26 avril 2014

What I learned from the Open Textbook Summit

By Tony Bates. BCcampus (2014) Five lessons learned at the Open Textbooks Summit Vancouver BC: BCcampus
BCcampus organized an open textbook summit again this year (the first one was last year). I attended, because I’m writing my own open textbook on ‘Teaching in a Digital Age.’ BCcampus has published its own blog post on the lessons learned, but I came away with something different, from a potential author’s perspective.
1. Open textbooks are gaining momentum.
There were two Ministers of Advanced Education present, one from BC and one from Saskatchewan. See more...

Posté par pcassuto à 22:33 - - Permalien [#]


Introducing Powerchord (Blackbird edition)

By Stephen Downes - Stephen's Web. Introducing Powerchord (Blackbird edition).
Dan Lockton, Architectures, April 25, 2014
The powerchord is a simple device that represents energy use in a household as background noises - birdsongs, rain falling, etc. In this post, the author describes associating the noises with specific appliances: "The ‘Sound of the Office’ represented twelve hours’ electricity use by three items of office infrastructure – the kettle, a laser printer, and a gang socket for a row of desks – turned into a 30-second MIDI file." I love this idea. "It’s an exploration of what’s possible, or might be useful, in helping people develop a different kind of understanding of energy use, and the patterns of energy use in daily life – not just based on on numerical feedback. If it’s design for behaviour change, it’s aiming to do so through increasing our understanding of, and familiarity with, the systems around us, making energy use something we can develop an instinctual feeling for." More...

Posté par pcassuto à 22:22 - - Permalien [#]

BIM and BAD

By Stephen Downes - Stephen's Web. BIM and BAD.
David T. Jones, The Weblog of (a) David Jones, April 25, 2014
I like this acronym - it's not complete, but it's a great start: "BAD is an acronym that captures what I think is missing from the institutional approach to university e-learning
Bricolage – the LMS as Enteprise Systems doesn’t allow or cater for bricolage.

  1. Affordances – resulting in an inability to leverage the affordances of technology to improve learning and teaching.
  2. Distribution – the idea that knowledge about how to improve L&T is distributed and the implications that has for the institutional practice of e-learning."

This wasn't what we were trying to develop when we developed MOOCs, but if this had been the description of what we were trying, it wouldn't have been far off. More...

Posté par pcassuto à 22:21 - - Permalien [#]

New e-Literate TV Series on MOOCs

By Stephen Downes - Stephen's Web. New e-Literate TV Series on MOOCs.
Michael Feldstein, e-Literate, April 25, 2014
Consultants Michael Feldstein and Phil Hill were at the MOOC Research Institute conference in Arlington last fall recording videos for their new series of videos. "If 2013 was the year that MOOC mania peaked in the Gartner hype cycle," writes Feldstein, "then surely 2014 is the year in which they have entered the trough of disillusionment." No, I'm not in the videos, but that's OK, I'm not really a part of this conversation they're having. More...

Posté par pcassuto à 22:18 - - Permalien [#]

Partial Transcript: Richard Levin (new Coursera CEO) on Charlie Rose

By Michael Feldstein. I have written two posts recently about Coursera’s appointment of the former president of Yale as the company’s new CEO, with the implicit argument that this move represents a watershed moment for commercial MOOCs. In particular, Coursera seems likely to become the third generation of Richard Levin’s dream, following AllLearn and Open Yale Courses. I’ve also argued that Levin is embellishing the history by making Internet bandwidth a primary factor in the demise of AllLearn when the lack of a viable business model was the more important issue, with even Levin arguing this point. More...

Posté par pcassuto à 19:15 - - Permalien [#]


New e-Literate TV Series on MOOCs

By Michael Feldstein. If 2013 was the year that MOOC mania peaked in the Gartner hype cycle, then surely 2014 is the year in which they have entered the trough of disillusionment. And just as it was important last year to push back on the inflated expectations, it will be equally important this year to make sure we don’t throw out the baby with the bath water. With that in mind, I’m pleased to announce our new e-Literate TV series, “Massive and Open: What Are We Learning?” Filmed at the 2013 MOOC Research Initiative (MRI) conference, it delves into the current state of knowledge of the field. The interview with Stanford’s Amy Collier from our pilot series should really be considered Episode Zero for the series, as it explores the value of the first generation of MOOCs (particularly xMOOCs). More...

Posté par pcassuto à 19:13 - - Permalien [#]

BIM and BAD

By David Jones. This post arises from two events today

  1. The ASCILITE’2014 call for papers came out today and I’m thinking about a paper I might submit.
  2. The first #edc3100 assignment is due today and my use of BIM has struck a unique problem that I need to solve.

The third is that I’m a touch fried from answering queries about “I submitted my assignment the wrong way” (the main problem with these queries is that they mean I have to engage with a horrible online assignment submission system) that I need to engage in something else.

The paper

The working title for the paper I’m thinking of is “The story of BIM: Being BAD as a way to bridge rhetoric and reality”.

BAD is an acronym that captures what I think is missing from the institutional approach to university e-learning

  1. Bricolage – the LMS as Enteprise Systems doesn’t allow or cater for bricolage.
  2. Affordances – resulting in an inability to leverage the affordances of technology to improve learning and teaching.
  3. Distribution – the idea that knowledge about how to improve L&T is distributed and the implications that has for the institutional practice of e-learning.

    i.e. current methods rely on the single, unified view of learning and teaching. A view that is expressed most concretely in the form of the LMS.

    This component will draw on a range of related “network” type theoretical perspectives including connectivism, Complex Adaptive Systems, embodied cognition and ANT – to name but a few.

The idea is if institutional e-learning is to get better, it needs to be BAD (more BAD?).
The following is an example of how the reality of using BIM in action supports the idea that it needs to be BAD. More...

Posté par pcassuto à 19:11 - - Permalien [#]

La plateforme ouverte des données publiques françaises - data.gouv.fr

Video.pngLa plateforme “data.gouv.fr” permet aux services publics de publier des données publiques et à la société civile de les enrichir, modifier, interpréter en vue de coproduire des informations d’intérêt général.
Qui peut partager des données sur la plateforme “data.gouv.fr” ? Tout le monde ! Citoyens, services publics ou toute organisation enregistrée sous son identité de personne physique ou de personne morale. L’inscription et l’utilisation de la plateforme sont gratuites.

Qu’appelle-t-on service public ?

