13 mai 2012

La personnalisation de l'apprentissage au service de la formation des adultes dans les cours en ligne

Logo de l'Agence Régionale de la Formation tout au long de la vie (ARFTLV Poitou-charentes)Journées nationales AUNEGE 2012 - Jeudi 22 mars 2012.
Le site Web Canal-U propose une video en visionnage sur la personnalisation de l'apprentissage au service de la formation des adultes dans les cours en ligne. Il s’agit d’une conférence donnée le 22 mars 2012 par Louise Sauvé, professeure titulaire en technologie éducative à la Télé-université du Québec et directrice du Centre d'expertise et de recherche sur l'apprentissage à vie (SAVIE).
Voir la vidéo (32 mn).

Posté par pcassuto à 19:12 - - Permalien [#]


12 mai 2012

B.C. adult education dropout rates prompt funding cuts

http://www.vancouversun.com/technology/6589059.binBy Janet Steffenhagen. Photograph by: Arlen Redekop. High dropout rates suggest money is wasted, ministry says.
Thousands of British Columbians who have graduated from high school but want to upgrade their skills by taking Grade 10-12 courses that have been offered free of charge for five years will soon have fewer choices — unless they’re willing to pay tuition or study online.
The Education Ministry is halving the number of adult-education courses that are eligible for government funding, saying exceptionally high dropout rates in some classes suggest money is being wasted.
The program cost $15 million this year, up from $1.5 million in 2007-08, the year tuition fees were lifted to help B.C. residents wanting to advance their education.
The decision means school districts, which offer the courses to graduated adults and receive per-pupil grants from government, must either cancel dozens of courses or re-introduce fees. Districts have begun spreading the word to students and that has many fuming.
“For $50 I will be able to do it, but $400? No, and not for any of my friends,” said Louma Ayoub, 46, a Syrian-born mother of three who is taking Digital Media Development 11 at the Roberts Education Centre in Vancouver’s West End. Ayoub is studying website design and social media at Roberts while she completes an interior design certificate at Vancouver Community College.
“I can’t pay for both of them, I pay there but I still have the support here.”
Ayoub’s media instructor Ken Buis said that when he asked his class of 30 students who would be able to afford the $425 fee that is being discussed for the course, no one put up a hand.
“They’re coming here to re-educate themselves so they can get a job,” Buis said. “They can’t afford $425; they can hardly afford their rent.”
Dominik Lichy, 25, was also upset to hear that he’ll have to pay to enrol in Physics 12 next term. He’s been retaking high school courses at the Main Street Education Centre in order to study architecture and building engineering at the B.C. Institute of Technology. Slapping a fee on students’ efforts to improve their education is ridiculous, he said.
Enrolment in these adult-education courses has increased tenfold since 2007, but the ministry says too many people have been signing up for classes and then dropping out after a couple of months. In some cases, completion rates were as low as 35 per cent. This year, total enrolment in these courses was the equivalent of 3,386 full-time students, up from 368 in 2007-08. Since many students take only one or two courses, the number of people affected would be much higher.
Starting this summer, the ministry will pay for several dozen adult-education courses in English, math, social studies and science (including Chemistry 11, Physics 11 and Biology 12). But it will no longer fund others, including Grade 12 courses in physics, calculus, financial accounting, law, social justice, comparative civilizations, marketing, tourism and geography.
The ministry says it is still funding the most popular classes and its pared-down list served 60 per cent of last year’s total enrolments.
Free adult education courses for those who have not yet graduated from high school are not affected by this decision.
The government is also altering the way it distributes money for graduated adult courses. Instead of giving school districts the full amount up front, it will hold back 25 per cent until the students have completed the courses. Next year, that holdback will increase to 50 per cent.
That will serve as an incentive to districts to ensure classes are interesting and can hold students’ attention, a ministry spokesman said.
At the same time, more courses will be offered for free online through Open School B.C. By fall, British Columbians will be able to take French 10, English 10, Math 10, English 11, Biology 11, Chemistry 12, Physics 12, Communications 12, B.C. First Nations Studies 12 and Intro Spanish 11, the ministry said. More online courses are expected to be added the following year.
Lichy said he would consider taking Physics 12 online.
Deputy education minister James Gorman said school districts were consulted before they were informed of the revisions in a letter last week. Spokesmen for the two largest districts — Surrey and Vancouver — said staff are weighing the full impact of the decision.
“We expect we’ll see a decrease in enrolment,” Vancouver communications manager Kurt Heinrich said.
Vancouver will continue offering the same courses, but for a fee to be determined through consultations with other districts, he added.
Meanwhile, enrolments in high-school courses for adults who have not yet graduated from Grade 12 have declined from five years ago. Those free classes had the equivalent of 6,779 full-time students this year — down from 8,346 five years ago — and cost the ministry about $30 million.

Posté par pcassuto à 22:32 - - Permalien [#]

22 avril 2012

CONFINTEA VI Follow-up Bulletin

http://wa1.www.unesco.org/fileadmin/MULTIMEDIA/INSTITUTES/UIL/confintea/delta/delta_confintea.jpg;pvb414ec4704d8452bLiving and Learning for a Viable Future: The Power of Adult Learning
The Sixth International Conference on Adult Education (CONFINTEA VI), hosted by the Government of Brazil in Belém from 1 to 4 December 2009, provided an important platform for policy dialogue and advocacy on adult learning and non-formal education at global level. The conference brought together UNESCO Member States, United Nations agencies, multi- and bi-lateral cooperation agencies, organisations from civil society, the private sector and learners from all world regions. Objectives.
The third issue of the electronic CONFINTEA VI Follow-up Bulletin features activities undertaken in pursuit of the Belém Framework for Action from July 2011 to January 2012, both within and across countries.
It highlights efforts invested to produce national progress reports on the state of adult education three years after CONFINTEA VI. These reports are due at the end of the month, and are to provide information about a wide range of activities at regional and country level. You will also find the latest news on the status of UNESCO commitments such as developing guidelines for the recognition, validation and accreditation of non-formal and informal learning and the review of the Nairobi Recommendation on the Development of Adult Education, adopted by UNESCO’s General Conference in 1976. Follow-up Bulletin no. 3.
1 Monitoring and support to the follow-up of CONFINTEA VI
1.1 National CONFINTEA VI progress reporting launched: template sent out to countries

To take stock of the implementation of the Belém Framework for Action by UNESCO Member States, a template to report on progress in adult education has been developed by the UNESCO Institute for Lifelong Learning (UIL), with the support of the UNESCO Institute for Statistics (UIS) and other experts. The template, available in English, French and Spanish, solicits data for the key areas identified in the Belém Framework for Action – policy, governance, finance, participation and quality. It is intended to be a convenient and efficient means for Member States to provide background material for both the next Global Report on Adult Learning and Education (GRALE) in 2012 and for the final evaluation of the United Nations Literacy Decade (UNLD, 2003-2012).
The template was sent out by UNESCO’s Assistant Director- General for Education to all UNESCO National Commissions in early November. To complete the template and validate the data, Member States have been requested to bring together the widest possible range of stakeholders. The template is accompanied by explanatory notes, which provide further clarification on the reporting procedure. The national progress reports are to be submitted to UIL by the end of February 2012.
UIL strongly recommends that those who are interested in supporting the reporting process in their countries should contact their UNESCO National Commission to that end. The addresses of National Commissions are available at http://www.unesco.org/. The template and the explanatory notes are available for download, together with all other relevant documents relating to CONFINTEA VI, at http://uil.unesco.org/... Follow-up Bulletin no. 3.
1.3 2012 issue of the Global Report on Adult Learning and Education (GRALE) in preparation
The national reporting template described above was finalised during the first meeting of the GRALE Editorial Board held 21-22 July 2011 at UIL. The reports will provide the key data for GRALE pertaining to the five areas of policy, governance, finance, participation and quality. The template also contains questions to assess the outcomes of the United Nations Literacy Decade (UNLD), which comes to an end in 2012. This timely coincidence, coupled with the fact that the Belém Framework for Action reiterates the fundamental role of literacy in adult education, led to the decision that adult literacy would be the special focus of GRALE 2012. The GRALE Editorial Board is so far composed of representatives from China, Ecuador, South Africa, the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland, the United States of America, the UNESCO Institute of Statistics and UIL... Follow-up Bulletin no. 3.
2 News from the regions
Arab States

