03 janvier 2012

France: New circular to clarify foreign student rules

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Jane Marshall. Interior Minister Claude Guéant is to issue a new circular next week specifically to cover employment of highly qualified foreign students. The move follows criticism from academics, employers, students and politicians over tightened restrictions on professional immigration that led to many non-European Union graduates being refused permission to stay and work in France.
After a meeting on Wednesday with higher education leaders, ministers announced that the police authorities responsible for dealing with visa and work permit applications would next week receive the new circular giving directions applicable to the specific situation of foreign graduates with at least a masters degree who wanted to acquire their first professional experience in France.
But student, educational and anti-racism representatives rejected the ministers' latest proposals, and promised to continue their opposition until the restrictions were withdrawn.
A previous circular published jointly by the ministries of the interior and of employment on 31 May 2011 required administrative authorities to treat applications for work permits, especially those from students, more rigorously. Guéant, its principal proponent, insisted that the circular merely repeated existing laws on the rights of foreigners to work in France.
But the three bodies representing presidents of universities (CPU), grandes écoles (CGE) and engineering schools (CDEFI), as well as employers' organisations, expressed anxieties when thousands of foreigners who had studied in France - and who would previously have been hired by French companies keen to use their employees' 'double culture' and language skills for their international activities - were refused residence and work permits.
Students' and lecturers' unions demanded withdrawal of the circular, and employers called for flexibility in its application.
Laurent Wauquiez, minister for higher education and research, and his predecessor Valérie Pécresse, stressed the government's wish to attract talented foreign students to educate a future international elite.
Prime Minister François Fillon wrote to the CPU, CGE, CDEFI and the employers' Association Française des Entreprises Privées in November, assuring them that France was "extremely attached" to its tradition of educating foreign students and that he had ordered a reexamination of some cases where graduates had been refused residence permits.
But in spite of his intervention La Tribune reported just before Christmas that the police authorities responsible for authorising visa and work permit applications were still zealously applying the restrictive circular.
Opposition and criticism continued. Medef, the employers' federation, described as "suicidal, these contradictory injunctions", and said that "France must remain an open and attractive country", reported La Tribune.
Students stepped up their demands for cancellation of the circular, and a petition was set up by a group of academics and intellectuals, including Nobel prize-winning physician Albert Fert, who condemned it as "morally inadmissible, politically dangerous and economically absurd".
Wauquiez said: "I don't want the French university to close its doors to foreign students, I find that ridiculous. We got it wrong, and we must say so clearly, about a circular which has given this impression, this image to the outside world."
Minister of Culture Fréderic Mitterrand said that, having spent his time welcoming foreigners, "this circular presents me with a problem".
Charles Givadinovitch, national secretary of the ruling UMP party in charge of insecurity and poverty, called on Guéant to annul the circular and condemned the "ridiculous situation where students and active young people educated in the French system in our universities and grandes écoles find themselves refused a work visa".
He also expressed anxiety at the "tarnished image of our country throughout the world caused by the effects of this circular. Many qualified students are questioning whether to come to study in France...So much for the [attractiveness] of our education system".
Faced with mounting academic and public opposition and growing disquiet within the government, on 23 December Guéant announced that he would publish a new circular on employment of foreign students, which would "supplement" the previous one and clear up misunderstandings.
On Wednesday Guéant, Wauquiez and Employment

In a joint statement following the meeting, the ministers said that to clear up any misunderstanding the police authorities would next week receive the complementary circular giving the directions applicable to the specific situation of highly qualified foreign graduates with at least a masters, who wished to acquire first professional experience in France.
The new circular would ask the police authorities to ensure the necessary control of professional immigration would not be to the detriment of the attractiveness of the higher education system, nor the needs of some companies for specific high-level skills. It would spell out that deep knowledge of a foreign country or culture could constitute a sought-after skill, for example when competing in a new market, said the statement.
But in response the student association Conféderation étudiante, unions SGEN-CFDT and UNSA Education, and SOS Racisme rejected the ministers' proposals. In a joint statement they said the ministers were continuing in their "discriminatory logic" and that the revision only clarified the existing circular. Their opposition would continue.
"Only the withdrawal, pure and simple, of the two measures penalising higher education, innovation and the French economy could satisfy us," they said.
The order to the police authorities concerned only 'high potential' students, and this was unacceptable because it reinforced discrimination between students, said the unions' statement.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]


08 décembre 2011

La France, championne des inégalités sociales à l’école et culte du diplôme

Logo - retour accueilL’école française est inégalitaire parce que la société l’est aussi. Et parce que le système éducatif favorise les plus favorisés. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du magazine Alternatives Economiques - Hors-série n° 088 - février 2011.

