27 février 2013

Interview exclusive de Thierry Repentin

http://www.centre-inffo.fr/squelettes/img2/actualite-bouton.jpgActe III de la décentralisation: « Dans le cadre de la gouvernance du SPO, il faut mettre tous les acteurs autour de la table. » Gouvernance du service public de l’orientation, rôle futur du CCREFP et du CNFPTLV, gestion du FSE (Fonds social européen)... Alors que tous les arbitrages ne sont pas encore faits sur projet de loi relatif à l’acte III de la décentralisation, Thierry Repentin, ministre de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage a évoqué les pistes envisagées dans un entretien exclusif accordé au Quotidien de la formation, lundi 25 février. Suite...
http://www.centre-inffo.fr/squelettes/img2/actualite-bouton.jpg Act III of decentralization: "As part of the governance of the SPO must put all the players around the table". More...

Posté par pcassuto à 14:26 - - Permalien [#]


08 février 2013

Discours du Président de la République au Collège de France

http://www.elysee.fr/assets/_resampled/df93da0cb7bdff97c06a7d1cfc26f5db39a69354.JPGCérémonie au Collège de France, en l’honneur de Serge HAROCHE, prix Nobel de physique
Au Collège de France, le Président de la République a rendu hommage à Serge HAROCHE, Prix Nobel de physique, ainsi qu'à la recherche et à l'enseignement supérieur français.
Le discours

Je ne sais pas lequel de Serge HAROCHE ou de moi-même est le plus impressionné. Lui de me recevoir ici au Collège de France, dont je suis, par les fonctions que j’exerce, le protecteur; et moi-même, venant ici dans cet amphithéâtre où tant de personnages illustres ont pu diffuser la connaissance et le savoir.
Il n’est sans doute pas de plus grand honneur pour un pays que de voir l’un de ses ressortissants recevoir le prix Nobel. Serge HAROCHE, vous nous avez donné cette fierté il y a quelques mois. Cette distinction récompensait vos qualités de chercheur, l’ampleur de vos découvertes, le prestige de votre laboratoire – vous l’avez rappelé – puisqu’avant vous Alfred KASTLER et puis Monsieur COHEN-TANNOUDJI qui est ici ont reçu la plus haute distinction. Mais c’est l’enseignant exceptionnel qui était également consacré par le prix. Texte intégral du discours.
http://www.elysee.fr/assets/_resampled/df93da0cb7bdff97c06a7d1cfc26f5db39a69354.JPG Ceremony at the Collège de France, in honor of Serge Haroche, Nobel Prize in Physics
At the Collège de France, the President paid tribute to Serge Haroche, Nobel Prize in Physics, as well as research and French higher education.
Speech

I do not know which of Serge Haroche or myself is the most impressive
. More...

Posté par pcassuto à 18:09 - - Permalien [#]

26 décembre 2012

Le Président de l’AFCCRE, Alain JUPPE, rencontre Pascal CANFIN, Ministre délégué au Développement

Mercredi 19 décembre, Alain JUPPE, Président de l’AFCCRE, et Christophe CHAILLOU, Directeur général, ont pris part à un déjeuner organisé au Ministère des Affaires étrangères à l’invitation de Pascal CANFIN, Ministre délégué au développement.
Etaient également présents Henri BEGORRE, Maire de Maxeville, et Bertrand GALLET, Directeur général de CUF, Bruno BOURG BROC, Député-maire de Châlons-en-Champagne, et Nicole FEIDT, Maire de Toul, au nom de l’AMF, Jean-Paul BACHY, Président du Conseil régional de Champagne-Ardenne, Président de la Commission Affaires internationales et coopération décentralisée de l’ARF, ainsi que Claudy LEBRETON, Président du Conseil général des Côtes-d’Armor, Président de l’ADF, et André VIOLA, Président du Conseil général de l’Aude, Président de la Commission Affaires internationales de l’ADF.

