensible à l'étranger...et d'abord en France 3 300 intitulés de licence, 6 600 intitulés de master: l'offre de formation, pourtant de grande qualité, j'en suis convaincue, est tout à fait illisible pour les jeunes, leurs familles, ainsi que pour les employeurs, et plus encore quand ils viennent du monde entier. Vous le savez, c'est l'un des objets de la réflexion collective menée dans les Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche. Vous avez choisi très judicieusement de placer votre réflexion sur l'avenir des universités françaises, qui s'exprime dans le cadre des Assises que j'ai organisées, sous l'égide de ce colloque européen consacré à l'Horizon 2020, et que j'ai le plaisir d'ouvrir.
En second lieu, pour être présents à l'international, je le disais en introduction, nous ne devons pas être isolés. Nous devons nous appuyer sur des partenariats renforcés sur la base d'intérêts partagés. Avec ses partenaires européens, la France pourra constituer une masse critique plus crédible vis-à-vis de puissances industrielles comme les Etats-Unis ou le Japon, ainsi que vis-à-vis des pays émergents, des BRICs.  La demande récente de coopération scientifique, formulée par les Etats-Unis à la France, en tant que tête de pont de la programmation conjointe sur les maladies neurodégénératives, en particulier l'Alzheimer, est exemplaire de la politique que je souhaite développer. Tout comme la signature, toujours avec les Etats-Unis, d'un programme de recherche commun sur le SIDA, et dont l'annonce, lors de la conférence internationale qui s'est tenue à Washington en juillet dernier, a reçu un accueil enthousiaste. Cette même conférence a vu la présidence de l'International AIDS Society confiée à Françoise Barré-Sinoussi. Dans ces deux actions, la qualité de notre recherche s'est construite sur un partenariat européen qui a permis une collaboration équilibrée avec les Etats-Unis.
L'excellence
Sous l'intitulé "la diversité des excellences", vous avez décidé de faire porter l'accent sur deux dimensions complémentaires, d'un côté le rôle de l'université dans les éco-systèmes territoriaux européens de l'innovation, et de l'autre côté, le rôle des réformes pédagogiques et des dispositifs de réussite pour les étudiants dans l'avenir de la construction européenne. L'innovation scientifique, l'innovation d'usages, l'innovation technologique, l'innovation managériale, toutes requièrent des compétences qui trouvent leur source dans un enseignement de qualité et une recherche forte, diversifiée, connectée avec l'Europe et le monde.
Je revendique l' "excellence" pour notre enseignement supérieur et notre recherche
, mais une excellence diversifiée, plurielle et bien répartie sur tous les territoires.
Il y a de l'excellence dans les travaux et la carrière des individus quand ils accèdent à de hautes distinctions, et à des marques de reconnaissance internationale (Le Nobel, la médaille Fields, Türing) ou nationale (l'I.U.F., la médaille d'or du C.N.R.S.). Il y a de l'excellence dans le regroupement territorial des compétences qui permet d'emporter des compétitions internationales, et d'accéder aux meilleurs rangs des classements internationaux. Il y aussi de l'excellence dans la capacité des laboratoires et des établissements à trouver des solutions aux problèmes technologiques et sociétaux de notre temps, à prendre toute la place qui leur revient dans les processus de transfert et dans les éco-systèmes d'innovation. L'excellence est donc diverse : dans la formation autant que dans la recherche, dans les distinctions internationales obtenues par les individus autant que dans les "clusters" de recherche et d'innovation. Dans la formation elle est aussi diverse et doit concerner toutes les filières: les bacs-pros, technologiques et académiques, avec la même qualité, la même considération et une orientation appropriée suscitant la réussite. C'est le sens de la demande que j'ai adressée aux sections S.T.S. et aux I.U.T. pour accueillir ces sections avec un accompagnement approprié vers la recherche.
Cette diversité nécessite aussi que les systèmes d'évaluation et de classements soient adaptés. Je salue l'initiative de la Commission Européenne qui s'est dotée, avec "U-Multirank", de son propre outil d'évaluation et de classement. Un outil intelligent, qui permet de comparer ce qui est comparable, qui prend en compte les S.H.S., les taux de réussite des étudiants, le transfert vers l'industrie, la participation à l'innovation et la création d'emplois. La France doit peser de tout son poids pour que ce classement devienne une référence pour les étudiants, les enseignants, les entreprises au niveau européen et mondial. Nous devons être fiers de notre culture scientifique et académique et nous devons en assurer la promotion avec confiance et détermination.
Horizon 2020
Trois nouveautés qui convergent avec la nouvelle politique pour la recherche du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche: la simplification, la réponse aux défis sociétaux, le continuum entre recherche et innovation.
La simplification
Le 10 octobre 2012 à Luxembourg, les ministres européens de la recherche, réunis en "conseil compétitivité" ont décidé d'adopter une simplification radicale pour Horizon 2020, en se ralliant au principe d'une estimation forfaitaire simple et unifiée, pour l'établissement des financements des projets. La France a fortement soutenu cette décision qui va dans le sens de la simplification des procédures et il a fallu deux conversations téléphoniques avec ma collègue allemande, Annette Schavan pour emporter la décision. Cette simplification ne va pas à l'encontre des principes de bonne gestion, et notamment l'utilisation des coûts complets pour établir le budget d'une demande. Elle combine les deux: règles de bonne gestion en interne, et simplification des démarches à l'externe. Le conseil de compétitivité a donc choisi un modèle de financement qui permet une mise en œuvre plus rapide, plus transparente, qui libère du temps de recherche, qui réduit les risques d'erreurs et de contentieux et qui sera plus attractif pour les laboratoires publics et les PME-PMI de notre pays.
La réponse aux défis sociétaux
Nous partageons le choix des trois grandes priorités d'Horizon 2020: l'excellence scientifique, le "leadership" industriel, et les sept défis sociétaux. Et c'est pourquoi je veillerai tout particulièrement:

  • à soutenir les efforts d'harmonisation de nos programmes avec les initiatives européennes en cours dans les programmes Horizon2020, dans le dispositif des KET et l'E.I.T., pour ce qui concerne le développement des technologies de rupture et créatrices d'emplois nouveaux ; 
  • à ce que les cinq Alliances nationales de recherche assurent une articulation efficace et harmonieuse entre les stratégies et les programmations nationales de la recherche, d'une part, et les défis sociétaux définis pour Horizon 2020 en Europe, d'autre part.

L'entrée par les défis sociétaux est légitime et souhaitable, à condition qu'elle ne soit pas un instrument exclusif de pilotage de la science. La recherche fondamentale doit pouvoir librement s'exprimer et être conduite en toute indépendance, car ce sont des recherches dont les applications ne peuvent pas être prédites au moment de leur engagement. Leur impact est pourtant essentiel pour générer des innovations et ouvrir de nouveaux champs de connaissance, et elles ressourcent aussi bien notre mode de pensée pour les recherches technologiques. Mais l'articulation avec les grands défis sociétaux est tout aussi nécessaire, car elle procure à nos efforts de recherche un fondement concret, convaincant, compréhensible par l'ensemble de la population, utiles à l'emploi, au progrès.
Le continuum recherche/innovation
Le ministère a soutenu l'idée selon laquelle la recherche et l'innovation devaient être réunies dans le même programme-cadre, au bénéfice des politiques européennes de croissance et d'emploi. Pour la première fois, le programme-cadre européen contient des perspectives qui sont en faveur de la réindustrialisation des Etats membres, car il comprend désormais des financements qui couvrent les premières applications commerciales des découvertes scientifiques. Pour compléter ce nécessaire continuum, le ministère a soutenu la position de la Commission Européenne qui vise à maintenir et renforcer la complémentarité entre les financements d'Horizon 2020, d'une part, et les fonds structurels destinés à la politique de cohésion européenne, d'autre part. Il a été en effet décidé que la recommandation de la Commission porterait à 80% des fonds structurels le budget consacré à la recherche-innovation, au soutien aux P.M.E. et au développement économique sobre en carbone, notamment pour les régions d'Europe les plus "développées". Sans attendre les propositions du groupe de travail présidé par Jean-Louis Beylat et Pierre Tambourin, 15 mesures pour le transfert qui s'intègrent.
Le budget d'Horizon 2020 et les enjeux pour la France
La Commission propose une augmentation de 15,7% pour le programme-cadre. Augmenter les financements semble raisonnable du point de vue du ministère compte tenu de l'élargissement du périmètre à des activités proches du marché, des activités ciblées sur les P.M.E., et le développement de l'E.I.T. (notamment les KIC, Knowledge and Innovation Communities).
Mais la première priorité pour la France, c'est surtout d'augmenter la part des financements qui reviennent à ses propres laboratoires et à ses projets. La France est le deuxième contributeur (16,4%), après l'Allemagne (19,7%), mais elle n'est que le troisième bénéficiaire (11,8%), derrière l'Allemagne et le Royaume Uni. Le taux de retour français ne pourra être substantiellement amélioré que si nous incitons les équipes à aller chercher les financements européens. Car nous savons tous clairement aujourd'hui que notre faiblesse relative ne tient pas à un défaut de réussite, avec un taux de succès de 25%, supérieur à la moyenne européenne (autour de 20%), mais à un déficit de candidatures, notamment pour l'E.R.C.
Il faut maintenant nous organiser résolument pour aller chercher ces crédits européens. Avec la frénésie des appels à projet dans le dernier quinquennat, nos équipes de recherche ont été moins présentes au niveau européen et nous avons régressé dans nos réponses au niveau du P.C.R.D.T.. Alors que notre pays y contribue à près de 17%, en deuxième place derrière l'Allemagne, notre taux de retour a baissé de 30%. C'est dommage sur le plan financier, mais plus encore pour notre perte d'influence dans la construction d'une Europe de la recherche et de la connaissance. Nous sommes en train de mettre en place des programmes d'incitation pour les équipes et les candidats potentiels: par exemple, il est indispensable que l'A.N.R. développe des programmes d'incitation et de soutien à la compétition européenne, notamment pour les candidats ERC qui sont très proches du succès et qui ont besoin d'un accompagnement ciblé pour franchir le cap. Cette décision a été confirmée par le Conseil d'administration du 14 novembre dernier.
