Ce mouvement, commun à toute l'Europe, a désormais atteint les masters français. Certaines universités ont alors fermé des cursus ou mutualisé les formations. Les masters recherche ont été les plus touchés.
Source : http://www.gref-bretagne.com/Actualites/Revue-de-presse/Enseignement-superieur.-Les-facultes-de-maths-ne-font-pas-le-plein