Two regional consultations were organised by the UNESCO Regional Office in Beirut to improve literacy, basic education and adult education in the Arab States. In Sharjah (United Arab Emirates, 10-12 July 2011), some 60 decision-makers and practitioners from 15 countries agreed to reinforce efforts to meet the Education for All targets. There was agreement on the need for closer coordination of activities undertaken within a number of inter-related frameworks and UNESCO initiatives, including a more systematic follow-up to CONFINTEA VI.
Subsequently, a second regional consultation in Beirut (Lebanon) on 15-16 November explored the role the Literacy Enhancement Arab Programme (LEAP, which is due for launch in 2012) can play in following up CONFINTEA VI. LEAP is a regional coordination and support mechanism to streamline national and international efforts in literacy and adult education in the Arab region, jointly steered by UNESCO, ALECSO (Arab League Educational, Cultural and Scientific Organization) and ISESCO (Islamic Educational, Scientific and Cultural Organization). Participants from Egypt, Iraq, Jordan,
Kuwait, Lebanon, Oman, Saudi Arabia, Syria, Tunisia and the United Arab Emirates discussed forthcoming activities, priorities and timelines.
To address the lack and/or unreliability of data, the clearest priority for LEAP is improved data collection. A second major issue is quality improvement. General priority issues include advocacy, clarification of concepts, capacity-building and the integration of adult education into overall planning. LEAP will serve to renew momentum and coordinate activities in literacy and adult education with a lifelong learning perspective. Evaluations are planned in 2014 and 2016. It is expected that, through LEAP, the CONFINTEA VI follow-up process will strengthen the further development of adult education and literacy provision in the region. Follow-up Bulletin no. 3.
See also CONFINTEA VI Follow-up News
, Final Report of CONFINTEA VI, The Global Report on Adult Learning and Education (GRALE), VI Conferencia Internacional de Educación de Adultos.

Posté par pcassuto à 16:10 - - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2012

Eureda/UIL- Glossary of adult learning in Europe

http://lllearning.free-h.net/wp-content/themes/atahualpa353/atahualpa353/images/header1.pngEureda/UIL – A Glossary for adult learning in Europe – Edited by Paolo Federighi, Hamburg, 1999. Eureda collects central concepts in adult learning and explains what they mean.
Whether in the area of research or politics, adult education is the subject of rapid evolution the dynamics of which are difficult to keep up with. This glossary has been compiled because the creation of a common Europe requires it.
RELATED FILES
Eureda auf Deutsch
 (PDF, 412 KB)
Eureda in English
 (PDF, 591 KB)
Eureda en français
 (PDF, 561 KB)
Eureda in Italiano
 (PDF, 545 KB)
Eureda en Portugues
 (PDF, 366 KB)
Excerpt
LIFELONG LEARNING (United Kingdom)

« The term “lifelong learning” has entered the British educational vocabulary only very recently and is used rather loosely to cover all forms of post-compulsory education including family education, community education, traditional adult education, further and higher education and continuing professional development. It is not a technical or legal term with precisely defined meaning but rather a cultural term denoting a new paradigm. It represents a shift away from the notion of provider-driven “education” towards individualised learning. It is part of the wider late twentieth century process of individualisation. It lays greater emphasis on the individual’s learning experience with a correspondingly reduced responsibility for the education provider. This is reflected in the introduction of “individual learning accounts” with financial contributions from the individual learner, the State and, when appropriate, an employer. These accounts will be available for individuals to develop their lifelong learning in ways which best suit them.
Lifelong learning also undermines the previous progressive nature of the education system whereby one progressed up an educational ladder from stage to stage. Lifelong learning recognises more clearly that someone who has a doctorate in one field (say engineering) may be studying ab initio in another field (for example learning a foreign language from the basics). It therefore requires a coherent and comprehensive national framework of credits and qualifications which can be accumulated throughout life, in almost random order, to replace the older progressive structure of staged awards. »

Posté par pcassuto à 18:10 - - Permalien [#]

08 février 2012

5000ème article sur le blog / La formation continue des adultes dans l'enseignement supérieur

http://www.fcu.fr/photo/titre_3466907.jpg?v=1304597637La formation continue constitue l'une des missions principales des établissements d'enseignement supérieur (universités et écoles d'ingénieurs) qui, avec plus de 300 000 stagiaires formés chaque année, sont devenus un acteur majeur du secteur. La formation continue en France: Les principales institutions impliquées, Les publics bénéficiaires, Les prestataires de formation.
Voici les pages proposées sur le site du MESR:
La formation continue universitaire, Le D.A.E.U., La validation des acquis dans l'enseignement supérieur, La validation des acquis dans l'enseignement supérieur, Fonctionnement de la V.A.E., Devenir ingénieur diplômé par l'État, Les dispositifs de financement, Le droit individuel à la formation dans l'enseignement supérieur, La formation continue dans l'enseignement supérieur.

http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLa formation continue universitaire
La validation des acquis de l’expérience constitue un autre moyen d’acquérir un diplôme en faisant valoir son expérience professionnelle. Depuis 2002, ce dispositif se développe dans l’enseignement supérieur (universités et CNAM) en plus de la validation des acquis professionnels qui permet d’accéder à une formation par une dispense du titre normalement requis pour s’y inscrire.
Une formation pour qui? La formation continue universitaire s'adresse:

- aux personnes (salariés, demandeurs d'emploi, professions libérales, etc.) ayant interrompu leurs études  et désireuses d'acquérir ou de développer une qualification, de valoriser leur expérience professionnelle;
- aux employeurs (privés ou publics) souhaitant développer les compétences de leurs salariés.
Une formation qui offre quoi? Les services de formation continue universitaire, présents dans chaque établissement et organisés en réseau, proposent:

Un accompagnement du retour en formation par:
- l'accueil, l'information et le conseil;
- l'aide à la construction du projet professionnel et du parcours individualisé de formation;
- la validation des acquis de l'expérience en vue de l'obtention d'un diplôme.
Une offre diversifiée de formations diplômantes et/ou qualifiantes:
- stages courts (accessibles notamment par le droit individuel à la formation -DIF);
- formations conduisant à des diplômes nationaux (DAEU -diplôme d'accès aux études universitaires-, D.U.T., licence, master professionnel, titre d'ingénieur, etc.) ou à un diplôme d'université.
Une organisation et des méthodes adaptées:
- rythme et organisation souples: modules capitalisables, formations à temps plein ou à temps partiel, cours du soir, etc.;
- formations ouvertes et à distance.
Une réponse aux attentes des entreprises et des particuliers:
- un savoir-faire en ingénierie de formation;
- un potentiel de recherche et de formation inégalable;
- des capacités d'innovation et d'adaptation aux besoins;
- une proximité géographique.
Publications