Erasmus pour tous
La mobilité étudiante en Europe est un enjeu de la construction européenne, mais c'est aussi un enjeu pour l'insertion professionnelle, et donc pour la réussite étudiante, et nous devons donc veiller à ce que les conditions de la mobilité soient démocratiques, c'est-à-dire qu'elle soit vraiment accessible de la même manière pour tous. Malgré une augmentation continue du nombre de mobilités de type Erasmus, elles ne concernent que 1,5% de la population étudiante totale. Et le profil socio-économique moyen des bénéficiaires de cette mobilité est plus élevé que celui de la population étudiante elle-même. Le déficit de mobilité européenne est donc également un déficit démocratique.
Pour le projet "Erasmus pour tous" la Commission demande que le budget passe de 7 à 19 milliards d'Euros. Cette augmentation permettrait principalement d'augmenter le nombre de bénéficiaires, et l'on sait bien que la démocratisation de la mobilité européenne passe d'abord par une augmentation du montant unitaire des aides, pour encourager les jeunes issus des familles modestes à en bénéficier. Erasmus pour tous n'atteindra donc les objectifs de démocratisation que si nous parvenons à mobiliser des aides complémentaires; la solution envisagée par la Commission, avec un fonds de garantie qui permettrait de mettre en place des prêts pour les étudiants en mobilité, n'est qu'un palliatif, qui ne nous satisfait pas sur le plan démocratique. L'Europe devient économique et culturelle, elle s'efforce d'être politique, elle doit être également sociale. Nous avons besoin d'être plus Européens, parce que nous souhaitons exister plus fortement à l'international pour retrouver la croissance et redresser notre pays. Cette ambition européenne et internationale doit bénéficier à la démocratisation des études supérieures. Ouvrir l'Europe et le monde à notre jeunesse et à nos étudiants, oui, c'est indispensable. Le faire également pour tous, avec les moyens d'une égalité réelle, oui, c'est un devoir.
Robert Schumann nous a montré la voie, en fondant l'Europe sur un principe de solidarité concrète:
"L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble: elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait." (Robert Schumann)
En période de crise économique, sociale, environnementale, à un moment où les équilibres dans le monde sont en pleine mutation, le renouveau européen emportera par la connaissance, l'innovation, le lien culturel me paraît plus que jamais garant de notre avenir commun. C'est à l'éducation et à recherche d'y jouer un rôle tout à fait essentiel; je vous remercie d'y contribuer.
Voir aussi Les Universités européennes à l’horizon 2020 - la diversité des excellences, Les universités européennes à l’horizon 2020 - la diversité des excellences.

Intervention at the conference C.P.U. Genevieve Fioraso spoke at the conference of the CPU on the theme: "European universities in 2020: the diversity of excellence."
Europe is now for us the measure of all things: the extent of our scientific achievements, the limits of our capacities of higher education, the extent of our investment in higher education and research, and the extent of our ability to meet the challenges of the 21st century.

Europe is therefore the springboard that allow us to be present and visible at the international level, which will allow France to play a role in the concert of nations large knowledge and growth.
We will be European because we want to count in the world, we will play the European card for a place internationally. We are all here believe that higher education and research are an important asset for growth, development and competitiveness through quality. Well motivated and we are ready for the challenge of international competition. But how best to get there? I suggest you share some guidelines and possible actions. More...

Posté par pcassuto à 13:18 - - Permalien [#]