18 décembre 2011

Humanities courses lead to career success, says Grayling ahead of private college launch

http://www.timeshighereducation.co.uk/magazine/graphics/mastheads/mast_blank.gifBy Jack Grove. Sixty per cent of leading public figures in the UK have humanities, social science or arts degrees, a new study has found.
A report commissioned by the New College of the Humanities (NCH) found the subjects had been studied by the majority of those “at the top of their professions” – such as CEOs of FTSE 100 companies, bosses of top creative and financial companies, vice-chancellors of Russell Group universities and MPs.
Starting in September 2012, the privately-owned for-profit NCH will charge £18,000 a year for degrees in five subject areas: law, economics, history, English literature and philosophy.
Based in Bloomsbury, the college will be headed by A.C. Grayling, who year resigned from his post as professor of philosophy at Birkbeck, University of London earlier this year.
Dr Grayling said: “For service economies in the developed world, a broad educational background is essential.
“Much of the talent that goes into law, journalism, the civil service, politics, financial services, the creative industries, publishing, education, and much besides, is drawn from people who have studied the humanities.
“Our society and economy needs broadly educated people, who have gained a wider view of the world and human affairs – of how to think about them, understand them, and apply the lessons thus learned.”
But he added: “Our fear is that humanities provision is being diminished.
“It is wrong to think that humanities matter less, or offer fewer career opportunities than science, technology, engineering and mathematics.
“Many bright young people could benefit enormously from them.”
From 2012, the publicly-funded teaching grant for arts, social sciences and humanities subjects will be scrapped, with the annual costs of up to £9,000 repaid by graduates.
A reduced teaching grant will be available only for clinical subjects and some science, technology, engineering and mathematics (STEM) subjects.
The NCH report found 65 per cent of MPs studied an arts, humanities or social sciences discipline, compared with just over 10 per cent who studied STEM disciplines.
But only around 30 per cent of vice-chancellors of Russell Group universities came from an arts, humanities or social sciences background, compared to 65 per cent who had studied STEM subjects.

Posté par pcassuto à 18:56 - - Permalien [#]


17 décembre 2011

Le palmarès 2011 des meilleures universités en sciences humaines

http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg- La société QS (Quacquarelli Symonds), une entreprise britannique spécialisée dans l’organisation de salons internationaux pour l’enseignement supérieur et productrice de classements d’universités, publie son palmarès des 200 « meilleures » universités en sciences humaines et sociales.
- En langue anglaise et littérature, deux établissements français sont classés : l’université Paris-Sorbonne (Paris-IV) se trouve entre la 51e et la 100e place et l’université Paris-Diderot (Paris-VII) se situe entre la 151e et la 200e place. En langues modernes, Paris-IV se situe à la 19e place, tandis que l’ENS Ulm et l’université Panthéon-Sorbonne (Paris-I) sont toutes deux classées entre la 51e et la 100e place.
- En histoire, l’université Panthéon-Sorbonne (Paris-I), 41e, est la seule université française représentée, tout comme en géographie, où elle se situe entre la 101e et la 150e place. En philosophie, Paris-IV est 30e, Paris-I est 47e, l’ENS Ulm est entre la 51e et la 100e place, l’université de Strasbourg entre la 101e et la 150e place. En linguistique, les établissements français ne figurent pas dans le classement.
- Au niveau international, ces classements sont tous dominés par Harvard university (États-Unis), Oxford et Cambridge, à l’exception du domaine géographie où l’université de Californie prend la 2e place devant Harvard.
Voir aussi QS World University Rankings by Subject 2011: Arts & Humanities, ATHENA, l'Alliance des sciences humaines et sociales, Pour des SHS au coeur de l'enseignement supérieur, L'alliance ATHENA (SHS) dans le rapport Birraux sur les alliances, une nouvelle dynamique pour la recherche.
http://www.amge-jobs.com/wp-content/uploads/2010/06/logoFocusRH.jpg - Firma QS (Quacquarelli Symonds) Briti firma spetsialiseerunud korraldamine rahvusvahelistel messidel kõrghariduse ja toodavad ülikoolide edetabelid, avaldas nimekirja 200 "parim" ülikoolides sotsiaalteadusi. Vaata ka QS World University Rankings by Subject 2011: Arts & Humanities, ATHENA Alliance Humanitaar-ja Sotsiaalteadused, SHS For südames kõrgharidus, Athena Alliance (SHS) aruandes Birraux kohta liidud uus dünaamiline teadus. Velle...

Posté par pcassuto à 12:02 - - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2011