Il s’agit de l’Etat (administrations centrales, services déconcentrés et autorités administratives indépendantes : direction du Budget, préfecture du Finistère, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel par exemple), des collectivités territoriales (Ville de Rennes, Conseil général d’Aquitaine, Conseil Régional Rhône-Alpes, ...) et au sens large des entités de droit privé ou de droit public poursuivant une mission de service public (Pôle Emploi, SNCF, RATP, Caisse des Dépôts, etc.).

Quelles données peuvent-être mises en ligne ?

Des données publiques produites ou reçues dans le cadre d’une mission de service public : impôts, budgets, subventions, dépenses, aménagement du territoire, chômage, rénovation de logements, mesures de qualité de l'air, adresses des services publics, délinquance et criminalité, statistiques du tourisme, résultats électoraux, dépenses de la Sécurité sociale, effectifs des fonctions publiques, aides de la politique agricole commune, rejets de polluants dans l'air par les installations industrielles ...
Data.gouv.fr” poursuit également l’ambition d’être un outil à la disposition des citoyens pour leur permettre de produire, d’enrichir ou de compléter ces données ou de partager des données d'intérêt public, qu’il s’agisse par exemple de l’inventaire d’une bibliothèque communale, de l’état de la voirie, de la composition nutritionnelle de produits alimentaires ou du bilan environnemental d’une entreprise.
Les données à caractère personnel (données fiscales ou patrimoniales, données médicales, etc.) et celles dont la publication contrevient à la loi (secret médical, secret de la défense nationale, secret statistique, secret des affaires, etc.) ne sont pas acceptées sur la plateforme “data.gouv.fr”.
Pour plus d'informations sur les meilleures pratiques en matière de publication, consultez le Guide de publication.

Pourquoi enrichir ou compléter des données ?

Lorsque se crée une série de données continue, temporelle et géographique, des usages inédits et créateurs de valeur se produisent. Enrichir ou compléter des données publiques contribue à améliorer leur qualité et à éviter qu'elles n'apparaissent partielles, fragmentées ou difficilement exploitables. Publier les marchés publics de plus de 30 000€ en Aquitaine est intéressant mais insuffisant. Proposer tous les marchés publics, au premier euro, sur la France entière, permet d’imaginer des usages innovants.

Que signifient les réutilisations dans les séries de données ?

Qu'il s'agissent d'interprétations (graphique, carte, animation, article de blog ..) ou d'applications (site Web, logiciel professionnel ..), les réutilisations sont référencées par le public sur les séries de données qu’elles exploitent et qu’elles viennent enrichir.

Pourquoi publier et partager des données ?

Pour un service public : l’ouverture et le partage de données publiques contribuent à rendre des comptes sur le fonctionnement des institutions et à encourager l’innovation. Data.gouv.fr renforce la visibilité des données par leur référencement national et fournit des outils qui facilitent les conversations avec chaque communauté gravitant autour du service public (associations, journalistes, chercheurs, étudiants, citoyens...).
Pour un individu, une entreprise, un chercheur, une association : produire des données d’intérêt public, les publier en Open Data et en partager les interprétations avec le public permet d’enrichir le débat public et de renforcer la liberté d’information.

Je représente une personne morale (entreprise, association, EPIC ..). Comment puis-je contribuer à “data.gouv.fr” ?

Comme tout autre utilisateur de la plateforme, vous pouvez contribuer dans les pages des autres producteurs, en enrichissant leurs données. Vous pouvez aussi proposer vos propres jeux de données sous le nom de votre organisation, et animer vos propres pages en y attirant des contributions.

Quels sont le rôle et la responsabilité d’Etalab ?

Etalab édite une plateforme ouverte qui héberge les contributions de tous. Sa responsabilité est celle d’un hébergeur. “Data.gouv.fr” promeut la documentation, la fiabilisation et l'enrichissement de données ainsi que la mise en évidence de corrélations inédites plutôt que des interprétations définitives ou partisanes. Il appartient à la communauté des membres de veiller à la qualité du contenu qu'elle partage. La plateforme propose donc des outils de modération (vote, signalement) et de certification des contenus.

Qu’est-ce qu’un service public certifié ?

Les organisations inscrites sur le site “data.gouv.fr” estimant assurer une mission de service public peuvent effectuer une demande en ligne pour être reconnue comme tel. Une organisation certifiée bénéficie d’un meilleur référencement.

Comment devenir un service public certifié ?

Inscrivez-vous sur le site en tant qu’organisation, puis effectuez la demande en envoyant un mail à l'adresse suivante: certification@data.gouv.fr. Une vérification par eMail ou courrier vous sera demandée. Vous pouvez néanmoins commencer à publier vos jeux de données avant d’obtenir la certification.

Quel statut juridique pour les données publiées ?

Les administrations de l’Etat et ses établissements publics administratifs publient systématiquement les données publiques en Open Data sous Licence Ouverte (permettant de reproduire, diffuser, adapter, et exploiter, y compris à titre commercial, sous réserve de mentionner la paternité).
Les établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC) et les collectivités territoriales, choisissent par eux-mêmes une licence Open Data : Licence Ouverte ou ODbL (l’Etat recommande l’usage de la Licence Ouverte).
Les individus, les associations et les entreprises publient des données en Licence Ouverte et des réutilisations (applications, visualisations, services Web …) dans la licence de leur choix, y compris pour permettre des usages commerciaux.

J’ai observé une inexactitude, un commentaire tendancieux, que faire ?

Vous pouvez signaler sur data.gouv.fr tout contenu qui vous semble contraire à l’éthique de la plateforme, cliquant sur le bouton signaler et en précisant la raison qui justifie ce signalement : contenu illégal, contenu en dehors du champ de la plateforme ..
Le signalement d’un contenu est notifié au producteur et à sa communauté. Le contenu peut être retiré automatiquement si le nombre de signalements est élevé. L'éditeur de la plateforme "data.gouv.fr" se réserve le droit de modérer à tout moment un contenu qui contreviendrait à l'éthique de la plateforme.

J’ai publié une ressource (fichier ou datavisualisation par exemple) dans un jeu de données d’une organisation, mais elle a disparu ?