Organisée dans le contexte des Assises du Développement et de la Solidarité Internationale, à la veille de la publication du rapport d’André LAIGNEL sur la coopération décentralisée et en amont de la prochaine réunion de la CNCD qui se tiendra le 29 janvier prochain, cette rencontre a permis aux associations nationales de collectivités territoriales d’échanger avec le Ministre CANFIN sur les aménagements à apporter au rapport Etat/collectivités territoriales en matière de coopération décentralisée.
Alain JUPPE succède à Louis LE PENSEC à la Présidence de l’AFCCRE
Alain JUPPE
, ancien Premier Ministre, Maire de Bordeaux, a été élu Président de l’Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe, à l’occasion du Comité Directeur de l’Association réuni mercredi 12 décembre 2012 au Sénat. Le Maire de Bordeaux succède ainsi à Louis LE PENSEC, en fonction depuis 1999 et désormais Président d’Honneur, qui souhaitait un renouvellement à la Présidence de l’AFCCRE. L’ancien Ministre est revenu sur les nombreux défis auxquels l’Association a su faire face au cours de ces 13 années, mais aussi sur les réussites.  Il se réjouit notamment « d’avoir contribué à mieux faire entendre la voix des collectivités territoriales en Europe. Force est de constater que cette voix est désormais l’un des éléments incontournable dans la gouvernance européenne et mondiale ».
Alain JUPPE
a tenu à saluer l’action de Louis LE PENSEC en soulignant « sa rigueur, son engagement et son grand sens diplomatique à la tête de l’AFCCRE ».  Il a rappelé que cette alternance s’inscrit dans le respect de la tradition de pluralisme et des équilibres politiques, géographiques et territoriaux indispensables au sein d'une Association comme l’AFCCRE.
Devant les membres du Comité directeur, le Maire de Bordeaux a tenu à redire sa « foi en l’Europe », affirmant que « nous avons été trop loin dans la construction pour ne pas aller plus loin ». Il a  tenu à délivrer un message d’optimisme quant à l’avenir en concluant que « la crise ne résistera pas à l’Europe ».
M. JUPPE
succède ainsi aux différents Présidents qui ont marqué l’histoire de notre Association: Edouard HERRIOT, Gaston DEFFERRE, Jacques CHABAN-DELMAS, Michel BARNIER et Louis LE PENSEC.
Pierre DE SAINTIGNON, 1er Vice-Président de la Région Nord-Pas-de-Calais, 1er Adjoint au Maire de Lille, a quant à lui été élu Président Délégué, aux côtés de Philippe LAURENT, Maire de Sceaux, déjà Président Délégué.
De nombreuses personnalités étaient présentes parmi lesquelles Wolfgang SCHUSTER, Maire de Stuttgart, Président du CCRE, Jacques PELISSARD, Député-Maire de Lons-le-Saunier, Président de l’AMF et Michel DELEBARRE, Sénateur-Maire de Dunkerque, Président de CUF.

Alain Juppé succeeded Louis LE PENSEC the Presidency AFCCRE
Alain Juppé, former Prime Minister, Mayor of Bordeaux, was elected President of the French Association of the Council of European Municipalities and Regions of Europe, on the occasion of the Executive Committee of the Association met Wednesday, December 12, 2012 to the Senate. Mayor of Bordeaux succeeds Louis LE PENSEC, in office since 1999 and now Honorary President, who wanted a renewal Presidency AFCCRE. The former Minister reneged on the many challenges the Association has coped during those 13 years, but also successes. More...

Posté par pcassuto à 18:28 - - Permalien [#]

21 décembre 2012

Fioraso élue présidente de la CPU

http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpgBlog Educpros de Pierre Dubois. Geneviève Fioraso ne pouvait rêver mieux: le trio conduit par Jean-Loup Salzmann a été élu au bureau de la CPU par 56 voix contre 42 au trio Guy Cathelineau (communiqué de la CPU). Mais encore une fois une instance nationale “unie, forte et indépendante”, use d’une communication tronquée.
La CPU compte 128 membres; il n’y a eu que 98 votants; l’équipe de Jean-Loup Salzmann n’a donc recueilli que 43,8% des voix des électeurs inscrits! Les 30 autres présidents étaient-ils absents? Combien de présents ont voté “blanc”? 14? Comme le nombre de présidents qui ont demandé à la Ministre de “reprendre dans le budget de l’État la masse salariale des fonctionnaires travaillant dans l’enseignement supérieur”? Actualisation à 19 heures 20. Lettre de la CPU du 20 décembre 2012: elle précise enfin la composition du corps électoral: 103 électeurs seulement (les PRES ne sont qu’associés).
La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ne veut pas toucher aux fondamentaux de la loi LRU, à savoir aux responsabilités et compétences élargies (chronique: Assises, un rapport consternant). Elle trouve dans le nouveau bureau de la CPU un allié de choix, qui viendra renforcer l’équipe de ses conseillers ex-présidents. Elle va donc, de fait, présider la CPU car le bureau Salzmann est composé de trois présidents réélus: ils ont mis en œuvre sans vergogne la LRU dès 2008. Leur profession de foi réussit le tour de force de ne pas mentionner cette loi! Touche pas à ma LRU! Suite de l'article...
http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpg Blog Educpros Pierre Dubois. Fioraso Genevieve could not dream better: the trio led by Jean-Loup Salzmann was elected to the office of the CPU by 56 votes against 42 the trio Guy Cathelineau (press the CPU). But once again a national authority "united, strong and independent" use of a communication truncated. The CPU has 128 members, there were only 98 voters, the team of Jean-Loup Salzmann has therefore received only 43.8% of the votes of registered voters! The other 30 presidents were missing? How present voted "white"? 14? As the number of presidents who have asked the Minister to "take over the state budget payroll staff working in higher education?" More...