Europe: Social sciences research role backed

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Jan Petter Myklebust and Brendan O’Malley. European Union Commissioner Maire Geoghegan-Quinn has responded to calls to give more weight to social sciences and humanities in Horizon 2020, the EU's funding programme for research and innovation.
At a meeting at the British Academy in London on 10 November, she confirmed that "future funding at the European level will provide significant space for social sciences and humanities research".
The full proposals for Horizon 2020 are due to be published before the end of the year and then discussed by member states and the European parliament.
Geoghegan-Quinn said Horizon 2020 will be structured around three pillars: 'excellence in the science base', 'creating industrial leadership and competitive frameworks' and 'tackling societal challenges'.
'Tackling societal challenges' will focus on the challenges of health, demographic change and well-being; food security and the bio-based economy; secure, clean and efficient technology; smart, green and integrated transport; climate; and inclusive, innovative and secure societies.
A parallel thematic programme, Understanding Europe, will not be promoted separately but "underlies all our efforts to have a prosperous, inclusive and sustainable Europe by 2020", she said.
The British Academy is the UK national academy for the humanities and social sciences. In its response to the consultation on the green paper last May it stated that "few of the grand challenges [facing the world] are likely to be susceptible to technological solutions, while all of them require analysis by social science and humanities research before political action".
Hence the academy argued strongly for a grand challenge addressing the major policy issues raised by the changing economic, social and cultural dynamics of European society. It proposed the title Understanding Europe and the themes of 'memory, identity, cultural change, employment, education, working lives, inequality, families and the quality of life'.
This proposal was endorsed by ALLEA, the federation of 53 academies of science, social sciences and the humanities in 40 European countries. In its own response, ALLEA argued for "a very large-scale European research programme on identity and cultural change, education and employment, intergenerational justice and personal and societal well-being".
Geoghegan-Quinn said that the responses of the British Academy and ALLEA were among the most impressive of the 750 consolidated responses to the green paper, and that around 14% of the responses received concerned the social sciences and humanities.
She said the challenge on inclusive, innovative and secure societies had been included because it was raised during the consultation.
It will be firmly aimed at boosting knowledge of the factors that foster an inclusive Europe, that help overcome the current economic crisis and the very real concerns people have, that identify the links between the European and global contexts, and that encourage social innovation, she said.
This challenge would also bring security and socio-economic research together with the aim of understanding the many forms of insecurity - whether caused by crime, violence, terrorism, cyber attacks, privacy abuses or other forms of social and economic insecurity.
"We need a strong evidence base for policy-making on these issues and the social sciences and humanities have the appropriate tools and methods to address the intricacy of these challenges, including enhancing the societal dimension of security policy and research," said Geoghegan-Quinn.
Horizon 2020 will have a strong emphasis on interdisciplinary approaches and will help to maintain the EU's standing as a major player in this area, she added. The EU also wants to support capacity-building and networking for social innovators and entrepreneurs and she endorsed the Vienna Declaration from the Challeges of Social Innovation conference in Vienna in September. This declaration promotes 14 topics of social innovation research.
"We are depending on you to help our society prepare for the profound changes that we will continue to face in the coming decades," Geoghegan-Quinn said.
Sverker Sörlin, professor of environmental history at the Royal Institute of Technology in Stockholm, told University World News: "The current actions across Europe to improve the proposal for Horizon 2020 are extremely welcome. They call for integrated efforts the sciences and the humanities and social sciences to deepen our understanding of past, current and future social change.
"The combined environmental, economic, and cultural crises, that risk bring political crisis, are a rallying call to invest forcefully in the humanities and the social sciences.
"The EU has a sad track record of heavy-handed investment in technologies, whereas it is clear that what this ageing and paralysed continent needsnow are new ideas, new institutions, and new ideas on how to address the ongoing decay and crippling inertia."
Related links:
DENMARK: Social science needs higher EU profile
EUROPE: Plan for one million new research jobs

Posté par pcassuto à 11:47 - - Permalien [#]
Tags :