Une présence plus affirmée des entreprises dans la formation continue universitaire entre 2003 et 2008, Note d'information 11.03 26/11/2011.
La validation des acquis dans les établissements de l'enseignement supérieur en 2009, Note d'information 11.02- 26/01/2011.
La formation continue: de plus en plus de stages courts en 2007, Note d'information 10.05.
Du CAP au BTS: La demande de validation des acquis se stabilise en 2008, Note d'information - avril 2010.
Enseignement supérieur: La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2008, Note d'information - mai 2010.
La VAE dans l'ensemble des ministères: Premières synthèses, informations n° 010 - février 2010, Ministère du travail et de la solidarité - DARES.
Chiffres clés

En 2008, environ 4 081 validations ont été délivrées pour obtenir tout ou partie d’un diplôme dont 2 016 diplômes complets.
En 2007, la formation continue dans l’enseignement supérieur:
- a accueilli 450 000 stagiaires,
- délivré 70 000 diplômes dont 40 000 diplômes nationaux
- réalisé un chiffre d’affaires de 323 millions d’euros
Au nombre de 4 000 en 2008, les validations des acquis de l’expérience sont en plein essor.
Chiffres, statistiques et analyses complètes dans le dcument à télécharger au format PDF: L'État de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgWWW.FCU.FR
Le site des services de Formation Continue Universitaire offre des informations sur:
- la recherche d'un service de formation
- la reprise d'étude
- les formations diplômantes
- les formations qualifiantes
- la formation à distance
- la validation d'acquis.

Le D.A.E.U.
Le D.A.E.U. (Diplôme d'accès aux études universitaires) donne les mêmes droits que le baccalauréat, notamment en termes d'accès aux études supérieures.
Le D.A.E.U. est destiné aux personnes ayant interrompu leurs études sans avoir le baccalauréat et qui veulent:
- reprendre des études supérieures (notamment à l'université) dans une perspective de promotion ou de retour à l'emploi;
- acquérir un diplôme leur permettant de passer des concours administratifs requérant le baccalauréat;
- obtenir un diplôme attestant de leur niveau de culture générale.
Fonctionnement

Le D.A.E.U. propose deux options comportant chacune au minimum 4 matières (2 obligatoires et 2 optionnelles) correspondant au minimum à 225 heures d'enseignement. Les matières dépendent de l'option choisie.
D.A.E.U. option A : littéraire, juridique

Matières obligatoires:
- français (connaissances de base en littérature et civilisation française);
- langues vivantes.
Les matières optionnelles peuvent différer selon les universités : histoire, géographie, mathématiques, etc.
D.A.E.U. option B : scientifique

Matières obligatoires:
- français (texte argumentatif, compréhension écrite, résumé de texte, discussion) ;
- mathématiques.
Les matières optionnelles peuvent différer selon les universités : langue vivante, physique, chimie, sciences de la nature et de la vie, etc.
Examen

Les modules du D.A.E.U. sont capitalisables. Le diplôme peut être obtenu en plusieurs années (4 années consécutives maximum). Deux formules sont possibles:
- globale : l'examen est obtenu avec une moyenne générale de 10 minimum;
- épreuve par épreuve : il faut obtenir 10 à chaque épreuve.
Certaines universités proposent d'obtenir le D.A.E.U. par validation des acquis de l'expérience (V.A.E.) ou des préparations à distance.
Conditions d'inscription

- Avoir au moins 20 ans au 1er octobre de l'année de l'examen et justifier de deux années d'activité professionnelle salariée ou d'une activité ayant donné lieu à deux années de cotisation à la sécurité sociale (périodes de chômage avec inscription à l'A.N.P.E., éducation d'un enfant, service national, participation à un dispositif de formation professionnelle, exercice d'une activité sportive de haut niveau, etc.);
- Avoir 24 ans ou plus au 1er octobre de l'année de l'examen;
- Pour les candidaits étrangers, un permis de séjour en cours de validité au 31 octobre de l'année de l'examen est nécessaire.
Les candidats handicapés peuvent demander une dispense de tout ou partie des conditions requises pour l'examen.
Adresses utiles: Liste des services universitaires de formation continue.
A consulter: Les étudiants préparant le D.A.E.U., note d'information 06-02.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLa validation des acquis dans l'enseignement supérieur
La validation des acquis dans l'enseignement supérieur permet de valider des compétences acquises en dehors du système universitaire mais aussi de tout système de formation. Deux dispositifs distincts permettent d'accéder soit à un niveau de l'enseignement supérieur pour poursuivre des études, soit d'obtenir tout ou partie d'un diplôme de l'enseignement supérieur.

Objectifs
- Offrir à ceux qui sont entrés tôt dans la vie active une nouvelle chance daccéder aux cursus, diplômes ou titres de lenseignement supérieur;
- Optimiser les temps de formation en prenant en compte les savoirs et savoir-faire de chacun;
- Répondre plus efficacement aux besoins et aux attentes des individus, des entreprises et de la société;
- Favoriser le rapprochement entre formations universitaires et qualifications professionnelles.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgDispositifs
Deux dispositifs essentiels
- La validation des acquis de lexpérience (V.A.E.)
offre la possibilité dobtenir une partie ou la totalité dun diplôme à condition de justifier au minimum de trois années dexpérience professionnelle en rapport avec le contenu du diplôme souhaité;
- La validation des acquis professionnels (V.A.P. 85) permet daccéder directement à une formation universitaire sans avoir le diplôme requis, en faisant valider un e expérience professionnelle (salariée ou non), les formations suivies ou les acquis personnels développés hors de tout système de formation.
Ces deux dispositifs peuvent être utilisés conjointement pour réduire le plus possible les parcours de formation.
Il existe également une procédure de validation des acquis professionnels réservée aux ingénieurs, permettant lobtention du titre dingénieur diplômé par l'État à lissue dune double évaluation, par des jurys décole et par un jury national. Les candidats doivent avoir au moins 35 ans et justifier d'au moins 5 années de pratique professionnelle dans des fonctions dingénieur.
Des dispositifs au service des entreprises et des particuliers

La validation des acquis permet aux personnes:
- un accès facilité à la reprise détudes, aux diplômes et titres nationaux;
- un moyen didentifier, de valoriser et de compléter les compétences acquises par l'expérience professionnelle, personnelle ou bénévole pour obtenir un diplôme de lenseignement supérieur;
- un gain de temps et dinvestissement personnel ou financier;
- une aide pour évoluer dans son emploi ou envisager une reconversion professionnelle.
La validation des acquis permet aux entreprises:
- la reconnaissance du rôle formateur de lentreprise et la valorisation des savoirs acquis par le travail;
- une réduction du temps et du coût de la formation;
- le développement des compétences et une meilleure gestion des ressources humaines.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgFonctionnement
Pour la V.A.E. et la V.A.P. 85

À quel établissement s'adresser ?
Chaque établissement denseignement supérieur est compétent pour valider des acquis dans le cadre des formations quil assure. La demande est donc présentée par le candidat à létablissement qui délivre le diplôme ou titre souhaité.
Quel dossier ?
La demande de validation doit préciser la formation ou le diplôme postulé. Le dossier délivré par l'établissement indique les formations suivies, les diplômes obtenus et les activités et fonctions exercées.
Qui valide ?
La validation des acquis de lexpérience relève dun jury qui vérifie, évalue et atteste les connaissances et acquis de lexpérience, déterminant lobtention de certains éléments ou de la titalité du diplôme. Le candidat peut solliciter un accompagnement pour analyser son parcours professionnel.
La validation des acquis professionnels est examinée par une commission pédagogique qui propose au président de létablissement la dispense à accorder.
Pour ces deux procédures, le candidat peut bénéficier du conseil du service compétent de l'établissement (généralement le service de formation continue) pour choisir la formation ou le diplôme qui correspond le mieux à son parcours.
Pour le titre d'ingénieur diplômé d'État