Sur les 81 élèves entrés à l’Ecole nationale d’administration (Ena) en 2009, seuls quatre avaient un parent ouvrier. En troisième cycle à l’Université, les fils et les filles d’ouvriers ne sont pas mieux lotis: ils ne représentent que 4,5 % des doctorants. Ces inégalités sociales ne commencent pas dans l’enseignement supérieur: elles sont au contraire le résultat d’un processus observable dès la petite enfance. Ainsi, en sixième, le score moyen en mathématiques des enfants de cadres est déjà supérieur de 16 points à celui des enfants d’ouvriers.
Le caractère inégalitaire de l’école française n’est pas nouveau. Ce que l’on mesure en revanche de mieux en mieux, c’est que le système hexagonal est l’un des plus inégalitaires parmi les pays riches. Tel est notamment l’un des enseignements du Programme international pour le suivi des élèves (dit "Pisa") mené par l’OCDE auprès de 470 000 jeunes de 15 ans dans 65 pays.
http://www.inegalites.fr/IMG/jpg/A688032B2.jpgUn culte du diplôme
L’enquête de 2006 l’avait déjà montré pour les mathématiques [Un grand nombre de résultats sont disponibles sur le site du Programme international pour le suivi des élèves. Sur le même sujet, on pourra également se reporter à L’élitisme républicain. L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales, par Christian Baudelot et Roger Establet, La République des Idées-Seuil, 2009], mais l’analyse a été confirmée par les résultats de l’enquête 2009 dans le domaine de la compréhension de l’écrit. Le système français en ressort à nouveau marqué par des disparités particulièrement fortes de performances scolaires entre les élèves. En outre, l’enquête fait apparaître une hausse des écarts entre élèves par rapport aux résultats antérieurs: en France, la part des plus mauvais élèves et des meilleurs s’accroît. A l’inverse de ce qui se passe dans la plupart des pays de l’OCDE, où c’est au contraire le groupe des élèves moyens qui tend à augmenter. Bref, non seulement l’école française est inégalitaire, mais elle l’est de plus en plus.
Ces inégalités scolaires sont tirées notamment par un culte du diplôme particulièrement fort dans notre pays. Les diplômes y exercent en effet une emprise plus importante que dans d’autres pays sur le destin social des individus au-delà de l’école elle-même [Voir les analyses de François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout dans Les sociétés et leurs écoles. Emprise du diplôme et cohésion sociale, Seuil, 2010]. Dans un contexte de "lutte des places", cette survalorisation des diplômes aiguise la compétition scolaire en la chargeant d’enjeux encore plus lourds, et la rend d’autant plus impitoyable pour les plus faibles.
La France, championne des inégalités sociales à l’école
Impact du milieu social sur le score en compréhension de l’écrit, données 2009. Pour un score moyen de 500 points.
Par ailleurs, ces inégalités de réussite ne sont pas la contrepartie d’un niveau plus élevé des élèves: si l’on en juge par ses résultats dans les différents domaines explorés par les enquêtes Pisa (mathématiques, sciences, compréhension de l’écrit), le modèle scolaire hexagonal présente des performances très moyennes par rapport aux autres pays riches examinés par les enquêtes Pisa. Comme l’a montré la sociologue Nathalie Mons [Dans Les nouvelles politiques éducatives. La France fait-elle le bon choix ? par Nathalie Mons, PUF, 2007] les pays qui réussissent le mieux sont ceux qui cherchent au contraire à élever le niveau moyen en unifiant au maximum les parcours.
Le poids d’une société inégale

D’où viennent ces inégalités scolaires? D’abord du milieu social d’origine. Avec la Nouvelle-Zélande, la France est le pays riche au sein duquel les origines sociales des élèves ont l’impact le plus fort sur leurs résultats: une variation d’un point (sur 100) de l’indice de milieu social fait varier le score des élèves de 50 points (pour une moyenne de 500 points), contre 38 points en moyenne dans l’OCDE. Pourtant, la société française est loin d’être la plus inégalitaire parmi ces pays, du moins si l’on en juge par les disparités de revenu par exemple. Pour comprendre la force des inégalités sociales en matière scolaire en France, il faut cependant dépasser ce niveau d’observation.
La montée du chômage et son maintien à un niveau particulièrement élevé en France, ainsi que la précarisation de l’emploi et l’instabilité qui en résulte, ont fragilisé les familles du bas de l’échelle sociale et joué sur les résultats scolaires de leurs enfants. Ainsi, par exemple, une famille qui ne présente pas les garanties nécessaires pour accéder à un logement suffisamment grand ne met pas ses enfants dans la meilleure situation pour réussir à l’école: comme l’ont montré les économistes Eric Maurin et Dominique Goux, le surpeuplement du logement exerce en effet une influence négative sur les résultats scolaires [Voir " Surpeuplement du logement et retard scolaire ", Données sociales 2002-2003, Insee]. De même, seuls ceux qui en ont les moyens peuvent payer à leurs enfants des cours privés pour tenter d’améliorer leurs bulletins scolaires, aidés en cela par de substantielles réductions d’impôts.
Ensuite, la ségrégation sociale croissante au niveau des territoires fait que les "bons" élèves se retrouvent de plus en plus souvent dans les mêmes établissements et les "mauvais" dans d’autres. Or, on sait que lorsque mauvais, moyens et bons élèves sont réunis dans les mêmes classes, c’est un puissant facteur de progrès pour les plus faibles. La mixité scolaire est en ce sens un élément central de la diminution des inégalités sociales à l’école.
Un système élitiste et inefficace

Face aux inégalités sociales, le système éducatif ne peut pas tout. De fait, le rôle premier d’un système d’enseignement est d’éduquer les élèves, et non de rapprocher leurs milieux. Sauf à soustraire les enfants à leur famille dès le plus jeune âge, il doit toujours composer avec les atouts inégaux liés à ce milieu social.
Il pourrait cependant faire nettement mieux. Peu ou prou, tous les pays connaissent une crise de l’emploi et les inégalités sociales à l’école ne sont pas récentes… La singularité française est de cultiver un système élitiste qui n’a rien de républicain. Sa justification s’appuie d’ailleurs sur un passé largement idéalisé. Contrairement à l’image d’Epinal, l’école des années 1950 n’a jamais profité massivement aux couches sociales défavorisées. Le mythe du boursier élevé aux plus hautes dignités est l’équivalent du self made man américain: il existe, certes, mais dans des proportions très limitées et sert surtout à justifier le maintien des inégalités.
Dans les années 1970 et 1980, pour rattraper le retard considérable qu’elle avait pris en matière d’éducation, la France a ouvert les portes de ses collèges et lycées au plus grand nombre. Mais elle n’est pas allée au bout de cet effort. Contrairement aux souhaits des réformateurs de l’époque, la façon de faire l’école a peu évolué, notamment dans l’enseignement secondaire. Celui-ci est resté marqué par la forte place réservée aux savoirs académiques, la dévalorisation des savoirs professionnels et techniques et le fétichisme de l’évaluation permanente. Au total, collèges et lycées ont continué et continuent encore de favoriser les enfants de diplômés: un élève dont le père est enseignant a quatorze fois plus de chances d’obtenir le bac général que celui dont le père est ouvrier non qualifié, selon le ministère de l’Education nationale. Et ces inégalités se poursuivent dans l’enseignement supérieur: l’université généraliste reçoit presque deux fois moins de moyens par étudiant que les grandes écoles sélectives; trop peu, en tout cas, pour développer des premiers cycles de grande qualité et des conditions d’études dignes de ce nom.
Une crise des moyens

