18 janvier 2014

La science se concentre ? Faux !

http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.pngPar Sylvestre Huet. Dogme en vigueur à l’étage gouvernemental: la science se concentre, il faut donc concentrer les financements sur quelques sites que l’on va bien sûr qualifier «d’excellence». Il est certain que ce serait ballot de financer surtout les médiocres… Ce dogme sert d'analyse et de guide à de nombreuses politiques et réformes du financement de la recherche publique dans des Etats très différents... dont la France. Avec une singulière uniformité de discours entre la droite et la gauche de gouvernement. Pour nos ministres et nos députés - enfin, les rares qui s'intéressent à la recherche scientifique - le dogme est établi et la ligne de conduite claire: il faut concentrer les financements, cesser la "dispersion", le "saupoudrage" des crédits publics. Suite...

Posté par pcassuto à 23:47 - - Permalien [#]


Universités: Strasbourg comprime son budget

http://sciences.blogs.liberation.fr/test/images/logo_libe.pngPar Sylvestre Huet. Les difficultés financières des Universités prennent l'allure d'un feuilleton. Après le coup de colère de 17 présidents d'Université (lire ici sur le blog de Pierre Dubois), le cas strasbourgeois vient au devant de la scène. Un cas intéressant car la fusion des universités en une seule et la stratégie mise en oeuvre sous la houlette de son président Alain Beretz sont présentées par le gouvernement comme exemplaire de ce qu'il faut faire. On pouvait croire qu'un tel zèle se traduirait par un coup de pouce financier. Làs ! Déjà, une interview d'Alain Beretz au journal interne de l'Université de Strasbourg inclinait à penser que ce ne serait pas le cas. Le Président expliquant laborieusement que d'avoir moins de crédits pouvait être positif car cela oblige à "prioriser" les dépenses, une manière de dire que les coupes budgétaires ou les postes gelés (une cinquantaine semble t-il pour 2014) peuvent être l'occasion de supprimer des actions "inutiles". Suite...

Posté par pcassuto à 23:45 - - Permalien [#]
Tags :

Des efforts sont nécessaires pour promouvoir les études et la formation des étudiants à l'étranger

Tableau de bord de la mobilité de l'UE: des efforts sont nécessaires pour promouvoir les études et la formation des étudiants à l'étranger
L'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France et l'Italie possèdent les meilleurs systèmes de soutien public pour promouvoir les possibilités d'études ou de formation à l'étranger et fournir des conseils y afférents aux étudiants de l'enseignement supérieur, selon le premier «tableau de bord de la mobilité» de l'UE. Ce tableau de bord est un des éléments de réponse de la Commission européenne à une demande des États membres1 visant à supprimer les obstacles aux études et à la formation à l'étranger dans le cadre d'actions plus vastes destinées à aider les jeunes à acquérir les compétences et l'expérience nécessaires pour accroître leur employabilité. Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l'éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, a fait la déclaration suivante: «Le fait d'étudier et de se former à l'étranger est une excellente manière d'acquérir des compétences et une expérience précieuses; c'est pourquoi l'UE a fortement augmenté les fonds destinés à la mobilité dans le cadre du nouveau programme Erasmus+. Le tableau de bord de la mobilité nous permet de voir pour la première fois dans quelle mesure les pays mettent en place un environnement favorable à la mobilité des étudiants – et dans quels domaines ils pourraient en faire davantage.»
Le tableau de bord de la mobilité est axé sur cinq facteurs clés qui ont une influence sur la motivation et la capacité des jeunes à étudier ou à se former à l'étranger. Il révèle que ces facteurs varient de manière considérable entre les États membres et qu'aucun pays n'affiche des scores élevés pour l'ensemble des indicateurs relatifs à son «environnement de mobilité».
Principales conclusions
Informations et conseils sur les possibilités de mobilité: l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la France et l'Italie fournissent le soutien le plus complet. Les structures d'information et d'orientation sont les moins développées en Bulgarie, en Grèce, en Slovénie et à Chypre.
Portabilité de l'aide accordée aux étudiants, permettant à ces derniers de bénéficier de bourses et de prêts publics dans un autre pays selon les mêmes conditions que lorsqu'ils étudient dans leur pays. Les bourses et les prêts accordés aux étudiants sont portables dans les parties néerlandophone et germanophone de Belgique, à Chypre, au Luxembourg, en Slovénie, en Finlande et en Suède. Par contre, les systèmes de soutien financier aux étudiants sont les plus restrictifs dans la partie francophone de Belgique, en Bulgarie, en République tchèque, en Grèce, en Croatie, en Lituanie, en Roumanie et en Slovaquie.
Connaissances en langues étrangères: il s'agit souvent d'un facteur déterminant pour décider d'étudier à l'étranger. Chypre, le Luxembourg et la partie germanophone de Belgique attachent la plus grande importance à l'apprentissage des langues à l'école. En Irlande et, au sein du Royaume-Uni, en Écosse, l'apprentissage des langues étrangères à l'école n'est pas obligatoire.
Reconnaissance des études effectuées à l'étranger (utilisation du système ECTS et du supplément au diplôme): l'Allemagne, la Belgique et l'Espagne déploient d'importants efforts pour contrôler l'utilisation des outils européens permettant aux étudiants de faire reconnaître les études qu'ils ont effectuées à l'étranger au moyen du système européen de transfert et d'accumulation d'unités de cours capitalisables (ECTS) et du supplément au diplôme, alors que la plupart des pays accordent relativement moins d'attention à cette question.
Soutien aux étudiants issus de milieux défavorisés: la partie néerlandophone de Belgique, l'Allemagne, l'Italie et l'Autriche se démarquent tant pour le soutien financier bien développé qu'elles accordent aux étudiants issus de milieux défavorisés qui souhaitent étudier ou se former à l'étranger que pour les systèmes mis en place pour suivre la mobilité du point de vue du milieu social.
Contexte
Le tableau de bord de la mobilité couvre l'ensemble des 28 États membres de l'UE, ainsi que l'Islande, la Norvège, le Liechtenstein et la Turquie. Il s'agit d'un premier aperçu des facteurs figurant dans la recommandation du Conseil de 2011 sur la mobilité à des fins d'éducation et de formation et il constituera la base d'un futur suivi conjoint au niveau de l'UE; sa prochaine mise à jour est prévue pour 2015. Le tableau de bord de la mobilité a été élaboré par le réseau Eurydice, en étroite coopération avec la Commission européenne et un groupe consultatif d'experts des États membres. Eurydice est un réseau d'unités nationales coordonnées par l'Agence exécutive européenne «Éducation, audiovisuel et culture» (EACEA), qui fournit des informations sur les politiques et systèmes européens relatifs à l'éducation ainsi que des analyses en la matière.
Liens utiles

