09 janvier 2019

THE Impact Rankings Under Way

Times Higher Education (THE) announced last year that it was developing a new global ranking based on the Sustainable Development Goals issued by the United Nations. Most international university rankings have focussed on research and sometimes on metrics that might be relevant to the quality of teaching and learning. More...

Posté par pcassuto à 01:25 - - Permalien [#]


07 janvier 2019

Canada threatens to overtake UK as top study destination – QS

By Claudia Civinini. International students’ destination choices are changing as they react to “recent geopolitical events”, which could allow for Canada to overtake the UK as the preferred destination in some regions and in terms of actual student numbers, the latest research by QS has found. More...

Posté par pcassuto à 14:39 - - Permalien [#]

London voted the world’s best student city

By Claudia Civinini. London has been voted the world’s best student city in the QS Best Student Cities Ranking 2018. The survey, based on the responses of 54,000 students from 180 countries, sees London climbing 10 places since last year and replacing Montreal at the top. More...

Posté par pcassuto à 13:37 - - Permalien [#]

06 janvier 2019

Temple Will Pay $5.5M to Settle Suits Over False Rankings Data

HomeBy Scott Jaschik. University admitted that its business school submitting fabricated statistics for years to U.S. News. Students filed a class action. More...

Posté par pcassuto à 02:27 - - Permalien [#]

05 janvier 2019

Le musée du Louvre bat son record de fréquentation en 2018

l'emag de l'education2018, l'année de tous les succès pour le musée du Louvre qui a enregistré son record de visites ! Il se place ainsi en tête des musées les plus visités au monde, devant le musée national de Chine et le British Museum. Plus...

Posté par pcassuto à 21:43 - - Permalien [#]


31 décembre 2018

U-Multirank : une initiative de l’Union Européenne face à la globalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche ?

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frL’Europe dispose d’un Espace d’enseignement supérieur modernisé et convergent grâce au processus de Bologne, d’un financement de la mobilité étudiante grâce au programme Erasmus mais aussi, on le sait moins, d’une cartographie multidimensionnelle des établissements d’enseignement supérieur, U-Multirank(1). Cet outil, créé, porté et financée par l’Union européenne en est aujourd’hui à sa 4ème édition.
Pour autant, il ne répond encore que partiellement aux attentes des différents acteurs de l’Espace européen de l’enseignement supérieur.
U-Multirank est à l’origine le résultat d’un projet proposé par le gouvernement français dans le cadre de la présidence française du Conseil des ministres de l’Union européenne du second semestre 2008.
Suite à un appel d’offres de la Commission (2008) portant sur la faisabilité « d’un outil pluridimensionnel de classement et d’information », la conception de U-Multirank fut confiée à un consortium indépendant (CHERPA) composé de cinq structures européennes déjà spécialistes de ces sujets d’évaluation quantitative, dont les deux leaders sont le Center for Higher Education Policy Studies (CHEPS) néerlandais et le Center for Higher Education allemand (CHE).

Chronologie succincte d’U-Multirank

-    2008 : coup d’envoi politique du projet sous la présidence française du Conseil des ministres de l’Union européenne.
-    2009 : appel d’offre de la Commission européenne pour une étude de faisabilité.
-    2010-2011 : phase de test sur un panel de 150 universités
-    2011 : décision de la Commission de mettre en place U-Multirank et de le financer
-    2013 : naissance officielle d’U-Multirank à Dublin dans le cadre de la présidence irlandaise
-    2014 : première édition d’U-Multirank portant sur 850 établissements de 70 pays différents
-    avril 2017 : quatrième édition intégrant 1 300 établissements d’enseignement supérieur (écoles et universités dont 74 sont françaises) issus de 82 pays. 57 % des établissements cartographiés sont européens, 16 % nord-américains, 18 % asiatiques et 9 % d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique latine.