Les mesures prises depuis plus de dix ans en France ont encore dégradé la situation. Les dispositifs de soutien pour les plus défavorisés - des zones d’éducation prioritaire jusqu’au soutien individuel - se sont développés avec des moyens très réduits. Au nom de l’échec d’un "collège unique" qui n’a jamais eu les moyens de réussir, on a progressivement recréé des filières de sélection précoces à partir de la classe de troisième, qui constituent un puissant facteur d’inégalités sociales. La réduction du nombre d’enseignants, en particulier dans les réseaux d’aides aux élèves en difficulté (Rased), pénalisent encore les plus défavorisés. Enfin, sans surprise, l’assouplissement de la carte scolaire n’a fait que renforcer la ségrégation scolaire.
Tout porte à croire que cette situation ne changera pas de sitôt, en tout cas aussi longtemps que le contexte économique et social sera marqué par les effets de la crise et des politiques budgétaires restrictives. De plus, parents et enseignants ont été échaudés par un nombre considérable de "vraies-fausses" réformes, qui ont rarement été construites autour de l’intérêt de l’enfant. Et les forces sociales qui défendent le statu quo scolaire occupent le terrain médiatique…
Logo - back homeThe French school is unequal because the company is too. And because the education system promotes the most favored. An analysis of Louis Maurin, Director of the inequality. Extract from the magazine Alternatives Economiques - Special issue No. 088 - February 2011.
Of the 81 students entered the Ecole Nationale d'Administration (ENA) in 2009, only four had a parent worker.
In graduate school at the University, the son and daughters of workers are not better off: they represent only 4.5% of the students. These inequalities do not start in higher education: they are instead the result of a process observable in early childhood. Thus, in the sixth, the average score in mathematics for children of executives is already 16 points higher than children of workers. More...

Posté par pcassuto à 00:08 - - Permalien [#]

06 décembre 2011

Diplômés étrangers : cette circulaire qui ne passe pas

Les EchosPar Isabelle Ficek et Marie Bellan. Depuis la circulaire du 31 mai dernier, l'embauche des étrangers non communautaires de haut niveau se heurte aux refus administratifs. Milieux universitaires et entreprises craignent une fuite des jeunes diplômés vers d'autres pays plus accueillants.
J'aime la France et je la quitte. »
C'est sur ce constat amer que Salma est retournée au Maroc, son pays natal, il y a quelques jours à peine. Diplômée de Sciences po et malgré une promesse d'embauche dans un cabinet de conseil en ressources humaines, cette jeune Marocaine, qui a fait ses études au lycée français de Rabat, n'a pas reçu l'autorisation de rester séjourner en France pour y travailler. En cause, une circulaire du 31 mai dernier, signée des ministres de l'Intérieur et du Travail (voir ci-dessous), qui rend plus difficile l'embauche de salariés étrangers non communautaires, qu'ils soient jeunes diplômés ou expérimentés. Le texte a suscité une telle levée de boucliers dans les milieux universitaires, à la Conférence des grandes écoles (CGE) et à celle des présidents d'université (CPU) notamment, que le gouvernement a infléchi sa position, acceptant de faire réexaminer au cas par cas pour certains étudiants l'application de la circulaire. Après plusieurs semaines de discussions, le Premier ministre François Fillon a fini par sortir du bois, il y a quinze jours, dans une lettre rappelant l'attachement de la France à sa « tradition d'accueil des étudiants étrangers ». Sans oublier de souligner les objectifs du gouvernement de « mieux maîtriser l'immigration professionnelle ». Côté entreprises cependant, on reste vigilant car de nombreux dossiers de jeunes étrangers diplômés en France et ayant reçu des promesses d'embauche attendent encore dans les préfectures.
« C'est une décision d'un autre temps, ça ne fait aucun sens »
, tempête le directeur du recrutement d'un groupe du CAC 40. Les 500 dossiers « bloqués » ou carrément refusés par les préfectures, et recensés par le Collectif 31, qui soutient ces étudiants, ne sont que la partie émergée de l'iceberg car beaucoup ne se sont pas fait connaître. Jusqu'à présent, près de la moitié ont finalement reçu une réponse positive pour rester en France. Pour les autres, c'est une fin de non-recevoir avec obligation de quitter le territoire. Un peu plus de 120 demandes de changement de statut sont encore arrivées ces trois dernières semaines jusqu'au cabinet de Claude Guéant. Le problème est donc loin d'être réglé, même si le gouvernement souligne que la France a déjà délivré plus de 6.000 changements de statut en 2011.
Dossiers débloqués au cas par cas

« Nous recrutons chaque année une cinquantaine de jeunes diplômés étrangers, certains sont brésiliens, chinois ou viennent du Moyen-Orient. Ces profils sont stratégiques pour notre entreprise car ce sont les marchés sur lesquels nous avons les plus grosses perspectives de croissance. Notre chiffre d'affaires se fait déjà à 90% hors de France », explique François de Wazières, directeur international du recrutement de L'Oréal. Actuellement, une dizaine de dossiers d'étudiants, ayant reçu une promesse d'embauche du groupe de cosmétique, sont encore en suspens. D'autres grandes entreprises sont concernées, qu'il s'agisse d'Alcatel, Total ou de grandes banques françaises. Difficile pour autant de communiquer trop ouvertement sur le sujet: la plupart d'entre elles espèrent faire débloquer les dossiers en souffrance au cas par cas, sans faire de vague.
Pour les groupes internationaux, une des solutions consiste, faute de mieux, à recruter ces jeunes diplômés via leurs filiales à l'étranger, avec des contrats locaux, « mais cela ne correspond pas à notre stratégie. Nous avons besoin de former ces jeunes pendant au moins trois ans dans nos centres de recherche en France afin qu'ils connaissent bien leur métier et notre entreprise. Ce n'est qu'une fois bien formés qu'ils peuvent retourner dans leur pays d'origine », confie un responsable d'un grand groupe industriel, qui embauche chaque année entre 20 et 30 jeunes ingénieurs non européens. Il s'agit souvent de profils très diplômés (polytechniciens, ingénieurs des Mines...) dont les niveaux de salaire d'embauche dépassent les 40.000 euros annuels. « C'est-à-dire des profils stratégiques pour notre groupe, qui sont les futurs cadres dirigeants de nos filiales étrangères », continue ce responsable.
Pénurie de candidats

