09 juillet 2012

Prestigious post will point to French education future

By Catherine Field. In France's long summer, universities become ghost towns in early June, as students head off back-packing and professors hit the garden recliners, with more than three months to go before they have to return to campus.
But this year, the pleasure-seeking at the Paris Institute of Political Studies, better known as Sciences Po, is on hold. Set up in 1871 as one of the "grandes ecoles" to groom the political and diplomatic elite, Sciences Po is going through a change that is being closely scrutinised, for it could determine the future path of France's much-troubled higher education system. Sciences Po's role as an incubator of leaders is huge. When he took office in May, Francois Hollande became the third Sciences Po graduate to become president in three decades. He took over from former president Nicolas Sarkozy, who attended the institute but didn't graduate from it. Other alumni include former UN secretary-general Boutros Boutros-Ghali, ex International Monetary Fund chief Michel Camdessus, and Pascal Lamy, current head of the World Trade Organisation. Nestling in ancient buildings in the Latin Quarter, Sciences Po is famed for its small, intimate classes, with an 11-to-one student-to-teacher ratio, its intellectual hauteur and a clubbiness that creates lifetime friendships. "Sciences Po always gets a nod and a wink because all of the top people, the politicians, the journalists, graduate from it," one of its professors, Alain-Gerard Slama, says.
The big question is who will replace director Richard Descoings, who in 16 years engineered reforms which supporters say are a model for overhauling France's many declining universities. Descoings took the helm of Sciences Po in 1996 at the age of just 38. He set about scrapping century-old admission policies and teaching practices. He more than doubled the number of students from 4000 to 10,000, carving out places for people from Paris' economically poor, high-immigration suburbs, creating the first affirmative-action programme in French education. He tore apart the admissions system, which largely favoured the elite, state-funded high schools. Out went the "concours," a competitive exam that Descoings derided as an exercise in cramming. In its place, high schools were allowed to recommend pupils based on their academic record, and applicants underwent a 45-minute interview to assess their personality.
To the horror of francophone traditionalists, Descoings gave the green light for many courses to be taught in English to help attract foreign students. But this was just the start. He opened six satellite campuses outside Paris, signed partnership deals with Harvard and Columbia Universities in America and the London School of Economics, and made it mandatory for all undergraduates to spend a year abroad. In 2003, he attacked the taboo of tuition fees. Wealthier students now pay up to €9000 ($13,900) a year, while the less well-off students pay around €1000. By world standards, these are not high, but most state universities in France charge between €150 and €400 a year on the principle that they should be accessible to anyone with the baccalaureat (high school diploma), regardless of income.
At the heart of Descoings' thinking was to cut the institute's dependence on the state and restore its prestige. Last year the institute's annual budget was €130 million, of which 56 per cent was contributed by the state compared with two-thirds in 2000. A growing chunk of income comes from sponsorship, which raises hackles among educationalists who defend "la tradition republicaine" whereby education should be funded by the state to keep it neutral and free from outside influences.
Diehards attacked Descoings as an autocrat who slavishly imitated Anglo-Saxon mercantilism. But he succeeded in re-making Sciences Po into a worldwide brand. Foreigners now account for nearly half of the school's 10,500 students and pay fees of up to €13,000 annually. According to Fitch Ratings, Sciences Po has an A+ status among the world's academic institutions, a judgment based on its "national and international academic excellence and its unique position in the French higher education system". Descoings was a trailblazer. He spurred Sarkozy during his presidency to carry out a timid but hugely criticised reform giving state universities greater control of their finances. These universities are in France's second division, lagging way behind the handful of "grandes ecoles".
Many were built in the 1970s and have a reputation for dullness and hideous architecture, crammed auditoriums, lazy or indifferent teachers and diplomas that have no relevance outside academia. In the 2011-2012 Times higher education survey, the highest ranking for a French state university is 169. So when Descoings died of a heart attack on April 3, aged just 53, the mourning was sincere. Lectures were immediately suspended and thousands of students gathered for a memorial service; hundreds signed remembrance books and posted messages on social media sites. Sarkozy paid tribute to his tenure as "a historic turning point in awareness of scandalous social elitism in France", while the head of France's employers' federation, Laurence Parisot, described him as "a tireless builder of promotion through merit".
Who gets to replace this star is being closely monitored, for the choice will show which way the Government will blow in future changes to the academic system. Hollande's Socialist Party has deep roots of support among teachers, many of whom are viscerally opposed to Descoings-style changes. The two frontrunners are Herve Cres, Descoings' former deputy and now acting director, who is an economist and renowned conservative, and Dominique Reynie, a media-savvy pro-European political scientist whose political leanings are regarded as centrist.
But the appointment process is opaque and prone to political influence, with the President himself having the final word. According to the news website Mediapart, "a page could be about to turn" at Sciences Po, with the possibility of a backlash against the Descoings era.