Cette procédure nationale est organisée annuellement par l'État.
- Le dossier de candidature est adressé au ministre chargé de l'Enseignement supérieur qui le transmet à l'école compétente (en fonction de la spécialité).
- Le jury décole apprécie la recevabilité de la demande et procède, le cas échéant, à l'entretien du candidat.
- Le candidat rédige et soutient un rapport évalué par le jury décole et, en cas de résultat positif, proposé au jury national.Le jury national décide de la délivrance du titre, notifiée au candidat par le ministre.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLa validation des acquis dans l'enseignement supérieur
La validation des acquis de l'expérience est une mesure permettant à toute personne de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir un diplôme ou un titre inscrit au "Répertoire national des certifications professionnelles".
Fonctionnement de la V.A.E.

La validation des acquis de l'expérience est une mesure permettant à toute personne, quels que soient son âge, son niveau d'études, son statut, de faire valider les acquis de son expérience professionnelle pour obtenir un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle.
Fonctionnement

La V.A.E. (validation des acquis de l'expérience) permet d'obtenir, en totalité ou en partie, un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle inscrit au R.N.C.P. (Répertoire national des certifications professionnelles)
Dans la majeure partie des cas, le candidat doit remplir un dossier détaillant son expérience professionnelle et les compétences acquises. Il se présente ensuite devant un jury qui décide de valider tout ou partie du diplôme visé. En cas de validation partielle des acquis, des prescriptions sont proposées au candidat en vue d'obtenir la totalité du diplôme.
Dans l'enseignement supérieur, la validation des acquis existait déjà avant la mise en place de la V.A.E. Aujourd'hui encore, chacun peut faire valider son expérience professionnelle et personnelle pour accéder directement à un niveau de formation sans avoir le diplôme requis (décret du 23 août 1985). La loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, qui a créé la VAE, permet d'aller plus loin en autorisant les universités et les autres établissements d'enseignement supérieur à délivrer leurs diplômes ou leurs titres par une autre voie que celle de la formation ou l'apprentissage.
Tout le monde a droit à la reconnaissance de son expérience:

- salariés,
- non salariés,
- demandeurs d'emploi indemnisés ou non,
- personnes ayant exercé des activités sociales, bénévoles, etc.                                         
La seule condition requise est d'avoir exercé une activité d'une durée de trois ans au minimum en rapport avec le contenu du diplôme visé.
A qui s'adresser ?

Du certificat d'aptitude professionnelle (C.A.P.) au brevet de technicien supérieur (B.T.S.): dispositifs académiques de validation des acquis (DAVA). Il en existe un par académie.
Pour les diplômes de l'enseignement supérieur: services de formation continue des établissements (universités, écoles d'ingénieurs).
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgTextes de référence
Loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002. Journal officiel du 18 janvier 2002.
Décret du 26 avril 2002 relatif à la VAE pour la délivrance d'une certification professionnelle Journal officiel du 28 avril 2002.
Décret du 24 avril 2002 relatif à la validation des acquis de l'expérience par les établissements d'enseignement supérieur - Journal officiel du 26 avril 2002.
Décret du 16 avril 2002 relatif à la validation des études supérieures accomplies en France ou à l'étranger - Journal officiel du 18 avril 2002.
Décret du 23 août 1985 relatif aux conditions de validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels en vue de l'accès aux différents niveaux de l'enseignement supérieur.
Documents à consulter

Du CAP au BTS : Diplômes du second degré technologique et professionnel : la demande de VAE reste très concentrée - DEPP - Note d'information 11.04- janvier 2011.
Enseignement supérieur : La validation des acquis dans l'enseignement supérieur - DEPP - Note d'information 11.03- janvier 2011.
La VAE dans l'ensemble des ministères: Premières synthèses, informations n° 010 - février 2010 - DARES - Ministère du travail et de la solidarité.
Sites à consulter
Du C.A.P. au B.T.S.: Dossier du site Eduscol.
Services de VAE des universités: http://www.fcu.fr.
Les certifications enregistrées au R.N.C.P.: http://www.cncp.gouv.fr.
Centre INFFO: http://www.centre-inffo.fr.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgDevenir ingénieur diplômé par l'État
L'examen conduisant à la délivrance du titre d'ingénieur diplômé par l'État (D.P.E.) permet à des ingénieurs de fonction d'obtenir un titre d'ingénieur diplômé par validation de leurs expériences et acquis professionnels.

La validation s'effectue sur entretien puis, en cas de réussite, soutenance de mémoire. Ces épreuves permettent de vérifier que le (la) candidat(e) dispose bien des compétences propres à l'ingénieur, transversales ou liées à la spécialité postulée et d'une culture scientifique et technique de haut niveau.
Elle conduit à la délivrance d'un titre d'ingénieur, délivré par l'Etat dans l'une des 24 spécialités existantes, à la différence des autres titres d'ingénieur diplômé qui portent la mention de l'école qui a sanctionné une formation d'ingénieur. La liste des spécialités est fixée par  l'arrêté du 19 août 2005.
Le titre d'ingénieur D.P.E. est délivré par le ministère chargé de l'enseignement supérieur. Il confère le grade de master.
Il sera enregistré de droit au Répertoire national de la certification professionnelle, au niveau 1.
L'inscription

Où, quand, comment?
Spécialités dans lesquelles peut être délivré le titre.
L'oganisation générale de l'examen
Calendrier, déroulement des épreuves.
Le contenu des épreuves

Épreuves d'évaluation de l'expérience et des acquis professionnels, soutenance du mémoire, répertoire des compétences et instructions pratiques relatives au mémoire.
Textes de référence
Loi du 10 juillet 1934 modifiée relative aux conditions de délivrance et à l'usage du titre d'ingénieur diplômé (articles L. 335-5 et L. 335-6 du code de l'éducation).
Décret n° 2001-274 du 30 mars 2001 relatif au titre d'ingénieur D.P.E.
L'arrêté ministériel du 30 mars 2001 fixant les modalités de l'examen conduisant à la délivrance du titre d'ingénieur D.P.E. (Journal officiel de la République française du 1er avril 2001).
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLes dispositifs de financement
Les financements de la formation continue sont nombreux et dépendent de la situation des candidats (salarié, demandeur d'emploi, etc.), qui peuvent être guidés dans leur recherche par les services universitaires de formation continue.
Pour les salariés

Les différents dispositifs peuvent être activés à l'initiative de l'employeur ou du salarié.
À l'initiative de l'employé

Le droit individuel à la formation (DIF) permet à tout salarié en contrat à durée indéterminée (C.D.I.) de bénéficier chaque année d'un droit de 20 heures de formation cumulable sur 6 ans;
Le congé individuel de formation (CIF) permet de bénéficier d'une année de formation à temps plein (ou 2 années à temps partiel dans la limite de 1200 heures). Le CIF-C.D.D. s'adresse aux salariés en contrat à durée déterminée (C.D.D.) ou aux personnes dont le contrat vient de prendre fin;
Un financement émanant d'un Conseil régional: dans certaines régions, les salariés peuvent bénéficier d'une aide financière pour suivre une formation universitaire hors temps de travail (par exemple le D.A.E.U. -diplôme d'accès aux études universitaires- ou une formation à distance).
À l'initiative de l'employeur
Le plan de formation (dans lequel le coût de la formation est pris en charge par l'entreprise).
Dispositifs mixtes
La période de professionnalisation a pour objectif de maintenir dans l'emploi des salariés en C.D.I. par la formation.
Pour les demandeurs d'emploi