Posté par pcassuto à 23:58 - - Permalien [#]

04 décembre 2012

ÉSPÉ - Lettre ouverte des directeurs d’IUFM au Président de la République

http://www.cdiufm.fr/IMG/siteon0.jpg?1303217576Monsieur le Président,
La refondation de l’École de la République est à l’ordre du jour. Dans ce cadre, la question de la formation des enseignants est un élément majeur qui sera défini par la loi d’orientation et de programmation pour l’École et par différents textes réglementaires. Concernant la structure de formation des enseignants et la création des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), ces textes en préparation posent plusieurs problèmes.
Nous notons les mesures positives contenues dans les premiers arbitrages, notamment la mention unique du master des Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation (MEEF) applicable à l’ensemble des formations d’enseignants; le renforcement statutaire des futures Écoles supérieures du professorat et de l’éducation; la modification prévue des contenus des concours de recrutement dans le sens d’une professionnalisation affirmée.
Cependant, concernant la méthode et la conduite du changement, nous attirons solennellement votre attention: les textes en préparation ne permettent pas d’assurer les engagements que vous avez pris et poursuivraient, s’ils étaient validés, les mouvements engagés en 2009 avec la réforme, telle qu’elle a été mise en œuvre, dans le sens d’une déconstruction du potentiel de formation, d’une absence de professionnalisation des filières universitaires et d’une conception de la formation inadaptée aux enjeux de la refondation. Les experts et les responsables que nous sommes, confrontés aux logiques des acteurs locaux pendant la période précédente, ont pu mesurer toute la difficulté à maintenir la garantie d’équité sur le territoire et des logiques pertinentes de formation.
Il faut maintenant, et avant tout, des textes qui portent un projet global de formation et que l’université se l’approprie: ce n’est pas le cas du texte sur l’accréditation des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation tel qu’il nous a été présenté et qui, à ce jour, ne peut suffire à mettre en marche la réforme.
Les directeurs d’IUFM ont souligné dès novembre 2011, dans leurs vingt-deux propositions, les conditions d’une refondation de la formation des enseignants. Il est impératif que soient:
-  créées des Écoles universitaires et professionnelles dans le cadre d’un projet ambitieux porté par l’Université. La loi créant les ÉSPÉ doit affirmer leurs missions en termes de capacité à concevoir, coordonner et mettre en œuvre les formations d’enseignants. Elle doit indiquer leur statut juridique, selon un article spécifique à ce type d’école, et préciser les conditions d’affectation de ressources pour la formation initiale et continue des enseignants;
-  stipulés, dans un processus d’accréditation conjointe, postérieur à la création des ÉSPÉ, les éléments contractuels définis entre les deux ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche;
-  instauré le diplôme de master, mention MEEF, porté par l’ÉSPÉ au nom de l’établissement d’enseignement supérieur qui délivre le diplôme;
-  précisé que les étudiants inscrits dans ce diplôme sont accueillis dans l’ÉSPÉ.
Les IUFM ont toujours montré leur capacité à mettre en œuvre les réformes successives. Ils seront en mesure d’accompagner cette nouvelle réforme si les conditions ci-dessus sont mises en œuvre, pour la rentrée 2013. Dans l’hypothèse où ce ne serait pas le cas, les plus grandes difficultés se révéleraient dans la transition des IUFM vers les ÉSPÉ.
Nous vous prions de bien vouloir croire, Monsieur le Président, en notre plus profond respect et en notre attachement à la cause de l’École de la République. Le 3 décembre 2012, les 32 directeurs d’IUFM.
Télécharger la lettre ouverte des directeurs d’IUFM au Président de la République

http://www.cdiufm.fr/IMG/siteon0.jpg?1303217576 Mr. President,
Rebuilding the School of the Republic is the order of the day. In this context, the issue of teacher training is a key element that will be defined by the law of orientation and programming for the School and various regulations. Concerning the structure of teacher training and the creation of higher schools of the teaching and education (ESPE), these texts in preparation several problems. More...