En rendant plus difficile l'accès au marché de l'emploi pour les salariés étrangers, le gouvernement espère faire repartir l'emploi des nationaux. Un calcul à courte vue selon Jean-Marc Mickeler, associé, responsable de la marque employeur du cabinet de conseil et d'audit Deloitte : « Si ces recrutements restent bloqués, nous n'embaucherons pas des jeunes diplômés français pour les remplacer car ils n'ont pas le profil que nous recherchons. Nous n'avons pas seulement besoin d'un HEC ou d'un Essec, mais aussi d'une personne qui a une double culture. C'est ce que nous demandent nos clients lorsqu'ils ont des projets de développement à l'étranger. Cette diversité de points de vue n'a pas de prix. » Et pour cause, recruter un salarié étranger est non seulement chronophage et lourd administrativement, mais cela a aussi un coût, qui, pour ce genre de profil, dépasse souvent les 2.000 euros de taxe à payer à l'Etat. Chez Deloitte, où une équipe des ressources humaines travaille spécifiquement sur ces recrutements, une soixantaine de diplômés étrangers devaient être embauchés cette année: 35 ont reçu une réponse positive, 20 sont encore en cours de traitement, et 2 ont été refusés alors que l'entreprise les destinait à son activité d'audit, un métier réputé en tension.
D'autres secteurs font, eux aussi, face à des pénuries de candidats: « Il y a un déficit structurel d'ingénieurs en France qui nous oblige à recruter des candidats étrangers », témoigne Jacques Adoue, directeur des ressources humaines de Capgemini en France, dont une centaine de dossiers sont actuellement bloqués. « Par ailleurs, que peut-on dire à un manager qui a pris du temps pour former un stagiaire pendant six mois, qui veut l'embaucher et qui, au bout du compte, ne peut pas ? » Ou qui l'embauche, puis doit jeter l'éponge, comme vient de le vivre ce jeune Marocain, diplômé en juillet de l'Efrei Paris Sud (Ecole d'ingénieurs des technologies de l'information et de la communication). Recruté début septembre en CDI dans une société de conseil, il a essuyé début novembre un refus de changement de statut avec, à la clef, une rupture de son contrat. En cause? Son poste d'« ingénieur en production et exploitation des systèmes d'information », décrit par l'entreprise comme « consultant ingénieur » ainsi qu'elle le faisait chaque année, ne figure pas, au contraire de l'intitulé exact, dans la liste des métiers en tension. Pour certaines SSII, ces refus administratifs peuvent mettre en péril l'activité de l'entreprise. « Nous sommes effectivement passés à côté de certains contrats commerciaux à cause de la circulaire », admet Eric Decalf, PDG de la société Additeam. Au niveau national, cette circulaire risque d'entamer l'attractivité de la France, comme le souligne Lionel Ragot, économiste au Cepii: « La France a déjà des difficultés à attirer des salariés étrangers expérimentés de haut niveau. Elle compense avec les étudiants étrangers diplômés des grandes écoles qui restent sur le territoire quelques années, or c'est justement ce mécanisme qu'on est en train de remettre en cause. »
L'attractivité, c'était aussi l'un des principaux chevaux de bataille des grandes écoles et des universités. Si elles sont satisfaites du geste politique de François Fillon comme du message passé dans les ambassades pour tenter de rectifier le tir, elles estiment que le mal a été fait. Et qu'il faudra du temps pour rassurer et réparer une image écornée. « Un véritable gâchis », s'emporte Nabil Sebti, porte-parole du Collectif 31, qui y voit « un frein au potentiel de croissance des entreprises françaises à l'étranger » et « des jeunes qui choisiront d'autres pays d'études ». Ou iront exporter leurs compétences acquises dans l'Hexagone. Selon lui, le gouvernement du Québec, qui vient justement recruter ce mois de décembre à Paris et à Lyon, a fait savoir à ces diplômés hautement qualifiés que ses portes étaient grandes ouvertes.
Au-delà des prises de parole du gouvernement, le collectif réclame un retrait de la circulaire. « Le cas par cas n'est pas satisfaisant, il engorge les préfectures, et les diplômés de l'an prochain risquent de se heurter aux mêmes difficultés », regrette Nabil Sebti. Une demande qui n'a aucune chance d'aboutir tant la question migratoire, diplômés étrangers ou non, cristallise les tensions à quelques mois de la présidentielle.
Chiffres clefs

La France a accueilli 65.218 étudiants étrangers hors Union européenne en 2010, soit 28,82% de plus qu'en 2009. Les nationalités les plus représentées sont: la Chine (15,9% des entrées d'étudiants), le Maroc (8,8%), les Etats-Unis (8,6%) et l'Algérie (6%). Selon une étude du ministère de l'Intérieur réalisée entre 2002 et 2009, sept ans après leur arrivée en France, 60% des étudiants étrangers ont quitté le territoire national. Les 40% restants sont toujours présents, 10% toujours comme étudiants, 10 % ont changé de statut pour devenir salarié et 20% ont un titre de séjour pour raisons familiales. Au total, 285.000 étudiants étrangers (y compris européens) suivent un cursus en France.
Voir aussi Diplômés étrangers: Fillon s'engage, Menace sur les diplômés étrangers en entreprise.

Les EchosIsabelle Ficek i Marie Bellan. Ponieważ okólnik 31 maja zatrudniania spoza UE na wysokim szczeblu twarze administracyjnego odmowy. Academia i firm strachu lot młodych absolwentów do innych krajów bardziej przyjazna. Więcej...

