03 février 2020

FCU - Partenariats - D. UN RÉSEAU PARTENARIAL PERENNE - 2. Créer du lien et impliquer les partenaires économiques

ESR enseignementsup-recherche gouv fr2. Créer du lien et impliquer les partenaires économiques grâce aux instances liées à la gouvernance des EPSCP
  • Enjeux et objectifs
o Développer la lisibilité et la visibilité de l’offre de formation vis-à-vis du milieu socioéconomique et culturel,
o Construire une offre de formation tout au long de la vie permettant la mixité et l’individualisation des parcours (formation initiale et professionnelle continue, dont en alternance, blocs de compétences, …),
o Effectuer un travail de prospective sur l’évolution des métiers et des besoins en compétences, pour et pendant l’accréditation,
o Travailler l’adéquation formation-emploi-recherche.
Les différents conseils statutaires, ou non, des EPSCP seront des lieux d’échanges, de concertation et d’expertise entre les partenaires socio-économiques et les établissements universitaires pour :
o Recueillir toutes les informations et besoins en termes de compétences ;
o Etudier et expertiser des solutions formatives, qualifiantes comme diplômantes, au regard des besoins des entreprises et des territoires.
  • Démarche qui pourrait être mise en oeuvre
Les concertations avec les partenaires socio-économiques peuvent revêtir plusieurs formes.
o Au niveau national, des dispositifs de concertation existent pour les diplômes d'ingénieur (CTI) et pour les diplômes de gestion (CEFDG).
o Concernant les grades nationaux délivrés par les universités, une concertation spécifique, selon des modalités fixées par voie réglementaire, avec les organisations syndicales de salariés représentatives au niveau national et interprofessionnel et les organisations professionnelles d’employeurs représentatives au niveau national, interprofessionnel et multiprofessionnel sera prochainement mise en place.
o Les Conseils de Perfectionnement Sectoriel (CPS), mutualisés à l’échelle d’un site, permettent d’assurer les échanges avec les partenaires institutionnels locaux (le plus souvent régionaux), qui disposent d’une vision globale des besoins du monde socioéconomique et ont capacité à faire de la prospective.
o Les Conseils de Perfectionnement Mention (CPM)79 ont une vocation de proximité de façon à concrétiser l’amélioration continue des formations à travers des préconisations sur des aspects pédagogiques (recrutement, conception des maquettes de formation, évaluation, suivi…) et stratégiques (évolution des parcours-types au sein de la mention…).
o Les Commissions pédagogiques nationales et Commission Consultative Nationale IUT (respectivement CPN IUT et CCN IUT).
Les CPN IUT sont en charge de proposer les référentiels et programmes des Diplômes universitaires de technologie (DUT). Pour assurer une meilleure intégration dans le tissu économique régional, ces programmes peuvent être adaptés localement dans la limite de 20% du volume horaire total. Certains sont suivis en formation continue ou en alternance (dès la 1ère année ou seulement en 2nde année).
Les 9 CPN IUT sont consultées sur toutes les évolutions des spécialités de formations (24 DUT) les concernant et évaluent les départements correspondant à leur spécialité ; la grille CPN-DUT comporte 22 indicateurs (dont sur le recrutement, la professionnalisation, la réussite et le devenir étudiant). Elles n’évaluent pas les LP (60% des 1600 LP sont délivrées par les IUT) mais doivent toutefois avoir connaissance d’un ensemble de données relatives aux LP IUT.
Les avis et recommandations remontent ensuite au CNESER puis au MESRI.
La CCN IUT est consultée par le MESRI sur les questions d'intérêt général relatives aux IUT et aux DUT. Elle formule notamment des avis sur la pédagogie, les conditions du recrutement des étudiants, l'évolution de la carte des formations et des spécialités. Elle évalue les IUT sur 32 indicateurs (relatifs au pilotage, à la gouvernance et aux moyens).