Posté par pcassuto à 11:21 - - Permalien [#]


01 décembre 2012

La difficile construction d'une politique de formation territorialisée

Par Jules Simha, Carole Tuchszirer. Les régions, aujourd’hui compétentes en matière de formation professionnelle des demandeurs d’emploi, s’efforcent d’adapter leurs actions au plus près des besoins de leurs populations. Pour poursuivre cet effort, elles s’engagent dans la voie de la « territorialisation ».
La mise en place par le conseil régional d’Île-de- France d’un programme qualifiant territorialisé, porté localement par les communautés d’agglomération, laisse apparaître les difficultés à appréhender les contours du « territoire pertinent » en matière de régionalisation de la formation.
Trois exemples illustrent ces difficultés, et chacun souligne à quel point le « territoire pertinent » ne peut être désigné à partir d’un seul et unique critère tel que le partenariat local, l’espace géographico-administratif ou le projet. En définitive, seule une conjonction de ces trois dimensions semble en mesure d’en faire avancer la définition. Télécharger Connaissance de l'emploi n°95.
Objet de réformes successives depuis la loi fondatrice de juillet 1971, la formation professionnelle est parfois considérée comme le remède à de nombreux maux sociétaux (Brucy, 2007). Son évolution semble attester, de la part des acteurs publics, d’un effort croissant pour l’adapter aux besoins du marché du travail, des entreprises et des demandeurs d’emploi. Les régions, reconnues (au fil des lois de décentralisation) compétentes en matière de formation professionnelle des demandeurs d’emploi, et dont le rôle s’est progressivement renforcé, s’inscrivent dans ce contexte et cherchent, chacune, les moyens de parvenir à cet ajustement. Elles paraissent converger vers une volonté de « territorialiser » leur politique de formation professionnelle, c'est-à-dire de tenir compte des spécificités des « territoires » dans la construction de leur catalogue d’actions.
Si l’idée de « territorialisation » semble bien partagée, elle ne saurait occulter les nombreux problèmes que soulève la définition du « territoire », notion polysémique souvent associée à un discours louant les vertus de la proximité (Autès, 2000). À ce titre, la création et l’opérationnalisation, par la région Île-de-France, d’un programme qualifiant territorialisé (PQT) laissent apparaître les difficultés à appréhender les contours de cette réalité abstraite: qu’est-ce qu’un territoire? À partir de quels critères et selon quelle méthode en déterminer la pertinence?
Les enjeux d’un programme de formation mieux « régionalisé »

En premier lieu, il convient de préciser que le conseil régional d’Île-de-France (Crif) a longtemps articulé sa politique de formation professionnelle uniquement à son programme de formation régional. À l’inverse de l’idée de territorialisation, ce dernier adopte une vision globale des besoins en formation professionnelle et les traite, en conséquence, au niveau régional, c'est-à-dire sans que les acteurs locaux (agence Pôle emploi, mission locale, maison de l’emploi, Plie, organisme de formation, etc.) y soient associés. Le résultat renvoie, selon les propos d’un représentant du Crif, à la métaphore d’un « paquebot formation régionale »: ce programme, bien que conséquent, souffrirait d’un manque de souplesse et d’une difficu l té à capter les spécificités locales de la demande de formation. Autrement dit, « le paquebot[aurait] du mal à desservir les criques », et certains besoins ne seraient pas pourvus.
Le processus de territorialisation vise à l’inverse à mettre en oeuvre des actions élaborées à partir des besoins en emplois locaux, en prenant en compte les obstacles à la formation (transports, garde d’enfants, illettrisme, etc.). Mais cette dernière doit aussi faire l’objet d’une démarche globale, articulée à des enjeux de développement économique. Dans cette perspective, l’Île-de-France, à l’instar d’autres régions, décide de s’engager dans la voie de la territorialisation afin de compléter son programme de formation régional.
Cette nouvelle ligne directrice prend la forme, fin 2008, du « programme qualifiant territorialisé » (PQT, cf. encadré 1). Présenté par le Crif comme un outil novateur, le PQT est censé faire inter venir les acteurs locaux dans l’identification des besoins de formation et dans la construction d’une offre adaptée. Le partenariat entre ces derniers et la région répondrait à la logique de contractualisation. Aussi, afin de pouvoir contractualiser avec les acteurs locaux, le Crif demande-t-il à ces derniers de se structurer autour d’un « porteur », une entité cosignataire, juridiquement capable de s’engager avec la région, de gérer les questions quotidiennes posées par le PQT et de recevoir les subsides régionaux nécessaires à l’élaboration d’une nouvelle action de formation.
Or, le conseil régional a lui-même désigné l’entité à son sens la plus appropriée au moment de la conceptualisation du PQT: la communauté d’agglomération. Ce faisant, il tranchait implicitement la question du choix de la maille territoriale. Ainsi, le choix de la communauté d’agglomération comme entité porteuse du PQT revient à considérer celle-ci à la fois en tant qu’espace géographico-administratif (délimité par ses frontières avec les communes avoisinantes) et en tant que collectif d’acteurs. Toutefois, en parallèle, le conseil régional souligne que « le territoire pertinent est celui qui correspond au projet », sans chercher, par ailleurs, à définir ce dernier. Espace géographique, acteurs et projet participeraient alors à l’émergence d’une définition du « territoire » pertinent en matière de « régionalisation » de la formation professionnelle. Télécharger Connaissance de l'emploi n°95.