MEMO/14/07 Tableau de bord de la mobilité: foire aux questions

Rapport Eurydice: Towards a Mobility Scoreboard: Conditions for Learning Abroad in Europe

Site web Erasmus+

Erasmus+ - Foire aux questions

Erasmus+ sur Facebook

Présentation du programme Erasmus+ (clip vidéo)

Statistiques Erasmus.

Posté par pcassuto à 23:42 - - Permalien [#]

Mayotte au sein de la République et de l’Union européenne

Le ministre des outre-mer a présenté une communication relative à Mayotte au sein de la République et de l’Union européenne. Au 1er janvier 2014, Mayotte est devenu la 9ème région ultrapériphérique de l’Union européenne. Ce nouveau statut lui confère les moyens nécessaires pour s’insérer pleinement dans les politiques européennes et renforcer son ancrage européen. Il est le signe de la confiance que l’Union européenne accorde à Mayotte, et de sa capacité à mettre en œuvre la réglementation européenne.
En sa nouvelle qualité de région ultrapériphérique, Mayotte bénéficiera des fonds européens pour assurer son développement. Pour la période 2014-2020, ce sont plus de 340M€ (hors Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) qui seront mobilisés, soit 15 fois plus que ce dont bénéficiait le territoire au titre du Fonds européen pour le développement (FED). Pour accompagner Mayotte vers ce changement de statut, le Gouvernement a sensiblement renforcé son action au bénéfice du territoire (maintien de l’investissement public, accélération du rythme de revalorisation ou d’alignement d’un certain nombre de droits sociaux). Conformément aux engagements pris, l’indexation des salaires des fonctionnaires a été mise en place au 1er janvier 2013 et la transition fiscale est effective depuis le 1er janvier 2014. Le Gouvernement s’est attaché également à renforcer la lutte contre l’immigration clandestine pour préserver les équilibres du territoire, et à relancer un dialogue constructif avec l’Union des Comores.
Il reste néanmoins encore beaucoup à faire pour parachever le processus d’alignement de Mayotte sur le droit commun. A cette fin, le Gouvernement souhaite élaborer avec les élus de Mayotte un document stratégique qui présentera les perspectives et le cadencement de l’action publique au bénéfice de Mayotte, ainsi que la vision commune de l’État et des collectivités territoriales sur l’avenir de ce territoire et leur engagement réciproque pour atteindre cet objectif. Conseil des ministres du 08 janvier 2014

Posté par pcassuto à 23:33 - - Permalien [#]

Trois chantiers pour aligner la formation sur le Web

http://www.solutions-ressources-humaines.com/logo/e227bb344af67d5logo_formaguide_gf.gifPar Michel Diaz. Un salarié, c’est souvent, pour ne pas dire toujours, un internaute… On imagine que les deux auront de plus en plus de mal à cohabiter, à comparer les services qu’ils obtiennent de leur entreprise et sur le Web, dans le champ de l’apprentissage en particulier !
Dédoublement de personnalité de rigueur ! En tant qu’internaute (mobinaute, etc.), je me goinfre tant et plus des produits et services que m’offre le Web. Une vraie corne d’abondance ! Des ressources en nombre infini, souvent de grande qualité, aux formats les plus variés… Freemium : les services de base sont gratuits, je peux aussi tester le niveau premium et m’abonner d’un clic s’il me convient. Ces services sont par ailleurs immédiatement accessibles, sur tous mes « devices » (ordinateur, tablette, smartphone). Suite...