Le financement de la formation concerne les demandeurs d'emploi indemnisés au titre du chômage et dont le projet de formation, destiné à favoriser le retour à l'emploi, est validé par le pôle emploi;
Le financement de la formation par le Conseil régional. Les dispositifs d'aide peuvent varier d'une région à l'autre: chaque région définit sa politique en termes de financement des formations;
Le contrat de professionnalisation permet aux jeunes (de 16 à 25 ans révolus) et aux demandeurs d'emploi (de 26 ans et plus) d'acquérir une qualification professionnelle et favorise l'insertion ou la réinsertion professionnelle.
Autres modalités de financement

Pour les non-salariés (professions libérales, agriculteurs, artisans), commerçants, travailleurs indépendants, etc.) les conditions d'accès à la formation professionnelle continue sont fixées par des règles particulières. Dans le régime général, elles s'appuient sur trois fonds d'assurance formation:
    Fonds interprofessionnel de formation des professions libérales (F.I.P.-P.L.);
    Association de gestion du financement de la formation des chefs d'entreprise (AGEFICE);
    Fonds d'assurance formation des professions médicales libérales (F.A.P.-P.L.).
Les personnes handicapées peuvent solliciter l'AGEFIPH (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées).
Certaines caisses de retraite (notamment cadres) peuvent parfois prendre en charge une partie du coût de formation en fonction de critères qui leur sont propres.
Il est aussi possible de financer personnellement sa formation.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgAdresses utiles
Pour les formations à l'université

les services universitaires de formation continue (S.U.F.C.).
Pour les congés individuels de formation

les Fongecif : liste des Fongecif.
Pour les financements
    par les Conseils régionaux : liste des Conseils régionaux,
    par le pôle emploi : site du pôle emploi,
    par le F.I.P.-P.L. : site du F.I.P.-P.L.,
    par le F.A.F.-P.L. et l'AGEFICE : coordonnées sur le site du Centre pour le développement de l'information sur la formation permanente,
    par l'AGEFIPH : site de l'AGEFIPH.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLe droit individuel à la formation dans l'enseignement supérieur
Le droit individuel à la formation - DIF - est une mesure récente (2004) permettant aux salariés de bénéficier d'actions de formation professionnelle, rémunérées ou indemnisées, et réalisées pendant ou hors temps de travail. De nombreuses formations proposées par les établissements d'enseignement supérieur peuvent être suivies dans le cadre de ce dispositif.
Principales caractéristiques du DIF

"Tout salarié titulaire d'un contrat de travail à durée indéterminée disposant d'une ancienneté d'au moins un an dans l'entreprise qui l'emploie bénéficie chaque année à un droit individuel à la formation d'une durée de 20 heures, sauf dispositions d'une convention ou d'un accord collectif interprofessionnel, de branche ou d'entreprise, prévoyant une durée supérieure. Pour les salariés à temps partiel, cette durée est calculée prorata temporis." (article L 933-1 du Code du Travail).
Il est possible de cumuler ce droit sur 6 ans maximum, soit 120 heures de formation (pour un salarié à temps plein).
Le DIF relève de l'initiative du salarié en concertation avec son entreprise, formalisé par un accord bilatéral.
La formation peut être réalisée sur son temps de travail (maintien alors de la rémunération) ou hors temps de travail (dans ce cas, versement d'une allocation de formation correspondant à 50% du salaire de référence). Les frais de formation sont à la charge de l'employeur.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgUne offre de formation universitaire riche
De nombreuses formations universitaires sont accessibles par la voie du DIF:
- des formations courtes qui, suivant les universités, sont consultables sur le site de l'établissement ou présentées sur des supports papier (catalogues de formations courtes, catalogues DIF, etc.);
- des unités d'enseignement intégrées à l'un ou l'autre des diplômes LMD (licence, master, doctorat) et qui peuvent être suivies individuellement dans la majeure partie des cas;
- des diplômes d'université ou autres formations qualifiantes dont la durée est inférieure à 120 heures.
La combinaison de plusieurs dispositifs (DIF et validation d'acquis, DIF et formation à distance, etc.) peut permettre dans certains cas de valider à terme un diplôme de plus de 120 heures.
Sites à consulter

La formation continue universitaire.
Le DIF en détail sur le site du ministère du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité
La fiche sur le droit individuel à la formation sur le portail du service public
Textes de référence: Article L933-1 (et suivants) du Code du travail.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLa formation continue dans l'enseignement supérieur
Tous les adultes peuvent aujourd'hui alterner des périodes de formation et des périodes d'activité professionnelle dans une perspective d'évolution "tout au long de la vie". Deux récents textes législatifs (loi n° 2004-392 du 4 mai 2004 pour les salariés du secteur privé et loi n° 2007-148 du 2 février 2007 pour les agents des fonctions publiques) amplifient les opportunités et les droits en matière de formation continue. Mais la complexité du système nécessite un éclairage sur les responsabilités des différents acteurs dans l'impulsion et le financement des formations. L'Éducation nationale est globalement très impliquée dans la formation d'adultes.
Les objectifs

- Offrir à ceux qui sont entrés tôt dans la vie active une nouvelle chance d'accéder aux diplômes et titres de l'enseignement supérieur
- Prendre en compte les savoirs et savoir-faire des personnes en reprise d'études et leur épargner ainsi du temps et des efforts
- Répondre plus efficacement aux besoins et aux attentes des individus, des entreprises et de la société
- Favoriser le rapprochement entre formations universitaires et qualifications professionnelles
Les principes

La validation des acquis de l'expérience est un droit individuel désormais inscrit au livre IX du Code du travail et dans le Code de l'éducation (L613-3; L613-4, L613-5).
C'est un acte officiel qui reconnaît les acquis de l'expérience soit pour accéder à une formation, soit pour obtenir, en totalité ou en partie, un diplôme ou titre de l'enseignement supérieur.
http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLa validation des acquis dans l'enseignement supérieur repose sur un dispositif réglementaire diversifié:
- le décret 85-906 du 23 août 1985 permet d'accéder directement à une formation universitaire sans avoir le diplôme normalement requis en faisant valider une expérience professionnelle, que l'activité ait été salariée ou non, les études ou les formations suivies, ou encore des acquis personnels développés hors de tout système de formation.
L'université apprécie globalement les connaissances et les compétences du candidat en fonction de la formation qu'il souhaite suivre.
- le décret n° 2002-590 du 24 avril 2002 offre la possibilité d'obtenir une partie ou la totalité d'un diplôme en justifiant au minimum de trois années d'expérience professionnelle en rapport avec le contenu du diplôme souhaité.
- le décret 2002-529 du 16 avril 2002 permet en outre de faire valider les études supérieures accomplies en France ou à l'étranger.
Ces deux dispositifs peuvent être utilisés conjointement pour réduire le plus possible les parcours de formation.
Le décret n° 2001-274 et l'arrêté du 30 mars 2001 instituent une procédure particulière de validation des acquis professionnels réservée aux ingénieurs, permettant l'obtention du titre d'ingénieur diplômé par l'Etat dans une spécialité donnée, à l'issue d'une double évaluation effectuée par des jurys d'écoles et un jury national. Les candidats doivent être âgés d'au moins 35 ans et justifier d'au moins 5 années de pratique professionnelle dans des fonctions d'ingénieurs.
Un outil au service des entreprises et des particuliers
Pour les personnes