Posté par pcassuto à 22:24 - - Permalien [#]


17 juin 2012

Etudiants étrangers - le gouvernement tourne la page

http://www.campusfrance.org/sites/default/files/imagecache/actualite_image/ca_actualite/155644/marianne.jpgEtudiants étrangers: avec l’abrogation de la circulaire du 31 mai 2011, le gouvernement entend tourner une page.
Un an après la publication de la « circulaire Guéant » du 31 mai 2011 relative à l'accès au marché du travail des étudiants étrangers, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le ministre du Travail Michel Sapin et la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso ont officialisé l'abrogation de ce texte.
Le communiqué de presse interministériel souligne qu’il s’agit de proposer un « nouveau  pacte entre la République, ses universités et grandes écoles et les étudiants de toutes les nationalités [qui] doit permettre à ces jeunes diplômés d’exercer leurs talents au sein des entreprises françaises. »
Communiqué de Presse MESR sur la circulaire Guéant
Mme Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche se réjouit de l’abrogation de la circulaire « Guéant » du 31 mai 2011.

C'était une priorité pour la recherche et l'économie de notre pays, mais c'était en premier lieu une nécessité humaine pour rester fidèle aux valeurs françaises d’accueil et d’intégration.
Cette nouvelle circulaire, fruit d'un travail interministériel très consensuel, tourne la page de dispositions administratives restrictives à l’égard des diplômés étrangers souhaitant accéder à une première expérience professionnelle en France ou souhaitant changer de statut. Elle va leur faciliter la vie et leur permettre de travailler dans de bonnes conditions.
Dans l'ère de l'économie de la connaissance et de la circulation internationale, il faut plus que jamais savoir attirer les talents et non les pénaliser avec des contraintes administratives et discriminatoires. Rappelons que 40% des doctorants sont d'origine étrangère et contribuent au dynamisme et au rayonnement la France.
Ce nouveau texte permettra de restaurer l’image de la France dans le monde et renforcer l’attractivité de notre système d’enseignement supérieur et de recherche.
En tournant cette page « Guéant », conformément aux engagements de campagne de François Hollande, la ministre souhaite rétablir le dialogue indispensable et la confiance avec les universités, les grandes écoles, les étudiants, les doctorants et les chercheurs de toutes les nationalités.
Communiqué de Presse interminsitériel 31 mai 2012 circulaire étudiants étrangers
Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel Sapin, et la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, ont officialisé, aujourd’hui, l’abrogation de la circulaire du 31 mai 2011 relative à l’accès au marché du travail des étudiants étrangers. Cette abrogation se fait par le biais d’une nouvelle circulaire, conjointement établie par les trois ministres.
Engagement du Président de la République, cette abrogation constitue un tournant significatif. La circulaire entend ainsi poser les bases d’une relation renouvelée entre la France et les étudiants étrangers qui viennent y poursuivre leurs études supérieures. Restaurant un climat de confiance, ce nouveau pacte proposé entre la République, ses universités et grandes écoles et les étudiants de toutes les nationalités doit permettre à ces jeunes diplômés d’exercer leurs talents au sein des entreprises françaises. Cette abrogation doit aussi renforcer l’image de la France au niveau international.
Cette nouvelle circulaire établit des règles précises et transparentes dans le cadre du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile et du code du travail. Il s’agit, en particulier, d’assurer l’égalité de traitement sur le territoire, de faciliter les démarches des étudiants et d’apporter une réponse rapide à leur demande de changement de statut. Pour cela, les délais d’instruction des demandes, par les agents de l’Etat, ne pourront excéder deux mois et ce, afin qu’aucun retard de l’administration ne vienne pénaliser les étudiants dans leurs recherches d’emploi et leur prise de poste.
Circulaire d'abrogation 31 mai 2012
Circulaire n° NOR : INTV1224696C
Objet :
Accès au marché du travail des diplômés étrangers
Annexe : examen individuel des demandes de changement de statut de droit commun
L’accueil des étudiants étrangers participe au rayonnement de la France, à l’attractivité nationale et internationale de nos écoles et universités ainsi qu’au dynamisme de notre économie. Ces étudiants, une fois diplômés, sont des atouts pour nos entreprises, qui souhaitent bénéficier des meilleures compétences et s’ouvrir à de nouveaux marchés. Ceux qui rejoignent leur pays d’origine après leur diplôme ou après une expérience professionnelle en France contribuent à l’essor de ces pays. Pour l’ensemble de ces raisons, la présente circulaire a pour objet d’opérer un profond changement d’orientation concernant les modalités de leur première expérience professionnelle sur le territoire national.
Conformément aux engagements du Président de la République, la circulaire n° IOC/L/11/15117/J du 31 mai 2011 relative à la maîtrise de l'immigration professionnelle et la circulaire n° IOC/L/12/01265/C du 12 janvier 2012 relative à l'accès au marché du travail des diplômés étrangers de niveau au moins équivalent au master sont en conséquence abrogées.