Posté par pcassuto à 00:09 - - Permalien [#]

30 novembre 2011

France: PM backs tough rules for foreign students

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Jane Marshall. France's Prime Minister François Fillon has defended the controversial tightening up of residence and employment rules for non-European students and graduates in the face of concerns expressed by higher education leaders.
They had articulated anxieties over a circular to control 'professional immigration' that has led to many highly qualified foreigers being refused permission to remain and work in France. In a letter to the heads of the three bodies representing presidents of higher education institutions, Fillon wrote that France was "extremely attached" to its tradition of receiving foreign students and that he had ordered reexamination of some cases, most of which had been - or were about to be - settled.
Minister for Higher Education and Research Laurent Wauquiez and Interior Minister Claude Guéant, principal proponent of the contentious circular, have also sought to clarify the government's policy towards foreign students. The circular, issued in May by the ministries of the interior and of health, ordered préfectures to examine "rigorously" requests for work permits from students, and to carry out extensive control of non-European foreigners applying to change their status from that of student to employee.
Many foreigners who had graduated from French higher education found themselves refused permission to stay in the country when they were offered a first job with a French company. Students organised protests against the circular, and leaders in the higher education community voiced alarm. In his letter to the organisations representing university presidents (CPU), the grandes écoles (CGE) and engineering schools (CDEFI), together with the Association Française des Entreprises Privées, Fillon wrote: "France is extremely attached to its tradition of welcoming foreign students, who represent an important element of the international attractivity of its schools and universities.
"Our objective is to attract the best students in the world, especially in masters and doctorates, to heighten the influence of our higher education and our country. In addition, certain French companies need, for their international development, to acquire the skills of foreign students at the highest level. Fillon said the policy of being attractive and competitive corresponded to the need to control professional immigration better, to take into account the realities of France's employment market and unemployment among young graduates. "It equally takes into account the necessity to fight against abuses and misappropriations that can sometimes be the object[ive] of student mobility."
He said the circular of 31 May combined these three objectives of influence, competititiveness of companies and control of immigration. Recalling the terms of the law, it asked commissioners of police to regulate the flow of professional immigration by adopting sometimes a 'qualitative and selective' approach and in so doing taking the qualifications of the applicant into account. "This circular does not indicate, therefore, a policy of closure," he wrote. "The number of student visas remains stable in 2011 compared with 2010. The number of changes from student to employee status continues to increase. In this context, the circular recalls the objective of excellence we are pursuing."
However, Fillon added, it was apparent some foreign graduates who fitted this strategy had not been granted a residence permit allowing them to stay in France at the end of their studies. "At my request, these cases have been reexamined: most of them have been settled or are about to be." France considered that the talents of the students in whose education it had invested represented an advantage for the country, wrote Fillon. But obvious abuse, disjointed study programmes or 'social dumping' practices would not give the right to a change of status, he wrote.
He said France was very attached to what foreign graduates from developing countries could do to benefit their countries of origin through their skills. These students could ask for provisional authorisation to stay in France to acquire their first professional experience. In a joint statement the CPU, CGE and CDEFI welcomed Fillon's clarification, noting in particular that all foreign students graduating with at least a masters degree could ask for provisional residence authorisation so they could stay for a first professional experience. They understood from a meeting with relevant ministers that the process to review individual situations was under way and had produced important preliminary results.
Wauquiez told a press briefing the so-called 'Guéant circular' was simply a reminder of existing law and had been badly interpreted by préfectures in its application, which had not conformed to the government's policies on foreign students. "I think we have drawn lessons on what was not working. We had some difficulties in its application, and we have corrected them," he said. Corrective instructions had been sent to préfectures and more than half of the 500 cases sent to the ministry by grandes ecoles and universities had been positively reviewed, with the rest due to be dealt with by the deadline at the end of the year, said Wauquiez.
Reasons for refusing a change of status were if there was no connection between the course of studies followed and the job a graduate was applying for; or if the employment was in a sector where the French were themselves having difficulties finding work. But this was not the case in engineering, for example, said Wauquiez: "We need 40,000 engineers, while we only train 30,000 a year; it's absolutely vital to recruit."
In an article in Le Monde, Guéant explained that the circular merely reiterated an existing law of 2006 that gave masters and doctoral graduates the right to a salaried six-month stay "for a first professional experience in an activity corresponding to the education followed", and this right had not changed. He added: "If the applications from foreign nationals correspond to the qualifications or professions in which France has labour shortages, authorisations will be granted. If that is not the case, they are refused."
Guéant also drew attention to the problem of brain drain: "I cannot bring myself cynically to assume the pillaging of brains in the countries of origin which often need to build up a class of managers." It was an approach that was contrary to the government's policy of development solidarity, he wrote.

Posté par pcassuto à 22:36 - - Permalien [#]

04 novembre 2011

France: Foreign student rules a threat to image

http://www.universityworldnews.com/layout/UW/images/logoUWorld.gifBy Jane Marshall. Nine out of 10 past, present and future students from abroad would recommend France as a study destination, according to new research carried out before the introduction of controversial tightened restrictions on foreign graduates working in France. A quarter of foreign students who graduate stay on to work, according to the survey for CampusFrance, the government agency that promotes French higher education internationally.
The bodies representing university presidents, the grandes écoles and engineeering schools have all made clear their anxieties over the restrictions. These could affect thousands of graduates who previously would have been recruited by French companies with international interests, but who are being refused permits to stay and work in France, even when they have been offered a job.
In 2010, more than 280,000 foreigners came to study in France which, according to most recent figures, is the fourth most popular host country for international students after the United States, United Kingdom and Australia, and is just ahead of Germany.
CampusFrance said the survey of nearly 21,000 foreign students was conducted to identify the expectations of those coming to France and their reasons for choosing to study in the country, their level of satisfaction and the benefits of their experiences. The information will be used to improve the attractiveness of France as a study destination.
Reasons for choosing France included quality of education, knowledge of the language, cultural interest and the [relatively low] cost of studies, the survey found. Among negative aspects were the country's high cost of living, bureaucracy, housing problems and difficulties integrating.
The online survey, carried out by TNS Sofres between March and May 2011, was divided between young people planning their studies abroad (the great majority, numbering 17,952), students currently studying in France (1,697) and those who had completed their studies (1,082). They were further categorised by geographical region: Africa, North America, Latin America, Asia, Western Europe, Eastern Europe, the Maghreb and the Middle East.
Reasons for choosing France varied according to the region from which respondents came. Those from the Maghreb and Africa put most value on the quality of education, reputation of higher education institutions and the value of French degrees; while Europeans and those from Asia and the Americas placed greater emphasis on the 'enriching international experience'.
But the satisfaction expressed by 91% of respondents who were currently studying or had completed their studies in France was tempered by criticisms. The high cost of living and the complex administrative formalities were each cited by 53% of students; 45% were dissatisfied with accommodation; and a third said they had difficulties integrating into France.
Among the inquiry's findings were that a quarter of respondents who had completed their studies had stayed on in France to work, and 36% of these (9% of the graduates surveyed) were still there after two years.
But the inquiry related to those who graduated before the controversial circular issued by Interior Minister Claude Guéant on 31 May tightened employment regulations for non-European foreigners in France, including students.
While Guéant is determined to reduce immigration and wants foreign graduates to return to their own countries, he is at odds with Laurent Wauquiez, minister for higher education and research, and Valérie Pécresse, Wauquiez's predecessor who is now budget minister. They have made known their wish to attract talented foreign students and educate a future international élite.
Guéant has said he would "pragmatically" consider solutions to problems case by case, and the Conférence des Grandes Ecoles has sent a number of students' dossiers to the interior ministry for consideration.
Meanwhile opposition to the circular continues to grow, with students' organisations mobilising against it, including a new action group, the Collectif du 31 Mai, which has launched a petition. The socialist vice-president of the senate, Bariza Khiari, is submitting a resolution demanding its withdrawal.
Related stories:
FRANCE: Ministers divided on foreign student rules.
FRANCE: Immigration restrictions hit foreign students.
FRANCE: Ministers unveil foreign student strategy.

