28 juillet 2013

Relevance In The Marketplace

By Margaret Andrews. As the late MIT economist Rudi Dornbusch once said, “... things take longer to happen than you think they will, and then they happen faster than you thought they could.”
Several recent articles point to the changes in higher education happening at an accelerated pace. And not one of them was about MOOCS (massively open online courses). Read more...

Posté par pcassuto à 10:32 - - Permalien [#]


08 juillet 2013

Are we producing graduates fit enough for the job market?

http://www.timesofoman.com/Siteimages/MynImages/dtl_7_7_2013_4_38_46.jpgBy Saleh Al Shaibany. It is no longer sufficient to produce thousands of graduates every year without considering whether these youngsters, armed with degrees in diverse subjects, are good enough to enter the job market.
Here, in Oman, no one has created a higher-education map that matches the exact requirements of employers in terms of specialisations. At least 8,000 graduates seek jobs each year, but the companies that are expected to employ them never have any influence over their education. Academics don't seem to look beyond the day of graduation.
In theory, when higher-education institutions annually churn out thousands of graduates, the job market is spoiled for choice. This isn't the case in reality. Instead, employers have to sift through thousands of applications to find the best candidates. They blame universities for sticking to the status quo with curriculums that do not encourage innovation or conform to the needs of the changing world. Read more...

Posté par pcassuto à 18:40 - - Permalien [#]

03 juillet 2013

The Market University?

http://www.iau-aiu.net/sites/all/files/IAU%20Horizons%2019.2%20Front%20cover%20picture%20-%20ENG.jpgThe latest edition of the IAU Horizons (Vol. 19 No.2) is now available online.
The Market University? by Gilles Breton, Graduate School of International and Public Affairs, University of Ottawa, Canada
In what conditions were Market Universities created?
(Elizabeth Poop Berman, Creating the Market University: How Academic Science Became an Economic Engine, Princeton University Press, 2012, Princeton, 265p – ISBN: 9780691147086).
How is it that, even in the academic world, market logic has managed to stand out despite the presence of a strong institutional logic, that of science? There are two main types of responses to these questions. The first one provides general answers, which still embrace either globalization or the rise of neo-liberalism. The other type of response, more empirical in nature, considers the search for additional revenue by higher education institutions and the demands of industry for university research that better meets its needs as the two major factors that have led universities to increasingly integrate the market logic.
The work of Elizabeth Poop Berman offers – from the American perspective – an original response, more political and institutional in nature, to the involvement of universities in economic activities through market logic. The thesis defended in this book is based on the following main arguments: it is the American Government which, in the middle of the 1970s, encourages universities to consider scientific research as a product that may prove to be economically viable while, at the same time, the idea of making scientific and technological innovation the vector of economic activity becomes the new project of political, economic and academic decision-makers, thus bringing the universities to redefine their mission and especially their involvement in the economy.
This translates, within academic institutions, by the passage of “science as a resource” to “science as a driver of economic activity”. That is to say that universities have abandoned the model which dominated until the 1970s, where their involvement in the economic activity was limited to providing basic research from which industries solved their problems and advanced technologically, to adopt a new model where science and research can now be used as an engine of the economy through a scientific production that pulls the innovation from which new areas of economic activities can be created or existing sectors may be transformed.
It is by relying on solid empirical research that the author brings to light the creation of the Market University. More specifically, three case studies are conducted that focus on the development of entrepreneurship by professors in the biosciences, the new development and management of patents by universities and finally, the study of the creation of industry-university research centres. These three case studies are conducted in light of the concept of institutional logic. The author shows how tensions evolved between market institutional logic (or capitalism), which evaluates the relevance of science by the value of its production on the market on the one hand, and scientific institutional logic, for which it is in the search for truth and the production of new knowledge that lies its intrinsic value on the other hand.
In her analysis, it appears that political decisions specific to each of the three cases studied were the main factors in the transition to the Market University; that these decisions were taken in a rather short period of time, from the end of the 1970s to the beginning of the 1980s; that it was mainly university teaching staff and middle managers, not senior management, who were initially the main agents of this transformation and finally, that the concept of the Market University, if it falls within the neo-liberal project in the sense that all human activity is reduced to creating economic value, also fits into an economic rationalization project (in the Weberian sense) that aims to place universities in the dominant economic rationality of the moment, that of growth through innovation, in which the universities become one of the main drivers.
Creating the Market University is an important book that enables us to understand how the conflict at the heart of academia came about, and which compares two opposing university projects: university and science for public good versus university and science for the market. In addition, if the proposed analysis of this migration to the Market University opens research perspectives and avenues of comparison which are extremely stimulating and challenging, it also confirms that it is not enough to turn the Market University into a neo-liberal politico-ideological project in order to understand how it is implemented and becomes established in our institutions. With drawing from the Market University, or simply going beyond the sciencemarket conflict, requires a thorough understanding of the current situation if we want to develop something new in the academic world, based on solid evidence. Elizabeth Popp Berman’s book can surely help. Download IAU Horizons (Vol. 19 No.2).