28 septembre 2011

Les Sciences humaines et sociales: un Médiateur avec la vraie vie

http://www.cge.asso.fr/image/titre2.jpgLes sciences humaines et sociales (SHS), un temps décriées, trouvent aujourd’hui une nouvelle reconnaissance dans les champs des savoirs comme dans notre environnement social et économique. Pour autant, ne sont-elles que « le supplément d’âme » aux sciences dites dures, comme on l’entend souvent?
Le scientifique que je suis est convaincu que non. Les SHS sont des sciences en tant que telles, chaque science, des mathématiques à la philosophie, ayant sa logique et ses spécificités. Les SHS ont aussi des objets communs avec les sciences exactes: comment faire progresser la connaissance sur le développement durable sans mêler biologie, géographie et sociologie? Comment travailler sur la santé sans apports croisés de la biologie et de l’éthique? Si les sciences exactes modélisent pour prévoir, en mettant le monde en formules, les SHS produisent du savoir en mettant l’information en « espace ». Elles donnent une lecture des enjeux sociaux, spatiaux, éthiques et économiques du monde. Je les décrirais volontiers comme un médiateur avec la vraie vie et ses rugosités. « Faire des sciences humaines et sociales », en effet, c’est être en prise sur les milieux, les organisations, les gens. C’est amener à douter. Rien d’abstrait donc, contrairement aux idées reçues.
En réunissant les SHS et les sciences exactes à travers la nouvelle ENS de Lyon en 2010, nous avons aussi fait le pari de l’interdisciplinarité. Celle-ci est un levier majeur pour faire progresser les savoirs et mieux comprendre les questions complexes auxquelles nous sommes confrontés, dans notre rôle de formateurs, de chercheurs et de diffuseurs de la connaissance. Avec l’intégration de l’Institut français de l’éducation, l’ENS de Lyon investit le champ des sciences de l’éducation. C’est une chance formidable de travailler sur un enjeu clé de notre environnement : l’école et son rôle.
Les SHS sont essentielles pour que l’enseignement supérieur ouvre les étudiants au monde et les confronte au réel. Au-delà des formations académiques, nous nous y employons à travers des initiatives, dont celles des laboratoires juniors.
Par exemple, conçu et géré par des étudiants de masters, le laboratoire junior « Jeux vidéo, pratiques, contenus, discours », réunit des historiens, des géographes et des sociologues autour du jeu vidéo, véritable phénomène de société. Dans ses travaux, il fait dialoguer un universitaire, un technicien et un représentant du monde socio-économique. Ce laboratoire, qui bénéficie maintenant d’un financement de l’ANR, compare aujourd’hui les comportements des filles et des garçons face aux jeux vidéo.
La vraie vie, nous y sommes. Oui, il faut faire la place qui leur revient aux SHS dans le monde d’aujourd’hui. Jacques Samarut, Président et Directeur général par intérim de l’ENS de Lyon.
http://www.cge-news.com/contenus//359/cms_pc/encadre/278/m_185_145_crop_110928035517_cge-ga22_logo_ens-lyon.jpgEn savoir plus sur l'ENS de Lyon
Associant étroitement enseignement, recherche et diffusion des connaissances, l’École normale supérieure de Lyon fonde son excellence sur quatre exigences : l’approfondissement des savoirs académiques en sciences exactes, en lettres et en sciences humaines et sociales (de la licence au doctorat), l’interdisciplinarité, l’innovation, l’ouverture sur le monde socio-économique et l’international. Au cœur d’un réseau rhônalpin de centres de recherche et d’entreprises, l’ENS de Lyon est un moteur du développement de l’enseignement supérieur.
L’ENS de Lyon en chiffres:
- 2000 étudiants (dont 11% d’étudiants internationaux et 501 doctorants)
- 350 chercheurs et 330 enseignants-chercheurs au sein de 26 laboratoires de recherche
- 72 thèses soutenues par an
- 57 nationalités sur le campus
- 28 bourses d’excellence pour les étudiants internationaux
- 262 partenariats internationaux de recherche
- 30 partenariats industriels en 2010
- 1 Médaille Fields en 2010
- 28e rang des établissements universitaires européens au classement du Times Higher Education 2010.

http://www.cge.asso.fr/image/titre2.jpg Nauk Humanistycznych i Społecznych (SHS), długi zdyskredytowane, są teraz nowe uznanie w dziedzinie wiedzy, jak w naszym środowisku społecznym i gospodarczym. Jednak są one, że "coś extra" do nauki zwane twarde, jak często słyszymy?
Naukowiec jest przekonany, że nie jestem. SHS nauki jako takiej, każda nauka, od matematyki do filozofii, z jego logiką i jej specyfiki. SHS również zwykłe przedmioty z nauk ścisłych: jak wcześniej wiedzy na temat zrównoważonego rozwoju bez zakłócania biologii, geografii i socjologii? Jak pracować na zdrowie bez krzyżowania z biologii i etyki? Jeśli nauki są modelowania do przewidzenia, ze wzorów świata, SHS tworzenia wiedzy poprzez informację "przestrzeń". Dają czytanie społeczne, przestrzenne, świat etycznych i ekonomicznych. Chętnie by opisać jako mediator z realnym światem i jego szorstkość. "Doing nauk społecznych", w rzeczywistości jest do współpracy z mediami, organizacjami, ludźmi. Więcej...

Posté par pcassuto à 21:45 - - Permalien [#]

