22 décembre 2012

L’université privée portugaise de Toulon pourrait fermer ses portes

Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaireLe Centre hospitalier intercommunal, qui héberge l’antenne de l’établissement universitaire portugais, vient de décider de "résilier la convention précaire d’un an".
Le tollé suscité par l’ouverture d’une antenne de l'université portugaise privée Fernando Pessoa, en vue de former des professionnels de santé (dentistes, orthophonistes, pharmaciens), continue d’enfler. Après la colère suscitée auprès des professionnels de la santé et une action en justice de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, c’est au tour du Centre hospitalier intercommunal (CHI), qui accueille cette filiale dans un bâtiment désaffecté, de se faire entendre sur ce dossier. "On nous avait parlé de sciences humaines, mais lorsque nous avons découvert qu'il s'agissait d'études de santé, nous avons décidé de résilier la convention précaire d'un an", explique ainsi, dans le quotidien Le Monde, Frédéric Rodrigues, secrétaire général du CHI. Suite de l'article...
Directions: education, business, alternately, employment, school guidance The Centre hospitalier intercommunal, which hosts the antenna of the Portuguese university, has decided to "terminate the agreement precarious one year." The outcry by the opening of a branch of the Portuguese private university Fernando Pessoa, to train health professionals (dentists, therapists, pharmacists), continues to swell. More...

Posté par pcassuto à 00:16 - - Permalien [#]


15 décembre 2012

Université privée portugaise - le bras de fer avec l’Etat

LeMonde.frPar Isabelle Rey-Lefebvre. L'installation d'une université privée portugaise de santé à Toulon tourne à l'affrontement avec le gouvernement. Le 13 décembre, Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur, a annoncé qu'elle avait demandé à la rectrice de Nice de saisir la justice du cas de cette établissement.
L’université privée portugaise Fernando Pesao qui a ouvert, le 12 novembre, une antenne en France près de Toulon dans le Var, propose des formations en odontologie (dentiste), en pharmacie et en orthophonie. Elle compte d’ailleurs recruter jusqu’au 18 janvier lorsque les étudiants de première année des études de santé auront les résultats à leur partiels du premier semestre. Nombre d’entre eux qui, au vu de leurs résultats, pensent ne pas réussir leur première année risquent de se tourner vers cette formation privée. Celle-ci facturée au prix fort (9 500 euros par an, 7 500 pour l’orthophonie) débouche sur un diplôme portugais qui sera valable dans toute l'Union européenne. L’initiative a soulevé un tollé chez les professionnels de santé et les étudiants (voir Le Monde du 12 septembre). Suite de l'article...

LeMonde.fr By Isabelle Rey-Lefebvre. Installing a Portuguese private university health Toulon is running confrontation with the government. December 13, Geneviève Fioraso, Minister of Higher Education, announced that it had asked the Rector Nice to court case of this institution. More...

Posté par pcassuto à 18:32 - - Permalien [#]

25 juillet 2009

Les deux premiers contrats de partenariat public-privé universitaires

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la RechercheLes deux premiers contrats de partenariat public-privé universitaires ont été signés pour 226 millions d'euros, en vue de la rénovation de bâtiments et de nouvelles constructions sur les sites des universités Paris IV et Paris VII. Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a signé, vendredi 24 juillet, deux contrats de partenariat avec Georges MOLINIE, Président de l’université Paris IV et Vincent BERGER, Président de l’université Paris VII. Ce sont les deux premiers contrats de partenariat public-privé universitaires, en vue de la rénovation de bâtiments et de nouvelles constructions sur les sites des deux universités.
Ils sont l’aboutissement d’une démarche volontariste de Gouvernement en vue de développer ce type de financement innovant et moderne. A cette occasion, Valérie Pécresse a annoncé que l’Etat s’engage, dans ces deux opérations, pour un investissement global de 226 millions d’euros au bénéfice des universités parisiennes et de leurs 47 000 étudiants. Il s’agit, dans le cas de Paris IV, d’un contrat de partenariat dont les loyers seront intégralement financés par le budget du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, d’une durée de 28 ans, afin de restructurer le site de la rue Francis de Croisset dans le 18ème arrondissement. Il s’agit de porter au meilleur standard de qualité les conditions d’enseignement du site Sorbonne-Clignancourt. L’opération s’élève à un montant d’investissement de 68 millions d’euros et sera achevé à la rentrée universitaire 2013. Le programme fonctionnel comprend la démolition des bâtiments existants et la construction phasée du nouveau bâtiment de 21 000 m². 8 amphithéâtres dont un amphithéâtre de 500 places, une bibliothèque de 4500 m², un ensemble sportif de 1 500 m², un important pôle de musicologie et une cafétéria composent les parties significatives du programme. La ministre a signé, pour ce projet, un contrat avec le groupement Bouygues. Dans le cas de Paris VII, il s’agit d’un contrat de partenariat d’une durée de 30 ans, qui vise à parfaire l’implantation de l’université Paris VII dans la ZAC Tolbiac en consacrant sa sortie du site de Jussieu. Ce contrat permettra le financement, la conception, la construction et la grande maintenance, sur la ZAC Paris Rive Gauche, de quatre nouveaux bâtiments universitaires pour un montant d’investissement de 158 millions d’euros dont les loyers seront intégralement financés par le budget du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce projet d’une surface globale du projet est de 44 550 m2 sera terminée à la rentrée 2012.
Valérie Pécresse a enfin précisé que deux autres partenariats public-privé de ce type sont en cours pour permettre notamment d’accélérer deux projets: la rénovation de l’UFR de Médecine de l’Université de Versailles-Saint-Quentin, et celle du Zoo de Vincennes, pour laquelle la ministre a annoncé le déblocage de 30 millions d’euros € en subvention initiale afin de permettre au projet de se réaliser.
Ministerium für Hochschulwesen und ForschungDie beiden ersten Verträge der öffentlich-privaten Partnerschaft Wissenschaftler wurden für 226 Mio. Euro für die Renovierung von Gebäuden und Neubauten an den Universitäten Paris IV und VII Paris. Valérie Pécresse, Ministerin für Hochschulwesen und Forschung, hat am Freitag, 24. Juli zwei Partnerschaft mit Georges MOLINA, Präsident der Universität Paris IV und Vincent Berger, Präsident der Universität Paris VII. Das sind die beiden ersten öffentlich-privaten Partnerschaft, Hochschulen, über die Renovierung von Gebäuden und Neubauten auf den Internetseiten der beiden Universitäten. Valérie Pécresse hat schließlich darauf hingewiesen, dass zwei weitere öffentlich-private Partnerschaften dieser Art sind im Gange, um zu beschleunigen, insbesondere zwei Projekte: die Erneuerung der Fachbereich Medizin der Universität Versailles Saint-Quentin, und der Zoo de Vincennes, für die der Minister kündigte die Freigabe von 30 Mio. € im ersten Zuschuss um das Projekt zu realisieren. Mehr...