Posté par pcassuto à 22:54 - - Permalien [#]

01 juillet 2013

Aborder le marché chinois de l’éducation supérieure: quelles formations pour demain?

http://blog.educpros.fr/les-nouveaux-modeles-economiques-de-l-enseignement-superieur/wp-content/themes/longbeach_gleyze/images/img01.jpgBlog Educpros de Gilles Gleyze. L’Ecole Centrale Paris prévoit l’ouverture en 2014 d’un Mastère Spécialisé sur le thème : Doing Business in China. Ce programme, d’une durée d’une année, vise à former des jeunes diplômés et managers français, aux spécificités du management industriel dans le contexte chinois. C’est un mix de culture chinoise, de management et d’Industrial Engineering. Cette ouverture ira de pair, cet automne, avec l’organisation d’une Learning Expedition en Chine, destinée cette fois-ci à des cadres expérimentés, soucieux de s’initier aux réalités de la Chine. Suite de l'article...
Blog Educpros of Gilles Gleyze. Ecole Centrale Paris plans to open in 2014 with a Master in the theme: Doing Business in China. More...

Posté par pcassuto à 00:01 - - Permalien [#]

26 avril 2013

Les étudiants anticipent-ils correctement la valeur de leur diplôme sur le marché du travail ?

http://iredu.u-bourgogne.fr/images/stories/Illustrations/logo_iredu.gifNouveau document de travail de l'IREDU
Claire Bonnard, Jean-François Giret, Marielle Lambert-Le Mener viennent de publier un nouveau "Document de travail de l'IREDU", intitulé: "Les étudiants anticipent-ils correctement la valeur de leur diplôme sur le marché du travail ?" (DT n°2013/1, avril 2013)
Ce travail analyse la manière dont les étudiants de première année d'université anticipent leurs salaires futurs, puis compare ces salaires à ceux qu'ils peuvent réellement observer sur le marché du travail. Nos résultats montrent globalement une surestimation des salaires anticipés d'environ 9% en début de carrière, ce qui est cohérent avec des travaux réalisés dans d'autres pays. En revanche, les salaires anticipés après dix ans de carrières sont supérieurs de 28% aux salaires observés des diplômés à ancienneté comparable. Les résultats soulignent également l'importance de l'environnement familial lors du choix des études supérieures. Les salaires anticipés vont être plus élevés lorsque les parents vont s'intéresser à l'orientation de leurs enfants, lorsqu'ils seront d'accord avec leur projet scolaire et lorsque la profession du père est liée avec le projet scolaire des parents. Enfin, nous soulignons l'importance de l'effet des variables cognitives qui sont en, général, beaucoup plus significatives que les variables liées au passé scolaire. Accès au document.
http://iredu.u-bourgogne.fr/images/stories/Illustrations/logo_iredu.gif New working paper IREDU
Claire Bonnard, Jean-François Giret, Marielle Lambert-The Leading just released a new "Working Paper IREDU" entitled "students they anticipate correctly the value of their degree in the labor market?"
(DT n°2013/1, avril 2013) (DT No. 2013/1, April 2013). More...

