21 mars 2019

Université de Bourgogne

hceres.frLe développement de formules de formation continue, ou de formules hybrides (formation initiale/continue) mieux adaptées à la demande des milieux socio-économiques, tout comme la sensibilisation à l’entrepreneuriat auprès des étudiants, vont également dans ce sens. Il faut noter que ce choix stratégique reçoit un soutien actif, y compris sur le plan financier, de la part des partenaires locaux.
Enfin l’UFR Santé a créé une unité mixte de formation continue pluridisciplinaire très performante intégrant la médecine, la pharmacie, la maïeutique et la kinésithérapie. Malgré ces résultats, l’UFR Santé, qui avec 4 976 étudiants constitue la plus lourde par les effectifs, souffre d’un faible taux d’encadrement des étudiants comme l’atteste le taux d’encadrement moyen de 5,09 en 2015, contre une moyenne pour l’ensemble de l’uB de 5,520. Ceci handicape le développement des formations médicales et paramédicales et l’accueil d’un plus grand nombre d’étudiants.
5 - Une stratégie de formation tout au long de la vie très pertinente mais qui questionne son avenir
Par les modalités de formation offertes à un large public, l’uB montre une véritable volonté de mettre en oeuvre des formations bien ancrées sur les différents territoires et adaptées aux besoins des différents publics et partenaires.
L’uB a choisi une gestion centralisée, pilotée par le pôle FVU et un vice-président et mise en oeuvre par un service commun très professionnel, le Service commun de formations continue et par alternance (SEFCA). Ce service a compétence pour l’ensemble des composantes, y compris les IUT et l’UFR sciences de la santé. Les composantes ont l’entière compétence pédagogique et le service central assure la gestion administrative et les relations partenariales, y compris avec les partenaires sociaux. Dans cet esprit, une unité spécifique, appelée Unité mixte de développement professionnel continu (UMDPC), portant la formation continue en santé, est un modèle d’organisation, permettant de mettre en synergie l’ensemble des compétences de l’université pour répondre aux besoins du secteur. Porté principalement sur les formations diplômantes, le développement régulier de l’activité, mesurée aussi bien en nombre de stagiaires (+98 %) et d’alternants (+9 %), qu’en recettes facturées (+31 %) depuis 2012, traduit la constance des orientations. Toutes les composantes sont actives avec des pointes à 21 % des inscrits en alternance à l’IAE ou 16 % en formation continue en santé. Par ailleurs, le dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE) est efficace et reconnu avec en moyenne 65 jurys de VAE par an.
Les tarifs et l’affectation des recettes sont votés en CA et garantissent aux composantes un retour de 75 % des recettes facturées. L’excellente implantation sur l’ensemble du territoire est complétée par un soutien financier, conventionné et pluriannuel de la région aussi bien pour la formation des demandeurs d’emploi que pour l’apprentissage. Ces financements, qui représentent en 2014 plus de 10 % des recettes, ne sont pas garantis dans la nouvelle région et constituent une fragilité au moment où l’établissement mise sur les recettes de formation continue pour consolider son budget. La piste d’un développement des formations qualifiantes courtes est étudiée, mais, au-delà de la nécessité de trouver son marché, elle se heurte à la pénurie de ressources humaines dans l’université, la limitation des heures complémentaires à 50 % du service statutaire pouvant être considérée comme un frein. Enfin, tant la stratégie de la nouvelle région, avenir de la convention pluriannuelle, que celle de la Comue sur la compétence formation continue portent des incertitudes qui devront être levées rapidement pour que la stratégie proactive de l’uB puisse se développer.
Télécharger Université de Bourgogne. Plus...

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]