23 juin 2019

Formation des hauts fonctionnaires, que font nos voisins ?

Screenshot-2018-4-15 Egypte – des élections présidentielles jouées d’avanceDepuis plusieurs semaines dans le débat public, la question de la suppression de l’école nationale d’administration (ENA) est de plus en plus présente. Paradoxal, pour une école qui ne forme qu’une quarantaine de jeunes femmes et hommes aux métiers de la haute administration publique chaque année. Symbole de la particularité de l’administration française, “l’école du pouvoir” qui forme les élites gouvernantes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale pourrait sembler être unique en son genre, du fait de la singularité du recrutement de la haute administration hexagonale. Pourtant, qu’elles soient calquées sur le modèle de l’ENA (avec, parfois, le même nom) ou qu’elles suivent un modèle proche de formation des futures élites administratives, d’autres écoles de la haute administration existent en Europe, dans le monde francophone, et dans le monde. Deuxième paradoxe donc : l’école que certains dénoncent comme la base d’un problème de renouvellement des élites de la Nation n’est pas unique en son genre, et séduit même d’autres pays. Plus...

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]