Posté par pcassuto à 23:52 - - Permalien [#]


23 mars 2013

Cluster - mécanismes de marché et intervention des pouvoirs publics

Le blog de Jean-Luc Vayssière. Dans un discours récent, lors d’une visite en France, D. Willetts, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche en Grande-Bretagne déclarait, à propos du projet « Paris, capitale du numérique »: « Ce n’est pas en créant un cluster de toutes pièces qu’on arrive à attirer les entreprises » (Source: dépêche AEF du 26 février 2013). C’est à la fois vrai et faux. Vrai parce que je ne connais pas d’exemple de cluster qui ait été créé artificiellement par les pouvoirs publics, en partant de rien du tout. Il est nécessaire qu’une masse critique d’entreprises soient là avant. Mais c’est aussi faux si l’on interprète cette déclaration comme une mise en cause du rôle des pouvoirs publics dans l’émergence de pôles forts d’innovation. Par exemple, qui pourrait dire qu’ils n’ont joué aucun rôle dans l’émergence de Sophia-Antipolis en France? Autrement dit, il ne faut pas opposer mécanismes de marché et intervention des pouvoirs publics: les deux peuvent se combiner et se renforcer mutuellement pour créer des clusters performants.
C’est dans cette perspective que se situe l’action de l’UVSQ en faveur de l’innovation et du développement économique. Elle capitalise sur l’existant tout en accompagnant l’action des pouvoirs publics. Suite de l'article...
An blag de Jean-Luc Vayssière. In óráid le déanaí, le linn cuairte ar an Fhrainc, D. Willetts, an tAire Ardoideachais agus Taighde sa Bhreatain dúirt sé, mar gheall ar an "Pháras, Caipitil na digiteach": "Níl sé a chruthú braisle ó scratch a tharlaíonn a mhealladh cuideachtaí "(Foinse: AEF seolta an 26 Feabhra 2013). Tá sé seo idir fíor agus bréagach. Fíor toisc nach bhfuil a fhios agam de bhraisle den sórt sin go bhfuil a cruthaíodh go saorga ag an rialtas, ag tosú ó rud ar bith. Níos mó...

Posté par pcassuto à 10:42 - - Permalien [#]

21 mars 2013

Collectivité Territoriale de Corse - Marché de la formation professionnelle 2013 – 2014

CTC - Marché de la formation professionnelle 2013 – 2014
Avis de marché:
Marchés de formation professionnelle 2013-2014
Le Programme Régional de Formation Professionnelle (PRFP) de la Collectivité Territoriale de Corse, vise à élever le niveau de qualification et favoriser l’accès à l’emploi des bénéficiaires.
L'avis de marché comprend 103 lots.
Procédure:
Le site des marchés publics de la Corse permet de consulter toutes les procédures d'achats, et après une simple étape d'inscription, de retirer le dossier de consultation des entreprises (DCE), et de remettre les offres par voie électronique.
Consulter le site
La date limite de remise des offres est le 19/04/2013 à 16:00
.

Collectivité Territoriale de Corse
22 cours grandval - B.P. 215,
A l'attention de M. le président du Conseil
Exécutif, F-20187 Ajaccio Cedex
E-mail: commande.publique@ct-corse.fr.
Site de la CTC.

CTC - Market Vocational Training 2013 - 2014
Procurement notice: Market training 2013-2014
The Regional Programme for Vocational Training (CSRP) of the Territorial Collectivity of Corsica, aims to raise the level of qualifications and promote access to employment beneficiaries. More...

Posté par pcassuto à 01:14 - - Permalien [#]

28 janvier 2013

Academic loyalty priced out of the market

MBA blogBy John Colley. Universities need a retention policy if they wish to retain senior teachers. Academics have traditionally been seen as somewhat dusty, risk-averse people, not usually associated with rapid change or job hopping for higher salaries. However, UK business schools have seen important changes in recent years. Significant numbers of senior academics are now moving between universities, and loyalty is becoming a thing of the past. The main driver of this relatively new behaviour is the offer of much higher salaries. This year, the data will be collected for the UK’s 2014 Research Excellence Framework (REF). This assessment considers and rates the quality of research undertaken by teaching staff over the past six years at each university faculty and school. The results are published and feed into many of the published league tables over the coming six years. The assessment is also used by the UK government to allocate research grants to universities. Read more...