19 août 2011

South Africa: Action on humanities urgent - reports

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoAfrica_Edition.gifBy Sharon Dell. Two separate reports, both released last week and authored by teams of leading South African academics, have called for urgent action to promote the value of the humanities and arrest their post-apartheid decline, evidenced by decreasing student numbers, falling graduation rates and inadequate funding.
The first of these, the Report on the Charter on Humanities and Social Sciences, was received last Thursday by South African Higher Education Minister Blade Nzimande who commissioned the report in August last year, and for which he appointed a task team led by University of Cape Town sociologist, dramatist and writer Professor Ari Sitas. Sitas told University World News last week that among the team's many significant findings was the fact that "managerial systems have trumped good education and scholarship" and that the pressure for increasing postgraduate success has shifted resources away from good quality teaching at undergraduate level, leading to a drop in standards. Sitas said it was also evident that the higher education system was diversifying "at an enormous speed", causing the weak to get weaker.
Among the task team's six key recommendations - forged on the back of fact-finding missions to all 23 of South Africa's higher education institutions, and discussions with around 1,500 individual stakeholders - is the formation of an Academy of Humanities and Social Sciences to enhance research and ethical practice and to advise government departments and stakeholders on issues affecting human and social sciences in South Africa. Sitas told University World News that in South Africa, where the Academy of Science of South Africa (ASSAf) already exists, the new debate would be: one academy for all, or two or more."The point about an Academy of Humanities and Social Sciences is more about what it does as opposed to what it is," he said. "On that, the charter is clear, outlining a range of activities that would dynamise scholarship, research and delivery at an unprecedented scale." On the important matter of funding, the report recommends a review of the national funding formula for universities and the reward system for research productivity. It also proposes the splitting of the National Research Foundation into two entities, each serving the sciences and humanities separately so as to "avoid the reduction of the reward structure to a formula suitable only for natural scientific excellence".
Sitas said these and other recommendations are being discussed at the levels of deans and vice-chancellors and by the relevant government departments and ministers. The funding formula is under review by a committee chaired by South African businessman Cyril Ramaphosa. The charter is out for public comment until the end of September, said Sitas. "There will be changes; how extensive depends on the balance between vision, will and reason."
Among the task team's other recommendations is the establishment of an African Renaissance programme and national Centre for Lifelong Education. Six 'catalytic' projects focused on areas such as early South African history, indigenous languages and popular education traditions, have also been proposed, along with the formation of five 'humanities hubs' throughout the country to serve as centres of research and documentation. The charter report's handover came one day before the Academy of Science of South Africa released its own Consensus Study on the Future of the Humanities in South Africa: Status, prospects and strategies, described in its foreword as "the first ever report on the humanities in South Africa".
The consensus study declares the humanities to be stuck in 15-year-long state of "intellectual stagnation" and urges the formation of a statutory Council for the Humanities to advise government on improving the status of the humanities. Other recommendations include the review of government funding allocations to the humanities, the restructuring of funding for advanced degrees through agencies such as the National Research Foundation and the acceleration of the establishment of prestigious research chairs and centres of excellence.
Peter Vale, the University of Johannesburg's professor of humanities and co-chair along with University of Free State Rector Jonathan Jansen of the 12-person panel of experts that produced the ASSAf report, was also a member of the local reference group for the minister's charter report task team. Vale said if the "coincidental" timing of the reports reflected a mounting concern over the current state of humanities in the country, he welcomed such concern. "It's been long in coming", he said. He said the two reports "spoke to each other" and shared similar concerns. "We believe there is strength in both," he said. ASSAf will be now putting together a small group to look at both reports, study areas of overlap and consider how best to deal with recommendations, he added. Other national initiatives concerned with resuscitating the humanities were also underway, such as the formation of the Association of Humanities Deans.
According to Vale, one of the biggest challenges is the public perception that humanities-related courses are soft options, and ultimately of limited value to a society in thrall to what he has elsewhere described as the "ideology of innovation and technology". The consensus study notes that the South African policy landscape and that of many OECD countries reflects the influences of globally influential conceptualisations of science policy and higher education policy. These policies ascribe the humanities "a secondary role and status in the technology-driven understandings of innovation, accompanied by shrinking funding and support, an ambivalent integration into the policies and structures of the prevailing 'national system of innovation' and its associated Research and Development frameworks, and an uncertain future in the academy and in R&D."
The study identifies an ageing academic and research workforce as the single most important threat to the future growth of the humanities. Other key findings are that the weight of scholarship in the national field lacks international status and that scholarship still reflects the racial inequalities in knowledge production, with all but one of the humanities fields (education) falling well below 20% of the total output contributions on the part of black scholars.
The ASSAf study also finds that although nominal funding for the humanities increased by almost 90% from 1996 to 2008, it decreased in real terms by 13% in the same period. While headcount enrolments in the system increased on average by 2.6% each year from 1996 to 2008, enrolments in the humanities (excluding education) decreased from 273,000 to 215,000 in the same 13-year period - an average annual decline of 2%. But the good news is that virtually all humanities graduates are employed, putting paid to the misconception that arts and social science graduates are not readily employable. On the tenacious dichotomy between the arts and sciences, famously highlighted by British novelist CP Snow in his "Two Cultures and the Scientific Revolution" lecture back in the late 1950s, Vale said it was arrogant to try to set "the two cultures" against each other because both "hang together in fundamental ways".
"One can't make progress without the other," he said. "Take AIDS as an example; it is both a medical and a social issue. We need to understand the interface between both science and society in order to meet our challenges."

Posté par pcassuto à 13:06 - - Permalien [#]
Tags :


13 mai 2011

Social science and humanities funding in Europe at the European Parliament

LogoPanel discussion on social science and humanities funding in Europe at the European Parliament. On 3 May the EU Liaison Office of Freie Universität Berlin organised a panel discussion on the “The future of social science and humanities funding in Europe" at the European Parliament on Brussels. The panelists were MEP Maria Da Graça Carvalho, Patricia Reilly, Member of Cabinet of Commissioner Máire Geoghegan-Quinn, Prof. Erika Fischer-Lichte (Freie Universität Berlin), Prof. Iain Begg (London School of Economics and Political Science) and Dr Charlotte Fiala (Head of the EU Liaison Office of Freie Universität Berlin).
During her intervention, Ms Carvalho gave an overview of how she sees the future of the different EU research and innovation programmes with particular reference to the social sciences and humanities. The MEP, who is rapporteur for the simplification of the EU research and innovation programmes and EPP permanent rapporteur for the research area in both the current Budget Committee and in the Future Budget Committee, stressed "the need for increased funding in the present and future budgets for EU research and innovation programmes". She also underlined that the social sciences and the humanities (SSH) have a role to play in confronting the great challenges agenda of the future Research Framework Programme. Panelists at the meeting argued for earmarked funding for SSH in the next European Framework Programme.
More information about the meeting – including a discussion paper by Dr Charlotte Fiala on “European Funding for Social Science and Humanities Research beyond 2014" is available from the website of the EU Liaison Office of Freie Universität Berlin.

