Pouvons-nous nous passer du code pour créer des sites web, des appli mobiles et même des logiciels complexes ? Un certain nombre de start-up, principalement américaines, en sont convaincues et ont rejoint le mouvement "no code". Aux Etats-Unis, le montant investi dans ces jeunes pousses "low" ou "no code" est passé de 114 millions de dollars en 2014 à 529 millions en 2019.
Source : https://www.gref-bretagne.com/Actualites/Revue-de-presse/Numerique.-Coup-de-projecteur-sur-le-mouvement-no-code