25 juin 2019

Parcours professionnels d'enseignants-chercheurs / L’ÉVOLUTION DE CARRIÈRE ET LES POSSIBILITÉS DE MOBILITÉ

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frAu fil de la carrière, le métier d’enseignant-chercheur peut évoluer progressivement, à des degrés divers, vers des fonctions de coordination, de responsabilité de formation, de conduite d’équipes ou de projets, voire de structures, incluant les aspects humains, financiers, administratifs, éventuellement politiques.
Pour illustrer l’ensemble des évolutions de carrière possibles, on peut citer :
• Les responsabilités collectives et de direction :
> responsable d’une formation ;
> responsable d’une équipe de recherche, directeur de laboratoire ;
> directeur d’unité de formation et de recherche, d’institut ou d’école interne aux universités ou aux communautés d’universités et d’établissements ;
> président ou vice-président d’université, président, directeur général ou directeur d’un autre établissement public de l’État, directeur d’un groupement d’intérêt public, président ou directeur d’un établissement d’enseignement supérieur et/ou de recherche à l’étranger ;
> président d’une communauté d’universités et établissements ;
> membre d’instances nationales : Conseil national des universités (CNU), Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) ou autre autorité administrative indépendante ;
> conseiller pédagogique ;
> responsable d’un service d’appui à la pédagogie.
• Une mobilité vers des fonctions de recherche et/ou d’enseignement :
> chercheur, personnel scientifique contractuel d’un établissement public de l’État (CNRS, INSERM, INRA, CEA…) ;
> enseignant-chercheur d’un grand établissement (Muséum national d’histoire naturelle, Conservatoire national des arts et métiers, Collège de France), professeur agrégé, personnel enseignant et hospitalier, enseignant d’une école relevant du ministre chargé de la culture (école d’architecture), du ministre chargé de l’économie et de l’industrie (Groupe des écoles nationales d’économie et statistique – GENES, Institut Mines-Télécom)… ;
> des fonctions d’enseignant, de chercheur ou de personnel scientifique contractuel dans une institution étrangère ou internationale.
• Des mobilités professionnelles vers le secteur privé :
Des passerelles public-privé permettent aux enseignants-chercheurs d’effectuer des mobilités en entreprise en étant placés en délégation, détachés ou mis à disposition pour effectuer des travaux de recherche, de valorisation ou d’autres activités. Ces mobilités sont valorisées sous certaines conditions dans la carrière des enseignants-chercheurs.
• L’évolution, possible mais plus rare, vers d’autres fonctions au sein de l’administration :
> recteur d’académie, directeur général, directeur d’administration centrale, conseiller, expert ou chargé de responsabilités administratives particulières auprès de l’administration centrale du ministère chargé de l’enseignement supérieur ;
> magistrat administratif (Conseil d’État et autres juridictions administratives), financier (Cour des comptes, Chambres régionales des comptes) ou judiciaire ;
> inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche ou membre d’un autre corps d’inspection générale ;
> mobilité vers un cadre d’emploi ou un corps de fonctionnaires de même catégorie et de niveau comparable (administrateurs civils, préfets, conservateurs généraux des bibliothèques, des musées, du patrimoine, ingénieurs de recherche, etc.)
Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur. Plus...

Brochure : Repères pour l'exercice du métier d'enseignant-chercheur

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]