Data.gouv.fr permet de publier des réutilisations simplement, sans contrôle a priori, grâce à l'outillage pour les datavisualisations que nous supportons. Votre contenu associé à un jeu de données a pu être signalé par la communauté et/ou le producteur. Ce dernier a pu décider unilatéralement de le retirer. Vous êtes alors prévenu par eMail du motif du signalement. Vous pouvez tenter de le republier si vous remédiez au problème.
Récupérée de « http://wiki.data.gouv.fr/index.php?title=FAQ&oldid=811 »

Posté par pcassuto à 17:30 - - Permalien [#]

La mission Etalab - "Open data"

Qui sommes nous ?
La politique d'ouverture et de partage des données publiques ("Open data") est pilotée, sous l'autorité du Premier ministre, par la mission Etalab, dirigée par M. Henri Verdier. La mission Etalab fait partie du Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique, dont la direction est assurée par M. Julien Rencki.
Les missions et le rôle d’Etalab pour la modernisation de l’action publique

Au sein du Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique, Etalab coordonne l’action des services de l’Etat et de ses établissements publics pour faciliter la réutilisation la plus large possible de leurs informations publiques. Etalab administre le portail unique interministériel data.gouv.fr destiné à rassembler et à mettre à disposition librement l’ensemble des informations publiques de l’Etat, de ses établissements publics et, si elles le souhaitent, des collectivités territoriales et des personnes de droit public ou de droit privé chargées d’une mission de service public. Etalab poursuit la mise à disposition gratuite des données publiques, conformément au principe général de réutilisation libre, facile et gratuite fixé par la circulaire du Premier ministre du 26 mai 2011 relative à l’Open Data, en mettant l'accent sur les données à fort impact sociétal (santé, éducation, etc.) et/ou à fort potentiel d’innovation sociale et économique. Etalab collabore étroitement avec les services chargés de la modernisation de l’action publique, notamment ceux responsables de l’innovation au service des usagers et de la transformation numérique de l’Etat.
Les actions en faveur de la transparence et de l’ouverture des données publiques
Etalab, depuis sa création, a mis en ligne le portail national data.gouv.fr qui permet l’accès à plus de 355 000 informations publiques gratuites et réutilisables. En rendant, par exemple, accessibles les dépenses du budget de l'Etat à partir d’un seul fichier brut dans un format réutilisable ou la liste des biens immobiliers propriété de l’Etat, data.gouv.fr contribue à rendre des comptes aux citoyens sur le fonctionnement de l’Etat et de ses administrations en permettant une plus grande transparence de leur fonctionnement. Etalab a également rassemblé plus de 30 acteurs majeurs de l’innovation en France (grandes et petites entreprises, écoles d’ingénieurs, pôles de compétitivité, médias…) au sein d’une communauté appelée « Dataconnexions ». Dataconnexions encourage et soutient le développement de projets innovants de réutilisation de données publiques.
Nous contacter
Mission Etalab, Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique
01 53 18 98 03 - directeur.etalab@modernisation.gouv.fr
Directeur
M. Henri Verdier
henri.verdier@modernisation.gouv.fr
Directrice Adjointe
Mme Laure Lucchesi
laure.lucchesi@modernisation.gouv.fr
Innovation et développement
M. Romain Lacombe, chargé de l’innovation et du développement
romain.lacombe@modernisation.gouv.fr
Affaires publiques et juridiques
M. Alexandre Quintard Kaigre, responsable des Affaires publiques et juridiques
alexandre.quintard@data.gouv.fr
Mme Suzanne Vergnolle, chargée de mission Affaires publiques et juridiques
suzanne.vergnolle@modernisation.gouv.fr
Pilotage technique et data.gouv.fr
M. Emmanuel Raviart, directeur technique
emmanuel.raviart@data.gouv.fr
Recensement des données publiques
M. Romain Talès, responsable du recensement des données publiques
romain.tales@modernisation.gouv.fr
Service de presse de Matignon
01 42 75 50 79

Plus d’informations

Posté par pcassuto à 17:01 - - Permalien [#]

Joëlle Grille - Bureau des études statistiques sur la formation des adultes, l'apprentissage et l'insertion des jeunes - DEPP A1

Couverture de l'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche n°7L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche constitue un état des lieux annuel et chiffré du système français, de ses évolutions, des moyens qu'il met en œuvre et de ses résultats, en le situant, chaque fois que les données le permettent, au niveau international.
Consulter le détail de toutes les fiches : publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/7/index.php.

Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance

Bureau des études statistiques sur la formation des adultes, l'apprentissage et l'insertion des jeunes - DEPP A1
61-65 rue Dutot, 75732 Paris cedex 15
http://www.education.gouv.fr/pid25496/statistiques.html

La contribution de l'auteure

enseignement supérieur

18 la formation continue dans l'enseignement supérieur
En 2011, la formation continue dans l'enseignement supérieur a réalisé un chiffre d'affaires de 411 millions d'euros en progression de 6 % par rapport à 2010. Elle représente donc 2 % du chiffre d'affaires de la formation professionnelle en France. Elle a accueilli 450 000 stagiaires, délivré 71 300 diplômes dont 48 000 diplômes nationaux. [lire la suite]