Posté par pcassuto à 23:25 - - Permalien [#]


Les organismes de formation davantage sollicités en 2014

http://www.vocatis.fr/squelettes/images/banniere_vocatis.jpgPar C.G. En ce début d’année, alors que la profession est en attente de la prochaine réforme de la formation professionnelle, les entreprises semblent retrouver un peu de confiance et devraient solliciter davantage les organismes de formation.
« Les entreprises expriment un petit regain de confiance quant à leur avenir ». L’enquête nationale Opcalia* 2013-2014, dont les résultats viennent d’être publiés, met en évidence un léger « mieux » concernant le regard que les entreprises portent sur leur futur : 62 % d’entres elles (+ 2 % par rapport à l’édition précédente) sont « plutôt » ou « tout à fait » confiantes en l’avenir de leur entreprise. Loin, toutefois, de la sérénité relevée en 2011 (79%). Suite...

Posté par pcassuto à 23:22 - - Permalien [#]

L'enseignement en ligne, un défi pour les écoles de commerce

Les nouvelles technologies ont accéléré un mouvement de rupture, vers la fragmentation des enseignements: les managers veulent des cours à la carte. Les "business schools" auraient tout intérêt à s'adapter à cette demande, plutôt que de vouloir offrir un cursus complet. Par James Henderson, professeur de stratégie à l'IMD.
Tandis que les business schools s'affairent à enseigner aux futurs dirigeants économiques comment éviter la menace des technologies et des modèles d'affaires de rupture, elles font elles-mêmes face à une situation de rupture. Ce qui, du point de vue historique, était considéré comme normal - le développement et la mise à disposition, sur un campus, d'un programme en échange d'un écolage - est en train de changer rapidement. L'avènement des nouvelles technologies (analyse de l'avalanche de données) et des cours en ligne (Massive Open Online Courses, MOOCs) créent une nouvelle normalité : la fragmentation de la valeur réelle que les programmes d'enseignement peuvent fournir aux futurs dirigeants économiques. Suite...

Posté par pcassuto à 23:20 - - Permalien [#]

Crowdfunding : ordonnances sur le financement participatif d’ici mi-2014

Par Olivier Brunet. Les ordonnances destinées à encadrer le développement du crowdfunding ou financement participatif devraient être prises au plus tard au début du mois de juillet 2014. La loi du 2 janvier 2014 habilitant le gouvernement à simplifier et sécuriser la vie des entreprises, publiée le lendemain au Journal Officiel, donne en effet un délai de six mois à l'exécutif pour légiférer par ordonnances sur le financement de l'économie par l'intermédiaire de plateformes sur internet. Suite...

Posté par pcassuto à 23:17 - - Permalien [#]

La POE, un réel outil de retour à l’emploi

http://www.kelformation.com/images/structure/logo-kf.gifPar Marion Senant - © Kelformation. Les enquêtes conjointes de deux Opca révèlent que 60% des bénéficiaires de ce dispositif de formation retrouvent un emploi. La préparation opérationnelle à l’emploi se révèle un outil adapté pour permettre aux demandeurs d’emploi d’acquérir les compétences recherchées sur le marché du travail.
La POE, un véritable outil d’insertion. C’est ce qui ressort de deux enquêtes menées par Opcalia et Forco, deux Opca, au sujet de la préparation opérationnelle à l’emploi. Au cours du premier semestre 2013, les deux organismes ont interrogé les bénéficiaires de POE-C (POE-collective) et POE-I (POE-Individuelle). Il ressort des deux études que le dispositif rencontre une vraie adhésion, avec un taux de satisfaction de plus de 90%. Et pour cause… Suite de l'article...

Posté par pcassuto à 23:12 - - Permalien [#]

Claude Jeannerot, rapporteur du projet de loi sur la formation professionnelle au Sénat

http://alternatives-economiques.fr/blogs/abherve/files/abherve.jpgSur le blog de Michel Abhervé pour Alternatives économiques. Les dispositions sur l’examen par le Parlement du projet de loi sur la formation professionnelle quel le ministre Michel Sapin lui-même qualifie avec humour de LGV, Loi à Grande Vitesse, se complètent.
Après la désignation par l’Assemblée Nationale de rapporteur sur le fond de Jean-Patrick Gille (voir Formation professionnelle : une loi en procédure et calendrier accélérés), la commission des affaires sociales du Sénat, saisie au fond  a désigné lors de sa séance du 14 janvier, sans surprise pour cette fonction Claude Jeannerot, sénateur PS du Doubs, rapporteur du budget de l’emploi un des rares sénateurs bons connaisseurs de la complexité du sujet (voir Claude Jeannerot, rapporteur du projet de loi sur les emplois d’avenir au Sénat). Voir l'article entier...

Posté par pcassuto à 23:07 - - Permalien [#]