Posté par pcassuto à 18:44 - - Permalien [#]

30 avril 2011

Quand les profils littéraires débarquent en entreprise

http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo.jpgPropos recueillis par Brice Ancelin. Depuis maintenant quatre ans, l’opération Phénix met en relation des étudiants diplômés d’un master 2 recherche en lettres, sciences humaines et sociales et une dizaine d’employeurs. L’objectif : leur permettre de postuler dans ces entreprises pour des postes en CDI au niveau cadre. Etat des lieux du dispositif avec Laurent Acharian, senior manager chez PwC et l’un des coordinateurs de l’opération.
Avec le lancement de la 5e édition le 6 avril dernier, quel bilan dressez-vous de cette opération Phénix ?

Si l’on fait un bilan global, l’opération Phénix a généré 123 recrutements en 4 ans. Surtout, au fil des ans, sur le plan qualitatif, cette opération prouve que les littéraires ont tout à fait leur place dans les entreprises. Sur une promotion, le taux de réussite dans l’entreprise est le même que celui d’une promotion d’HEC, Centrale ou Dauphine par exemple. C’est très encourageant. Cela veut dire que nous ne nous sommes pas trompés sur les recrutements et que Phénix fait ses preuves. Cela appuie aussi l’idée selon laquelle les entreprises doivent s’y mettre.
Dix entreprises participent à l’opération. N’est-ce pas finalement encore trop peu ?

Nous sommes très ouverts à accueillir d’autres entreprises, mais nous demeurons également très exigeants sur nos critères : nous recrutons des candidats avec un master 2, en CDI à niveau cadre et au même salaire que pour les recrues des autres écoles, soit 25 à 30 Keuros la première année. Certaines entreprises souhaitaient, au début de l’opération, assouplir ces critères, mais ce n’était pas possible pour nous. Nous voulions montrer par l’exemple que l’insertion des littéraires pouvait être une réalité et il fallait pour cela de vraies exigences. Aujourd’hui, la situation est mûre pour que d’autres modèles apparaissent.
Quelles sont les prochaines évolutions du dispositif ?

Jusque là, la formation suivie par les nouvelles recrues était dispensée par un organisme professionnel. Cette année, sous réserve de la validation du ministère, nous souhaiterions qu’elle se fasse via l’université Paris IV. Ce sera une formation diplômante, en alternance et consacrée aux métiers de l’entreprise. Les étudiants seraient rémunérés pendant leur formation dès le premier jour. Cette formation représente un véritable pilote pour demain. L’idée est que les universités d’Ile-de-France et en régions s’emparent du sujet, créent leur propre formation et développent un écosystème autour d’elles, en particulier avec les entreprises régionales.
Quelle place prendrait le projet Phénix dans cette mise en œuvre ?

Phénix n’a pas vocation à régler la question du recrutement des profils littéraires en France. Nous souhaitons juste montrer que c’est possible, que ça marche, que les littéraires ont leur place dans l’entreprise. Nous avons créé un pont entre deux univers qui s’ignoraient et qui maintenant se côtoient. Il s’agit d’une vraie révolution culturelle et il faudra sans doute toute une génération pour que la pratique se généralise complètement. Par ailleurs, nous nous sommes rendus compte que dans les régions, le dispositif Phénix actuel n’était pas forcément adapté. Une récente étude, menée chez PwC auprès d’entreprises familiales, montre que pour 52% d’entre elles, le recrutement de nouveaux talents est une mission difficile. Mais ce n’est pas le même sujet que pour les grandes entreprises. Un certain nombre de ces entreprises ne cherchent pas un bac +5, mais plutôt un niveau licence ou master 1. Avec Phénix, nous avons créé un modèle à Bac +5. L’idée est donc d’encourager d’autres formes de rapprochement, selon les spécificités locales. Nous sommes sollicités par un certain nombre d’universités en région. Nous sommes prêts à les accompagner, à les aider à décliner le modèle. Mais il faut trouver la bonne formule. Le comité de labellisation Phénix, sous l’égide du ministère et sous la présidence de Serge Villepelet, président de PwC, a vocation à valider et à encourager ces nouveaux modèles.
http://www.focusrh.com/squelettes/images/logo.jpgInterview by Brice Ancelin. For four years now, Operation Phoenix connects graduate students with a Master 2 Research in humanities and social ten employers. The goal: to enable them to apply in these companies for permanent positions in the frame. The situation of the device with Acharian Lawrence, senior manager at PwC and one of the coordinators of the operation. More...

Posté par pcassuto à 00:55 - - Permalien [#]