  • Conditions de réussite
Il sera nécessaire de veiller à ce que les instances de régulation, mises en place pour faciliter le dialogue entre les établissements et les partenaires du monde socio-économique, respectent bien les attentes en termes d'organisation, de représentativité et de fonctionnement :
o Les Conseils de Perfectionnement Sectoriels (CPS) devront être constitués de représentants de la COMUE (COMmunauté d’Universités et d'Établissements) ou de l’Université, de représentants des secteurs socio-économiques et culturels et plus largement des institutions structurant la problématique emploi-formation : organisations patronales interprofessionnelles, organisation syndicales, branches professionnelles, OPCA/OPCO, représentants d’entreprises issus de conseils de perfectionnement de formations, groupement d’entreprises, représentant des RH, consulaires, pôle emploi, l'APEC, la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), les conseils régionaux…
o Les Conseils de Perfectionnement de Mention (CPM) seront, quant à eux, constitués d’enseignants, de représentants d’entreprises du secteur concerné, de représentants des organisations représentatives du salariat et du patronat.
o Les CPN comprendront des représentants des entreprises (MEDEF), des salariés des professions concernées, d’étudiants, d’enseignants et des pouvoirs publics.
o La CCN comprendra 34 membres : 14 venant du milieu universitaire et 20 des milieux professionnels.
L'articulation entre ces différentes instances devra également être effective afin de fluidifier le dialogue et optimiser la mise en oeuvre des préconisations qui pourront en découler :
o Entre concertation spécifique, CPS et CPM
Les 3 instances doivent permettre de mettre en place une expertise, un dialogue, une action dont le périmètre varie selon l’instance :
- Un niveau d’échelles de références différentes : nationale / régionale / locale
- Un niveau de partenariat différent : de la stratégie de développement à l’opérationnalité
- Un périmètre de réflexion différent : du collectif à l’individuel
- Un enjeu de formation différent : de la filière au métier
- Des enjeux académiques différents : de la pluridisciplinarité au disciplinaire
- Des enjeux de suivis différents : de la société à l’individu
o Entre CPS et CPM
L'important dans ce cadre sera de jouer sur la complémentarité et sur un phénomène d’aller-retour des informations permanentes :
- Des expertises qui se nourrissent les unes des autres
- De processus de construction coordonnés
- De consolidation des partenariats
o Entre IUT, Université et monde socio-économique
Le lien IUT-monde économique est sans cesse réactivé grâce aux CPN et à la part importante des professionnels dans les Conseils des IUT (30% à 50% de personnalités extérieures) et dans les équipes pédagogiques (plus d’un tiers des enseignements en IUT sont assurés par des professionnels associés et vacataires qui occupent un emploi en entreprise).
La démarche proactive des IUT, stimulée par la recherche de ressources propres pour compenser les effets de la LRU en termes de moyens et de postes, leur permet de répondre aux exigences des CPN, particulièrement attentives au caractère professionnalisant des DUT, au respect du PPN (Programme Pédagogique National), aux procédures d’évaluation des enseignements et de la formation, au caractère universitaire et international, au taux de réussite et au devenir Étudiant.
La CCN pouvant être chargée de réaliser des études, des évaluations et de conduire des expertises avec divers organismes sur l'adéquation des formations aux besoins économiques, l'articulation entre les formations et les activités de recherche, elle est une ressource à solliciter pour développer les partenariats et ainsi mieux répondre aux besoins des entreprises : FC, VAE et apprentissage, prestations de service, transferts de technologie, expertises et conseils en entreprise, aides à la création d'entreprise.
On peut inviter les IUT et l'ensemble des acteurs de l’ESR (leurs équipes pédagogiques et laboratoires, leurs services relations entreprise et apprentissage) à davantage coopérer ensemble pour développer leur “marque” et des réseaux croisés de partenaires, comme peuvent déjà le faire les services communs, notamment les SCUIO-IP pour le lien Lycées-IUT, dispositifs passerelle, Licences en apprentissage…
  • Points de vigilance
Les rencontres et échanges au sein de ces instances permettent d’avoir une bonne connaissance du monde socio-économique et des acteurs qui le composent, aux différentes échelles (locale, régionale, nationale) et de pouvoir réaliser prospection et veille du marché.
Mais ils représentent un investissement important en temps de présence et d’animation de réseau pour mobiliser les représentants moteurs et ainsi pérenniser les partenariats.
Télécharger le guide La formation continue dans les établissements de l'enseignement supérieur Co-construction de partenariats entre les EPSCP (Universités et écoles sous tutelle de l'Etat) et les acteurs socio-économiques. Plus...
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]