Posté par pcassuto à 01:02 - - Permalien [#]


16 octobre 2011

France to Allow Work Visas for More Graduates

http://graphics8.nytimes.com/images/misc/nytlogo152x23.gifBy PALKO KARASZ. PARIS — French officials are planning to soften their stance on limiting working permits to foreign college graduates and to reconsider recently rejected work-visa applications after criticism from students and heads of universities, the Education Ministry said Thursday.
“Local prefects will be advised to examine students’ applications in a positive way,” a spokesman with the Ministry of Higher Education said in a telephone interview. “Cases where the application has been rejected will be examined to try and find a solution,” he added, refusing to give his name, following ministry practice.
This autumn, non-European Union students were subjected to stricter work-visa procedures, making it increasingly hard for them to pursue job opportunities after graduation in France. A memo dated May 31 and issued by the ministries of Interior and Labor called on the local authorities and immigration offices to apply existing regulations “rigorously” to limit legal immigration. “Priority should be given to the professional insertion of job seekers already present on our territory, both of French and foreign nationalities, residing legally in France,” the memo read.
In addition, a government decree issued on Sept. 6 strengthened the conditions of residency for students.
At a meeting of government officials and university representatives on Tuesday, the higher education minister, Laurent Wauquiez, pledged to “correct” the carrying out of immigration rules for students and said that the government and universities would start talks to address the issue of graduates who wish to stay in France to work.
“France wishes to attract the best students in the world,” as they could become “ambassadors for our country,” Mr. Wauquiez was quoted as saying in Le Figaro. “There is no policy of closure” directed at foreign graduates, he added.
Louis Vogel, head of the University Presidents’ Conference, who was present at the meeting, welcomed the talks in an interview on Wednesday. Nevertheless, he remained cautious about the outcome, saying, “The reaction was good but we have to wait and see the results in practice.”
In late September, he was among the first to react to the visa refusals, saying that they could compromise deals with partner universities worldwide.
“The consequences of this memo on international students have been underestimated,” Mr. Vogel said Wednesday.
Lenient legislation and a stated intention to attract international students increased the number of foreigners in the French higher education system in recent years. Their numbers rose to 218,364 from 137,505 in the past decade, according to ministry figures.
At the same time, the government under President Nicolas Sarkozy has been trying to curb immigration. In April, Interior Minister Claude Guéant announced that he wanted to reduce all legal immigration to the country by 20,000 to 180,000.
While the quotas were not directed at students, academics said they were the first affected.
“From a statistical point of view, cutting down on foreign students has a more immediate and visible effect, as opposed to family migration, for instance,” said Serge Slama, an assistant professor at the University of Evry-Val d’Essonne, south of Paris.
A group of students called the May 31 Collective started registering cases of work-permit refusal in September. A founder of the movement is Hajer Gorgi, a Tunisian student who graduated from Ensae, an engineering school, this past summer. Before even graduating, she said, she had been considered by a leading company for a position as a consultant. But, for the authorities, “consultant” was not a valid job description so she feared that they would refuse her permit, she said.
“A whole generation is being sacrificed,” Ms. Gorgi said. She said about 200 students had contacted the collective, of which about 70 were refused visas.
Asked about the softening of measures, Vincent Chauvet, a French student at l’Institut d’études politiques de Paris and co-founder of the collective, said Thursday that they were only partially satisfied.
“We haven’t seen any written engagement — we only have Mr. Wauquiez’s word,” he said in an interview, adding that they were still hoping the original memo would be withdrawn.
To reinforce their demands, the collective planned to demonstrate in front of the Sorbonne University in Thursday.
“We want to go public to show that these students are not hiding, illegal immigrants,” Mr. Chauvet said.
This year, several Western nations including Australia, Britain and Sweden, decided to restrict access to their higher education systems for foreign students. Britain and Australia tightened visa and immigration policies, while Sweden introduced tuition fees for some foreign students, a first in its modern history.

Posté par pcassuto à 18:06 - - Permalien [#]

15 octobre 2011

Audit condemns management at elite Paris institute

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Jane Marshall. The financial management of the elite Institute of Political Studies in Paris has been strongly criticised in an official report that found evidence of exorbitant bonuses, absence of controls and waste of public funds during the directorship of Richard Descoings, who died in April.
The 210-page provisional report of the Cour des Comptes (state auditor) on the institute known as Sciences Po for the period 2005-11 was obtained by Le Monde newspaper, which published its conclusions last week. The report revealed a chaotic management that consisted more of “little deals between friends than a serious administration of public funds”, said the paper.
The Cour des Comptes called for immediate reform of Sciences Po, reported Le Monde. It said Higher Education and Research Minister Geneviève Fioraso had told the institute’s leadership to halt the appointment procedure for Descoings’ successor until publication of the definitive report in November.

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

09 octobre 2011

La presse internationale à la découverte des Universités françaises

http://www.caissedesdepots.fr/fileadmin/templates/main/site/img/logo-caisses-des-depots.gifUne trentaine de journalistes internationaux membres de l’ICJ, ont été reçus le 29 septembre à la Caisse des Dépôts, dans le cadre d’un voyage de presse à la découverte des Universités françaises.
Qu’est-ce que l’ICJ ?