13 octobre 2010

Pour des SHS au coeur de l'enseignement supérieur

http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau01.jpgLe Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) a remis à Valérie Pécresse son rapport final "Pour des sciences humaines et sociales au coeur du système d’enseignement supérieur et de recherche" en soulignant la vocation des universités autonomes à développer les missions d’enseignement supérieur et de recherche, à les porter au plus haut niveau dans la compétition internationale et à renforcer leurs synergies avec les organismes de recherche. Rapport définitif du C.D.H.S.S. Pour des sciences humaines et sociales au coeur du système d’enseignement supérieur et de recherche. Documentation française: Pour des sciences humaines et sociales au coeur du système d'enseignement supérieur et de recherche.
Le Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) a remis son rapport final "Pour des sciences humaines et sociales au cœur du système d’enseignement supérieur et de recherche" à Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le rapport souligne la vocation des universités autonomes à développer les missions d’enseignement supérieur et de recherche qui sont les leurs, à les porter au plus haut niveau dans la compétition internationale et à renforcer leurs synergies avec les organismes de recherche.
Neuf nouveaux membres ont rejoint le comité: Marina Mestre Zaragoza, Maître de conférences à l’Ecole normale supérieure de Lyon, en tant que rapporteur des travaux du Conseil; Richard Cooper, Professeur à l’Université d’Oxford; Olivier Houde, Professeur à l’université de Paris-V; Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’éducation nationale; Françoise Mélonio, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne/Paris IV, doyenne du Collège universitaire de Sciences-Po; Stephan Martens, Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3); Pierre Moeglin, Professeur à l’Université de Paris XIII; Jose Antonio Pascual, Vice-directeur de l’Académie royale de la langue espagnole; Helène Ruiz-Fabri, Professeur à l’Université de Paris 1-Sorbonne, en qualité de membres du collège scientifique.
La Ministre a confié au CDHSS la mission d’étudier la question de l’enseignement des humanités et des sciences sociales en premier cycle universitaire et de dégager les grands enjeux scientifiques dans ce domaine en accordant une attention particulière à la question des interfaces entre les disciplines et entre les grands champs de la connaissance. Elle lui demande d’étudier la place et le rôle des centres français à l’étranger afin de stimuler les coopérations existantes et de contribuer plus directement encore à la diffusion et au rayonnement des humanités et des sciences sociales. Enfin, le CDHSS est chargé d’explorer les enjeux de formation pour que la  filière des humanités et des sciences sociales conduise de l’entrée dans l’enseignement supérieur au doctorat en garantissant, à chaque étape, l’insertion professionnelle des étudiants.
Depuis son installation il y a près d’un an, le Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS) a permis d’éclairer la réflexion de l’ensemble de la communauté universitaire et scientifique sur les enjeux qui traversent aujourd’hui les sciences de l’homme et de la société. Il a également joué un rôle décisif dans la naissance d’ATHENA, l’alliance des sciences humaines et sociales, qui permettra de coordonner notre effort de recherche. Le Conseil est présidé par Marie-Claude Morel, directrice d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, et composé de 27 membres.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/img/logo-documentation-francaise.gifSiégeant depuis septembre 2009, le Conseil pour le Développement des Humanités et des Sciences Sociales poursuit, en lien avec la stratégie nationale pour la recherche et l'innovation (SNRI), les missions suivantes : explorer « les enjeux de formation, de qualification et d'insertion des étudiants qui choisissent les filières des sciences humaines et sociales de nos universités » ; « engager une réflexion sur la structuration de notre potentiel de recherche dans le nouveau paysage français qui s'appuie désormais sur des universités autonomes, les Instituts du CNRS, le réseau des Maisons des Sciences de l'Homme et l'ensemble des établissements et des organismes parties prenantes dans la production scientifique de ces champs de la connaissance » ; réfléchir aux spécificités de l'évaluation dans le domaine des sciences de l'homme et de la société ; « dégager les grands enjeux scientifiques qui animeront les sciences humaines et sociales françaises dans les années à venir » et « oeuvrer au renforcement » du potentiel de recherche français. Après deux rapports d'étape (remis respectivement les 14 janvier et 15 mars 2010), ce rapport synthétise les travaux du Conseil. Télécharger le rapport.
Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales Année 2010-2011
Présidente: Marie Claude MAUREL - Directrice d’études à l’EHESS
Rapporteur des travaux du conseil: Marina MESTRE ZARAGOZA – Maître de conférences à l’Ecole normale supérieure de Lyon.
Membres du collège scientifique: Madeleine AKRICH  - Directrice du Centre de Sociologie de l’innovation (CSI) de l’Ecole des Mines ParisTech, Jean-Paul CAVERNI – Président de l’Université de Provence/ Aix-Marseille I, Richard COOPER – Professeur à l’Université d’Oxford
François DUBET – Professeur à l’Université Bordeaux II-Victor Segalen et Directeur d’Etudes à l’EHESS (Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques – CADIS), Jon ELSTER – Professeur au Collège de France, Claude GAUVARD – Professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne/Paris I
Michel GRIMALDI – Professeur à l’Université Panthéon-Assas/Paris II, Gérard GRUNBERG – Directeur de recherche CNRS/ Sciences Po (Centre d’Etudes Européennes), Anne-Marie GUIMIER-SORBETS – Professeur à l’Université Paris Ouest – Directrice de l’UMR 7041 « Archéologies et sciences de l’Antiquité » (ArScAn)  au sein de la Maison René Ginouvès, Olivier HOUDE – Professeur à l’université de Paris-V, Pierre JACOB – Directeur de recherches au CNRS, Gilles LAURENT – Professeur, Département Marketing, HEC  Paris, Tristan LECOQ – Inspecteur général de l’éducation nationale, Christiane MARCHELLO-NIZIA – Professeur émérite à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, Stephan MARTENS – Professeur à l’Université Michel-de-Montaigne (Bordeaux 3), Françoise MELONIO – Professeur à l’Université Paris-Sorbonne/Paris IV, doyenne du Collège universitaire de Sciences-Po, Pierre MOEGLIN – Professeur à l’Université de Paris XIII, Horst MÖLLER – Professeur à l’Université  de Munich et Directeur de l’Institut für Zeitgeschichte, Jose Antonio PASCUAL – Vice-directeur de l’Académie royale de la langue espagnole, Jean-Robert PITTE – Délégué à l’information et à l’orientation, Alain RENAUT – Professeur à l’Université Paris-Sorbonne/Paris IV, Helène RUIZ-FABRI – Professeur à l’Université de Paris 1 – Sorbonne, Jean-Frédéric SCHAUB – Directeur d’études à l’EHESS, Aldo SCHIAVONE – Professeur – Directeur de l’Institut Italien de Sciences Humaines, Alain TRANNOY – Directeur d’études à l’EHESS (GREQAM, Groupement de Recherches en Economie Quantitative d’Aix-Marseille, Université de la Méditerranée).
MEMBRES DU COLLEGE DES PERSONNALITES QUALIFIEES
Jean-Louis ETIENNE – Médecin et explorateur, Marianne LAIGNEAU – Secrétaire générale d’Electricité de France, Daniel RENOULT  – Doyen honoraire de l’Inspection générale des bibliothèques, Serge VILLEPELET – Président de PricewaterhouseCoopers France.
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/design/front_office_recherche/images/bandeau/bandeau01.jpg The Development Council of the Humanities and Social Sciences (CDHSS) presented its final report Valérie Pécresse "For the humanities and social heart of the system of higher education and research" by emphasizing the role of universities to develop autonomous missions of higher education and research to bring the highest level in international competition and to strengthen synergies with research organizations. Final Report CDHSS For the humanities and social heart of the system of higher education and research. More...