    Un accès facilité à la reprise d'études et aux diplômes et titres nationaux.
    Un moyen d'identifier, de valoriser voire de compléter, les compétences acquises par l'expérience professionnelle, personnelle ou bénévole pour obtenir un diplôme de l'enseignement supérieur.
    Un gain de temps et d'investissement personnel et financier.
    Une aide pour évoluer dans son emploi ou envisager une reconversion professionnelle
Pour les entreprises
    La reconnaissance du rôle formateur de l'entreprise et la valorisation des savoirs acquis par le travail, en dehors de tout système de formation.
    Une réduction du temps et du coût de la formation.
    Le développement des compétences et une meilleure gestion des ressources humaines.
Comment faire valider ses acquis ?
Pour la préparation et l'obtension des diplômes nationaux
Chaque établissement d'enseignement supérieur est compétent pour valider des acquis dans le cadre des formations qu'il assure.
La demande de validation est présentée par le candidat à l'établissement qui délivre le diplôme ou le titre souhaités.
La demande doit préciser la formation ou le diplôme postulés. Elle doit être accompagnée d'un dossier indiquant les formations suivies, les diplômes obtenus et les activités et fonctions exercées.
La demande d'accès à une formation ("validation décret 1985") est examinée par une commission pédagogique qui propose au président la dispense à accorder.
La validation des acquis de l'expérience en vue de l'obtention d'un diplôme ("V.A.E. décret 2002") relève d'un jury qui vérifie, évalue et atteste les connaissances et acquis de l'expérience, déterminant ainsi l'étendue de la validation: certains éléments ou la totalité du diplôme.
Dans les deux types de validation, le candidat peut bénéficier du conseil du service compétent de l'établissement (le plus souvent le service de formation continue) pour choisir la formation ou le diplôme qui correspond le mieux à son parcours. Pour une V.A.E., il peut, s'il le souhaite, solliciter un accompagnement qui le guidera dans l'analyse et la description de son parcours professionnel.
Pour l'obtention du titre d'ingénieur diplômé par l'Etat
Il s'agit d'une procédure nationale nationale organisée annuellement par l'Etat:
- le dossier de candidature est adressé au ministre chargé de l'enseignement supérieur qui le transmet à l'école compétente en fonction de la spécialité. Le jury d' école apprécie la recevabilité de la demande et procède, le cas échéant, à l'entretien du candidat;
- le candidat rédige et soutient un rapport qui fait l'objet d'une évaluation par le jury d'école et, en cas de résultat positif, d'une proposition communiquée au jury national;
- la décision de délivrance du titre est prise par le jury national après appréciation des éléments fournis par le jury d'école et notifiée au candidat par le ministère.
Où s'adresser ?
Aux services universitaires de formation continue.
Les universités et les écoles d'ingénieur disposent:
- d'un service chargé de l'accueil et de l'orientation des publics en reprise d'études;
- d'une cellule d'aide et d'accompagnement dans la démarche de demande de validation d'acquis de l'expérience.
Au bureau des formations d'ingénieurs pour les titres d'ingénieurs D.P.E. Direction Générale de l'enseignement supérieur - 110, rue de grenelle - 75357 Paris 07 SP. Inscription auprès des écoles d'ingénieurs autorisées à organiser les épreuves conduisant au titre d'ingénieur diplômé par l'État.
Sites à consulter: Le site de la formation continue universitaire.

http://focal.univ-lyon1.fr/FCU.jpgLes autres repères du blog:
4500ème article sur le blog
/40 ans de formation professionnelle,

4000ème article sur le blog
/Les chiffres 2010 de la VAE à La Réunion,
3500ème article sur le blog
/La VAE en Poitou-Charente en 2010,
3000ème article sur le blog/Contrats apprentissage et pro,
2500ème article sur le blog
/Journées Nationales des MDE et des PLIE,
2000ème article sur le blog
/Question Formation n°1,
1500ème article sur le blog/Seniors - le groupe SPB signe son accord,
1000ème article sur le blog
/Fête de la musique dans les jardins du MESR,
500ème article sur le blog/L'archipel de l'ingénierie de formation,
1er article sur le blog/Un forum de la Commission européenne pour promouvoir la coopération entre l’université et le monde des affaires.

http://www.fcu.fr/photo/titre_3466907.jpg?v=1304597637 Continuing education is one of the main missions of higher education institutions (universities and engineering schools) who, with over 300,000 students trained each year, have become a major player. Continuing education in France: The main institutions involved, the public beneficiaries, providers of training.
The following pages on the site of the proposed MESR: The University Continuing Education, The DAEU, Validation of in higher education, Validation of in higher education, operation of VAE, Become a graduate engineer by the State, funding mechanisms, the individual right to training in higher education, Continuing education in higher education
. More...

Posté par pcassuto à 23:37 - - Permalien [#]
Tags : ,


29 janvier 2012

Lifelong Learning in the South: Critical Issues and Opportunities for Adult Education

http://www.sida.se/ClientUI/Images/sida_logo.gifA report in the Sida Studies series. A critical review of international development initiatives and policy recommendations as to adult education and lifelong learning. The present gap between the North and the South could be overcome and a great potential for poverty reduction and for social and human development could be realised, given that current initiatives are reorientated. Different local experiences around the world are illustrated. The report is a revision of the report Lifelong Learning, New Education Division Documents No. 14, published in May 2003, (2726en). This report is also available in Spanish: Aprendizaje a lo Largo de Todo la Vida (2726es). Download Lifelong Learning in the South Critical Issues and Opportunities for Adult Education.
Lifelong Learning in the South Critical Issues and Opportunities for Adult Education, ROSA MARÍA TORRES.
Preface