Vous veillerez à appliquer avec tout le discernement nécessaire à la prise en compte de chaque situation individuelle, les dispositions législatives et réglementaires relatives aux autorisations de travail, telles que fixées par le code de l'entrée et du séjour des étrangers et de l'asile (en particulier les articles L. 311-1 et L. 311-2, L. 311-11 et L. 313-10) et par le code du travail (en particulier les articles L. 5221-1 et suivants et les articles R. 5221-1, R. 5221-4, R. 5221-20 et R. 5221-32).
1.Vous porterez une attention particulière à l'instruction des demandes d'autorisation de travail concernant des procédures de changement de statut destinées à permettre à des étudiants étrangers non communautaires de s'engager dans une première expérience professionnelle.
En la matière, vous veillerez à ce que vos services donnent toute leur portée aux dispositions de l’article L. 311-11 du CESEDA, afin de faciliter la délivrance d'un titre de séjour autorisant l'exercice d'une première activité professionnelle, dès lors, notamment, que serait établi, par tout moyen, le respect du critère d'adéquation du diplôme et de l'emploi envisagé. Vous prendrez en compte favorablement toute attestation établie conjointement par le directeur ou le président de l’établissement d’enseignement supérieur et le chef d’entreprise certifiant que les conditions posées par l’article L. 311-11 sont respectées. En aucun cas ce dispositif ne doit être subordonné à l’examen préalable de la situation de l’emploi. Il convient, par ailleurs, de tenir compte des dispositions plus favorables prévues par les accords bilatéraux liant la France à certains pays étrangers.
Il est rappelé que l’étudiant n’est pas tenu de fournir l’attestation de réussite à ses examens dès le dépôt de sa demande d’autorisation provisoire de séjour. S’il remplit les conditions prévues par l’article L. 311-11, l’étudiant bénéficie d’une autorisation provisoire de séjour de six mois à compter de la date de décision du jury de diplôme concerné. La délivrance du titre de séjour autorisant l’exercice d’une première activité professionnelle pour les personnes satisfaisant aux conditions de l’article L. 311-11 peut être réalisée dès lors que l’intéressé bénéficie d’un emploi ou d’une promesse d’embauche et donc, le cas échéant, avant la délivrance de son diplôme.
Si les conditions qui ont présidé à la délivrance du premier titre de séjour annuel sont toujours réunies, celui-ci est renouvelé jusqu’à l’issue de la première expérience professionnelle.
2. S'agissant des étudiants engagés dans une procédure de changement de statut de droit commun, il revient aux services de la main d'oeuvre étrangère d'instruire, sous votre autorité, les demandes d'autorisation de travail.
L’examen des situations individuelles peut vous conduire à valoriser, notamment, la contribution à l'attractivité de notre enseignement supérieur et la réponse aux besoins de l'entreprise concernée. Vous pourrez le cas échéant vous référer aux critères annexés à la présente circulaire. Il est rappelé, en application de l’article R. 311-2 du CESEDA, que le dépôt des demandes est effectué dans les deux mois précédant l’expiration du titre de séjour, y compris jusqu’au dernier jour précédant l’expiration de ce titre. Par ailleurs, vous considérerez que la recherche effective de l’employeur a été réalisée si l’offre d’emploi auprès d’un des organismes concourant à un service public de placement n’a pas été satisfaite après trois semaines de publication.
3. Vous serez attentifs à fournir à l'étudiant l'ensemble des informations nécessaires au traitement de son dossier dès le premier contact qu'il aura avec les services.
Vous serez attentifs à maintenir une durée d’examen des demandes inférieure à deux mois dès lors que le dossier est complet, hors attestation de réussite des examens, afin d’éviter à l’étudiant étranger le risque de perdre l’emploi auquel il postule, quel que soit le fondement juridique de sa demande.
Vous réexaminerez prioritairement, au regard de la présente circulaire, les dossiers déposés depuis le 1er juin 2011 et qui vous auront été à nouveau présentés à compter de la signature de la présente circulaire. Aucune obligation de quitter le territoire français notifiée à ce titre après le 1er juin 2011 ne sera exécutée pendant le réexamen. Vous délivrerez aux intéressés une autorisation provisoire de séjour de six mois, non renouvelable, avec
autorisation de travail, ou, pour ceux qui ont une promesse d’embauche, un récépissé avec autorisation de travail durant l’instruction de leur dossier.
Vous voudrez bien me faire part de toutes difficultés que vous rencontreriez dans la mise en oeuvre de la présente instruction, qui s’applique aux dossiers en cours d’examen et doit, en toute circonstance, être considérée comme au moins aussi favorable aux intéressés, tant sur le fond qu’en matière de procédure, que le régime en vigueur avant sa signature.
Le ministre de l’intérieur, Manuel VALLS, Le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel SAPIN, La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève FIORASO.
Annexe: Examen individuel des demandes de changement de statut de droit commun

