Accueil - Vie PubliqueLe présent rapport d'information se penche sur les discriminations et les violences auxquelles sont confrontées les populations lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) dans les territoires d'Outre-mer. Dans l'ensemble des territoires ultramarins, les rapporteurs relèvent l'existence d'une haine anti-LGBT et d'un rejet latent, renforcés par le poids de la structure sociale et du contexte culturel propre à chaque espace géographique. L'homosexualité et la transidentité sont ainsi stigmatisées socialement, bien qu'on observe des seuils de tolérance différenciés en fonction des territoires, du degré d'insularité, des appartenances communautaires, ethniques ou générationnelles. Le poids social de l'homophobie observé dans les sociétés ultramarines constitue par ailleurs un obstacle au respect des droits sexuels des populations LGBT, tant du fait de leur impossibilité de vivre leur identité sexuelle ou leur identité de genre au grand jour, qu'en raison des violences pluridimensionnelles qu'il nourrit. En dépit de la gravité des violations des droits sexuels des populations LGBT en Outre-mer, des violences et de la multiplicité des discriminations qu'elles subissent, les rapporteurs constatent un manque de soutien institutionnel à la lutte contre la haine anti-LGBT dans les territoires qui se caractérise à la fois par un défaut d'accompagnement et par une certaine réticence de la part des autorités locales à agir. Plus...