11 avril 2017

Rapport sur la VAE - 3.7 L'étape du passage devant le jury doit faire l'objet d'instructions complémentaires

Lancée en décembre 2015, l’évaluation de la VAE a été confiée à une mission composée de membres de l’IGAS, de l’IGEN et de l’IGAENR. Ce rapport évalue la VAE, au titre de la modernisation de l’action publique (MAP).
3.7 L'étape du passage devant le jury doit faire l'objet d'instructions complémentaires
3.7.1 Dans le cas d’une validation partielle, les recommandations du jury sont insuffisantes

La VAE est pour beaucoup un premier pas vers la certification qui conduit également nombre de candidats à l’obtention d’une certification partielle. Une certification partielle constitue une réussite puisqu’elle valide des compétences acquises et qu’elle devrait se comprendre comme le début d’un parcours conduisant à un diplôme.
Pour autant l’obtention d’une validation partielle ne conduit pas systématiquement à une démarche ultérieure : selon une étude réalisée par le GREF Bretagne en mars 2016, après une validation partielle, les deux-tiers des candidats poursuivent leur démarche et un tiers pour ceux qui n’ont pu valider aucun module.
Ceux qui ne poursuivent pas le font pour des raisons multiples.
Dans une enquête comme dans l’autre, près de 70% des candidats sont toutefois satisfaits de leur démarche.
Ces constats appellent plusieurs remarques.
Lors du passage devant un jury et particulièrement lorsqu’une validation partielle sera retenue, il paraît indispensable que le certificateur fournisse un rapport détaillé des éléments qui devraient être approfondis pour obtenir la validation complète : toujours selon l'enquête réalisée par le GREF Bretagne, la décision de poursuivre et rechercher à obtenir le diplôme est prise à 67% quand il y a des préconisations, contre 56 % quand il n'y en a pas. À la suite d’une certification partielle, 58 % des personnes qui ont bénéficié de préconisations les ont mises en oeuvre et ont alors très majoritairement réussi (90 %).
Actuellement, un peu moins d'un candidat sur deux bénéficie de préconisations.
Cela peut prendre la forme de demandes de précisions sur les compétences manquantes en vue de préparer une nouvelle VAE ou de préconisations sur une formation complémentaire spécifique. Dans un cas, il n’est cependant pas toujours facile pour un candidat d’apporter la preuve de l’acquisition de nouvelles compétences sans changer de poste au sein de son entreprise, ce qui nécessite un engagement de l’employeur dans la démarche et, dans l’autre cas, la recherche d’une formation parfaitement adaptée au besoin risque de tourner court.
Il convient de noter également qu'une partie importante des candidats privilégie alors un passage en candidat libre pour obtenir les unités de certifications manquantes.
Néanmoins, les conseils du jury se doivent d’être précis et circonstanciés. Au-delà de l’écrit, il paraît indispensable, comme le font certains accompagnateurs, de faire le point avec le candidat au cours d’un entretien après le jury au cours duquel seront repris les termes de l’appréciation du jury et la façon de parvenir à la réussite.
Recommandation n°17 : Faire établir par chaque jury un rapport circonstancié de sa décision et apporter au candidat des conseils pour la poursuite de son parcours tant vers une nouvelle VAE que vers une formation complémentaire
Le sujet de la validation des compétences acquises lors de la formation complémentaire pose d’autres questions :
  •  la formation peut être considérée comme un outil d’accompagnement à l’élaboration d’un nouveau dossier de validation d’acquis afin de mettre en valeur des compétences insuffisamment développées lors de leur première présentation ;
  •  elle peut également être considérée comme l’acquisition de compétences totalement nouvelles et étrangères à l’exercice professionnel actuel. Cette formation s’inscrit dans une perspective d’évolution professionnelle sortant du champ de la validation des acquis de l’expérience et les modalités de reconnaissance de ces nouvelles compétences devront trouver soit des voies classiques de certification, soit des voies différentes comme une attestation de suivi de formation ou encore un contrôle en cours de formation.
La difficulté à trouver une formation complémentaire adaptée au besoin spécifique des candidats de VAE est souvent citée comme obligeant à suivre des formations trop longues et souvent programmées à des horaires incompatibles avec le temps de travail.
Recommandation n°18 : Construire les formations à partir des blocs de compétences constituant les diplômes, titres et certificats
Recommandation n°19 : Mettre sur internet les modules de formation afin qu'ils puissent être suivis en ligne sur internet et tutorés à distance
Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]