Lors de l’examen individuel des demandes de changement de statut de droit commun, l’autorité administrative pourra utilement se référer aux critères suivants, qui ne sont ni limitatifs, ni cumulatifs:
- l’entreprise qui souhaite procéder au recrutement dispose d’un établissement ou d’intérêts dans le pays d’origine, la zone géographique ou culturelle du ressortissant étranger;
- la formation de l’étudiant a été soutenue, hors barème de taxe d’apprentissage, par l’entreprise qui souhaite le recruter à la fin de ses études;
- le niveau des études suivies et les résultats obtenus dans ce cadre attestent la réalité d’un parcours d’excellence, notamment dans le contexte actuel de construction de profils aptes à affronter le marché international de l’emploi et des compétences;
- le parcours de l’étudiant s’inscrit dans le cadre d’une mobilité encadrée par une convention entre un établissement universitaire du pays d’origine et un établissement universitaire français, financée en partie par la France;
- l’étudiant a effectué tout ou partie de ses études secondaires en France, dans un établissement français à l’étranger ou dans un établissement étranger sous convention avec la France, avant de poursuivre un cursus universitaire en France.

Foreign students: the repeal of the circular of 31 May 2011, the government intends to turn a page.
One year after the publication of the "Circular Guéant" of 31 May 2011 on access to the labor market for foreign students, the Interior Minister Manuel Valls, Labour Minister Michel Sapin and Education Minister Genevieve higher Fioraso formalized the repeal of this text.

The press release stressed that this interministerial propose a "new deal between the Republic, its universities and colleges and students of all nationalities [who] should allow these graduates to exercise their talents in French companies.
" Press Release on the circular MESR Guéant. More...

Posté par pcassuto à 16:09 - - Permalien [#]

02 juin 2012

Hollande keeps promise to ease restrictions on foreign students

http://enews.ksu.edu.sa/wp-content/uploads/2011/10/UWN.jpgBy Jane Marshall. A controversial circular that restricted residence and employment rights for non-European students and graduates and led to many highly qualified foreigners being forced to leave France has been repealed by the new socialist interior minister, Manuel Valls, a year to the day after it was introduced by his predecessor.
The Guéant circular of 31 May 2011, named after its principal proponent Claude Guéant, the right-wing interior minister under President Nicolas Sarkozy, was introduced to control ‘professional immigration’.
It ordered prefectures, which are responsible for authorising residence, student and employment visas to foreigners, to enforce regulations ‘rigorously’ and carry out extensive controls on foreign students applying to change their status to that of employee.
Following its enforcement hundreds of non-European foreigners who had studied and obtained degrees in France, many of them highly qualified and employed in French companies, were unable to change their status.
They lost their right to work and live in France, and many had to leave the country.
The measures led to strong opposition from students, politicians, businesses and academics, including the three bodies representing the presidents of universities, grandes écoles and engineering schools.
As well as the futures of thousands of talented young people at stake, there were concerns that France’s international attractiveness and competitiveness in higher education and innovation would be damaged.
In his campaign before his election as France’s president on 6 May, François Hollande said he would repeal the circular, a promise kept last week by Valls.
At a meeting with representatives of the interior, higher education and social affairs ministries, student leaders were told it would be annulled from 31 May, and a favourable replacement would be published in the next few days which would apply to cases currently under examination as well as new ones.
Student representatives welcomed THE withdrawal of the circular, but said further measures were needed.
Emmanuel Zemmour, president of UNEF, France’s biggest student union, called for repeal of an order brought in last September increasing the resources foreign students needed to obtain a student visa, and for enactment of a circular authorising long-term residence permits for foreign masters and doctorate students, and its extension to undergraduates.
In addition Philippe Loup, president of students’ federation FAGE, called for revision of employment conditions for newly qualified foreign graduates, and abolition of the tax for renewal of student visas.
Discussions between the government and higher education representatives, including students, about the situation of foreign students and graduates is scheduled to take place during coming weeks, before an eventual parliamentary debate.
But no announcement is likely before the composition is known of the new national assembly, after 17 June, when the second and decisive round of the general election takes place.

Posté par pcassuto à 00:45 - - Permalien [#]

Étudiants étrangers en France - comment la Conférence des Grandes écoles entend tripler leurs effectifs

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/uploads/ph3-2.jpgPar Olivier Rollot. Abolie hier la « Circulaire Guéant », et les limitations qu’elle imposait aux étudiants étrangers désirant travailler en France une fois leur diplôme obtenu, a un temps décrédibilisé la France sur ce marché crucial qu’est celui de l’accueil des étudiants étrangers. Pour autant la Conférence des Grandes écoles (CGE) n’avait pas abandonné ses ambitions d’accueillir à terme 500 000 étudiants étrangers supplémentaires en France. Un quasi triplement puisqu’ils sont 278 000 aujourd’hui.
Le constat : la France attire les étudiants

Avec 9% du flux mondial d’étudiants, la France se situe aujourd’hui au 3ème rang mondial pour son attractivité. Avec de près de 12% d’étrangers sur ses campus, elle n’est même dépassée dans le monde que par le Royaume-Uni et surtout l’Australie qui reçoit autant d’étudiants étrangers que la France pour trois fois moins d’habitants. Pour autant, ce sont toujours les Etats-Unis qui reçoivent le plus d’étudiants étrangers.
Uniquement dans les grandes écoles, le nombre d’étudiants étrangers a plus que doublé en dix ans en passant de 13 200 à 27 700. Une progression plus forte encore dans les école de commerce puisqu’on peut là parler de quasi triplement (3 600 en 1998 et plus de 10 000 en 2008) alors que dans les écoles d’ingénieurs on passe de 9 000 à 16 600.
En termes de nationalités, ce sont les étudiants asiatiques qui ont vu leur nombre augmenter le plus fortement en passant d’un peu moins de 5 000 à 9 300 dans les grandes écoles. Après le Maroc, la Chine est aujourd’hui de deuxième pays d’origine des étudiants étrangers. Au total, les étudiants du Maghreb sont les deuxièmes les plus représentés (7 000 étudiants) devant l’Amérique latine et du Sud (3400).
Plus de la moitié des étudiants maghrébins et asiatiques sont inscrits dans les écoles d’ingénieurs (5 146 pour le Maghreb et 5 318 pour l’Asie). La grande majorité sont inscrits dans des cursus diplômants (4 980 pour le Maghreb et 4 967 pour l’Asie), qu’il s’agisse d’un cursus ingénieur (respectivement 3 333 et 2 673) ou d’un doctorat (809 pour le Maghreb et 1 010 pour l’Asie). Les grandes écoles de commerce et de management accueillent elles aussi un grand nombre d’étudiants asiatiques (environ 3 300) mais beaucoup plus d’étudiants européens (environ 5 000) que les écoles d’ingénieurs.
Le souhait de la CGE : en attirer beaucoup plus