This is a revised version of a study on the status and current trends in Adult Basic Education in Africa, Asia, Latin America and the Caribbean: Lifelong Learning, A new momentum and a new opportunity for Adult Basic Learning and Education (ABLE) in the South (New Education Division Documents No. 14), commissioned by Sida’s Education Division, and published by Sida’s Department for Democracy and Social Development, May 2003, in both English and Spanish.
The study included: a literature review of nearly 1000 documents in several languages, in print, video, audio, and on the web; an electronic survey with nearly 100 key respondents throughout the world (see list of respondents in Annex 10); personal interviews and a few field visits in Africa, Asia, Europe and Latin America and the Caribbean; a five-week (23 May–30 June, 2002) bilingual (English-Spanish) on-line forum on the topic, with over 300 participants from all over the world2; and a collection of “inspiring experiences”, most of them mentioned by survey respondents and a few of them described in Appendix 1 “A mosaic of experiences”.
This revised version is based upon the same material and findings – the difference between the versions lies in the focus, structure and presentation. Many of the details relating to the literature review and the survey are not included in this revised version and the Appendices differ. A few modifications have been introduced in the text, including the mention of some recent developments and a few additional references in the final bibliography.
This shorter version is adapted for the readers who wish to focus on the arguments, issues and proposals brought forward. The issues brought into focus in this edited version are above all: the elaboration and discussion of some key concepts related to education and to the overall Lifelong Learning framework, critical issues related to the state of the art and trends of learning and basic education in the South, the roles and performance of international agencies and international co-operation, and the widening gap between the North and the South mediated by such international players and co-operation.
Executive Summary - Conceptual framework
Lifelong Learning is activated today as the key organizing principle for education and training systems, and for the building of the “knowledge society” of the 21st century. There is an overall shift in focus from education to learning and from lifelong education to lifelong learning.
This study focuses on adult basic learning needs and adult basic education in the South, within a systemic and holistic approach to education and learning, and with a Human Development perspective. Literacy is viewed as part of basic education, not in isolation, and basic education is understood in a broad sense, far beyond literacy and numeracy. Learning is emphasized over education as the key organizing category and within a lifelong learning framework. Broadly defined, this paper deals with the issue of Basic Learning Needs of Adults for Human Development in the South.
We introduce the notion of Adult Basic Learning and Education (ABLE) – as different from Adult Basic Education (ABE) – to stress the importance of learning both within and beyond educational provision: learning in the family, in the community, at work, with friends, learning through the mass media, libraries, traditional and modern technologies, learning by observing, by doing, by working, by teaching, by participating.
The term “adult” is used here as an all-embracing category that includes youth, adults, and the elderly, thus stressing the meaning and value of lifelong learning, across the life span. We maintain that all people, irrespective of age, gender and of the country and zone where they live, have a right to learn and to continue learning and must thus be considered learners and part of the “learning-age population” for basic education/training/learning purposes.
The term South is preferred to that of “developing countries”, while acknowledging the many problems of these and other designations (i.e. “Third World”, “low- and middle-income countries”, “periphery”, “aidreceiving countries”, “partner countries”, etc.). The very notion of “development” is today blurred and distant in most countries labeled such by the international community, in a world context where poverty and inequality continue to grow.3 We keep the term “developing” as a reminder that the goal continues to be (social, economic, human) development and progress, and that education continues to be, more than ever, decisive for such progress.
Download Lifelong Learning in the South Critical Issues and Opportunities for Adult Education.

Posté par pcassuto à 10:50 - - Permalien [#]

20 décembre 2011

Short courses help adults to a second career

The Guardian homeBy Lucy Tobin. Demand is soaring for short courses, from drumming to shoe-making, among people seeking a portfolio career – and it's good news for colleges and universities.
Sue Baughan spent a week of this summer decamped to London to learn how to shape patterns on leather. The summer before that, it was sandal-making, and the one prior to that was spent making boots. By day, the 39-year-old from Boddington in Northamptonshire works full-time as a team co-ordinator for an environmental organisation. But in her evenings, holidays and weekends, thanks to that bevy of short courses, Baughan works on shoe-making. She's part of the new breed of Britons aspiring for a portfolio career using different skills to earn money – either at the same time or across a working life – and the country's higher education institutions are reaping the benefits.
Demand for short courses in subjects ranging from African drumming to accountancy via French and family history is soaring.
"Initially, I enrolled on a short course because I wanted a pair of fitted knee-length boots and had difficulty finding any to fit, so I thought I would try making some," Baughan explains. "I enjoyed the boot-making course so much that I decided to carry on learning about shoe-making and working with leather. The more I'm learning, the more I think I would like to change my career in the long term."
Baughan believes the current economic climate means it's a "good idea to have a variety of skills in different areas – it should make you more employable". She's now making shoes for her friends and family, signing up to more London College of Fashion short courses and setting up a workshop at her home. "In the long term, I hope to have enough skills and experience to start my own bespoke shoe-making business," she says.
Baughan is not alone. The LCF reports a burst of interest in short courses from portfolio careerists: from the 400 it ran two years ago, there are now more than 450, on subjects ranging from bridalwear to PR. The number of enrolled students has grown about 6% in the same timeframe, to 5,300 students this year. "The current working environment means far more people are signing up for short courses to invest in themselves," explains Linda Roberts, senior business manager for short courses at LCF. "When the crunch hit a few years ago, students began telling tutors they wanted to take more control over their lives and didn't want to be at the mercy of their employers. They wanted extra skills and resources up their sleeve to help stay financially afloat. That sense has only grown since then."
That was the reason Natalie James, 33, spent £800 and nine weeks' worth of Wednesday evenings learning fashion and editorial makeup at LCF. She had a full-time job in advertising, but was keen to expand her career. "Thousands of people were losing their jobs every day, with many looking at ways to transfer their skills," James explains. Since completing the course she has built up a portfolio of makeup work and established contacts in the industry; she is now combining advertising with teaching her own makeup lessons, and planning to launch her own consultancy.
It's not just creative subjects that are growing in popularity: so, too, are marketing and commercial courses, as hobbyists look to commercialise their skills. "We've seen a surge in demand for business-related courses from people who are already working on crafts and who want to start selling their products online and running a business in the evenings and weekends," says Roberts. "Seminars in online retailing, e-commerce and social media marketing are really popular."
Meanwhile, tutors at Anglia Ruskin report strong interest in short courses in its publishing department, with lecturer Leah Tether explaining: "The take-up for our six-week courses on editing, marketing, magazines, publishing and design software and web design surpassed our wildest expectations. The evaluation surveys carried out at the end of each course revealed that students are increasingly aware of the need to make themselves desirable candidates for employment. These courses make it possible to show tangible experience of certain skillsets on a CV and, even better from the student's point of view, don't cost several thousand pounds."
Around the country, colleges are responding to higher demand with free taster sessions. Pitman Training in Luton is offering free accounting, secretarial, PA and IT taster courses; would-be sports reporters can sign up to news agency Sports Beat's free introduction to sports journalism workshops in London and Manchester, and Beecome is offering a free introductory course in bee-keeping over a weekend in May.
Tutors say this kind of short course is often as popular among those just looking for a hobby. That's the case for lawyer Sam Ross, 27, who has just spent £199 on a 10-week course in songwriting at the Institute of Contemporary Music in Kilburn, north London. "I have been working as a corporate lawyer for four years and wanted to find some constructive time to work on my hobby," he explains. He's not about to turn away from the law to become the next Elton John, but is enjoying involvement in both worlds. "The legal market is so competitive and the job requires a lot of time and attention," Ross adds. "But I still wanted to try and nurture a hobby that has fallen by the wayside with a course."

Posté par pcassuto à 01:47 - - Permalien [#]

17 décembre 2011

Lifelong Learning in the South: Critical Issues and Opportunities for Adult Education