Créé en 2009, l'International Club of Journalists-Education compte une quarantaine de représentants des médias majeurs de pays de tous les continents, essentiellement de la presse écrite, spécialisés dans l’enseignement supérieur, la recherche et l'économie de la connaissance.
Qui porte cette visite ?
Le Club a été invité en France par la Conférence des présidents d'Université (CPU), afin de mettre en valeur l'effort de transformation de l'enseignement supérieur français entrepris depuis 2007. Outre la CPU, les sponsors de la visite, aux côtés de la Caisse des Dépôts, sont: la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, le CNRS, la Fondation universitaire de Bordeaux et l’entreprise Steelcase.
Le contexte

L’enseignement supérieur français connaît une transformation sans précédent, portée par tous les acteurs: Universités, écoles, organismes, avec un soutien de l’Etat via notamment le plan Campus et le Programme des investissements d’avenir (PIA).
En devenant autonomes, en renforçant leur rôle dans le pilotage de la recherche, en constituant avec les écoles des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), les Universités françaises se donnent progressivement les moyens de rejoindre le peloton de tête des classements internationaux, d’attirer étudiants et chercheurs étrangers.
L’objectif de ce voyage de presse

Au plan international, on constate que les Universités et les laboratoires français ont des difficultés à mettre en valeur le travail de leurs enseignants et de leurs chercheurs, alors qu’il existe de l’excellence, en matière de recherche et de formation, sur l’ensemble du territoire.
L’objectif de ce voyage est de rendre visibles les performances du système français, en expliquant ses spécificités et en faisant connaître l’ampleur des transformations en cours.
L’action de la Caisse des Dépôts en faveur des Universités

La Caisse des Dépôts a fait l'objet d'une présentation à travers son histoire et ses missions, afin de faire comprendre aux journalistes étrangers comment son action en faveur des Universités découle de son caractère d’investisseur de long terme.  L’appui aux Universités et la promotion de l’économie de la connaissance forment ainsi aujourd’hui l’un des axes prioritaires de son plan stratégique Elan 2020.
Dans ce contexte, la Caisse des Dépôts accompagne, par du financement ainsi que par de l’expertise, les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, publics ou privés, qui le souhaitent.
Les différents champs et niveaux d’intervention de la Caisse des Dépôts ont pu être abordés en fonction des nombreuses questions des journalistes, notamment : le soutien à la modernisation des Universités en partenariat avec la CPU ; l’immobilier et le schéma directeur des Universités dans une perspective de développement durable, les partenariats public-privé, le développement du numérique, l’économie de la connaissance, le PIA, etc.
Voir la cartographie des Universités sous convention avec la Caisse des Dépôts.

http://www.caissedesdepots.fr/fileadmin/templates/main/site/img/logo-caisses-des-depots.gif Kolmkümmend välisajakirjanikel liikmed ICJ, saadi 29. septembril kell Caisse des depood, osana reis uurida Prantsusmaa ülikoolid.
Mis ICJ?
Asutatud aastal 2009, International Club Ajakirjanike-Haridus on umbes neljakümne liikmed meedia suuremates riikides kõigil mandritel, peamiselt ajakirjandus, mis on spetsialiseerunud kõrghariduse, teaduse ja teadmistepõhisesse majandusse.
Tuues selle külastada?
Club kutsuti Prantsusmaal Conference Ülikooli presidentide (CPU) suurendada jõupingutusi, et muuta Prantsusmaa kõrgharidus, mida on alates 2007. Lisaks CPU, sponsorid külastada koos Caisse des depood, on: Kaubandus-Tööstuskoja Paris, CNRS, Bordeaux Ülikooli sihtasutuse ja firma Steelcase. Vaata kaardistamine Ülikoolid all kokkuleppel Caisse des dépôts. Velle...

Posté par pcassuto à 11:45 - - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2011

Choisir la France

http://www.campusfrance.org/sites/default/files/imagecache/ressource_image/ca_ressource/52912/couv_choose_fr.pngPour la qualité de son enseignement supérieur. Accessible à tous et l'un des meilleurs au monde: l'enseignement supérieur français !
L'excellence de l'enseignement supérieur français est largement reconnue à travers le monde. Que ce soit dans le classement de Shangai, dans ceux du Financial Times, du Times ou dans l'European Report on Science & Technologies de la Commission Européenne, des établissements français sont toujours au premier plan.
La France investit  chaque année massivement dans l'enseignement et la recherche: l'éducation est le premier poste de dépenses du budget de l'Etat, soit plus de 20%.
C'est un autre paradoxe français: l'un des meilleurs enseignements supérieurs au monde est aussi l'un des plus accessibles financièrement.
Les succès industriels, technologiques et scientifiques français (espace, transport, médecine, mathématiques), le nombre de prix Nobel ou de médaille Field démontrent que la France est un pôle d'innovation et de recherche parmi les plus dynamiques.
En France, les formations supérieures s'appuient sur des laboratoires de recherches accrédités ou sur le savoir faire de professionnels aguerris: quel que soit votre domaine d'étude, vous serez toujours au contact d'experts reconnus.
Pour l'ouverture internationale de son enseignement supérieur. L'enseignement supérieur français accueille plus de 278 000 étudiants internationaux.

Cinquième puissance économique, la France est aujourd'hui au troisième rang mondial pour l'accueil des étudiants internationaux. Elle mène depuis toujours une politique d'égalité de traitement des étudiants français et étrangers. Exemples: les frais d'inscription sont identiques pour tous et fixés, pour les diplôme nationaux, par le gouvernement, et tous les étudiants bénéficient des mêmes droits sociaux, quelle que soit leur origine (sécurité sociale, aide au logement).
Les dépenses en matière d'enseignement supérieur représentent environ 1,2% du PIB de la France, soit environ 20 milliards d'Euros chaque année. Le financement est très majoritairement public (87%). Cela représente un investissement moyen de 10800 Euros par étudiant, quelle que soit sa nationalité.
Avec 278000 étudiants étrangers (12% de l'effectif  étudiant total, dont 25000 doctorants), La France se situe au troisième rang des pays d'accueil,  après les Etats Unis (535000) et la Grande Bretagne (340000). Les établissements français délivrent des diplômes conformes aux normes eurpopéennes,  basées sur une architecture commune appelée "LMD" (pour Licence, Master, Doctorat). Ces diplômes sont largement reconnus et appréciés de part le monde.
Etudier en France, c'est aussi  l'occasion d'apprendre le français ou d'en parfaire sa maîtrise. Et de rejoindre ainsi 250 millions de francophones qui pratiquent la langue olympique, la langue de l'ONU ou la langue officielle et de travail de l'Union Européenne. Les étudiants étrangers - quelle que soit leur nationalité - bénéficient en France des mêmes droits et des mêmes avantages que les étudiants français. En dix ans, le nombre d'étudiants étrangers en France a crû de… 75%!
Pour le rayonnement des "savoir-faire" français. La France est particulièrement concurrentielle dans le secteur des métiers d'art et dans la formation des sportifs.
Des métiers d'art au premier plan.