Bien consciente que la France ne peut pas financer la scolarité de beaucoup plus d’étudiants étrangers, la Conférence des Grandes écoles (CGE) entend leur faire prendre en charge leurs frais de scolarité. Son calcul: la scolarité d’un étudiant français revient à 11 000 euros par an en moyenne. 80% des étudiants étrangers devraient payer 125% de cette somme (13 500 euros) et les autres bénéficieraient de bourses sur critère sociaux et/ou au mérite. Une somme élevée mais qui reste loin des standards des grandes universités anglo-saxonnes (aux Etats-Unis il faut compter de l’ordre de 32 000 dollars par an dans les grandes universités).
Une somme qui ne doit en tout cas pas faire peur selon la CGE qui constate que « certains étudiants étrangers assimilent la qualité de la formation à son coût financier ». Selon elle, cette nouvelle tarification permettrait même de « renforcer l’image d’excellence des formations à la française et de favoriser ainsi les établissements de l’hexagone dans le contexte actuel de concurrence internationale, notamment avec les établissements anglo-saxons ».
Mais voilà ces étudiants parlent peu le français alors qu’une loi, la Loi Toubon, impose aux établissements d’enseignement supérieur d’employer le français dans leur enseignement. La CGE demande donc la possibilité d’effectuer les enseignements en anglais sans pour autant faire disparaître complètement la langue française et son enseignement auprès des étudiants étranger. De plus, elle préconise que « le niveau de français de l’étudiant ne soit pas une cause d’inadmissibilité dans un établissement supérieur français ».
De vastes débats à suivre avec la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur et son directeur de cabinet, Lionel Collet, qui, alors président de la Conférence des présidents d’université (CPU), insistait lui en 2010 (lors du congrès annuel de la Conférence des Grandes écoles consacré au thème « Quelle réponse au défi de l’international pour l’enseignement supérieur? ») sur la nécessité que les cursus restent peu onéreux en rappelant que « chaque étudiant étranger suivant des études en France accroit le rayonnement de la France » et que l’investissement en valait donc toujours la peine. Deux visions antinomiques? Ou au contraire complémentaires?

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/uploads/ph3-2.jpg By Olivier Rollot. Abolished yesterday the "Circular Guéant", and the limitations it imposed on foreign students wishing to work in France once they graduate, has a long discredited France on this crucial market which is that of the foreign students. Provided the Conférence des Grandes Ecoles (CGE) had not abandoned its ambitions to host the term 500 000 additional international students in France. Almost triple since they are 278 000 today. More...

Posté par pcassuto à 00:18 - - Permalien [#]

09 mai 2012

Enseignement supérieur - que va faire François Hollande

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpgPar Olivier Rollot. Si François Hollande a mis « la jeunesse au premier rang de ses engagements dans cette campagne présidentielle » on a le sentiment que l’effort doit dans son esprit plus porter sur le primaire et le secondaire que sur l’université. Pour autant, il comptait organiser des assises de l’enseignement supérieur et de la recherche dès 2012 et, sur les 60 000 postes d’enseignants dont la création est prévue, en réserver 5 000 au supérieur. Une quasi certitude, le retour à un super ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (et pourquoi pas de la Jeunesse) qui serait dirigé par Vincent Peillon qui a eu la haute main sur les questions d’éducation auprès du candidat PS pendant la campagne. Voir l'article entier.

http://www.headway-advisory.com/blog/wp-content/themes/headway/images/logo.jpg~~V Af Olivier Rollot. Hvis Francois Hollande har "unge på forkant med sine forpligtelser i denne præsidentvalgkamp "man mente, at indsatsen skal være i hans sind mere på primær og sekundær på universitetet. Men han agtede at organisere et fundament af videregående uddannelse og forskning i 2012 og på 60 000 lærerstillinger, hvis oprettelse er planlagt i 5000 bogen ovenfor. Se hele artiklen. Mere...

Posté par pcassuto à 23:19 - - Permalien [#]
Tags :


04 mars 2012

CampusFrance: Update on international students in French universities

http://www.aca-secretariat.be/fileadmin/templates/2009/images/logosmall.jpgInterested in the most up-to-date data on international student enrolment, by university, in France? A new publication from one of ACA’s two French members – CampusFrance – is the resource for you. Thanks to statistics provided by the French Higher Education Ministry (specifically, the Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du Ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), the newest edition of Les Notes de Campus France (n°36 – janvier 2012) is devoted to an overview of where international students go to study in France (i.e. in which French universities), and the evolution of these numbers in the period 2005-2010.

According to UNESCO 2010 data, France is the fourth most popular destination in the world for internationally-mobile students, after the US, the UK and Australia. In all, France hosted 284 600 international students in 2010, with nearly 220 000 enrolled in French universities.