http://www.sida.se/ClientUI/Images/sida_logo.gifA report in the Sida Studies series. A critical review of international development initiatives and policy recommendations as to adult education and lifelong learning. The present gap between the North and the South could be overcome and a great potential for poverty reduction and for social and human development could be realised, given that current initiatives are reorientated. Different local experiences around the world are illustrated. The report is a revision of the report Lifelong Learning, New Education Division Documents No. 14, published in May 2003, (2726en). This report is also available in Spanish: Aprendizaje a lo Largo de Todo la Vida (2726es). Download Lifelong Learning in the South Critical Issues and Opportunities for Adult Education.
Lifelong learning has been acknowledged as a need and a principle for education and learning systems worldwide, and is being actively embraced by the North for its own societies. However, the learning needs of adults continue to be sidelined or ignored in recent international development initiatives and education policy recommendations for the South, including Education for All and the Millennium Goals. Rosa María Torres illustrates the need and opportunities for governments, national societies and the international donor community to re-frame the North-South gap and to re-orient education and learning towards social transformation and human development.
Lifelong Learning is activated today as the key organizing principle for education and training systems, and for the building of the “knowledge society” of the 21st century. There is an overall shift in focus from education to learning and from lifelong education to lifelong learning.
This study focuses on adult basic learning needs and adult basic education in the South, within a systemic and holistic approach to education and learning, and with a Human Development perspective. Literacy is viewed as part of basic education, not in isolation, and basic education is understood in a broad sense, far beyond literacy and numeracy. Learning is emphasized over education as the key organizing category and within a lifelong learning framework. Broadly defined, this paper deals with the issue of Basic Learning Needs of Adults for Human Development in the South. We introduce the notion of Adult Basic Learning and Education – as different from Adult Basic Education – to stress the importance of learning both within and beyond educational provision: learning in the family, in the community, at work, with friends, learning through the mass media, libraries, traditional and modern technologies, learning by observing, by doing, by working, by teaching, by participating. The term “adult” is used here as an all-embracing category that includes youth, adults, and the elderly, thus stressing the meaning and value of lifelong learning, across the life span. We maintain that all people, irrespective of age, gender and of the country and zone where they live, have a right to learn and to continue learning and must thus be considered learners and part of the “learning-age population” for basic education/training/learning purposes.
The term South is preferred to that of “developing countries”, while acknowledging the many problems of these and other designations (i.e. “Third World”, “low- and middle-income countries”, “periphery”, “aidreceiving countries”, “partner countries”, etc.). The very notion of “development” is today blurred and distant in most countries labeled such by the international community, in a world context where poverty and inequality continue to grow. We keep the term “developing” as a reminder that the goal continues to be (social, economic, human) development and progress, and that education continues to be, more than ever, decisive for such progress.

Posté par pcassuto à 22:03 - - Permalien [#]

30 novembre 2011

Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle?

http://www.agefos-pme.com/fileadmin/img/logos/logo_Nation.gif« Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle ? » 1ère Rencontre nationale par l’AFDET et AGEFOS PME
Dans un passé récent, notamment avec la Loi du 24 novembre 2009 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et celle du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels, le secteur de la formation professionnelle continue a connu de profonds changements.
C’est dans ce contexte que l’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET) et AGEFOS PME, premier organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) de France, organisent, à Paris, leur 1ère Rencontre nationale Emploi-Formation : « Quelles ambitions pour la formation des adultes au XXIe siècle ? », les 17 et 18 janvier 2012, au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Ce colloque réunira notamment les grands acteurs du secteur autour des questions majeures sur la formation continue.
17 et 18 janvier 2012: grande Rencontre Emploi-Formation

Lors de ce nouveau rendez-vous de 3 demi-journées, le ministère en charge de l’apprentissage et de la formation professionnelle, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, et le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, interviendront ainsi que de très nombreuses personnalités, représentants de l’État, du secteur de la formation professionnelle continue, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et des partenaires sociaux.
Quatre tables rondes, sur ces 3 demi-journées, aborderont les grands sujets qui traversent le champ de la formation tout au long de la vie:
- Quelles finalités pour la formation continue et quels publics?
- Les conditions de l’efficacité? (Comment optimiser la réponse aux besoins)
- Pratiques d’aujourd’hui et pratiques de demain? (Comment optimiser la réponse aux besoins)
- Comment relever les futurs enjeux de la formation tout au long de la vie?
Les quatre tables rondes réuniront, autour de réflexions et de témoignages, les décideurs, les acteurs et les bénéficiaires de la formation professionnelle continue: l’AFPA, l’ACFCI, l’ARF, le CNAM, la CNCP, le CNFPTLV, la FFP, les GRETA, Pôle emploi…
Mobilisation commune en faveur de l’Emploi et de la Formation professionnelle

L’AFDET et AGEFOS PME se retrouvent depuis plusieurs années sur des thèmes conjoints et se mobilisent ensemble pour développer la formation. La formation est un levier indispensable pour la compétitivité des entreprises, pour les parcours professionnels et le développement personnel des individus.
L’Association française pour le développement de l’enseignement technique (AFDET), née en 1902 pour servir l’enseignement technique, est reconnue d’utilité publique depuis 1936, ONG auprès de l’ONU, liée depuis sa création avec le ministère de l’Éducation nationale et association éducative agréée depuis 2002.
L’AFDET a, depuis ses origines, œuvré pour une formation tout au long de la vie offerte à tous et pour la mise en synergie de tous les acteurs, pouvoirs publics et partenaires sociaux.
Fortes de leur expérience mutuelle, l’AFDET et AGEFOS PME sont partenaires pour lancer leur 1ère Rencontre nationale Emploi-Formation: .3 demi-journées de rencontres et d’échanges sur les enjeux et les ambitions du secteur de la formation continue. En savoir plus sur l'AFDET.
Rendez-vous le 17 janvier de 14h à 18h et le 18 janvier de 9h à 17h au Cnam - 292 rue Saint-Martin - 75141 Paris Cedex 03.
En tant qu’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, doté du statut de grand établissement dédié à la formation tout au long de la vie, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseignement supérieur, accueillera cet événement. Découvrez le CNAM.
http://www.agefos-pme.com/fileadmin/img/logos/logo_Nation.gif "What ambitions for adult education in the twenty-first century? "1st National Meeting by AFDET AGEFOS and SME
In the recent past, including the Act of 24 November 2009 on vocational training throughout life and that of July 28, 2011 for the development of alternate and career security, the sector of vocational training still has undergone profound changes.

It is in this context that the French Association for the Development of Vocational Education (AFDET) and SME AGEFOS first joint body approved collector (OPCA) of France, organized in Paris, their first National Meeting Job Training: "What ambitions for adult education in the twenty-first century?
"17 and 18 January 2012 at the Conservatoire National des Arts et Metiers (CNAM). This conference will bring together major players in the area around the major issues on continuing education. More...

Posté par pcassuto à 00:00 - - Permalien [#]

20 novembre 2011

UNESCO is launching a reporting template for assessing progress in adult education

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/temp/UIL-bonne-qualit%C3%A9.jpgFollowing the recommendations made by 144 governments at the Sixth International Conference on Adult Education (CONFINTEA VI) in 2009 , a template to report on progress in adult education has been developed by the UNESCO Institute for Lifelong Learning (UIL), with the support of the UNESCO Institute for Statistics and other experts. The template, available in English, French and Spanish, solicits data for the key areas identified in the Belém Framework for Action  – policy, governance, finance, participation and quality. The template is intended to be a convenient and efficient means for Member States to provide background material for both the next Global Report on Adult Learning and Education (GRALE) in 2012 and the final evaluation of the United Nations Literacy Decade (UNLD, 2003-2012). 
Adult literacy is the special thematic focus of the forthcoming edition of GRALE, given that the Bélem Framework for Action reiterates the fundamental role of literacy in adult education, and that it coincides with the end of the UNLD. There will be a special theme in each future edition of the Global Report, which forms part of UNESCO’s triennial international monitoring report series in adult education.
The need for valid and reliable quantitative and qualitative data to inform policy-making has been underlined repeatedly. However, consistent and comparable data of good quality on adult education in UNESCO Member States are scarce. It is anticipated that the national reports based on this template will contribute to generating the much-needed data to show progress in the field.
The template has been sent out to all UNESCO National Commissions. To complete the template and validate the data, Member States are requested to bring together the widest possible range of stakeholders. The template is accompanied by explanatory notes, which aim to provide further clarification regarding the reporting procedure.
Member States are asked to submit their national progress reports to UIL by the end of February 2012.
Contact: confintea6@unesco.org. For more information: CONFINTEA VI United Nations Literacy Decade (2003 - 2012). Reporting Template for National Progress Reports. Explanatory Notes.

Posté par pcassuto à 18:52 - - Permalien [#]