Posté par pcassuto à 22:19 - - Permalien [#]

25 janvier 2013

Market forces have brought chaos to universities

The Guardian homeBy Ros Coward. Lifting the cap on fees has marketised higher education, with falling student numbers and reduced entry requirements. Some call what's happening in the university sector a "radical overhaul". This sounds planned and orderly. But as student numbers fall and talk turns to the politically embarrassing possibility of university bankruptcies, this starts to look more like a demonstration of the law of unintended consequences.
The increase in fees was originally proposed to the last Labour government by Lord Browne, in response to the universities' own push for more income. He suggested lifting the cap but clawing back some fees from universities that charged more than £6,000. No incoming Tory government was ever going to pass on this opportunity to reduce long-term expenditure and "marketise" the sector. But, in coalition, they had to accept the generous terms for student loans that Nick Clegg needed in order to mitigate his shameful volte-face on his "no fees" pledge. Meanwhile the universities, pretty much to a body, decided to adopt the highest possible fees. With different elements all pushing their own agendas, it was a lash-up from the start. Read more...

Posté par pcassuto à 17:49 - - Permalien [#]

23 janvier 2013

Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques

http://www.ccomptes.fr/var/cdc/storage/images/187-20-fre-FR/Accueil.pngLa Cour des comptes rend public, mardi 22 janvier, un rapport consacré aux politiques en faveur du marché du travail. Dans un contexte de chômage élevé, où il apparaît essentiel de préserver l’employabilité de ceux qui sont les plus fragilisés par les évolutions économiques, ce rapport traite des politiques qui visent à faire mieux fonctionner le marché du travail: indemnisation du chômage, aides à l’insertion ou à la réinsertion et formation professionnelle des chômeurs. L’ensemble de ces politiques représente plus de 50 milliards d’euros de dépenses par an.
RAPPORT PUBLIC THEMATIQUE. Paris, le 22 janvier 2013. Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques

La Cour des comptes rend public un rapport consacré aux politiques en faveur du marché du travail. Dans un contexte de chômage élevé, où il apparaît essentiel de préserver l’employabilité de ceux qui sont les plus fragilisés par les évolutions économiques, ce rapport traite des politiques qui visent à faire mieux fonctionner le marché du travail: indemnisation du chômage, aides à l’insertion ou à la réinsertion et formation professionnelle des chômeurs. L’ensemble de ces politiques représente plus de 50 milliards d’euros de dépenses par an.
1) Un dualisme du marché du travail aggravé par la crise

Si l’activité économique a mieux résisté à la crise, en France, que dans la moyenne des pays de l’OCDE, l’augmentation du chômage y a été plus marquée à partir de 2009 que chez plusieurs de ses voisins européens. Ce sont les catégories les plus fragiles de la population qui ont été les plus touchées.
Cette situation tient à deux spécificités françaises:
- les employeurs se sont adaptés à la baisse d’activité en diminuant les effectifs (flexibilité externe) plutôt qu’en diminuant le nombre d’heures travaillées (flexibilité interne), pendant que l’Allemagne, notamment, contenait l’augmentation du chômage par un recours plus fréquent au chômage partiel;
- la dégradation de la situation des salariés les plus précaires a accentué le dualisme du marché du travail, avec, d’une part, des travailleurs relativement protégés, à l’emploi plutôt stable et, d’autre part, des travailleurs plus exposés, à l’emploi temporaire et aux mobilités fréquentes et non volontaires.
2) Un financement de l’indemnisation du chômage difficilement soutenable