Με Jules Simha, Carole Tuchszirer. Περιφέρειες τώρα αρμόδια επαγγελματικής κατάρτισης για άτομα που αναζητούν εργασία, προσπαθούν να προσαρμόσουν τις δράσεις τους στις τοπικές ανάγκες των πληθυσμών τους. Για να συνεχιστεί αυτή η προσπάθεια, θα ξεκινήσει την πορεία της «εδαφικότητας».
Εφαρμογή από το Περιφερειακό Συμβούλιο της territorialized Ile-de-France κλήση του προγράμματος, πραγματοποιείται σε τοπικό επίπεδο από τις κοινότητες οικισμό αποκαλύπτει τις δυσκολίες να κατανοήσουν το περίγραμμα του «οικείο έδαφος" για την περιφερειοποίηση της εκπαίδευση.
Τρία παραδείγματα δείχνουν τις δυσκολίες αυτές, και κάθε τονίζει πως η «σχετική επικράτεια" δεν μπορεί να προσδιοριστεί από ένα και μόνο κριτήριο, όπως τοπικές εταιρικές σχέσεις, γεωγραφικές και διοικητικές χώρο ή έργου. Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 22:44 - - Permalien [#]

18 novembre 2012

Injurious visa rules irk Miliband

Click here for THE homepageBy Chris Parr. Ex-foreign secretary decries border policy debarring lucrative overseas students. Chris Parr reports
"Boneheaded" government immigration policy is jeopardising the higher education sector by deterring international students from UK study, former foreign secretary David Miliband has said.
Prime Minister David Cameron has pledged to reduce net migration to under 100,000 by the next general election. Although the Office for National Statistics has announced it will publish disaggregated net migration figures that do not include international students, they will still be included in the overall numbers against which this target is measured.
Mr Miliband said that the government was "pursuing this political slogan of reducing immigration to tens of thousands" at the expense of developing a "sensible" immigration policy. More...

Posté par pcassuto à 11:12 - - Permalien [#]

17 novembre 2012

Fioraso aux 14 présidents - “non!”

Blog Educpros de Pierre Dubois. http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpgSuite de la chronique "Les RCE, enfin, contestées!". Geneviève Fioraso, dans une lettre du 15 novembre 2012, rejette la demande des 14 présidents. Refus de "reprendre la gestion de la masse salariale et des postes des personnels titulaires". Refus de remettre en question les Responsabilités et compétences élargies.
Deux pages et demie pour finir par dire: "je suis convaincue que l’autonomie des universités dans une perspective de coopération et d’émulation est la seule solution pour asseoir durablement la position internationale de l’ensemble de notre système d’enseignement supérieur et de recherche, et pas seulement de quelques sites et de quelques établissements prestigieux".
Bref, la Ministre ne veut pas voir que des universités, même d’excellence comme Strasbourg, ont des difficultés financières durables et insurmontables. Cela commence à ressembler à de l’autisme!
Que pense la CPU de la demande des 14 présidents et de la réponse de la Ministre? Rien! Les deux lettres ne figurent pas sur son site. La lettre de la CPU du 16 novembre invite à suivre en direct le colloque "Les Universités européennes à l’horizon 2020: la diversité des excellences". Dans sa contribution pour les Assises, la CPU ne remet pas en question les RCE.
Le prochain bureau de la CPU (président et 2 vice-présidents) sera élu dans un mois. Il est temps, pour les 14 présidents qui en ont “ras-le-bol” et pour les présidents qui les approuvent, de proposer une alternative à l’équipe présidentielle, conduite par le président Salzmann, favorable à la poursuite des Responsabilités et compétences élargies (RCE).
Blog Educpros Pierre Dubois. http://blog.educpros.fr/pierredubois/files/2012/01/duboismanifnovembre-copie.jpg Following the chronic "NCEs finally challenged". Genevieve Fioraso, in a letter dated November 15, 2012, rejected the application of the 14 presidents. Refusal to "take over the management of payroll and personnel holding positions." Refusal to question the competence and responsibilities expanded.
Two and a half pages to finish by saying: "I am convinced that the autonomy of universities in a context of cooperation and competition is the only way to establish a sustainable international position of our entire system of higher education and research, not just a few sites and some prestigious institutions."
More...

