12 juin 2018

Aix-Marseille Provence méditerranée - Strater diagnostic territorial

Screenshot-2018-4-21 Journal de mise en ligne - ESR enseignementsup-recherche gouv frAix-Marseille Provence méditerranée - Strater diagnostic territorialLe territoire du regroupement « Aix-Marseille Provence Méditerranée » comprend les quatre départements de l’académie d’Aix-Marseille (Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Bouches du Rhône et Vaucluse) et la communauté d’agglomération de Toulon au sein de laquelle se situe l’université de Toulon.
La métropole Aix-Marseille Provence regroupe 92 communes sur 3 200 km2 et 1,8 million d'habitants, soit 90% de la population des Bouches-du-Rhône et 60% de la population de l’académie. La communauté d´agglomération Toulon Provence Méditerranée devenue métropole au 1er janvier 2018 rassemble 12 communes et compte 427 000 habitants pour un territoire d'une superficie de 37 000 hectares dont 200 km de littoral.
Proche des Alpes, de la Méditerranée et de l’Italie, le site occupe une situation géographique unique, favorable aux échanges interrégionaux, transfrontaliers et européens. Aix Marseille Université a ainsi lancée, en avril 2017, l’initiative du Campus transnational nord-méditerranéen qui vise à promouvoir des coopérations académiques et scientifiques renforcées avec trois universités européennes : l’université autonome de Madrid, l’Université de Barcelone et l’Université de Rome-Sapienza.
Proche des Alpes, de la Méditerranée et de l’Italie, le site occupe une situation géographique unique, favorable aux échanges interrégionaux, transfrontaliers et européens. Aix Marseille Université a ainsi lancée, en avril 2017, l’initiative du Campus transnational nord-méditerranéen qui vise à promouvoir des coopérations académiques et scientifiques renforcées avec trois universités européennes : l’université autonome de Madrid, l’Université de Barcelone et l’Université de Rome-Sapienza.
Le profil de la population non scolarisée de 15 ans ou plus se caractérise par une proportion de non diplômés supérieure à la moyenne nationale et une part de diplômés de l’enseignement supérieur plus élevée que la moyenne nationale. De même, on observe un taux de scolarisation des 15-17 ans plus faible que la tendance nationale et un taux supérieur pour les 25-29 ans.
La structuration de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation s’articule principalement autour du regroupement « Aix-Marseille Provence Méditerranée » à forte composante universitaire. Elle fait apparaître une forte attractivité des aires urbaines : Marseille-Aix-en-Provence concentre 80% des effectifs inscrits dans l’enseignement supérieur (90 000 étudiants), puis viennent les unités urbaines d’Avignon (9%, 10 400 étudiants) et Toulon (7,5%, 8 500).
La structuration de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation s’articule principalement autour du regroupement « Aix-Marseille Provence Méditerranée » à forte composante universitaire. Elle fait apparaître une forte attractivité des aires urbaines : Marseille-Aix-en-Provence concentre 80% des effectifs inscrits dans l’enseignement supérieur (90 000 étudiants), puis viennent les unités urbaines d’Avignon (9%, 10 400 étudiants) et Toulon (7,5%, 8 500).
Bien que de grands établissements soient installés sur le site, comme Airbus Helicopters, STMicroélectronics et ArcelorMittal, la part d’emplois industriels est toutefois nettement inférieure à celle de la France métropolitaine. Quelques activités industrielles s’imbriquent dans le secteur des services contribuant à la création d’une offre de solutions innovantes (notamment dans la microélectronique). De manière générale, l’écosystème de l’innovation mériterait d’être plus lisible pour les PME et les TPE présentes sur le territoire.