Le régime français d’indemnisation du chômage, tel qu’il est mis en oeuvre depuis la nouvelle convention de 2009, présente plusieurs caractéristiques qui le rendent plus protecteur que dans beaucoup d’autres pays: il est plus accessible, en raison d’une durée minimale de cotisation courte et d’une période de référence assez longue; le niveau d’indemnisation est plus élevé pour les salariés situés aux deux extrémités de l’échelle des revenus; il offre une durée maximale d’indemnisation plus longue, quoique réservée aux salariés les mieux insérés dans l’emploi. Il joue donc un rôle protecteur et contra-cyclique en offrant un revenu de remplacement aux demandeurs d’emploi. Toutefois, la durée de la crise a contribué à dégrader la situation financière de l’assurance chômage, mettant en cause la soutenabilité du régime. De 9 milliards d’euros en 2010, l’endettement de l’assurance chômage pourrait passer à 18,5 milliards en 2013. Cette évolution est aussi le résultat de la dérive persistante du régime d’indemnisation des intermittents du spectacle, dont le déficit annuel s’élève à 1 milliard d’euros au bénéfice de 3% seulement des demandeurs d’emplois. En outre, le régime d’assurance chômage a perdu de son efficacité en termes de couverture des demandeurs d’emploi: ainsi, le nombre de personnes indemnisées rapporté aux demandeurs d’emplois (44,8% en 2011) s’est réduit, en raison notamment de l’arrivée en fin de droits d’une part élevée de chômeurs. Le fort développement de l’indemnisation au titre de l’« activité réduite », qui permet de cumuler une activité à temps partiel ou à durée déterminée et une indemnisation au titre du chômage (45% des allocataires concernés en 2011) peut faciliter le retour à l’emploi, mais il faudra prévenir le risque que cette indemnisation devienne un complément de revenu destiné à des salariés durablement précaires. Enfin l’articulation du régime d’assurance chômage avec les régimes de solidarité (allocation de solidarité spécifique, RSA) est restée complexe et conduit à des ruptures dans la prise en charge de certains demandeurs d’emplois.
3) Des dispositifs peu efficaces face à la hausse du chômage

La France a abordé la crise avec des instruments de politique de l’emploi parfois obsolètes, dont l’efficacité s’est révélée décevante.
Les évolutions apportées en 2009 à l’indemnisation du chômage partiel, avec la création d’un nouveau régime plus favorable appelé « activité partielle de longue durée » (APLD), n’ont pas permis de la mobiliser de façon satisfaisante pendant la crise. Cette faible mobilisation du chômage partiel s’explique par une modernisation trop tardive du dispositif au regard de la conjoncture, par sa complexité et par son caractère financièrement peu attractif pour les entreprises. Par ailleurs, utilisés en France alors qu’ils ont quasiment disparu dans les autres pays, les contrats aidés, particulièrement ceux du secteur non marchand, n’ont pas permis d’obtenir des résultats satisfaisants en termes d’insertion durable en sortie de contrat. Ces résultats médiocres tiennent à un ciblage défaillant, des durées de contrat trop courtes et un accompagnement insuffisant des bénéficiaires.
4) Des politiques pas assez ciblées sur les publics en difficulté

La formation professionnelle continue requiert des financements considérables (plus de 31 milliards d’euros), dont près de la moitié est consacrée à l’indemnisation des stagiaires pendant la formation. Cet effort a tendance à reproduire, voire amplifier, les inégalités engendrées par le fonctionnement du marché du travail, la formation bénéficiant plus aux salariés déjà les mieux formés. L’effort de formation des demandeurs d’emploi est particulièrement insuffisant. Par ailleurs, les contrats aidés et les contrats de professionnalisation (contrats de travail prévoyant une formation en alternance) ont été trop peu orientés vers les moins diplômés, en contradiction avec les objectifs poursuivis. Il en est de même pour certains dispositifs de reclassement des demandeurs d’emploi – fusionnés en 2011 en un contrat de sécurisation professionnelle (CSP) – qui ont été mobilisés au profit des seuls salariés licenciés, alors que ceux-ci ne sont pas les seuls à nécessiter un accompagnement renforcé dans la recherche d’emploi. Ainsi, certains salariés arrivant en fin de contrat à durée déterminée ou de mission d’intérim devraient avoir accès au CSP ou à un accompagnement comparable.
5) Une gouvernance publique et paritaire complexe et insuffisamment coordonnée