Posté par pcassuto à 11:31 - - Permalien [#]

25 octobre 2012

Le gouvernement recrute des chercheurs pour aider les entreprises

L'actualité industrielle en ligne - INFO24/7 L'Usine NouvellePar Elena Bizzotto. Un recrutement de chercheurs, scientifiques et ingénieurs sera lancé dès janvier 2013 à Bordeaux, Nantes et Toulouse. Le but: augmenter la compétitivité des entreprises grâce aux technologies innovantes.
L’initiative, lancée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault lundi 15 octobre, vise les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) pour lesquelles un accès aux dernières technologies pourrait être bénéfique en matière de compétitivité...
Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique saluent le lancement de cette initiative dans un communiqué diffusé lundi 15 octobre. Voir l'article entier...
L'actualité industrielle en ligne - INFO24/7 L'Usine Nouvelle Με την Έλενα Bizzotto. Μία πρόσληψη ερευνητών, επιστημόνων και μηχανικών θα ξεκινήσει τον Ιανουάριο του 2013 στη Νάντη Μπορντό και Τουλούζ. Ο στόχος: να αυξηθεί η ανταγωνιστικότητα των επιχειρήσεων μέσω καινοτόμων τεχνολογιών.
Η πρωτοβουλία, που ξεκίνησε από τον Πρωθυπουργό Jean-Marc Ayrault Δευτέρα 15 Οκτωβρίου, απευθύνονται σε μικρές και μεσαίες επιχειρήσεις (ΜΜΕ) και των μεσαίων επιχειρήσεων (ΕΠΔ) για τις οποίες η πρόσβαση στις τελευταίες τεχνολογίες θα μπορούσε να είναι επωφελής από την άποψη της ανταγωνιστικότητας
Περισσότερα...

Posté par pcassuto à 23:54 - - Permalien [#]

13 octobre 2012

Allocution de Thierry Repentin en direction du réseau des CARIF-OREF

http://www.prao.org/medias/photo/thierry-repentin_1349250579126.jpgLa retranscription du film diffusé lors des Rencontres Intercariforef de Toulouse, des 27 et 28 septembre 2012, est disponible en téléchargement (pdf). Allocution filmée en direction du réseau des CARIF-OREF de M. Thierry Repentin, Ministre délégué à la formation professionnelle et à l'apprentissage. Téléchargez la retranscription.
« Bonjour à tous,