Les autres publications de l'auteure

Note d'information DEPP 13.20 - Croissance modérée de la formation continue universitaire en 2011 - - Septembre 2013
En 2011, les établissements supérieurs publics (universités, écoles, CNAM) ont réalisé un chiffre d'affaires de 411 millions d'euros au titre de la formation continue pour un public composé de 448 000 stagiaires, avec un volume de 69 millions d'heures-stagiaires plutôt stable par rapport à 2010. Pour les universités, les trois quarts des recettes sont d'origines privées, dont la moitié est abondée par les entreprises qui restent ainsi le premier contributeur de la formation continue, pour un public composé de près d'un tiers de salariés. La part des fonds publics ne représente que 22 % des ressources, dont l'essentiel provient des régions (55 %). D'autres sources de financement abondent la formation continue universitaire, comme la vente de formation à d'autres prestataires. À l'université, plus de la moitié des stagiaires inscrits préparent un diplôme, soit un diplôme national (30 %), soit un diplôme d'université (22 %), pour un total de 71 000 diplômes délivrés dont 67 % de diplômes nationaux. Par ailleurs, la durée moyenne de formation se maintient à 143 heures, mais avec une baisse de 7 heures pour les salariés envoyés au titre du plan de formation (87 heures au lieu de 94). [Consulter cette publication]
RERS - 2013 - ouvrage collectif - 2013
Publication annuelle de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, RERS présente un vaste ensemble d'indicateurs statistiques. Déclinée en plus de 180 thématiques, cette information constitue une référence pour toute réflexion sur l'évolution du système d'enseignement et de recherche français. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°6 - février 2013 - ouvrage collectif - Février 2013
La 6e édition de l'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche présente un état des lieux annuel et chiffré du système français d'enseignement supérieur et de recherche, ses évolutions, les moyens mis en oeuvre et leurs résultats. Ces données sont issues des services statistiques ministériels de différents ministères (MESR, MEN, MEFI) mais aussi d'autres organismes comme le CEREQ, l'OVE, l'INSEE, l'OST ou l'OCDE. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 12.22 - La formation continue universitaire en 2010 est dynamique - - Décembre 2012
La formation continue universitaire dispensée dans les universités, le Cnam et les écoles d'ingénieurs publiques compte 447 000 stagiaires en 2010, soit une hausse de 2 % par rapport à l'année précédente. Elle délivre 10 % des diplômes nationaux et s'affirme comme une voie de certification à part entière de l'enseignement supérieur. L'augmentation de 10 % du nombre de contrats de professionnalisation et l'allongement de la durée moyenne des stages pratiques en entreprises sont autant de signes manifestant le renforcement de la place prise par l'entreprise dans la formation continue à l'université. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°5 - décembre 2011 - ouvrage collectif - Décembre 2011
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche permet de faire le bilan annuel chiffré du système d'enseignement supérieur et de recherche français, de le situer au niveau international et de suivre ses évolutions, notamment sur le long terme.
Financement, ressources humaines, accès au supérieur, parcours, réussite, qualification, insertion des diplômés, vie étudiante, recherche en biotechnologie ou nanotechnologie, participation au PCRD, publications, brevets, etc. sont les thèmes abordés dans les 42 fiches de la 5e édition (2011) de cet ouvrage.
[Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 11.08 - La formation continue universitaire accentue son caractère professionnalisant en 2008 - - Avril 2011
En 2008, la formation continue universitaire compte plus de 466 000 stagiaires, soit une hausse de 6 points par rapport à l'année précédente. Elle délivre 9 % des diplômes nationaux et s'affirme comme une voie de certification à part entière de l'enseignement supérieur. La formation continue universitaire accentue son caractère professionnalisant avec le doublement des contrats de professionnalisation et l'allongement de la durée des stages en entreprise. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 11.02 - Une présence plus affirmée des entreprises dans la formation continue universitaire entre 2003 et 2008 - - Janvier 2011
Depuis 2003, l'évolution de la formation professionnelle se traduit, dans les universités, par un accroissement de la place des entreprises qui se manifeste davantage par leur contribution financière que par le nombre de leurs salariés formés. En effet, la moitié des fonds qui abondent la formation continue universitaire provient des entreprises (96 millions d'euros) alors que leurs salariés ne représentent que le tiers des stagiaires (119 000). Parmi ces stagiaires, 81 % s'inscrivent au titre du plan de formation de leur entreprise, 11 % au titre d'un congé individuel de formation et 8 % au titre d'un contrat de professionnalisation. La loi du 4 mai 2004, relative à la formation professionnelle et au dialogue social, a donné un coup d'accélérateur aux contrats en alternance, principalement dans les instituts universitaires de technologie. L'approche régionale montre qu'en dépit de stratégies universitaires très différentes, la place des entreprises s'affirme à peu près partout au sein de la formation professionnelle universitaire. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°4 - décembre 2010 - ouvrage collectif - Décembre 2010
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche 2010 permet de faire le bilan annuel chiffré du système d'enseignement supérieur et de recherche français, de le situer au niveau international et de suivre ses évolutions, notamment sur le long terme. Financement, ressources humaines, accès au supérieur, réussite, qualification, insertion des diplômés, vie étudiante, recherche en biotechnologie ou nanotechnologie, participation au PCRD, publications, brevets, etc. sont les thèmes abordés dans les 35 fiches de la 4e édition (2010) de cet ouvrage. [Consulter cette publication]
The state of Higher education and Research in France 4th edition - december 2010 - ouvrage collectif - December 2010
As in previous editions, this 4th edition of The State of Higher Education and Research presents a detailed overview, backed up by figures, of current developments within the French system, the resources it deploys and its outcomes, situating it, wherever data permit, in relation to its international counterparts. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 10.05 - La formation continue universitaire offre des stages de plus en plus courts en 2007. - - Mars 2010
En 2007, les établissements supérieurs publics ont réalisé un chiffre d'affaires de 323 millions d'euros au titre de la formation continue pour un public de 454 000 stagiaires, dont 77 % dans les universités. Le nombre de stagiaires sous contrat de professionnalisation a doublé depuis 2005. Les formations courtes sont en hausse (diplômes d'université), de même que les masters professionnels et les licences professionnelles. L'enseignement à distance, dont 16 % au CNAM, ne bénéficie qu'à une minorité de stagiaires. En encadrés : sources, champ et définitions. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°3 - décembre 2009 - ouvrage collectif - Décembre 2009