Universities in France are spread throughout the French territory and it is interesting to note which regions and universities are the most popular. Predictably, the Ile-de-France region – including Paris (with 36 406 international students), Créteil (18 360) and Versailles (15 517) – hosted more than 32% of the country’s international students in 2010. Other major cities (such as Aix-Marseille, Lille, Lyon, Montpellier, Strasbourg and Toulouse) each welcomed more than 9 000 international students per year in the five-year period from 2005 to 2010. Absolute numbers tell one side of the story, but proportions are also revealing. For example, nearly 20% of the total university population in the universities in Clermont-Ferrand and Nice was comprised of international students in 2010. 

Other figures give insight into the distribution of international students in France in relation to students’ nationalities of origin. The 2010 data show that the most common countries of origin for international students in France are Morocco (21 590 students), China (20 752) and Algeria (20 617) and that these students are mainly hosted by the three major cities of the Ile-de-France region (Paris, Créteil and Versailles). However, they are also well represented in all the other main French universities, such as Lyon, Lille, Amiens, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Nantes and Toulouse for the Chinese students; as well as Aix-Marseille and Rouen for the Algerian students.

Finally, Paris stands out as a special case in the French context given that this city attracts students from all over the world. Notably, 39% of all American students in France chose the French capital for their study experience in 2010. The same goes for 30% of the Italian students in the country, and more than 20% of the Romanians, Russians, Spanish and Lebanese. Chinese students have discovered Paris, as well, increasing their enrolment figures from 1 600 in 2005 to 2 380 in 2010.

CampusFrance (in French).

Posté par pcassuto à 20:20 - - Permalien [#]

15 février 2012

Studying in France: what you need to know

http://www.thelocal.fr/template/fr/image/logo_large_2011.pngFrance is the fourth most popular study destination in the world, with nearly 300,000 foreign students. Relatively low tuition fees and the chance to live in France are certainly appealing, but France’s confusing higher education system can be frustrating to navigate. Jonathan Li offers some tips.
So, you want to study in France?
The very thought can conjure up images of lecture halls where Durkheim or Sartre once probed society and the meaning of life, dank sheds in which Marie Curie discovered Radium, or cafés in which Camus once plotted his works of absurdism.
France certainly has a strong intellectual tradition, and whether it’s to improve your French, for the richness of cultural activities, or just to try something different, there are a range of options for international students.
When it comes to the practical side, there are frustrations, but it’s doable, and well worth the effort. We’ve put together this guide to help you through the process. More...

Posté par pcassuto à 12:32 - - Permalien [#]

03 février 2012

La France a choisi ses grands campus universitaires à vocation mondiale

http://www.lesechos.fr/medias/2012/02/03/283887_0201878443526_web.jpgPar Isabelle Ficek. François Fillon doit annoncer aujourd'hui les lauréats de la deuxième vague des Initiatives d'excellence du grand emprunt, parmi lesquels les projets de Saclay, Sorbonne Paris-Cité, Sorbonne Universités, Toulouse et Aix-Marseille. Il reste près de 5,5 milliards d'euros à répartir.
Une petite dizaine d'Initiatives d'excellence, ces grands campus à vocation mondiale: ce devrait être le résultat de la deuxième vague de cet appel à projets phare du grand emprunt. Crucial pour le paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche. Fondamental dans la compétition internationale de la connaissance. Après les trois lauréats de la première vague en juillet dernier - Strasbourg, Bordeaux et PSL Etoile (Ulm, Paris-Dauphine etc...) -, François Fillon, avec le commissaire général à l'investissement, René Ricol, ainsi que le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Laurent Wauquiez, présente officiellement, aujourd'hui à Bordeaux, les projets retenus par le jury international et le gouvernement. Sur les 7,7 milliards dévolus aux « Idex », restent à répartir près de 5,5 milliards, les trois premiers Idex ayant été au total dotés de 2,2 milliards (700 millions pour Bordeaux et 750 pour chacun des deux autres).
Cinq nouveaux lauréats attendus

Il devrait y avoir pour cette deuxième et a priori dernière vague, sur les neuf projets encore en lice, cinq nouveaux lauréats : Toulouse, qui bénéficie d'un fort bassin de recherche publique et privée (espace, aéronautique, économie etc...), Aix-Marseille, Saclay, Sorbonne Universités (Paris-II, IV, VI) avec l'une des premières universités scientifiques françaises, et Sorbonne Paris-Cité (Paris-III, V, VII, XII, Sciences po Paris). Sauf surprise et geste du gouvernement, les projets présentés par l'université de Lorraine, par le pôle de Grenoble, tout comme l'Idex proposé par le pôle de recherche et d'enseignement supérieur Hésam - qui comprend notamment Paris-I, le CNAM, l'EHESS etc. - ne devraient pas faire partie des lauréats. La déception devrait aussi être de mise du côté du grand projet de Lyon-Saint-Etienne, qui, malgré un grand potentiel scientifique public et privé, comme à Grenoble, aurait raté la sélection.
Douze critères d'excellence

