21 mars 2012

Le Passeport Bénévole

http://www.passeport-benevole.org/e_img/chapitres/Passport-Benevole-accueil.jpgLe Passeport Bénévole permet de valoriser les compétences bénévoles. Le Passeport Bénévole est un livret personnel de reconnaissance de l’expérience bénévole. C’est un outil France Bénévolat, que vous pouvez vous procurer dans le réseau France Bénévolat ou par courrier. Il atteste de l’expérience bénévole acquise, et peut être utilisé comme pièce justificative complétant un dossier de VAE. Avec l’appui de Pôle Emploi, du Ministère de l’Education Nationale et de l’AFPA. Il permet à tout bénévole qui le souhaite de créer une passerelle entre son expérience associative et son parcours professionnel, et de valoriser les compétences qu’il a acquises en association.
Grâce au Passeport Bénévole, l'expérience bénévole peut enfin être reconnue.
Le Passeport Bénévole permet de valoriser les expériences bénévoles acquises dans les associations, dans tous les secteurs associatifs, pour tous les types de missions bénévoles. Ce document suit le bénévole tout au long de son parcours de bénévolat.
Le Passeport Bénévole permet:
-  de décrire précisément chacune des missions réalisées bénévolement
-  de faire certifier par chacune des associations que la mission a bien été réalisée
-  de décrire les démarches de formation suivies grâce aux associations bénéficiaires
-  et de lier tous ces éléments au profil du bénévole
Le Passeport Bénévole bénéficie de l’appui de l’ANPE, du Ministère de l’Education Nationale, du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, ainsi que de l’AFPA. Il est reconnu comme pièce justificative pour les dossiers VAE du Ministère de l’Education Nationale et de l’AFPA. Il rentre dans le cadre des démarches d’accompagnement à la VAE de l’ANPE. Le Passeport Bénévole a été initié par France Bénévolat, qui a notamment travaillé sur la base des outils mis en place dans les associations Eclaireurs et Eclaireuses de France et CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français), et a bénéficié des expériences de la DDVA Bretagne et du Dossier Bénévolat Suisse. Il a bénéficié du soutien de la Direction de la Vie Associative (Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports) et de la Caisse des Dépôts et Consignations.
Voir aussi Reconnaître l’engagement bénévole en valorisant les compétences acquises, Bénévoles - la VAE en trois points.
http://www.passeport-benevole.org/e_img/chapitres/Passport-Benevole-accueil.jpg~~VThe Volunteer Passport kan forbedre de færdigheder frivillige. Frivillige Passport er et hæfte for personlig anerkendelse af frivillige oplevelse. Det er et værktøj Volunteer Frankrig, kan du få i Frankrig Volunteer Network eller via mail. Det vidner om den frivillige indhøstede erfaringer, og kan bruges som bevis for at udfylde en rekord VAE. Med støtte fra jobcenter, Undervisningsministeriet og AFPA. Det giver enhver frivillig, der ønsker at skabe en bro mellem hans erfaring og hans faglige sammenslutninger og forbedre de færdigheder, han udviklede i samarbejde. Mere...

Posté par pcassuto à 17:56 - - Permalien [#]