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche permet de faire le bilan annuel chiffré du système d'enseignement supérieur et de recherche français, de le situer au niveau international et de suivre ses évolutions, notamment sur le long terme. Financement, ressources humaines, accès au supérieur, réussite, qualification, insertion des diplômés, vie étudiante, recherche en biotechnologie ou nanotechnologie, participation au PCRD, publications, brevets... sont les thèmes abordés dans les 35 fiches de la 3e édition (2009) de cet ouvrage. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 09.06 - La formation continue universitaire connaît un bilan positif en 2006. - - Avril 2009
En 2006, 429 000 stagiaires ont suivi un stage de formation continue dans un établissement d'enseignement supérieur public, dont 81% dans les universités. Les employeurs sont les principaux financeurs de la formation continue auprès des universités. On constate une forte augmentation des inscrits en formations courtes ; la préférence se confirme pour les diplômes nationaux, dont plus d'un tiers sont de niveau 2 (licences professionnelles) et près d'un tiers de niveau 1 (masters professionnels). En encadrés : sources, champ et définitions ; zoom sur l'activité propre des IUT en formation continue. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°2 - décembre 2008 - ouvrage collectif - Décembre 2008
Cette deuxième édition, revue et enrichie, témoigne de l'intérêt que la France porte à ces deux leviers indispensables et indissociables de toute croissance que sont l'Enseignement supérieur et la Recherche en faisant le pari de l'intelligence, de la compétitivité et de l'innovation. Dans sa conception même, l'ouvrage se veut à la fois clair, facile d'accès, transparent. Il est par nature un outil d'information à disposition du public, des usagers. Il rend compte des politiques publiques, des choix stratégiques faits pour la Nation. Il a vocation également à être un outil de pilotage pour les décideurs. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 08.07 - L'activité de la formation continue universitaire fléchit en 2005 ; 2 - Diplômes délivrés et chiffre d'affaires. - - Janvier 2008
En 2005, 47 000 diplômes ont été délivrés par les universités, dont plus de la moitié sont des diplômes nationaux. En 2005-5006, le réseau CNAM a délivré 8000 diplômes, dont 44 % dans les domaines économie-gestion et 27 % dans ceux des sciences et techniques de l'information et de la communication. Le chiffre d'affaires des universités a diminué de 1 %, mais celui du réseau CNAM a augmenté (2 %). En encadré : sources. [Consulter cette publication]
L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°1 - novembre 2007 - ouvrage collectif - Novembre 2007
Cette première édition de « L'état de l'enseignement supérieur et de la recherche », loin de se résumer à un état des lieux d'un système a vocation à devenir un outil d'information à l'usage de tous les citoyens. Illustrant les choix politiques et stratégiques faits pour la Nation, il rend compte de l'efficacité des politiques publiques dans un souci de transparence : démocratisation de l'enseignement supérieur, réussite à l'université, devenir des étudiants, effort de recherche, production scientifique, situation des personnels… [Consulter cette publication]
The state of Higher education and Research in France 1st edition - november 2007 - ouvrage collectif - November 2007
The first edition of The State of Higher Education and Research presents a detailed overview, backed up by figures, of current developments within the French system, the resources it deploys and its outcomes, situating it, wherever data permit, in relation to its international counterparts.
Note d'information DEPP 07.29 - La place de la formation continue universitaire s'affirme entre 2002 et 2004. - - Juin 2007
En 2004, la formation continue dans l'enseignement supérieur accueille 427 000 stagiaires, dont une part toujours plus grande de demandeurs d'emploi et d'individuels payants. L'enquête a porté sur l'ensemble des établissements publics sous tutelle du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Huit tableaux donnent l'évolution de la formation continue dans l'enseignement supérieur entre 2002 et 2004, la répartition des stagiaires par type de statut, les diplômes délivrés en formation continue, les publics de particuliers inscrits aux conférences inter-âges, les vingt premières universités qui proposent des formations à distance, la répartition des stagiaires selon les spécialités de formation en 2002-2004 dans les universités (y compris IUT et INP), la répartition des recettes de la formation continue dans les universités et INP, écoles et CNAM (en %). En graphiques : répartition des stagiaires selon le type de formations dans les universités, évolution de la durée de formation par statut des stagiaires des universités entre 2002 et 2004. En encadré : le champ de l'enquête. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 05.06 - La formation continue universitaire consacre une part toujours plus importante aux formations diplômantes. - - Février 2005
En 2002, 325 000 stagiaires ont été formés en formation continue dans l'enseignement supérieur. L'enquête a porté sur l'ensemble des établissements publics sous tutelle du ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Huit tableaux donnent l'évolution de la formation continue dans l'enseignement supérieur entre 2001 et 2002, l'évolution du nombre de stagiaires par université, leur répartition, en 2002, selon leur statut (salariés, demandeurs d'emploi ou particuliers), la répartition des types de diplômes délivrés ; selon les régions : le nombre de stagiaires, heures-stagiaires en formations à distance, la part des fonds régionaux dans le chiffre d'affaires de la formation continue universitaire ; les universités, grands établissements et écoles publiques d'ingénieurs sont classés selon leur chiffre d'affaires. Quatre graphiques illustrent la répartition des stagiaires selon le type de formation, la part des stagiaires inscrits dans des formations diplômantes selon les régions, l'évolution entre 2001 et 2002 de la durée moyenne des formations, la part des différentes sources de financement. En encadré : le champ de l'enquête. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 00.27 - La formation continue dans les établissements d'enseignement supérieur relevant du ministère de l'Education nationale. 2. La production de certification en 1998. - & - Août 2000
Répartition des actions de formation continue dans les établissements publics d'enseignement supérieur selon la nature et le niveau de formation en 1998. Nombre de diplômes nationaux et types de diplômes délivrés en 1997 et 1998. Diplômes d'établissements délivrés selon le niveau pour ces deux années. Répartition des diplômes délivrés selon leur nature et le statut des établissements en 1997 et 1998. Définitions et sources. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 99.10 - La formation continue dans les établissements d'enseignement supérieur en 1996. - & - Avril 1999
Origine des ressources pour la formation continue dans les établissements d'enseignement supérieur, par type d'établissement. Chiffre d'affaires de formation continue des universités et INP. Répartition des stagiaires et des heures-stagiaires selon le dispositif et suivant le type de stagiaires. Répartition des actions selon la nature de l'action et le niveau de formation. Diplômes délivrés en formation continue : par les universités et INP, selon le niveau de diplôme et la filière disciplinaire ; par les IUT selon le département d'enseignement ; par le CNAM selon le type de diplôme, son niveau et la spécialité. Encadrés : l'organisation de la formation continue universitaire ; le réseau du CNAM ; le champ de l'enquête. [Consulter cette publication]