Posté par pcassuto à 19:19 - - Permalien [#]

08 octobre 2010

Pécresse: La reva­lo­ri­sa­tion des filières lit­té­raires est un com­bat

http://www.vousnousils.fr/wp-content/thumbnails/uploads/2010/09/photo-918x1024-295x328.jpgPar Patrick Lallemant. En exclu­si­vité pour VousNousIls, Valérie Pécresse a accepté de se prê­ter au jeu du por­trait. Durant un long entre­tien, elle évoque sa famille, son par­cours et l'influence qu'il a pu avoir sur son action minis­té­rielle, le regard qu'elle porte sur la poli­tique. Sans éluder non plus le sou­ve­nir d'une année 2008 mar­quée par l'opposition du monde uni­ver­si­taire à ses réformes.
« Au départ, je vou­lais être actrice, ou psy­chiatre, comme mon grand-père. Spécialiste de la dépres­sion, il s'est battu pour qu'elle soit recon­nue comme une mala­die, et je l'admirais beau­coup. Je trou­vais très beau de soi­gner l'âme des gens. Mais les études de méde­cine m'ont rebu­tée ».
Bachelière à 16 ans, major finances de HEC à 21, sor­tie deuxième de l'Ena à 25, Valérie Pécresse se défend en effet d'avoir eu un par­cours sco­laire sans embûches : « J'ai connu des dif­fi­cul­tés sco­laires, comme tous les enfants et ado­les­cents. J'ai notam­ment beau­coup souf­fert en pre­mière parce que, lit­té­raire contra­riée, j'avais un gros pro­blème avec les maths. Ensuite, j'ai eu un gros coup de blues en inté­grant HEC, parce que ce n'était pas du tout ce à quoi j'aspirais. »
Au point de pré­pa­rer l'Ena en cachette de ses parents et de son frère. « J'avais tel­le­ment peu de chances de réus­sir que je ne vou­lais pas qu'on se moque de moi, ni qu'on me décou­rage. Et puis, c'était l'époque des gol­den boys, où l'on qua­li­fiait l'État et le ser­vice public de rin­gards. Or, j'ai tou­jours rêvé de pro­je­ter mon pays dans le futur ».
En tant que ministre, Valérie Pécresse avoue donc vou­loir cor­ri­ger des tra­vers vécus dou­lou­reu­se­ment dans son enfance. « La reva­lo­ri­sa­tion des filières lit­té­raires est un com­bat qui me tient beau­coup à cœur. Je ne com­prends pas, par exemple, que les études de méde­cine soient inac­ces­sibles aux lit­té­raires à cause de l'hypersélection par les maths, qui peut même trans­for­mer des jeunes brillants en élèves médiocres ».
L'université dans le sang
A sa sor­tie de l'Ena, la future ministre enseigne le droit consti­tu­tion­nel à l'IEP de Paris, puis entre au Conseil d'État, comme com­mis­saire du gou­ver­ne­ment. En 1998, elle rejoint l'Élysée, et l'équipe des conseillers de Jacques Chirac, qu'elle ini­tie aux nou­velles tech­no­lo­gies. « C'était juste après la dis­so­lu­tion. Tout le monde lui tour­nait le dos, per­suadé qu'il avait son ave­nir der­rière lui. Lui vou­lait acqué­rir une vraie vision du monde qui l'entourait. Le pre­mier sujet sur lequel il vou­lait tra­vailler, c'était Internet et les nou­velles tech­no­lo­gies. J'étais spé­cia­li­sée dans le droit de l'Internet, qui bal­bu­tiait encore. Mon pre­mier tra­vail a donc été de lui faire manier le mulot ! »
Fille d'un pro­fes­seur d'économie à la fac, Valérie Pécresse « bibe­ronne l'université » depuis qu'elle est toute petite. Elle n'hésite donc pas une seconde lorsque François Fillon lui pro­pose le minis­tère de l'Enseignement supé­rieur, auquel elle fait d'ailleurs rat­ta­cher la recherche. « Mon père est fils de mer­ciers de Gap. C'est le der­nier d'une famille de sept enfants, le seul qui est monté à Paris. Quand sa fille est deve­nue « sa » ministre, ça a été un moment très fort ».
La suite est moins pai­sible. Sitôt nom­mée, Valérie Pécresse fait adop­ter sa loi sur l'autonomie des uni­ver­si­tés, et se trouve confron­tée au mou­ve­ment le plus impor­tant qu'aient connu les cam­pus depuis bien long­temps. « Quand on fait de la poli­tique, on ne peut pas avoir d'états d'âme. Je savais que nous allions dans la bonne direc­tion, puisque tous les autres pays avaient ouvert la voie. Je savais aussi que ce serait très dur et que, si on m'avait pro­posé le por­te­feuille, c'était peut-être parce que per­sonne n'en vou­lait ! Mais, pour moi, un poli­tique, c'est avant tout quelqu'un qui a le pou­voir de chan­ger le visage du pays. »