L’adoption du projet de loi relatif aux emplois d’avenir, ainsi que le Conseil des Ministres qui est prévu exceptionnellement un vendredi, ce vendredi 28 septembre au matin, ne m’ont pas permis d’être, à l’occasion de votre rassemblement, à vos côtés. Croyez que je le regrette sincèrement. Pourquoi  Parce que nous avons énormément de choses à faire ensemble, et nous trouverons donc rapidement une autre occasion d’échanger autour des enjeux stratégiques du prochain acte de décentralisation.
Les CARIF-OREF auront effectivement un rôle central et stratégique à assumer sur le territoire régional au service de l’information, de l’accès à la formation, de sa qualité, des diagnostics au besoin de développement des compétences, mais également de l’appui au suivi et à l’évaluation des CPRDFP dont vous avez ici bien sûr accompagné l’adoption.
Je sais aussi que l’acte 3 de la décentralisation peut nourrir quelques inquiétudes parmi vous. Sans que je puisse, évidemment, encore en dire beaucoup car les discussions demeurent au sein du Gouvernement sur le sujet. Soyez convaincu que votre positionnement en appui de la Région, de l’Etat, mais également du CCREFP, vous assurera un rôle encore plus stratégique demain qu’aujourd’hui. Regardons ensemble la situation.
L’Etat gardera, comme cela a été annoncé, la compétence « emploi », mais, il a le souci de repenser ses missions, particulièrement sur les territoires. Ainsi, les Conseils régionaux verront leur compétence en matière de formation professionnelle confortée. Ces deux politiques publiques poursuivent des objectifs communs de développement économique des territoires et la création d’emplois. Qu’est-ce que cela signifie ?
Qu’un réseau comme le vôtre, qui bénéficie déjà de cette spécificité de produire des relations entre l’Etat et les Régions dans le champ « emploi-formation », doit demain, naturellement jouer un rôle particulier au service de la coordination de ces politiques. Par ailleurs, que la fonction d’observation du lien entre emploi-formation, au sein des territoires, va devenir de plus en plus importante. Un travail que vous avez réalisé pour accompagner la création des CPRDFP a été salué par tous. Cette expertise conditionne largement la pertinence des politiques publiques qui ont été ensuite mises en oeuvre. Elle ne peut donc que devenir de plus en plus importante.
Quant au travail autour de l’information et de l’accès à la formation, mais aussi, le contrôle de la qualité des formations dispensées sur le territoire, il ne peut lui aussi, que gagner en importance au service du service public de la formation professionnelle que j’appelle de mes voeux et du futur Compte individuel de la formation dont le Président de la République a demandé la création et sur lequel vous le savez, j’ai saisi le CNFPTLV pour qu’il produise des scénarios de faisabilité à l’échéance du début d’année 2013.
Je veux aussi vous dire que je sais que lors de la période qui vient de s’achever, vous avez eu le sentiment, peut-être, de ne pas avoir été suffisamment entendu et écouté. Je sais que le projet de base de données sur l’offre de formation, appelé désormais Dokelio, a notamment généré beaucoup de frustrations, d’inquiétudes, parce que ce projet induit la saisie des offres de formation par les organismes de formation eux-mêmes, et que vous n’avez pas clairement perçu la mission qui est attendue de vous dans la mise en oeuvre du projet.
La priorité est de réparer ce défaut de concertation. C’est d’autant plus important, qu’après avoir expertisé ces travaux, je suis personnellement convaincu de la nécessité d’un tel projet. De nombreux rapports ont souligné ces dernières années la nécessité de disposer d’une banque de données la plus exhaustive possible sur l’offre de formation continue, et à partir de là, sur la nécessité d’un outil commun de prescription. Tous les participants à ce projet, présents à l’occasion de la grande Conférence sociale, ont convenu de la nécessité de disposer d’un outil commun de recensement de l’offre et de prescription des places. C’est le sens du projet Dokelio.
Dokelio, c’est une base de données sur l’offre de formation permettant aux prescripteurs d’actions de formation, tels que Pôle emploi, les Missions locales, les Cap emploi ou l’APEC, de disposer de l’ensemble des informations nécessaires pour faciliter l’entrée en formation des demandeurs d’emploi et notamment la visibilité des places disponibles. Dokelio est aussi un espace partagé permettant de garantir à chaque acteur de la formation, l’accès à l’information dont il a besoin sans devoir créer d’autres passerelles informatiques.
Cette base de données sur l’offre de formation a vocation demain, c'est-à-dire en fait, dans le courant du premier semestre 2013, à se substituer aux systèmes actuels d’échange d’informations constitués de flux régionaux non homogène en terme de contenu que partagent les acteurs de la chaîne d’accès à la formation des demandeurs d’emploi, que sont les Conseils régionaux, vous-mêmes, les membres du SPE et les organismes de formation.
La mise en place de ce système national d’information sur l’offre de formation poursuit un triple objectif qui est au coeur de la politique que ce Gouvernement entend mettre en place pour améliorer l’accès des demandeurs à la formation. D’abord un objectif d’efficacité des politiques d’accompagnement vers le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi sur le volet de l’offre de formation, en facilitant la prescription de la formation. Le bénéficiaire de la formation doit ainsi pouvoir entrer plus rapidement dans la formation répondant à son besoin.