Les publications de sa structure

Trente ans de vie économique et sociale - INSEE références - Edition 2014 - Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites - ouvrage collectif - Janvier 2014
En 30 ans, l'espérance de scolarisation à 15 ans a fortement augmenté (de 4,7 ans à 6,5 ans) avant de se stabiliser avec la baisse des redoublements. Le niveau d'études s'est nettement élevé. À leur sortie des études, plus de quatre jeunes sur dix ont en poche un diplôme de l'enseignement supérieur, contre moins de deux sur dix il y a 30 ans. Moins de jeunes quittent l'école sans diplôme, mais cela reste fréquent, surtout dans les milieux défavorisés. La généralisation de l'accès au baccalauréat, dans tous les milieux sociaux, masque une grande hétérogénéité des types de baccalauréat obtenu, plus souvent professionnels en bas de l'échelle sociale et généraux en haut. Ces différences se retrouvent dans l'enseignement supérieur, avec des poursuites d'études courtes plus fréquentes (BTS-DUT) pour les jeunes moins favorisés. Pour les jeunes sans diplôme, l'insertion professionnelle est difficile. Fin 2010, à leur arrivée sur le marché du travail, près de la moitié d'entre eux se retrouve au chômage. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 13.29 - La validation des acquis de l'expérience (VAE) dans les établissements d'enseignement supérieur de 2002 à 2011 - - Décembre 2013
Après une montée en charge jusqu'au milieu des années 2000, le nombre total de diplômes délivrés au titre de la validation des acquis de l'expérience (VAE) dans les universités et le Cnam se stabilise. Par contre, la part des validations totales sur l'ensemble des validations accordées (pour tout ou partie de diplôme) en VAE continue de croître. Parmi les diplômes octroyés, en tout ou partie, dans le cadre d'une VAE du supérieur, les licences ont très largement augmenté. Elles représentent aujourd'hui près de la moitié des diplômes attribués. Cette croissance a été fortement portée par le développement de la licence professionnelle. Enfin, avec la mise en place des cursus licence-master-doctorat (LMD) à partir de 2003, la structure des diplômes change : la part des « master ou plus » double entre 2002 et 2011, passant de 22 % à 45 %. [Consulter cette publication]
État de l'École n°23 - 30 indicateurs sur le système éducatif - ouvrage collectif - Octobre 2013
Cette vingt-troisième édition de L'état de l'École propose une analyse synthétique des coûts, des activités et des résultats du système éducatif français. Elle en observe les évolutions et apporte l'éclairage des comparaisons internationales. Elle contribue à actualiser le jugement que nous pouvons porter sur notre École, au moment où sa refondation s'affirme comme une priorité de l'action gouvernementale. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 13.22 - Le supérieur : moteur de la croissance de l'apprentissage en 2010 et 2011 - - Octobre 2013
Au 31 décembre 2011, les centres de formation d'apprentis accueillent 436 300 apprentis, soit une hausse de 2,4 % par rapport à 2010. Cette évolution est la résultante de deux mouvements contraires : la baisse des effectifs d'apprentis dans le secondaire et l'essor de ceux dans le supérieur. Ceci a pour conséquence de modifier le public concerné avec une augmentation de l'âge moyen des apprentis et une hausse de la part des filles, les formations du supérieur étant plus tournées vers les spécialités des services, plus féminisées. L'autre conséquence concerne l'Île-de-France avec une augmentation de 4,8 % des effectifs. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 12.31 - La validation des acquis de l'expérience dans le supérieur en 2011 - - Décembre 2012
La validation des acquis de l'expérience (VAE) permet à 4 000 personnes d'obtenir tout ou partie d'un diplôme ou titre de l'enseignement supérieur. Le master et la licence professionnelle restent les diplômes les plus recherchés. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 12.30 - Diplômes technologiques et professionnels : 21 000 dossiers VAE en 2011 - - Décembre 2012
L'activité de validation des acquis de l'expérience (VAE) pour les diplômes technologiques et professionnels progresse de 4 % en 2011, après le recul de 10 % enregistré entre 2009 et 2010. Cette hausse s'explique en partie par l'introduction de deux nouveaux diplômes sur le marché de la VAE. [Consulter cette publication]
Géographie de l'école n°10 - mai 2011 - ouvrage collectif - Mai 2011
Cette publication vise à repérer les disparités géographiques du système de formation français, en référence au principe d'assurer à tous les jeunes l'acquisition d'une culture générale et d'une qualification reconnue, quelle que soit leur origine sociale, culturelle ou géographique. Trente ans après les premières lois de décentralisation, elle montre la diversité des contextes éducatifs sur notre territoire national et replace les transformations en cours dans leur profondeur historique [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 11.03 - La validation des acquis dans les établissements de l'enseignement supérieur en 2009 - - Janvier 2011
Depuis 2007, le nombre total de diplômes délivrés au titre de la validation des acquis de l'expérience (VAE) par les universités et le CNAM est stable avec environ 4 100 validations annuelles. En 2009, pour plus de la moitié, les VAE octroyées sont des validations totales (2 200) ; pour le reste, ce sont des validations d'une partie d'un diplôme (1 900). Le nombre de validations délivrées en totalité sur l'ensemble de ces établissements oscille autour de 2 000 depuis 2007. En 2009, la part des diplômes complets atteint son plus haut niveau (53,1 %), depuis la mise en place du dispositif (loi 2002). Les diplômes les plus recherchés sont la licence professionnelle, en fort développement, talonnée de près par le master. Les grands champs disciplinaires regroupant le plus de demandes restent "les sciences économiques, la gestion et l'administration économique et sociale". [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 11.01 - La croissance de l'apprentissage marque une pause en 2008 et 2009 - & - Janvier 2011
