11 avril 2017

Rapport sur la VAE - 4.1.2 La VAE : une notoriété majoritaire, une bonne image de marque dans les entreprises mais des potential

Lancée en décembre 2015, l’évaluation de la VAE a été confiée à une mission composée de membres de l’IGAS, de l’IGEN et de l’IGAENR. Ce rapport évalue la VAE, au titre de la modernisation de l’action publique (MAP).
4.1.2 La VAE : une notoriété majoritaire, une bonne image de marque dans les entreprises mais des potentialités peu utilisées
L’enquête TNS Sofres effectuée auprès de dirigeants d’entreprise donne des résultats proches de ceux fournis par l'enquête BVA susmentionnée qui concerne les salariés. Elle montre que la VAE est connue des deux tiers des dirigeants, avec une majorité encore plus nette pour les entreprises de plus de 20 salariés, 51 % se jugent assez informés.
L’opinion générale des enquêtés sur la VAE est très positive :
  •  86 % en ont une bonne image de marque ;
  •  91 % jugent le dispositif utile aux salariés ;
  •  82 % encourageraient les salariés de leur entreprise à avoir recours à la VAE ;
  •  87% des responsables d’entreprise où une VAE a eu lieu recommanderaient aux autres entreprises de faire de même ;
  •  76 % trouvent la VAE utile aux entreprises.
64 % estiment cependant que la VAE est complexe.
Les entreprises sont peu nombreuses à s’investir dans des démarches de VAE : selon l’étude BVA déjà citée, menée auprès des salariés et des demandeurs d’emploi, l’entreprise est à l’origine de 14 % des VAE. Ce chiffre est évalué à 25 % dans l'étude portant sur la région Haute-Normandie.
Elles estiment d’ailleurs que, quand bien même l’entreprise est à l'initiative de la démarche de VAE, elle le fait d’abord pour ses salariés à 66 %. Elles sont un tiers à le faire pour elles-mêmes. Les raisons avancées par les entreprises qui n'utilisent pas la VAE sont l’absence de demande des salariés et d’utilité perçue.
De plus, les entreprises où un ou plusieurs salariés se sont engagés dans une VAE, individuellement ou dans le cadre d’une démarche collective, ont un avis partagé sur les éventuels bénéfices qu’elles en ont tirés.
Comment surmonter cette apparente contradiction entre la perception globale très positive de la VAE et sa difficile concrétisation en engagements effectifs ? Les pistes retenues par les enquêtés sont d’abord la simplification, une amélioration de l’information et, à un degré moindre, une aide plus forte de l'organisme de formation pour le montage et le suivi du dossier, le remplacement de l'écrit par un entretien et un jury moins scolaire. Des préconisations sont faites sur ces sujets dans le rapport.
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]