Une fois la loi votée, la ministre s'est donc accro­chée à son fau­teuil. « Je me suis bat­tue pour le conser­ver. Car, contrai­re­ment à ce que l'on dit sou­vent, une réforme est tout entière dans son appli­ca­tion. Et là, après trois ans et demi, j'ai le sen­ti­ment d'avoir construit quelque chose. Si on me laisse encore deux ans, je me dis qu'entre l'autonomie, les opé­ra­tions cam­pus, le rap­pro­che­ment avec les grandes écoles... on aura vrai­ment changé l'université. »
Politique dans l'âme et jusqu'au bout des ongles, l'élue des Yvelines recon­naît par ailleurs prendre un cer­tain plai­sir dans ces joutes. Battue lors des der­nières régio­nales en Ile-de-France, elle a fait de cette élec­tion son pro­chain objec­tif. « La vio­lence du monde poli­tique est abo­mi­nable. Ça défou­raillait au moins autant dans mon camp que dans l'opposition. Mais, en réa­lité, au fond de moi, j'adore ça. Même quand je rentre détruite, après deux évacua­tions de facs, deux manifs, ou deux attaques en des­sous de la cein­ture sur Internet ».
Le repos, Valérie Pécresse le trouve en famille, auprès de son mari et de leurs trois enfants de 14, 13 et 7 ans. « Nous sommes extrê­me­ment sou­dés et orga­ni­sés. Je m'appuie sur les deux grands-mères, nos frères et sœurs, les amis... Nous avons une orga­ni­sa­tion presque vil­la­geoise, et nous essayons de nous pré­ser­ver un week-end à cinq de temps en temps. Pour le reste, j'ai dû renon­cer à tout ce que j'aimais faire : la cui­sine, du sport, aller au théâtre... » Car la ministre res­sort tou­jours très vite du vil­lage, pour repar­tir en campagne...
http://www.vousnousils.fr/wp-content/thumbnails/uploads/2010/09/photo-918x1024-295x328.jpg By Patrick Lallemant. Exclusively for VousNousIls, Valerie Pécresse has agreed to play the game of the portrait. During a long interview, she talked about her family, her career and the influence he had on his ministerial action, the look she is about politics. Without avoiding either the memory of a 2008 marked by opposition to the academic reforms. "Initially, I wanted to be an actress, or psychiatrist, as my grandfather. Depression specialist, he fought to be recognized as a disease, and I admired him very much. JI felt very good to heal people's souls."
Baccalaureate at age 16, Major Finance HEC 21, the second output of Ena at 25, Valerie Pécresse defends indeed to have had a course of study without its pitfalls: "I had problems at school, like all children and adolescents.
In particular, I suffered a lot at first because, literary upset, I had a big problem with math. Then I had a big helping of blues integrating HEC, because it was not what I aspired." More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

29 septembre 2010

Le patron qui aime les littéraires

Serge Villepelet a publié cet été Le patron qui aime les littéraires. Le président de PricewaterhouseCoopers relate dans cet ouvrage le développement de l’opération Phénix depuis sa création en 2007. Ce patron, qui donne de son temps pour accompagner Valérie Pécresse quand elle va à la rencontre des universitaires, plaide pour que son projet d’intégration des étudiants en SHS dans les entreprises essaime dans toutes les universités de France. Il a d’ailleurs été nommé, par la ministre, président du Comité de labellisation Phénix.
Back home EducPros.fr, site of the StudentBy Educpros, interview with Serge Villepelet, president of PwC: "Youth of Operation Phoenix brings something indispensable to the survival of the business: innovation".
Serge Villepelet published this summer boss who loves literature. The chairman of PricewaterhouseCoopers in the book recounts the development of Operation Phoenix since its inception in 2007. This boss, which gives her time to accompany Valerie Pécresse when she goes to meet academics, argues that his project to integrate students in the SHS business flourishes in all universities in France. It has also been appointed by the Minister, Chairman of the Committee of labeling Phoenix. More...

Posté par pcassuto à 18:52 - - Permalien [#]