Au 31 décembre 2009, 424 750 jeunes préparent un diplôme en apprentissage, soit une baisse de 0,7 % par rapport à la rentrée précédente. En 2008, la croissance des effectifs avait déjà ralenti (+ 0,6 %), après plusieurs années de développement rapide. Cette contraction résulte à la fois d'un contexte économique défavorable qui pénalise l'alternance dans son ensemble et de la réforme du baccalauréat professionnel. Seules les formations de niveau bac + 4 et plus restent très dynamiques, avec des taux de croissance supérieurs à 10 % par an. Sur ces deux années, les spécialités du bâtiment, du bois et de la mécanique perdent le plus d'apprentis, tandis que celles de l'agriculture et de l'alimentation ne sont pas affectées par ces conditions difficiles. Les évolutions régionales sont également contrastées : les effectifs baissent dans la moitié des académies. Enfin, la réussite des apprentis aux principaux examens varie de 90 % au baccalauréat professionnel à 70 % en BTS à la session 2009. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 10.09 - La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2008. - - Mai 2010
Marqué par un essor rapide en début de période (loi de janvier 2002), le nombre total de VAE délivrées stagne depuis 2006. La part que représentent les diplômes complets accordés reste croissante. Les diplômes les plus recherchés sont les masters et la licence professionnelle. Les sciences économiques, la gestion et l'AES regroupent le plus de demandes. En encadrés : source ; l'accompagnement en VAE, les dispositifs de validation des acquis, la VAP 85. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 09.16 - La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2007. - - Juin 2009
En 2007, à l'université et au CNAM, 4 200 personnes ont bénéficié de la validation des acquis de l'expérience pour obtenir tout ou partie de diplôme. Cinq tableaux donnent : la répartition de la validation des acquis de l'expérience dans les universités qui ont utilisé le dispositif (et le CNAM) en 2007, des bénéficiaires selon les différents diplômes obtenus, selon les disciplines, entre les différents diplômes accordés selon l'âge, les validations des acquis professionnels dans les universités et au CNAM. En graphiques : évolution de la VAE de 2002 à 2007, évolution de la répartition des bénéficiaires selon leur situation vis-à-vis de l'emploi ou selon la catégorie socioprofessionnelle. En encadrés : source ; les dispositifs de validation des acquis. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 09.14 - le développement de la validation des acquis de l'expérience marque une pause en 2007. - - Mai 2009
En 2007, 21 967 dossiers déposés par des candidats à l'obtention d'un diplôme de l'enseignement professionnel ou technologique de l'Éducation nationale par validation des acquis de leur expérience ont été examinés, soit 1,4 % de moins qu'en 2006. Un candidat sur trois a bénéficié d'un accompagnement dans sa démarche. Le BTS est le diplôme le plus recherché et 58,5 % des candidats l'obtiennent. Un tableau présente les 35 diplômes les plus demandés : le CAP petite enfance est choisi par 14,5 % des candidats. En encadré : définition. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 07.43 - Du CAP au BTS : la validation des acquis de l'expérience poursuit son développement en 2006. - - Décembre 2007
En 2006, 22 284 dossiers déposés par des candidats à l'obtention d'un diplôme de l'enseignement professionnel ou technologique de l'Éducation nationale par validation des acquis de leur expérience ont été examinés, soit près de 4 % de plus qu'en 2005. Un candidat sur trois recherche un BTS et l'obtient dans 58 % des cas ; les diplômes de niveau V (CAP-BEP) occupent une place moins importante, mais sept candidats sur dix à un CAP obtiennent leur diplôme complet. 7 tableaux donnent : le bilan de l'activité des DAVA (dispositif académique de validation des acquis) de 1995 à 2006, le nombre total de dossiers examinés par un jury de 2000 à 2006, la répartition des dossiers examinés selon les caractéristiques des candidats (sexe, âge) entre 2002 et 2006, selon le diplôme postulé ; en 2006 : répartition par diplôme des candidats selon qu'ils ont obtenu le diplôme complet ou une partie du diplôme, les diplômes les plus demandés en VAE, les résultats par académie. En graphique : candidats à la VAE ayant bénéficié d'un accompagnement de la part de l'Éducation nationale de 1995 à 2006. En encadré : définition. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 07.39 - La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2006. - - Novembre 2007
En 2006, dans l'enseignement supérieur, 1842 diplômes ont été octroyés dans leur totalité au titre de la validation des acquis de l'expérience (VAE). Quatre tableaux mettent en lumière la validation des acquis dans les universités et au CNAM en 2006, la validation des acquis dans les universités qui ont utilisé le dispositif (et le CNAM) en 2006, la répartition des bénéficiaires entre les différentes formations ou diplômes (en %) et la répartition des bénéficiaires selon l'âge. En graphiques : évolution de la validation des acquis de 1998 à 2006, évolution de 2002 à 2006 (répartition entre VAE et diplômes complets), répartition des bénéficiaires selon leur situation vis-à-vis de l'emploi, répartition par catégorie socioprofessionnelle des bénéficiaires ayant un emploi selon le dispositif choisi. En encadrés : source ; les dispositifs de validation des acquis. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 07.08 - La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2005. - - Février 2007
En 2005, dans l'enseignement supérieur, la validation des acquis de l'expérience (VAE) confirme sa progression avec une hausse de 21,3 % de validations délivrées. Quatre tableaux mettent en lumière la validation des acquis dans les universités et au CNAM en 2005, la validation des acquis de l'expérience (VAE) dans les universités qui ont utilisé le dispositif (et le CNAM) en 2005, la répartition des bénéficiaires entre les différentes formations ou diplômes (en %) et la répartition des bénéficiaires selon l'âge. En graphiques : évolution de la validation des acquis de 1998 à 2005, répartition des bénéficiaires selon leur situation vis-à-vis de l'emploi, répartition par catégorie socioprofessionnelle des bénéficiaires ayant un emploi selon le dispositif choisi. En encadrés : source ; les dispositifs de validation des acquis. [Consulter cette publication]