Pour faire émerger ces quelques grands pôles identifiables mondialement, présentant un ensemble formation-recherche-innovation de très haut vol, le jury, présidé par Jean-Marc Rapp, président de l'EUA (Association européenne des universités), a fait son choix à partir de douze critères d'excellence, dont la moitié portait sur les stratégies de recherche, de formation, d'ouverture et de partenariats -à l'international comme avec le monde économique - et l'autre moitié sur la gouvernance -un point absolument essentiel -, le pilotage et les moyens. Ce qui a impliqué, dans les projets, un travail très serré et parfois tendu entre les universités (qui possèdent l'aspect recherche), les grandes écoles (habituées aux partenariats avec le monde économique, partie prenante intégrante des projets, et l'international) et les organismes de recherche.
Alors que les projets retenus vont donner naissance à de nouveaux établissements, avec, souvent, à la clef, des fusions, le jury a porté son attention sur la capacité des porteurs du projet à évoluer et à suivre une véritable stratégie et politique scientifique. La gouvernance est, sans doute, un des points qui a été considéré comme moins fort à Grenoble. Du côté du projet Hesam, s'il n'est pas in fine retenu, cela constituera une forte déception pour un projet fondé notamment sur les sciences humaines et sociales. Les dotations seront déterminées ultérieurement, mais elles devraient permettre aux projets retenus de bénéficier grosso modo de 25 millions d'euros par an pour développer leur politique scientifique.
Rencontres Universités-Entreprises
Sur Le Cercle Les Echos, posez dès maintenant vos questions aux lauréats des Initiatives d'excellence. Ils répondront lors des Rencontres universités-entreprises qui se dérouleront les 15 et 16 mars prochains au Palais des Congrès de Paris (www.rue2012.com). Organisé par l'agence d'information professionnelle AEF, en partenariat avec « Les Echos », ce Salon de l'enseignement supérieur et de la recherche placera sa première journée sous le thème: « Les effets transformants des investissements d'excellence sur le paysage de l'enseignement supérieur et de la recherche. »
http://www.lesechos.fr/medias/2012/02/03/283887_0201878443526_web.jpg Isabelle Ficek. Fillon sa očakáva, že vyhlási dnes víťaza druhej vlny excelentnosti iniciatív veľkého úveru, vrátane projektov Saclay, Paris-Sorbonne City, Sorbonne University, Toulouse a Aix-Marseille. Zostáva takmer 5,5 miliardy eur na rozdelenie.
Tucet Iniciatívy excelentnosti, tieto veľké školský areál s globálnym: Aká by mala byť dôsledkom druhej vlny tejto výzvy na hlavné projekty veľkého úveru.
Rozhodujúce pre krajinu vysokého školstva a výskumu. Základná medzinárodná súťaž o poznatky. Po troch víťazov prvej vlny v júli - v Štrasburgu, Bordeaux a PSL hviezda (Ulm, Paris-Dauphine atď ...) - François Fillon, generálny komisár pre investície, Rene Ricol a minister vysokoškolského vzdelávania a výskumu, Laurent Wauquiez, to oficiálne dnes v Bordeaux, projektov vybraných medzinárodnou porotou a vlády. Z 7,7 miliardy pripadnúť "IDEX" zostanú k rozdeleniu takmer 5,5 mld Sk, prvé tri IDEX bol s celkovo 2,2 miliardy (700 mil Bordeaux a 750 za každý ďalší dvaja).
Päť nových príjemcov očakáva

Mal by byť pre tento druhý, a posledná vlna a priori, z deviatich projektov, stále v prevádzke, päť nových víťazov: Toulouse, ktorý má veľký bazén verejného a súkromného výskumu (družice, letectvo, ekonomika atď ...), Aix-Marseille, Saclay, Sorbonne University (Paríž II, IV, VI) s jedným z prvých francúzskych vedecké univerzity, Paris-Sorbonne a Cité (Paris-III, V, VII, XII, Sciences Po Paris).
Ak nie je vládne akcie a prekvapenie, pretože projekty predložené University of Lorraine, a cluster Grenoble, navrhnuté IDEX centrá výskumu a vyššieho vzdelávania Hesam - ktorý zahŕňa Paríž-I, CNAME atď EHESS. - By nemali byť súčasťou víťazov. Sklamanie by bolo miesto na ďalší veľký projekt na Lyon-Saint-Etienne, ktorý, aj cez veľký vedecký potenciál verejné a súkromné, tak ako v Grenobli, vynechal výber. Viac...

Posté par pcassuto à 11:21 - - Permalien [#]

24 janvier 2012

France Moves to Lift a Barrier to Jobs for Foreign Graduates

http://graphics8.nytimes.com/images/misc/nytlogo152x23.gifBy Palko Karasz. Foreign students in France get a break on work permits. French officials have instructed the local authorities to review work-permit applications from foreign college graduates following criticism from students, heads of schools and companies that immigration rules were forcing highly qualified graduates to leave the country.
A joint memo from the ministries of Interior, Higher Education and Labor last week called on local prefects to “re-examine” requests filed while stricter rules stated in a previous memo, issued on May 31 of last year, were in place. All expulsion procedures against applicants whose papers were rejected under those rules are to be suspended, the memo said.
Non-European holders of at least a French master’s degree or equivalent will have six months after graduation to find a “first work experience” and apply for working papers. They can also file for a regular work permit.
New elements of their résumés such as academic excellence, French state scholarships or French high school diplomas will be taken into account.
The new memo “corrects difficulties and errors that we made,” the higher education minister, Laurent Wauquiez, said on RMC radio. “Yes, France wants to control its immigration policy,” he said, but added, “No, France doesn’t close its doors to foreign students.”
Strict application of immigration rules on foreign graduates sparked fears that the country could become less attractive for students.
“France strongly affirms its willingness to host foreign students,” Pierre Tapie, chairman of the Conférence des Grandes Ecoles, a grouping of some of the country’s most prestigious schools, said in a phone interview last Friday.
The May 31st Collective, a group that campaigned against working-permit refusals, welcomed the new memo, but said it remained worried about the government’s anti-immigration stance.
“It comes too late for some of our friends who already had to leave the country,” said Vincent Chauvet, head of the collective. He said the group had counted up to 1,000 cases of foreign graduates who had encountered problems. The Interior Ministry said in an e-mail that it knew of 674 cases of graduates affected by the original memo.