30 septembre 2011

Reconnaître l’engagement bénévole en valorisant les compétences acquises

http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.pngEn 2010, 32 % des Français de plus de 18 ans étaient engagés dans une activité bénévole dans le domaine sportif, humanitaire, économique, écologique, culturel ou social. Télécharger la Note d'analyse 241 - Développer, accompagner et valoriser le bénévolat.
Ce nombre, qui ne cesse de croître depuis 20 ans, place la France dans la moyenne européenne et concerne des situations extrêmement diverses (degré d’implication des individus, taille des associations concernées, domaines d’intervention, etc.).
En faisant de 2011 l’année du bénévolat et du volontariat, l’Union européenne visait précisément à encourager l’engagement des citoyens, mais aussi à favoriser l’intégration professionnelle des jeunes. De manière générale, le bénévolat permet de concilier intérêts individuels et intérêts collectifs. Il est cependant confronté aux défis de l’individualisme et du vieillissement de la population, lesquels tendent à modifier les besoins des bénévoles comme des bénéficiaires de leurs actions. Le bénévolat s’inscrit également dans un contexte d’évolution du monde du travail et des modalités d’action des pouvoirs publics, qui invitent à questionner les conditions de son exercice. Dès lors, comment promouvoir l’engagement bénévole et comment soutenir les nouvelles formes de bénévolat adaptées aux mutations économiques et sociétales, sans risquer de trop l’encadrer ou de trop l’institutionnaliser?
Reconnaître l’engagement bénévole en valorisant les compétences acquises
Les associations souhaitent fidéliser leurs bénévoles. Pour ce faire, leur action doit être davantage reconnue, à différents niveaux. Selon le Baromètre opinion des bénévoles de 2010, en matière de reconnaissance, 19% des bénévoles (surtout les plus jeunes) privilégient la prise en compte de leurs compétences professionnelles acquises dans le cadre de leur action bénévole, et 39% des moins de 25 ans sont favorables à une valorisation de leur engagement dans le cadre de leurs études. Les étudiants engagés dans les associations de certaines grandes écoles se voient délivrer par ces dernières des crédits European Credits Transfer System (ECTS). On pourrait envisager de systématiser ce dispositif.
Au-delà de la question financière, l’octroi d’avantages matériels aux bénévoles (trimestres de cotisation, incitations fiscales, etc.) risque pour sa part de dénaturer les valeurs du bénévolat. Nombre de responsables associatifs privilégient des mécanismes de reconnaissance immatérielle, à l’initiative de la campagne d’affichage de la mairie de Paris, qui remercie les bénévoles parisiens.
Néanmoins, une manière de reconnaître et de valoriser les compétences acquises est de faciliter les mobilités professionnelles en prenant en compte les activités bénévoles et ce, quelle que soit la motivation initiale de l’engagement dans le bénévolat.
Des dispositifs formalisés existent. Un premier exemple est fourni par le “passeport bénévole”. Créé en 2007 par l’association France Bénévolat, il permet aux étudiants, aux hommes ou femmes au foyer et aux salariés de faire valider par un responsable associatif leur expérience bénévole.
La validation des acquis de l’expérience (VAE)
offre, sous certaines conditions, la possibilité de faire valoir son expérience bénévole pour obtenir des équivalences de diplômes reconnus par l’État, de titres ou de certificats de qualification professionnelle. Les activités exercées doivent être en lien avec celles décrites dans les référentiels de certification définis par le législateur. Comme le “passeport bénévole”, elle gagnerait à être davantage connue et appliquée.
En la matière, on pourrait aussi s’appuyer sur la liste de huit “compétences clés” dans la formation tout au long de la vie définie par l’Union européenne, et sur les certifications et habilitations correspondant à des compétences transférables que le législateur français a établies.
PROPOSITION 2

Définir, au niveau européen, les conditions pour rendre les engagements bénévoles éligibles à l’obtention de crédits universitaires (European Credits Transfer System [ECTS]).
Des réticences persistent toutefois du côté des employeurs: selon une étude récente, avoir exercé des activités bénévoles pendant leurs années d’études supérieures serait neutre, voire pénaliserait les jeunes dans l’accès à certains emplois(50). On peut penser qu’il existe, en France, un préjugé selon lequel des employés effectuant du bénévolat sont professionnellement moins disponibles.
Une deuxième piste concerne l’accompagnement des bénévoles au quotidien. Des systèmes d’écoute, de partage d’expériences, de suivi de la VAE pourraient être mis en place. Le développement de dispositifs de formation, complémentaires à ceux déjà existants pour les bénévoles employeurs et responsables d’association, semble également important, de même que l’établissement de chartes pour clarifier les missions respectives, au sein de chaque association, entre bénévoles et salariés.
Voir aussi sur le blog: Bénévoles: la VAE en trois points.

http://www.strategie.gouv.fr/sites/all/themes/cas/logo.png 2010, 32% Prantsusmaa inimesed üle 18 aasta tegelenud vabatahtliku töö spordi-, humanitaar-, majanduslikke, ökoloogilisi, kultuurilisi või sotsiaalseid. Lae arutelu märkus 241 - Arendada, toetada ja edendada vabatahtlikkust.
See number, mis kasvab 20 aastat, pannes Prantsusmaa Euroopa keskmisest erinevates olukordades (osaluse määr üksikisikute, suurus asjaomaste ühenduste alad jne)
.
Valideerimine omandatud kogemus (VAE) annab, teatud tingimustel võimet teha oma vabatahtlike kogemus ekvivalentfaktoreid diplomite riigi poolt tunnustatud väärtpaberite või kvalifikatsiooni tõendavad dokumendid. Tegevused peavad olema seotud kirjeldatud sertifitseerimise standardid kehtestatud seadusandja poolt. Nagu "vabatahtlike pass", see väärib rohkem tuntud ja rakendada. Velle...

Posté par pcassuto à 15:02 - - Permalien [#]