L'artisanat représente environ 920.000 entreprises et recense 10% des actifs français. La France exporte son savoir-faire dans le domaine des métiers du graphisme et de l'animation "3D"  ainsi que dans celui des métiers de la mode et du textile. Les formations aux métiers du bois, de la pierre, de la terre et des senteurs (ébéniste, souffleur de verre, marbrier, potier, céramiste, parfumeur) sont reconnues mondialement.
Les métiers de bouches (chocolatier, confiseur, restaurateur, boulanger, patissier), représentés par de très grands noms comme Alain Ducasse, Paul Bocuse ou Pierre Gagnaire concourent au prestige international de notre pays.
Le sport
La France possède également une vraie tradition dans la formation des sportifs. Les sections "sports-études" des collèges et des lycées et les centres de formation adossés aux clubs professionnels permettent de former les sportifs de haut niveau, tant dans les disciplines individuelles (natation, patinage artistique, ski) que collectives (football, basket).
La France dispose d'infrastuctures sportives de très grande qualité, lui permettant d'acceuillir, en région parisienne comme en province des compétitions de niveau mondial (coupes du monde de football et de rugby, jeux olympiques d'hiver, Euro 2016 de football).
Pour la culture française contemporaine. Pour l'art de vivre en France. Pour la dynamique de l'économie française.

Kvaliteedi eest kõrgharidust. Kättesaadav kõigile ja üks maailma parimaks prantsuse kõrgharidus!
Tipptaset Prantsuse haridussüsteem on laialdaselt tunnustatud kogu maailmas.
Kas Shanghai edetabel, need, Financial Times, Times või Euroopa aruanne Science & Technologies Euroopa Komisjoni, prantsuse institutsioonid on alati esiplaanil.
Prantsusmaa suuri investeeringuid igal aastal õppe-ja teadustöös: haridus on esimene kuluartikkel riigieelarve üle 20%.

See on veel üks prantsuse paradoks: üks parimaid kõrgharidus maailmas on ka üks kõige odavamad.

Edukas tööstus-, tehnoloogia-ja prantsuse teadlased (ruum, transport, meditsiin, matemaatika), mitu Nobeli preemia või Fields Medal näitavad, et Prantsusmaa on kesklinnas innovatsiooni ja teadusuuringute kõige dünaamilisemaks.

Prantsusmaal on kõrgharidus põhinema uuringutel akrediteeritud laborid või teadmisi kogenud spetsialistide: sõltumata oma eriala, siis on alati puutunud eksperdid
. Velle...

Posté par pcassuto à 22:29 - - Permalien [#]

09 septembre 2011

Academic Destination: France

http://chronicle.com/img/photos/biz/icons/france_AD_iconv2.jpgFrance and its overseas possessions are divided into 35 educational districts, or Académies, each of which is responsible for all levels of education.
Country Overview
France remains a leader in world affairs even though it lost its status as a dominant state after World War II. While it has retained a number of territories, its colonial past is evident chiefly on its streets, in the form of ethnic diversity. France, which has long pushed for economic integration in Europe, now proposes to strengthen the military capabilities of the European Union. The government is also in the midst of reducing its influence over the domestic economy through privatization. The French cultural legacy is apparent throughout the world, from writers, thinkers, and painters to cuisine. France is the most visited country in the world.
Climate
Three types of climate may be found within France: oceanic, continental, and Mediterranean. The oceanic climate, prevailing in the western parts of the country, is one of small temperature range, ample rainfall, cool summers, and cool but seldom very cold winters. The continental (transition) type of climate, found over much of eastern and central France, adjoining its long common boundary with west-central Europe, is characterized by warmer summers and colder winters than areas farther west; rainfall is ample, and winters tend to be snowy, especially in the higher areas. The Mediterranean climate, widespread throughout the south of France (except in the mountainous southwest), is one of cool winters, hot summers, and limited rainfall. The mean temperature is about 11°  C  (53° F) at Paris and 15°  C  (59° F) at Nice. In central and southern France, annual rainfall is light to moderate, ranging from about 68 cm (27 in) at Paris to 100 cm (39 in) at Bordeaux. Rainfall is heavy in Brittany, the northern coastal areas, and the mountainous areas, where it reaches more than 112 cm (44 in).
Monthly average rainfall: Jan 54 mm (2 inches); April 38 mm (1.4 inches); July 55 mm (2 inches); October 49 mm (1.9 inches).
GDP: $2,133,000,000,000 (2008 est.)
Population: 64,057,792
Overview of Higher Education

France and its overseas possessions are divided into 35 educational districts, or Académies, each of which is responsible for all levels of education. Spread throughout the districts are 91 universities, a classification that includes institutes of technology. Since 2002 the government has gradually put into effect the terms of the Bologna Process, even as universities have become more autonomous. The standard undergraduate degree is the three-year Licence (equivalent to a bachelor’s degree). Students may pursue a master’s degree on either a research track or a professional track. Both require two years of study. A research master’s is required for doctoral studies, which typically last three more years.
In 2007 some 265,000 students were pursuing higher education in France and its possessions. (Sources: BBC, The Europa World of Learning)
Number of Colleges, Universities, Technical Institutes

Number of Colleges, Universities, and Technical Institutes (total): 603
Number of Higher Education Students
Number of students enrolled: 1,979,445
Number of international students enrolled: 246,369

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]