Posté par pcassuto à 01:35 - - Permalien [#]

21 janvier 2012

Emissions spéciales à l’occasion des 50 ans de l’Agence universitaire de la Francophonie

http://www.auf.org/static/img/Logo_Auf_FR.pngL’année 2011 marque les 50 ans de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). A cette occasion, TV5MONDE propose une série d’émissions spéciales pour mettre en lumière les réalisations de l’Agence, opérateur de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche, tout comme la chaîne francophone internationale en est l’opérateur média.
L’AUF est une des plus importantes associations d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche au monde. Elle fédère près de 780 universités sur tous les continents et s’emploie à favoriser la transmission des savoirs en français.
« 7 Jours sur la planète », spéciale 50 ans de l’AUF

Le magazine hebdomadaire de la rédaction de TV5MONDE pour apprendre et enseigner le français avec l’actualité internationale propose une émission dédiée aux 50 ans de l’AUF. Plusieurs reportages seront proposés, notamment une rétrospective historique, le portrait croisé de trois anciens étudiants AUF, un sujet sur les campus numériques ou encore un reportage sur la soirée des 50 ans qui se sera déroulée le 1er décembre à la Cité internationale universitaire de Paris.
Caroline Gosse recevra en plateau Emile Tanawa, directeur du bureau de l’Afrique de l’Ouest de l’AUF, Ingénieur de génie civil; Omneya Shaker, responsable du campus numérique d’Alexandrie; Rania Bou Kheir, professeure libanaise, de l’Université de Beyrouth ET lauréate du Prix de la Francophonie pour jeunes chercheurs.
« Le Bar de l’Europe » reçoit Michel Goldman, directeur de l’IMI
Michel Goldman, professeur d’immunologie à l’Université Libre de Bruxelles et directeur de l’Initiative en matière de Médicaments Innovants (IMI), plate-forme regroupant la Commission européenne, le monde universitaire et l’industrie pharmaceutique, vient s’accouder au bar de l’Europe. Il répond aux questions de Paul Germain, notamment sur ses liens avec l’AUF qui a fixé parmi ses priorités les partenariats public-privé dont il bénéficie.
Emission spéciale: « Les 50 ans du réseau mondial des universités francophones »

Philippe Dessaint présente une émission spéciale tournée au cœur de la Sorbonne en compagnie de Bernard Cerquiglini, Recteur de l’AUF, qui est aussi le fin linguiste aux commandes de « Merci professeur » sur TV5MONDE. Entre témoignages, invités et reportages, ils reviennent sur le rôle et la mission de l’AUF, et abordent les perspectives du prochain cinquantenaire.
TV5MONDE est l’un des principaux réseaux mondiaux de télévision. TV5MONDE, c’est:

- 9 signaux régionalisés distincts (dont 8 diffusés depuis Paris couvrant tous les continents et TV5 Québec Canada diffusée depuis Montréal)
- La seule chaîne généraliste conçue pour une diffusion mondiale, ne diffusant que des programmes d’expression originale française
- 220 millions de foyers raccordés dans près de 200 pays et territoires
- 10 chaînes partenaires francophones (France 2, France 3, France 4, France 5, France O’, ARTE France, RTBF.be, TSR, Radio-Canada et Télé-Québec), le CIRTEF, et un actionnaire principal, la Holding de l’Audiovisuel Extérieur de la France qui regroupe France 24 et RFI
- des programmes sous-titrés en 12 langues (anglais, allemand, arabe, coréen, espagnol, japonais, portugais, néerlandais, roumain, russe) et en français sur l’ensemble des signaux.
- Un media global qui se décline sur Internet, sur téléphone mobile, en WebTV, en VàD et télévision de rattrapage
- 7 millions de visites mensuelles sur les sites Internet fixe www.tv5monde.com et mobile m.tv5monde.com.
http://www.auf.org/static/img/Logo_Auf_FR.png V roku 2011 si pripomíname 50. výročie Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Pri tejto príležitosti TV5MONDE ponúka množstvo špecialít upozorniť na úspechy agentúry, prevádzkovateľ Frankofónie vysokoškolského vzdelávania a výskumu, ako vo francúzskom jazyku medzinárodných médií je prevádzkovateľom.
The AUF je jednou z najväčších asociácií vysokoškolského vzdelávania a výskumu vo svete.
Združuje takmer 780 univerzít na všetkých kontinentoch a snaží sa podporovať prenos znalostí francúzštiny. Viac...

Posté par pcassuto à 16:49 - - Permalien [#]
Tags :