Posté par pcassuto à 18:00 - - Permalien [#]

22 juillet 2009

Les nouveaux partenariats Privé-Public dans l'enseignement supérieur

Revenir à l'accueil EducPros.fr, un site de l'Etudiant L'enseignement supérieur privé a connu une croissance exponentielle depuis la fin des années 1990 à travers le monde. Cette nouvelle donne, qui devrait s'amplifier, a donné lieu à des débats animés dans le cadre de la Conférence mondiale sur l'enseignement supérieur organisée à Paris par l'Unesco du 5 au 8 juillet 2009.
L'enseignement supérieur privé en pleine expansion
« Le développement de l'enseignement supérieur privé a été une solution dans certains pays pour répondre aux besoins de formation, aux besoins économiques et sociaux, mais aussi pour que les étudiants restent dans leur pays », a constaté Juma Shabani, directeur à l'Unesco pour le Zimbabwe et rapporteur de la table ronde sur le sujet intitulée « Private Higher Education : Responding to Global Demand » (L'enseignement supérieur privé : répondre à la demande mondiale). Selon les pays, les réponses à cette évolution varient allant de la mise en place d'une réglementation à la création de partenariats public-privé.
Un seul organisme d'accréditation au Maroc
« Notre pays a eu de gros besoins de formations d'ingénieurs et de commerciaux, rappelle Mokhtar Al Annaki, ancien directeur de l'enseignement supérieur au Maroc, ingénieur en génie civil devenu aujourd'hui consultant. Il était alors essentiel d'avoir des programmes communs. Pour cela, il a fallu dépasser les clichés. Le privé estime encore souvent que le public ne gère pas efficacement, le public que le privé ne se soucie pas assez de la qualité. Les établissements privés rétorquent en général qu'un budget leur est alloué et qu'ils doivent élaborer leurs programmes en fonction de ces revenus. »
Au Maroc, les autorisations d'ouverture de formations privées passent désormais par le même organisme d'accréditation que pour les formations publiques. « C'est important qu'il y ait une égalité de traitement et une même exigence au niveau de la qualité, plaide la sécrétaire générale de l'enseignement supérieur morocain. Néanmoins, il est important de se demander si le privé ne possède pas des particularités. Si l'on doit exiger un encadrement minimal quel que soit le type de formation, c'est plus difficile d'établir des critères pour la recherche applicables pour tous ? »
Return to Home EducPros.fr, en webbplats för StudentDen nya offentlig-privata partnerskap inom högre utbildning. Privata högre utbildning har ökat exponentiellt sedan slutet av 1990-talet i hela världen. Denna nya affär, förväntas öka, har lett till livliga diskussioner inom ramen för världen konferens om högre utbildning i Paris av Unesco 5-8 juli 2009. Privata högre utbildning ökar
"Utvecklingen av privata högskolor var ett alternativ i vissa länder för att uppfylla de behov av utbildning, den ekonomiska och sociala behov, men även för studerande att stanna kvar i sitt land, säger Juma Shabani, direktör vid Unesco för Zimbabwe och föredragande i rundabordssamtal på temat med rubriken "Personlig Högskoleverket: Som svar på den globala efterfrågan" (Private högre utbildning: att den globala efterfrågan).
Beroende på land, svaren på dessa förändringar varierar från att inrätta regler för skapandet av offentlig-privata partnerskap.
En enda ackrediterande organet i Marocko

"Vårt land har varit i behov av utbildning av ingenjörer och försäljare, sade Mokhtar Al annak, tidigare chef för högre utbildning i Marocko, civilingenjör, numera konsult.
För att göra detta, det tog mer än klichéer. Den privata sektorn fortfarande anser att allmänheten ofta inte lyckas effektivt, den offentliga och den privata inte bryr sig tillräckligt med kvalitet. Privata institutioner generellt hävda att en budget går till och de måste utveckla sina program utifrån inkomst." Mer...

Posté par pcassuto à 14:53 - - Permalien [#]
Tags :