ESR enseignementsup-recherche gouv frC. Etat des lieux et axes de développement des formations
1. Typologie des formations
a. Cartographie
Le Tableau 6 présente les typologies d'activités mises en oeuvre par les établissements en fonction de la part du CA qu'elles génèrent.
Une offre de formation principalement composée de formations certifiantes
Sans surprise, la formation diplômante/certifiante représente la plus grosse part du CA des établissements. Cela concerne les :
o Diplômes nationaux dédiés à la FC et, de plus en plus, accessibles en alternance (contrat de professionnalisation). A noter toutefois que le DAEU, proposé par 21 établissements sur 24, ne contribue que très faiblement au CA.
o Diplômes universitaires (DU)
Les actions de formation les moins proposées sont :
o Les autres formations certifiantes (CQP ou titres professionnels en partenariat) : 13/24
o Les préparations aux concours : 7/16 (question posée uniquement aux AMIs)
o Les dispositifs "Université pour tous" / "Université pour tous les âges" : 8/24
o Les bilans de compétences : 8/24

  • Une contribution au CA importante des formations courtes en santé

Sur les 16 AMIs répondants, la moitié dispense des DU/DIU en médecine (Tableau 8). Parmi ces établissements, la moitié de ces établissements produit les plus forts CA, l’autre moitié dispose de CA inférieurs à la moyenne nationale. On note cependant que pour ces derniers, la formation médicale continue représente une part importante du CA.

  • Un développement inégal des formations courtes (hors santé)

Les formations modulaires (issues de blocs de compétences capitalisables), les stages et la formation courte sur mesure (intra- ou inter-entreprises) sont inégalement développées chez les AMIs (Tableau 8). Elles sont encore moins développées dans les établissements hors périmètre AMI.
Les formations courtes sont majoritairement des formations spécifiques sur mesure construites à la demande des individus ou des entreprises. Elles ne sont généralement pas issues de blocs de compétences rattachés à des certifications nationales. Comme indiqué précédemment, cela s'explique en grande partie par le fait que le processus de traduction des formations en blocs de compétences est en cours de déploiement dans les établissements. Quand ce travail sera finalisé, il est fort probable que l’on assistera à une augmentation du nombre de formations courtes.
Les établissements qui proposent les trois formats de formations courtes (parcours individualisé dans un diplôme national, formation sur mesure à la demande, intra ou inter-entreprises, ou formation à la carte à partir d’un catalogue pré-existant) ont les CA parmi les plus importants.
A signaler que ce sont d’ailleurs les mêmes établissements qui ont développé l’approche par blocs de compétences et le e-learning et/ou blended-learning (exemple Université n°12). Ce triple engagement témoigne d’une stratégie de développement offensive de la part du service FC, appuyée par un projet d’établissement fort, avec des moyens dédiés.
b. Axes de développement
Les principaux axes de développement de l'offre de formation continue envisagés par les établissements s’attachent aux :
o Formations spécifiques courtes,
o DU/DIU (tirant parti des blocs de compétences des DN),
o DN (structurés en blocs de compétences).
Lorsqu'ils ont été interrogés sur la base des éléments identifiés dans le Tableau 9, les établissements non AMIs ont indiqué pour 5 d'entre eux que leurs projets de développement étaient axés en priorité sur la formation courte, modulaire, sur mesure, puis sur les D.U. Le 6ème établissement a, quant à lui, cité les mêmes priorités, mais dans l'ordre inverse.
Télécharger le guide La formation continue dans les établissements de l’enseignement supérieur - Quelles organisations et stratégies marketing au sein des établissements de l’enseignement supérieur. Plus...