Le territoire du regroupement « Aix-Marseille Provence Méditerranée » comprend les quatre départements de l’académie d’Aix-Marseille (Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Bouches du Rhône et Vaucluse) et la communauté d’agglomération de Toulon au sein de laquelle se situe l’université de Toulon. La métropole Aix-Marseille Provence regroupe 92 communes sur 3 200 km2 et 1,8 million d'habitants, soit 90% de la population des Bouches-du-Rhône et 60% de la population de l’académie. La communauté d´agglomération Toulon Provence Méditerranée devenue métropole au 1er janvier 2018 rassemble 12 communes et compte 427 000 habitants pour un territoire d'une superficie de 37 000 hectares dont 200 km de littoral. Proche des Alpes, de la Méditerranée et de l’Italie, le site occupe une situation géographique unique, favorable aux échanges interrégionaux, transfrontaliers et européens. Aix Marseille Université a ainsi lancée, en avril 2017, l’initiative du Campus transnational nord-méditerranéen qui vise à promouvoir des coopérations académiques et scientifiques renforcées avec trois universités européennes : l’université autonome de Madrid, l’Université de Barcelone et l’Université de Rome-Sapienza. Le site se caractérise par de grandes disparités démographiques, géographiques et sociales : fort peuplement et urbanisation des départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, conquête et peuplement accéléré de l'arrière-pays. Dans les départements alpins, la population est essentiellement rurale, à l’inverse de celles des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse. À l’exception des Hautes-Alpes, le taux de pauvreté de tous les départements est supérieur à la moyenne métropolitaine. La situation de la métropole Aix-Marseille Provence est assez préoccupante, le niveau de chômage étant élevé particulièrement chez les jeunes les moins diplômés. Le profil de la population non scolarisée de 15 ans ou plus se caractérise par une proportion de non diplômés supérieure à la moyenne nationale et une part de diplômés de l’enseignement supérieur plus élevée que la moyenne nationale. De même, on observe un taux de scolarisation des 15-17 ans plus faible que la tendance nationale et un taux supérieur pour les 25-29 ans. La structuration de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation s’articule principalement autour du regroupement « Aix-Marseille Provence Méditerranée » à forte composante universitaire. Elle fait apparaître une forte attractivité des aires urbaines : Marseille-Aix-en-Provence concentre 80% des effectifs inscrits dans l’enseignement supérieur (90 000 étudiants), puis viennent les unités urbaines d’Avignon (9%, 10 400 étudiants) et Toulon (7,5%, 8 500). L’économie, à l’image de l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, est assez peu industrielle et largement orientée vers le secteur tertiaire. L’importance traditionnelle du commerce, des transports et surtout du tourisme a favorisé le développement du secteur tertiaire qui s’étend maintenant aux activités de service aux entreprises. Bien que de grands établissements soient installés sur le site, comme Airbus Helicopters, STMicroélectronics et ArcelorMittal, la part d’emplois industriels est toutefois nettement inférieure à celle de la France métropolitaine. Quelques activités industrielles s’imbriquent dans le secteur des services contribuant à la création d’une offre de solutions innovantes (notamment dans la microélectronique). De manière générale, l’écosystème de l’innovation mériterait d’être plus lisible pour les PME et les TPE présentes sur le territoire. On constate un certain dynamisme en termes de créations d’emplois. Entre 2010 et 2014, le site enregistre 2% d’augmentation du nombre d’emploi (France + 1%) essentiellement due à la forte hausse de l’emploi dans les Bouches-du-Rhône (+ 3%). Les emplois dits « hautement qualifiés » ont été multipliés par 2,5 sur la période 1982-2014. Par ailleurs, les besoins nouveaux induits par le vieillissement de la population et par le développement touristique sont à l’origine d’une croissance marquée de l’emploi non qualifié de « services à la personne » et dans l’hôtellerie-restauration. En dépit d’un dispositif de formation riche et diversifié dans l’enseignement supérieur, l’académie manque de cadres et de professions intermédiaires. L’offre de formation d’ingénieurs, peu importante, présente un décalage par rapport aux besoins de l’économie locale. Le potentiel scientifique et pédagogique du site, les grands projets structurants et le développement des synergies entre partenaires académiques et socio-économiques sont autant d’atouts à valoriser pour renforcer l’inscription des établissements d’enseignement supérieur dans leur territoire
En dépit d’un dispositif de formation riche et diversifié dans l’enseignement supérieur, l’académie manque de cadres et de professions intermédiaires. L’offre de formation d’ingénieurs, peu importante, présente un décalage par rapport aux besoins de l’économie locale.
Le potentiel scientifique et pédagogique du site, les grands projets structurants et le développement des synergies entre partenaires académiques et socio-économiques sont autant d’atouts à valoriser pour renforcer l’inscription des établissements d’enseignement supérieur dans leur territoire. Plus...
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]