Les publications de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance

Note d'information DEPP 14.01 - La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l'enseignement scolaire ou supérieur en France et dans l'OCDE - - Janvier 2014
En 2010, le coût théorique du parcours d'un élève entre le début de sa scolarité obligatoire et la fin de ses études secondaires en France est dans la moyenne de l'OCDE. Il est inégalement réparti entre le primaire et le secondaire : il dépend d'une part du coût annuel par élève dans chaque cycle et d'autre part de la durée théorique de scolarité dans le primaire et le secondaire. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 13.28 - Le coût de l'éducation en 2012, évaluation provisoire du compte - & - Novembre 2013
En 2012, la France a consacré 139,4 milliards d'euros à son système éducatif, soit une hausse de 2 % par an en euros constants depuis 1980. Cela représente 2 130 euros par habitant et près de 7 % du PIB, taux comparable à celui de 2006. L'État reste le premier financeur de l'éducation (58 %) devant les collectivités territoriales (25 %) dont la part a augmenté de plus de 3 points depuis 2006. En 2012, la dépense moyenne pour un élève ou un étudiant est de 8 330 euros.
Elle s'élève avec le niveau, allant de 6 010 € pour un écolier à 11 740 € pour un étudiant.
Depuis 2006, alors que le coût d'un élève de l'enseignement scolaire a peu évolué, celui d'un étudiant a crû de près de 10 points.
[Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 13.14 - Résultats provisoires du baccalauréat 2013 - & - Juillet 2013
À résultats en baisse, porte la part d'une génération obtenant le baccalaréat à 77,5 % contre la session de juin 2012, avec 84,5 % d'admis en France métropolitaine et dans les DOM hors Mayotte, le taux de réussite global au baccalauréat présente une légère baisse (- 1,1 pt) par rapport à la session 2011. Les taux de réussite au baccalauréat général et au baccalauréat technologique augmentent respectivement de 1,4 et de 1 point tandis que celui du baccalauréat professionnel est en baisse de 5,6 points en 2012.
Le taux de réussite au baccalauréat s'établit à 89,6 % dans la voie générale, 83,4 % dans la voie technologique et 78,2 % dans la voie professionnelle. L'année 2012 a encore connu une forte progression du nombre des candidats au baccalauréat professionnel (+ 28 %) qui, malgré des 71,6 % l'an dernier. À la session de juin 2013, avec 86,8 % d'admis, le taux de réussite global au baccalauréat en France est en hausse (2,4 points) par rapport à la session 2012.
Les taux de réussite au baccalauréat général et au baccalauréat technologique augmentent respectivement de 2,4 et de 3,3 points. Les résultats du baccalauréat professionnel se stabilisent en 2013 (+ 0,5 point) après trois ans de forte baisse. Le taux de réussite au baccalauréat s'établit à 91,9 % dans la voie générale, 86,4 % dans la voie technologique et 78,6 % dans la voie professionnelle.
La réforme de la voie professionnelle étant achevée, le nombre des candidats au baccalauréat professionnel baisse de 17 % en 2013 (- 40 300) ce qui réduit la part d'une génération obtenant ce baccalauréat à 19,9 % contre 23,6 % l'an dernier. Au total, la part des bacheliers 2013 dans une génération est ramenée à 73,1 % contre 76,4 % en 2012.
[Consulter cette publication]
Note d'information SIES 13.06 - Dépenses de recherche et développement en France en 2011 - Premières estimations pour 2012 - & - Juillet 2013
En 2011, la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) s'établit à 45,0 milliards d'euros, en hausse de 2,3 % en volume par rapport à 2010. L'augmentation de la DIRD résulte d'une forte progression des dépenses de recherche et développement (R&D) des entreprises. Ces dernières ont contribué à hauteur de 2,2 points de pourcentage à l'évolution de la DIRD, les administrations ayant contribué pour 0,1 point. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 13.02 - Résultats définitifs de la session 2012 du baccalauréat - - Mars 2013
Avec 721 800 candidats et 609 900 lauréats, le taux de réussite à la session 2012 du baccalauréat s'élève à 84,5 % : 89,6 % dans la voie générale, 83,2 % dans la voie technologique et 78,4 % dans la voie professionnelle.
Les candidats sous statut scolaire, en formation continue ou en apprentissage réussissent mieux que les autres candidats.
Les filles, ainsi que les candidats les plus jeunes, obtiennent de meilleurs résultats.
La généralisation de la réforme de la voie professionnelle a conduit à une augmentation conjoncturelle des effectifs des candidats et des lauréats de cette voie (+ 57 600 candidats et + 34 800 lauréats en un an).
Dans ce contexte, la proportion de bacheliers dans une génération augmente de 5,7 points par rapport à 2011 pour atteindre 76,7 %.
La réforme de la voie professionnelle aura eu pour effet de porter la part des bacheliers professionnels dans une génération à plus de 20 %.
[Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 12.29 - La dépense par élève ou étudiant en France et dans l'OCDE - , & - Décembre 2012
En France, la dépense moyenne d'éducation par élève ou étudiant est estimée à 8 250 euros en 2011. L'État assure l'essentiel de la dépense moyenne d'éducation, alors qu'au niveau de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) les collectivités territoriales en sont le principal financeur. Le niveau de dépense pour la durée de la scolarité obligatoire place notre pays dans la moyenne de l'OCDE. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 12.17 - Coût de l'éducation en 2011 - Évaluation provisoire du compte - & - Novembre 2012
La dépense intérieure d'éducation est estimée à 137,4 milliards d'euros en 2011. Cela représente une baisse de 0,4 % par rapport à l'année précédente, en euros constants. L'effort consenti par la collectivité nationale pour le fonctionnement et le développement du système éducatif correspond à 6,9 % du produit intérieur brut. En 2009, selon les dernières statistiques internationales disponibles, cet effort est légèrement plus important en France que dans la moyenne des pays de l' OCDE (+ 0,1 point). [Consulter cette publication]
État de l'École n°22 - 31 indicateurs sur le système éducatif - Michel Quéré (dir.) & Paul Esquieu - Octobre 2012
Le développement des indicateurs et des études au niveau international (OCDE, Eurostat, Unesco), la définition d'objectifs communs pour les systèmes éducatifs européens, les objectifs assortis à la mise en place en France de la loi organique relative aux lois de finances (Lolf) et l'ambition réaffirmée que tout jeune parvienne à la maîtrise d'un socle commun de connaissances et de compétences au terme de sa scolarité obligatoire incitent à suivre régulièrement les efforts entrepris en matière d'éducation et de formation, les résultats obtenus ainsi que les progrès qui restent à accomplir.
Les moyens mis au service de notre système éducatif, son activité, son fonctionnement, ses résultats, internes comme externes, ont constitué, dès la première édition de 1991, la structure d'analyse des indicateurs synthétiques rassemblés dans l'état de l'École, avec le souci de fournir à la fois des évolutions dans le temps et des comparaisons dans l'espace.
Cette 22ème édition poursuit cette démarche.
[Consulter cette publication]
Note d'information SIES 12.11 - Dépenses de recherche et développement en 2010 - Premières estimations pour 2011 - & - Août 2012
En 2010, la dépense intérieure de recherche et développement (DIRD) s'établit à 43,4 milliards d'euros, en hausse de 2,8 % en volume par rapport à 2009. L'augmentation de la DIRD résulte d'une progression soutenue des dépenses de recherche et développement (R&D) des entreprises. Ces dernières ont contribué à hauteur de 1,65 point de pourcentage à l'évolution de la DIRD, les administrations ayant contribué pour 1,15 point. L'effort de recherche de la nation, mesuré en rapportant la DIRD au produit intérieur brut, s'élève à 2,24 % en 2010. Il devrait se maintenir à 2,25 % en 2011. En raison d'un léger ralentissement des dépenses des administrations, la DIRD augmenterait en 2011 à un rythme moins élevé (+ 2,2 % en volume), mais sa progression resterait supérieure à celle du PIB (+ 1,7 % en volume). En 2010, les activités de R&D dans les entreprises et dans les administrations mobilisent 393 000 personnes en équivalent temps plein. [Consulter cette publication]
Note d'information DEPP 10.21 - Coût de l'Éducation en 2009 Évaluation provisoire du compte - & - Décembre 2011

En 2009, la France a consacré 132,1 milliards d'euros à son système éducatif, soit une dépense en hausse de 1,3 % (en euros constants) après trois années de stabilité. Cela représente 6,9 % du PIB et 2 050 euros par habitant.
La dépense moyenne par élève ou étudiant est de 7 990 euros : 5 690 euros pour un écolier, 9 380 pour un élève de l'enseignement secondaire, 11 260 pour un étudiant. La part du secondaire (42,0 %) dans la dépense intérieure d'éducation (DIE) tend à décroître, celle du supérieur (19,9 %) progresse de 2,3 points depuis 2005.
L'État reste le premier financeur de l'éducation (59,2 %), devant les collectivités territoriales (24,6 %) dont la part a augmenté de 4 points depuis 2005. Avec 6,0 % de son PIB consacré à l'éducation en 2007, la France se situait 0,3 point au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE sur un champ restreint ne comprenant pas la formation continue (données internationales 2007 publiées en 2010).
[Consulter cette publication]

Posté par pcassuto à 16:20 - - Permalien [#]
Tags :