Il s’agissait, dans l’esprit des promoteurs de cette cartographie, d’une réponse à la fois politique et technique aux classements globaux existants, ceux-ci étant souvent jugés réducteurs vis-à-vis de la diversité des établissements européens, de la variété de leur offre et de la multiplicité de leurs activités (principe de « diversité des excellences »). Il devait répondre aux besoins des établissements en termes de positionnement, à ceux des étudiants en matière d’orientation et de choix d’études et enfin à ceux des pouvoirs publics en matière de politiques d’enseignement supérieur.
La cartographie proposée par U-Multirank est ainsi réalisée à partir de cinq grandes dimensions (les Focused Institutional Rankings), soit un spectre beaucoup plus large que les autres grands classements internationaux (ARWU-Shanghaï, Leiden, THE, QS) :
– la recherche (cette dimension inclut des indicateurs bibliométriques) ;
– la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage (indicateurs d’employabilité) ;
– l’ouverture sur l’international (cette dimension comprend des indicateurs décrivant la mobilité internationale des étudiants et des enseignants) ;
– la réussite en matière de transfert et d’échange des connaissances (par exemple le consulting, les contrats passés avec les entreprises) ;
– l’insertion dans le territoire et la contribution de l’établissement à la croissance économique de celui-ci.
Le défi d’U-Multirank est de couvrir l’immense diversité du champ mondial de l’enseignement supérieur et de traiter non seulement de la recherche mais aussi de la formation et de leur impact socio-économique.
Les données utilisées par U-Multirank sont collectées auprès des établissements volontaires ou à partir de sources existantes. C’est sur la question des données que se concentrent les critiques faites à UMR et c’est ce qui explique aussi que, sur les 783 membres de l’Association des universités européennes (EUA), représentant 48 pays européens, un peu moins de la moitié d’entre eux participe activement au projet.
Une enquête de l’EUA publiée en 2015 a ainsi notamment mis en évidence :
- le caractère chronophage de la production de données par les établissements pour qu’elles soient en rapport avec les indicateurs proposés par U-Multirank,
- la difficulté à fiabiliser un ensemble de plus de 100 indicateurs en raison des différences nationales de définition, de signification, ou tout simplement de production des données.
La qualité des questionnaires renvoyés par les étudiants – vraie originalité d’U-Multirank – pose aussi problème.
Si le classement de Shanghai est contesté dans son approche exclusivement « recherche », la qualité des établissements qui figurent aux premières places de ce classement n’est pas mise en cause. Tel n’est pas toujours le cas des universités ou écoles mises en exergue par U-Multirank, ce point entretenant à chaque édition beaucoup d’interrogations sur la pertinence et la lisibilité du produit.
Conscient de ces critiques, U-Multirank s’efforce d’améliorer à chaque édition la qualité des données utilisées, notamment par une mobilisation croissante des données statistiques nationales des Etats. Plus...

Posté par pcassuto à 11:45 - - Permalien [#]

29 décembre 2018

Je vais me présenter aux épreuves classantes numériques. Puis-je apporter mon matériel ?

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frLes épreuves classantes nationales se dérouleront sur tablette.
Le matériel (tablette, papier de brouillon) sera fourni par l’université. Un surplus de tablette sera disponible si un matériel était défaillant. Plus...

Posté par pcassuto à 01:03 - - Permalien [#]

Je suis inscrit(e) aux épreuves classantes numériques du troisième cycle. Puis-je être classé(e) à l’issue de ces épreuves ?

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frLes "épreuves classantes numériques" n’ont pas pour objet de vous proposer un classement ni un accès au troisième cycle. Elles constituent un entraînement en situation réelle aux ECN. Plus...

Posté par pcassuto à 01:00 - - Permalien [#]

Puis-je passer les épreuves classantes numériques à plusieurs reprises afin d’obtenir le classement qui me convient ?

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frIl n’est pas possible de se présenter à plusieurs reprises aux E.C.N. pour "convenance personnelle".
Conformément à l’article R. 632-5 du code de l’éducation, les candidats ne peuvent se présenter aux épreuves classantes nationales que deux fois, dans des conditions strictement encadrées.
La première fois, dans l’année universitaire où ils remplissent les conditions pour accéder au troisième cycle des études médicales prévues à l’article R.632-1 du code de l’éducation ;
La deuxième fois, dans l’année universitaire suivante si  l’interne qui a obtenu une première affectation à l’issue à l’issue des épreuves classantes nationales (ECN) désire bénéficier d’un deuxième choix après avoir engagé sa formation dans le cadre de la spécialité acquise à l’issue du premier choix ; Un étudiant qui s'est présenté aux épreuves classantes nationales peut demander, à titre dérogatoire et exceptionnel et pour des motifs sérieux dûment justifiés, à renoncer à la procédure nationale de choix prévue à l'article R. 632-7 et à se présenter une seconde fois à ces épreuves l'année universitaire suivante.
Les stages validés au cours de sa première affectation peuvent être pris en compte au titre de sa seconde affectation.
Le classement et l'affectation obtenus à l'issue de la seconde présentation aux épreuves classantes nationales se substituent à ceux obtenus à l'issue de la première. Le candidat sera donc obligé d’accepter le poste qui correspond à son classement. Plus...

Posté par pcassuto à 00:49 - - Permalien [#]

23 décembre 2018

German Computer Science Ranking: University of Munich on Top

Germany has been a major contributor to research in computer science, especially in the field of interaction between humans and computers. At present, the leading conference is, according to Google Scholar, the Conference on Human Factors in Computing Systems (CHI), which is organised by the Association for Computing Machinery and has a very low acceptance rate for conference papers. More...

Posté par pcassuto à 15:06 - - Permalien [#]