C’est aussi un objectif de lisibilité et d’accessibilité, pour chaque acteur, des informations qualitatives et quantitatives relatives à l’offre de formation professionnelle dans un paysage marqué par, il faut bien le reconnaître, une grande diversité des acteurs. Connectée au site internet « Orientation pour tous », la base de données permettra ainsi à chacun, de connaître l’offre de formation financée dans le cadre de programmes publics ou non répondant à son besoin. C’est aussi un objectif d’équité très important entre les territoires, afin de dépasser les effets de frontières qui sont liés au périmètre régional et d’assurer une qualité de prestation homogène sur l’ensemble du territoire national.
La possibilité de trouver et de bénéficier de la formation répondant à son besoin sera sensiblement ainsi facilitée.
Ce système national ne doit pas être évidemment considéré comme construit contre vous. Les CARIF-OREF resteront les garants de la qualité de l’offre de formation saisie en ligne. Ils seront les interlocuteurs directs des organismes de formation pour les aider à mieux saisir leur offre. L’offre ne devient visible par les prescripteurs qu’une fois votre validation donnée.
Enfin ce dispositif n’a pas vocation à se substituer aux systèmes d’information actuellement utilisés en région qui disposent souvent de fonctionnalités propres de gestion des achats ou des prescriptions. Dokelio ne vise qu’à réunir un ensemble de données homogènes à l’échelle nationale, et à dialoguer avec des systèmes d’information régionaux pour les besoins particuliers des acteurs territoriaux. Il peut aussi s’interfacer avec des systèmes d’information régionaux qui préexisteraient.
Vous l’aurez compris, l’Etat entend que cet outil se mette en place rapidement au regard des enjeux majeurs qu’il recouvre. Il souhaite le faire cependant dans un cadre clair de coopération, de partenariats, avec tous les acteurs et en premier lieu avec vous.
C’est pourquoi, j’ai décidé de modifier la gouvernance du projet qui vient d’être réorganisée. Mon cabinet assure ainsi désormais le pilotage stratégique du projet. Il préside les réunions du Comité d’orientation du projet qui réunira désormais l’ensemble des acteurs et utilisateurs du projet: les Régions, l’Intercariforef, les partenaires sociaux, les prescripteurs (Pôle emploi, les Missions locales, l’APEC, l’AGEFIPH…) bien évidemment la DGEFP en leur qualité de MOA du projet Dokelio, Centre Inffo en qualité de MOE du projet. Enfin, un Comité technique réunit les experts métiers et les informaticiens de chacun des acteurs que je viens de citer.
J’ai en outre écrit en début de semaine à l’ensemble des Présidents de région pour leur présenter le projet et sa nouvelle gouvernance.
J’ai aussi communiqué à Vincent Merle, votre Président, un question-réponse sur le projet, qui doit vous être distribué. Et surtout, j’ai décidé la mise en place d’une phase test à partir du mois d’octobre 2012, dans 6 régions, afin de permettre à l’ensemble des acteurs concernés, de contribuer très opérationnellement, à la stabilisation des conditions de déploiement et de s’approprier l’outil. A cette occasion, l’ensemble des fonctionnalités disponibles de Dokelio seront ainsi présentées. Les propositions d’amélioration ou les besoins non couverts, identifiés à cette occasion seront étudiés pour améliorer la cible des services rendus par Dokelio. Cette phase test sera l’occasion de répondre aussi à toutes vos interrogations, et je n’en doute pas, de profiter en retour de votre expérience pour aussi améliorer cet outil.
Vous le voyez, ma priorité, elle est désormais d’associer à ce projet les Régions et votre réseau, de travailler en équipe, si vous me permettez cette expression un peu familière. Il n’est pas question, en tout état de cause, de faire cet outil contre vous, mais bien, avec vous. Au service de nos enjeux communs d’amélioration et de facilitation de la prescription de formation des demandeurs d’emploi et de transparence du marché de la formation. L’accès des demandeurs d’emploi à la formation, je le redis, c’est un enjeu majeur pour ce Gouvernement. La table ronde « formation » de la grande Conférence sociale a montré que cet enjeu était aussi, et bien logiquement, partagé avec les partenaires sociaux. Il doit au-delà, mobiliser tous les acteurs. Il appelle la coopération de tous dans la clarté, dans la transparence.
J’ai demandé à mon cabinet d’être totalement à l’écoute de votre association pour apporter des réponses à toutes les difficultés qui interviendront dans la conduite de ce projet qu’il nous faut mener ensemble à bien. Et dans cette mission, dans cet objectif, je sais pouvoir compter sur vous et je vous le redis, je serai à l’écoute de vos conclusions. »
ASSOCIATION DU RESEAU DES CARIF-OREF, Association loi 1901 - Siège social: 16 avenue Jean Moulin - 75014 Paris.
Voir aussi Rencontres inter-régionales des Carif-Oref, Rencontres inter-régionales des Carif-Oref.

http://www.prao.org/medias/photo/thierry-repentin_1349250579126.jpg The transcript of the film shown at the Rencontres Intercariforef Toulouse, 27 and 28 September 2012, is available for download (pdf). Remarks filmed towards Network-OREF CARIF Mr. Thierry Repentin, Minister for Vocational Training and learning. Download the transcript.
"Hello all,

The adoption of the bill on the jobs of the future, and the Council of Ministers, which is exceptionally planned a Friday, Friday, Sept. 28 in the morning, I was not allowed to be the occasion of your rally to your side.
Believe that I am truly sorry. Why Because we have a lot of things to do together, and we therefore find quickly another opportunity to discuss strategic issues around the next act of decentralization. The CARIF-OREF have indeed a central and strategic role to take on the regional territory in the service of information, access to training, quality, diagnoses the need for skills development, but also the support monitoring and evaluation CPRDFP you here of course with the adoption. More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]
Tags :