Les actions menées par l’Etat, les régions, les partenaires sociaux, ainsi que leurs opérateurs (Pôle emploi, OPCA etc.) se superposent sans faire l’objet d’une véritable coordination. L’Etat joue un rôle d’impulsion déterminant dans l’orientation de la politique de l’emploi, mais la formation professionnelle continue est organisée par les partenaires sociaux, en lien avec les régions, dont les compétences pourraient être étendues. Cette multiplicité de centres de décision ne facilite pas la mise en place de politiques ciblées du marché du travail. Les réflexions actuelles sur la décentralisation doivent prendre en compte la nécessité d’une simplification radicale de ce dispositif complexe. Annoncée à l’occasion du sommet social du 18 février 2009, la création du fonds d’investissement social (Fiso) avait pour objet « de coordonner les efforts en faveur de l’emploi et de la formation professionnelle en consolidant différentes sources de financement ». Ce dispositif a rapidement disparu sans procurer les résultats escomptés. Quant au fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) créé en 2009 avec de fortes ambitions, ses résultats demeurent en-deçà des attentes initiales: la disproportion entre ses engagements, ses paiements et ses réalisations certifiées souligne la fragilité de cet instrument. Enfin, l’absence des régions dans les appels à projets, alors même que la loi en prévoyait la possibilité, a restreint ses moyens.
Conclusion

La Cour souligne les faiblesses du dispositif français d’intervention en faveur du marché du travail. Souvent anciennes, elles ont été accentuées par la crise intervenue en 2008. De ce fait, et en dépit des réformes nombreuses conduites au cours des dernières années, ce dispositif reste largement inadapté à un contexte de chômage durablement élevé. La Cour estime devoir alerter l’ensemble des acteurs concernés – Etat, régions, partenaires sociaux – et souligne la nécessité d’une inflexion dans la conduite des politiques en faveur du marché du travail.
Recommandations

Les principales recommandations concernant le régime d’indemnisation du chômage visent à:
- réviser l’ensemble des paramètres permettant de rétablir la situation financière du régime d’assurance chômage, notamment ceux du régime des intermittents du spectacle;
- rendre plus coûteuses les contributions des employeurs ayant le plus recours aux contrats courts (CDD et intérim);
- accroître les incitations au retour à l’emploi;
- renforcer la cohérence des prestations versées par les régimes d’assurance et de solidarité.
Parmi les 26 recommandations formulées par la Cour figurent également:
- le renforcement de l’attractivité des dispositifs de chômage partiel;
- la limitation des contrats aidés, notamment du secteur non marchand, aux publics prioritaires;
- le ciblage de l’offre de formation professionnelle par Pôle emploi vers les publics prioritaires;
- l’accès au contrat de sécurisation professionnelle en fonction de la distance à l’emploi et non de la situation juridique du bénéficiaire;
- la simplification dans le nouvel acte de décentralisation, des compétences et des décisions en matière d’emploi et de formation;
- l’amélioration de l’efficacité et de la transparence de la gestion du FPSPP.
Télécharger Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques, Synthèses - Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques, Allocutions - Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques, Communiques - Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques, Fiches - Marché du travail: face à un chômage élevé, mieux cibler les politiques.

http://www.ccomptes.fr/var/cdc/storage/images/187-20-fre-FR/Accueil.png Cuirfidh an Chúirt Iniúchóirí a phoibliú DÉ MÁIRT 22 Eanáir, tuarascáil ar pholasaithe an mhargaidh saothair. I gcomhthéacs ard dífhostaíochta, i gcás ina bhfuil sé riachtanach a choimeád ar bun le hinfhostaitheacht na daoine is leochailí d'fhorbairtí eacnamaíocha, pléann an tuarascáil seo polasaithe a obair níos fearr i margadh an tsaothair: sochar dífhostaíochta, cúnamh a comhtháthú nó athimeasctha agus oiliúna gairmiúla atá dífhostaithe. Níos mó...

Posté par pcassuto à 01:32 - - Permalien [#]