11 avril 2017

Rapport sur la VAE - 3.5 L'accompagnement doit être étendu, rendu obligatoire et confié aux certificateurs

Lancée en décembre 2015, l’évaluation de la VAE a été confiée à une mission composée de membres de l’IGAS, de l’IGEN et de l’IGAENR. Ce rapport évalue la VAE, au titre de la modernisation de l’action publique (MAP).
3.5 L'accompagnement doit être étendu, rendu obligatoire et confié aux certificateurs
Lors de l’élaboration de la loi de modernisation sociale de 2002, le législateur n’a donné aucune définition particulière de l’accompagnement qui semblait dès le départ naturellement inclus dans le processus de VAE. L'article R. 6422-2 du code du travail faisant un lien entre le congé VAE et l'accompagnement aligne de facto la durée de l’accompagnement sur celui du congé VAE, soit 24 heures.
Pour en voir préciser la définition, il faut attendre la loi du 5 mars 2014 qui introduit dans le code du travail un chapitre sur l’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience : « Toute personne dont la candidature a été déclarée recevable […] peut bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de son dossier et de son entretien avec le jury en vue de la validation des acquis de son expérience ».
L'accompagnement ne concerne pas l’amont de la procédure (recherche de la certification la plus adaptée, recherche du financement de l'accompagnement et éventuellement de l'inscription ou des frais de jury, constitution du dossier de recevabilité ou livret 1).
Il est assuré soit par les organismes certificateurs, soit par des prestataires publics ou privés et consiste principalement en :
  •  une aide à la formulation de l'expérience à valider ;
  •  une aide à la constitution du dossier de validation ;
  •  une aide à la recherche et mise en oeuvre d’une formation ;
  •  une préparation à l'entretien avec le jury.
Il peut s'agir d'entretiens individualisés, en présentiel ou par téléphone, de travaux en petits groupes, d'accompagnement à distance via internet.
Une étude réalisée en Haute-Normandie indique que le premier motif de satisfaction relatif à l'ensemble du parcours VAE concerne l’accompagnement et l’encadrement du parcours VAE (41,3 % des personnes l’ont mentionné). À l'inverse, 23% du total des personnes enquêtées ont désigné l’accompagnement comme principal élément d’insatisfaction.
De fait, les prestations d’accompagnement constituent de réels atouts dans la démarche de VAE d’un candidat au niveau des étapes les plus exigeantes (la rédaction du livret 2 et l’entretien). Un article du groupe d’analyse et de théorie économique Lyon - Saint Etienne de décembre 2014 indique ainsi qu'à profil équivalent, sur la période d’observation, les candidats ayant bénéficié d’un accompagnement ont une probabilité d’aller jusqu'au passage devant le jury beaucoup plus élevée que ceux n’en ayant pas bénéficié (+ 27 points). Ainsi, les prestations d’accompagnement accélèreraient la procédure de VAE, une fois celle-ci entamée. L’accompagnement semble crucial pour une rédaction rapide du dossier de VAE et une diminution du délai de la procédure. La durée entre les décisions de recevabilité et le passage en jury serait en moyenne divisée par deux lorsque le candidat bénéficie de telles prestations. En outre, il tend à accroître la probabilité d’obtenir une validation totale (+ 4 points).
Recommandation n°11 : Rendre l'accompagnement obligatoire pour les VAE portant sur des qualifications de niveau IV et V
Recommandation n°12 : Autoriser le financement de l'accompagnement par les fonds de la formation professionnelle dès la phase d'information
Recommandation n°13 : Demander à chaque certificateur d'organiser son propre service chargé de l'accompagnement
Recommandation n°14 : Mettre en place dans toutes les régions des chartes qualité de l'accompagnement VAE ou des actions obligatoires de professionnalisation des accompagnateurs, et contrôler la qualité des prestations

Posté par : pcassuto à - - Permalien [#]