16 novembre 2019

La politique culturelle - Les années 1980-2000 : alternances politiques et nouveaux paradigmes

Accueil - Vie PubliqueL’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 conforte le ministère. L’essentiel est la rupture quantitative sur le plan financier qui se traduit, dès l’exercice 1982, par un doublement de son budget. De plus, le ministre Jack Lang, qui bénéficie du soutien du président François Mitterrand, sait incarner ce changement d’échelle. La synergie entre la culture et l’économie est présentée comme une priorité. Le décret du 10 mai 1982 traduit une volonté de démocratie culturelle. Tous les secteurs de la politique culturelle (la création davantage que le patrimoine) bénéficient de ces accroissements quantitatifs et de ces ruptures qualitatives. Le ministère, peu favorable à la logique décentralisatrice, conforte ses services déconcentrés et généralise des partenariats avec les collectivités territoriales. Les “grands travaux présidentiels”, notamment le Grand Louvre et la Bibliothèque nationale de France, concentrent les engagements financiers de l’État sur Paris mais réduiront ensuite, compte tenu des budgets de fonctionnement nécessaires, les marges de manœuvre du ministère de la culture.
À partir des années 1990, le référentiel qui gouverne les missions du ministère de la culture enregistre un nouvel infléchissement significatif : la défense de l’“exception culturelle” – bientôt rebaptisée “diversité culturelle” – estompe de plus en plus la référence à la démocratisation des pratiques culturelles. La question, désormais récurrente, de la “mondialisation” de la culture offre l’occasion de changer l’échelle de la justification. De surcroît, la France s’évertue à déplacer le lieu du débat, de l’Organisation mondiale du commerce vers l’Unesco. La convention sur la diversité culturelle adoptée le 20 octobre 2005 à l’Unesco est incontestablement une victoire de la position française. L’objectif de “favoriser l’accès à la culture” s’affiche toujours dans les textes ministériels, mais se décline sous la forme de quatre missions : préserver et mettre en valeur le patrimoine historique, soutenir la création artistique, contribuer à l’éducation artistique et à la transmission des savoirs, et développer l’économie de la culture et les industries culturelles. Plus...
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]